Recommended Posts

"Approximately 53 per cent of the population do not reach the necessary threshold to function properly in a society that each year is becoming increasingly complex. And among that percentage, 19 per cent are unable to read and write."

 

What the heck... I knew that half the population had difficulties reading a single article, but wow... 19% are unable to read and write?

 

Discuss please.

 

link: http://www.huffingtonpost.ca/2015/09/08/illiteracy-in-quebec_n_8100450.html

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un individu sur cinq qui ne sait ni lire ni écrire au Québec est une statistique complètement affolante et inquiétante. Dans le monde d'aujourd'hui, avec un marché du travail de plus en plus spécialisé et complexe, nous sommes condamnés à l'appauvrissement et la précarité, à moins d'un virage drastique. C'est l'échec d'un système d'éducation qui était supposé être universel.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Un individu sur cinq qui ne sait ni lire ni écrire au Québec est une statistique complètement affolante et inquiétante. Dans le monde d'aujourd'hui, avec un marché du travail de plus en plus spécialisé et complexe, nous sommes condamnés à l'appauvrissement et la précarité, à moins d'un virage drastique. C'est l'échec d'un système d'éducation qui était supposé être universel.

 

Le système d'éducation n'est pas en cause, au contraire, si ce n'était de celui-ci probablement 2/5 plutôt que 1/5 seraient illettrés. On part de loin au Québec. Pas pour rien qu'on a le plus haut taux d'aide sociale en Amérique.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le système d'éducation n'est pas en cause, au contraire, si ce n'était de celui-ci probablement 2/5 plutôt que 1/5 seraient illettrés. On part de loin au Québec. Pas pour rien qu'on a le plus haut taux d'aide sociale en Amérique.

 

Je dirais tout simplement qu'une majeure partie de la population ne peut tout simplement pas être éduquée. L'argent n'a rien avoir avec ça!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Similar Content

    • By Djentmaster001
      Hey everyone! for this discussion, I want to talk about our downtown. I know and we all know that we have a unique and busy downtown compared to other cities and one that is envied by others as well. But I've been noticing a lot of people from the city and tourists saying how quickly the downtown area gets "dead" after 9 pm (in winter and summer). Personally, I disagree 110% since I find the downtown bust from 5am-3am every day no matter what season. But what do you guys think? is the downtown area getting busier or "quieter" as others have been saying, and if so, what would you do to make it livelier? I definitely want to hear others opinions on this and see others observations as well.
    • By jesseps
      (Courtesy of The Montreal Gazette)
       

    • By Miska
      Hôpital Pierre-Boucher : l’urgence devra être agrandie de 300%
      Le projet pourrait dépasser les 100 M$
       

       
      Alexandre Lampron Le Courrier du Sud
      Politique - 26 janvier 2012 à 16:00
      LONGUEUIL. Une évaluation des besoins cliniques de la clientèle du territoire du CSSS pierre-boucher jusqu’en 2020, conjuguée à de meilleures pratiques à mettre en place en matière de soins et services, amène l’hôpital à envisager un agrandissement et un réaménagement de son urgence.
       
      Après avoir reçu l’aval du conseil d’administration, le 24 janvier, la direction du Centre de santé et services sociaux (CSSS) s’apprête à déposer le projet aux autorités ministérielles au cours des prochaines semaines. Ces dernières devront donner leur autorisation à la réalisation du projet, à la confection des plans et devis et à la construction.
       
      «Nous devons réalistement compter quelques années d’ici à la première pelletée de terre, a avoué Donald Hainault, directeur du programme-clientèle santé physique médecine. Une fois toutes ces étapes franchies, la construction devrait s’échelonner sur environ quatre ans, et ce, sans bris de services pour notre clientèle.»
       
      Un projet de 100 M$
       
      Si l’établissement devait se limiter à l’agrandissement de l’urgence, qui consiste à la rénovation du bâtiment existant, M. Hainault soutient que cela nécessiterait des investissements de moins 100 M$. Par contre, le projet d’ensemble nécessiterait des ajouts de lits afin de répondre plus adéquatement à la demande croissante. Ce faisant, le projet pourrait alors dépasser les 100 M$.
       
