Jump to content

Recommended Posts

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Génération_Y

 

La génération Y regroupe des personnes nées approximativement entre le début des années 1980 et le début des années 2000. L'origine de ce nom a plusieurs attributions : pour les uns il vient du « Y » que trace le fil de leur baladeur sur leur torse ; pour d'autres ce nom vient de la génération précédente, nommée génération X ; enfin, il pourrait venir de la phonétique anglaise de l'expression « Y » (prononcer waɪ), signifiant « pourquoi » [N 1],[1]. D'autres termes équivalents existent, dont enfants du millénaire ou les diminutifs GenY et Yers. Les Américains utilisent également l’expression digital natives ou net generation pour pointer le fait que ces enfants ont grandi dans un monde où l'ordinateur personnel, le jeu vidéo et Internet sont devenus de plus en plus importants.

 

L'usage de la notion de génération est consensuel en démographie mais pas dans les autres sciences sociales. Le lien entre appartenance générationnelle et comportements est controversé. Le succès de la notion de génération Y dans les entreprises prend appui sur le déphasage entre les besoins et attentes des jeunes de la génération Y et le mode de fonctionnement de l'entreprise. Le fossé générationnel s'expliquerait par une accélération du changement, l'apparition des NTIC (Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication), une hiérarchisation différente dans les transmetteurs de valeurs. L'Église, l'armée voire la famille seraient moins influents que ne le seraient l'Internet, la télévision voire les réseaux relationnels.

 

sent via Tapatalk

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Je trouve plutôt superficielles ces généralisations vis à vis des générations X,Y ou Z, comme si elles étaient monolithiques. Tout au plus pouvons-nous y relever certaines caractéristiques qui peuvent correspondre à des comportements de masse. Mais comme à peu près tout le monde utilise aujourd'hui la technologie, cette dernière tend à niveler en grande partie les différences que l'on pouvait identifier plus concrètement avant.

 

Pas de doute le monde change rapidement et ce changement n'atteint pas tout le monde de la même manière. Arriverons-nous à un certain plateau ou continuerons-nous cette course folle en avant, en tentant de reprendre notre souffle au passage? En fait ce que je reproche le plus à cette société dite moderne, ce sont les changements de supports technologiques qui rendent obsolètes plein de nouveaux appareils, bien avant leur fin de vie utile. C'est une forme de gaspillage honteux, autant de ressources que de force de travail, qui aboutissent dans nos décharges plus vite qu'on ne peut en creuser.

 

C'est bien beau recycler, mais l'argent, lui, qui a servi à se procurer ces technologies éphémères, est perdu à jamais dans une économie de consommation à outrance qui n'augure rien de bons pour les générations futures. Car en bout de ligne nous faisons partie d'un système qui siphonne, via le crédit généralisé, une partie des forces vives des travailleurs, pour simplement suivre le mouvement futile de la nouveauté.

 

On se défend en disant que l'on créé des emplois et de la richesse. Mais ce système est limité et bien fragile. Quant à cette richesse, elle tend à monter trop vite au sommet de la pyramide, enrichissant encore plus les mieux nantis, dans une sorte de cercle vicieux de plus en plus hors de contrôle.

 

Si ces changements répondaient au moins à de véritables besoins, je serais le premier à les saluer, bien que conditionnellement. Mais on est rendu au niveau du gadget superflu pour simplement aller encore plus vite et plus loin. Pendant ce temps les sociétés moins avancées peinent à suivre la cadence. Elles s'appauvrissent dans plusieurs cas, laissant sur leur faim les générations du même groupe d'âge, qui vivent de plus en plus en décalage avec cette civilisation occidentale devenue un ogre insatiable qui mine toute la planète.

 

Aucun doute, ici les disparités sont moins visibles aujourd'hui dans les groupes d'âges. Elles sont cependant très définies selon les continents et les pays. Ainsi grâce à la technologie, on voit en direct la déchéance causée par les guerres, elles aussi devenues hyper sophistiquées, et qui entrainent des millions de gens dans une misère abjecte qui hypothéquera probablement toute leur vie. Elles sont là les différences criantes, d'un côté une jeunesse pour qui la consommation est un mode de vie qui l'occupe à plein temps. Et de l'autre non seulement des pays entiers qui ne font que survivre, mais dans plusieurs cas reculent dangereusement, en détruisant l'avenir et l'espoir de toute une génération.

 

Donc la fameuse génération Millennials ou Y que l'on essaie futilement de définir, demeure une simple étiquette locale qui ne veut absolument rien dire, tant elle diffère en fonction des continents. Sans être exhaustive je suis tenté d'en faire une liste. En Amérique elle jouit encore d'un certain avenir, même s'il est moins glorieux que celui de leurs parents et grands-parents. En Europe elle est grandement sacrifiée par un chômage indécent. En Chine elle est muselée et endoctrinée dans une vision purement individualiste et matérialiste. Dans plusieurs pays d'Afrique et du Moyen-Orient elle est soit fanatisée, perdue dans les guerres ou déracinée. Mais dans la majorité des cas, son avenir est carrément immolé sur l'autel des extrémistes, où les croyances moyenâgeuses ont plus d'importance que la vie elle-même.

Edited by acpnc
Link to comment
Share on other sites

Je trouve juste normal et logique que les générations qui subissent les mêmes interventions durant leur jeunesse (socio, economique, politique, tech...) finissent par avoir des similarités entre eux par rapport à leurs parents et grandparents..

 

sent via Tapatalk

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...

Sans doute y a-t-il des différences entre les générations, mais on les exagère souvent pour toutes sortes de raison, à commencer par le marketing. (Rien de tel que de créer des identités de niche pour faire vendre...)

 

Il y a aussi le besoin des cohortes successives d'adolescents de se définir en se distinguant des précédentes. (Le métier de prof nous fait voir ça avec un grain de sel... ) Ajoutons que les méditations un peu creuses sur les différences entre les x et les y sont surtout un phénomène nord-américain. On y reconnaît le vieux nombrilisme US, qui ignore le reste du monde pour mieux s'exciter sur des micro-différences locales. (Bien des gens qui pourraient parler des heures de ce qui distingue les y des x ne connaissent à peu rien des autres cultures, n'ont jamais vu un film étranger, etc.)

 

Last but not the least, si on parle tant de ce qui distingue les x et les y, c'est aussi pour ne pas parler d'autres différences devenues plus ou moins taboues, par exemple entre les classes sociales, les niveaux de revenus ou les groupes ethniques. Il est moins risqué de faire de la sociologie pop sur les générations...

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...