      Le projet envisagé par le CSSS pierre-boucher consiste à tripler la surface actuelle de l’urgence, afin de se conformer aux normes en vigueur au ministère de la Santé et des Services sociaux. M. Hainault affirme que l’environnement physique actuel peut comprendre certains risques pour la qualité des services offerts à la population, voire pour la sécurité et la prévention des infections.
       
      Rappelons qu’il y a plus d’un an, le ministre de la Santé, Yves Bolduc, avait donné le feu vert à l’établissement à élaborer un plan fonctionnel et technique (PFT), qui permet d’établir les besoins précis pour les 15 ou 20 années à venir, à l’aide chiffres et de projections, en vue d’un éventuel agrandissement et de l’aménagement de l’urgence.
       
      Une pression supplémentaire
       
      Les données recensées par l’établissement tendent à démontrer que l’urgence représente une des plus importantes en volumétrie au Québec et que ses installations, qui ont une superficie actuelle de quelque 1100 m2, sont vétustes. L’établissement doit également composer avec une desserte du territoire qui ne cesse de croître.
       
      «Lorsque l’urgence a ouvert ses portes en 1982, elle a été conçue afin de répondre à un volume d’activités de 20 000 visites par an. Aujourd’hui, nous avons près de 53 000 visites chaque année. Bien qu’elle ait été agrandie en 2002 dans le but d’y ajouter 12 civières d’observation, portant le nombre à 35, la salle d’urgence demeure trois fois trop petite en regard des normes ministérielles recommandées», a indiqué M. Hainault.
       
      Certains secteurs, tels que la radiologie, l’imagerie médicale et la pathologie, ont déjà atteint des limites qui nécessitent des ajustements, en raison entre autres du vieillissement de la population et du rapatriement de services autrefois dispensés à Montréal.
    • By Glen Carter
      http://www.westislandgazette.com/news/28915
       
      Dorval considering options for major facelift
      City wants public input on its draft of master urban plan
       
      Albert Kramberger
      The Gazette
      Wednesday, March 14, 2012
       
      The city of Dorval is looking to make a few changes in how it looks - everything from revitalizing its waterfront to giving Dorval Ave. a facelift.
       
      The next step in preparing a new sustainable master urban plan is a public consultation set for March 26. The city has prepared a draft of its master plan, a general statement of the direction the city should follow over the next two decades regarding development, zoning and quality of life concerns as well as promoting and encouraging "greener" options. It now hopes to gauge input from citizens before adopting the formal version later this fall, said Mayor Edgar Rouleau.
       
      Among its proposals, the city aims to make its waterfront along Lake St. Louis more user-friendly and animated, possibly installing outdoor exercise equipment at Millennium Park.
       
      As well, it will consider purchasing select private lands near existing cityowned sites, like the Forest and Stream Club, should they ever come on the market, the mayor said.
       
      "There are sites along Lakeshore that may, in five or 10 years, become available and the council should at that time evaluate if it's worthwhile to acquire," Rouleau said of potentially adding to publicly owned space along the lake.
       
      "Is it going to expensive? As you know, yes."
       
      While the city is also looking at encouraging highdensity residential develop-ment, especially around the Pine Beach and Dorval train stations and along Bouchard Blvd., it will have to be measured in light of respecting the single-family home residential character in much of the city.
       
      There is also a goal to reverse an aging demographic trend by attracting young families and immigrants, the latter of which are expected to account for more than 30 per cent of Dorval's population by 2024. As of 2011, Dorval had about 18,615 residents and approximately 8,000 households, with an additional 2,000 housing units envisioned by the city within a decade, including more affordable housing.
       
      "Residents want the population to increase, but they don't want to lose that residential sector that we have," Rouleau said. "We're not going to change that, except those few big lots we have, like the one at the corner of De la Presentation and Lakeshore, which will soon be developed," he said.
       
      The city also aims to revitalize the commercial area on Dorval Ave. and make it more attractive. For example, by allowing outdoor terraces, and making it safer for both pedestrians and cyclists. A study has already been commissioned to prepare some proposals, the mayor said.
       
      "We want it more friendly, but the challenge is that we cannot widen the road," Rouleau said of Dorval Ave.
       
      "Whatever we extend, we have to take it from somewhere else. Right now it's two lanes each way with an island in the middle and sidewalks on both sides," he said, adding that perhaps the avenue could be reduced to one lane in each direction with a narrow median strip to allow for something like a bike path.