Recommended Posts

CN sells Montreal station for $355-million

 

 

Reuters

September 19, 2007 at 5:26 PM EDT

 

 

VANCOUVER — — Canadian National Railway Co. [CNR-T]agreed Wednesday to sell its Central Station complex in Montreal to Homburg Invest Inc., [HII.A-T]but will keep its headquarters in the facility.

CN Rail said it expects to get $355-million for the downtown Montreal property, and will lease back the 17-storey office building that houses its headquarters.

 

The sale and long-term lease deal will also allow the station's passenger facility to continue being used by commuter trains, Via Rail Canada and Amtrak, Canadian National said.

 

Canadian Pacific Railway Ltd. announced last month that it also wants to sell its Windsor Station in Montreal as part of a plan to monetize the value of its real estate assets.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je viens de voir au canal argent que Homberg projetait de construire 2 tours au dessus de la gare centrale. Est ce que quelqu'un a des infos?

 

CE N'EST PAS UN POISSON D'AVRIL: J'AI VRAIMENT VU CA DEFILE AU BAS DE L'ECRAN. Dsl par contre pour le peu d'info.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le propriétaire de la gare Centrale du CN à Montréal, Homburg Invest envisage d’y construire deux tours de bureaux au coût estimé de 300 millions de dollars.

Les deux tours d’environ 25 étages chacune comprendront un total d’un million de pieds carrés d’espace de bureau. La construction de ces deux tours pourrait prendre cinq à six ans, même si Homburg Invest ne s’engage sur aucun échéancier.

«Il faut signer quelques ententes fermes avec quelques locataires clé avant de lancer le projet de construction», souligne Richard Homburg, président du conseil et chef de la direction de Homburg Invest. Or, une entreprise ne déménage pas du jour au lendemain. Certaines ont des engagements immobiliers de cinq à six ans.

D’autre part, compte tenu de prix de construction s’élevant à une moyenne de 300 dollars le pied carré pour un bureau de qualité supérieure, Richard Homburg estime qu’il faudra compter sur des loyers sensiblement plus élevés pour rentabiliser ces bureaux en centre-ville.

"Les loyers à Montréal sont sous-évalués", souligne le président de Homburg Invest. Cependant, il estime que la demande pour l’immobilier de bureau en centre-ville ira croissante dans les prochaines années. Le nombre de bureaux disponibles est en baisse et peu de bureaux se construits ces dernières années. En outre, les entreprises délaissent les zones de périphérie urbaine pour regagner les centres-villes mieux desservies par les transports en commun.

Richard Homburg affiche sa confiance dans le potentiel immobilier de Montréal. "C'est le moment propice pour être à Montréal et je suis content d'y être maintenant", dit-il.

Le 333 Sherbrooke Est

Homburg Invest a aussi annoncé un investissement supplémentaire de 35 millions de dollars dans la deuxième phase de son projet de condomimium de luxe au 333 de la Sherbrooke Est.

«Les ventes de la phase I sont complétées et les ventes de la phase II ont dépassé le seuil limite permettant d'assurer le succès du projet», a affirmé Richard Homburg dans un communiqué.

 

Il a ajouté qu'«une fois achevé, le 333 rue Sherbrooke Est sera une référence dans le marché du condominium de luxe du centre-ville de Montréal». Le projet aurait attiré jusqu’à maintenant des acquéreurs provenant de l’Europe, des États-Unis et du Canada.

 

Avec cet investissement supplémentaire, Homburg Invest aurait maintenant investi plus de 1 milliard de dollars dans le marché immobilier montréalais en trois ans.

 

Ses propriétés montréalaises incluent la Place Alexis Nihon, obtenue dans le cadre de l'acquisition du FPI Alexis Nihon (485M$), et le complexe de la gare Centrale du CN (355M$). Homburg possède aussi des intérêts dans le projet de mise en valeur du site historique du Château Viger.

 

Avec ces propriétés et d'autres propriétés majeures, Homburg possèderait actuellement plus de 4,2 millions de pieds carrés d'espace de vente au détail à Montréal.

 

Source: http://www.lesaffaires.com/article/0/immobilier/2008-04-01/474945/deux-tours-de-bureaux-sur-la-gare-du-cn.fr.html

Share this post


Link to post
Share on other sites
Les deux tours d’environ 25 étages chacune comprendront un total d’un million de pieds carrés d’espace de bureau. La construction de ces deux tours pourrait prendre cinq à six ans, même si Homburg Invest ne s’engage sur aucun échéancier.

 

Bon voila qui est dit! Je crois qu'avec tous les projets de bureau déjà dans le pipeline, faudra pas être trop pressé de voir pousser celui là.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La gare centrale est LE MEILLEUR ENDROIT pour construire un gratte-ciel de 50 etages+ et pour que ca fit vraiment bien avec les alentours. Le meilleur.

 

Quel gaspillage deux tours de 25... pourquoi pas une de 50?

 

rolleyes.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

n'y aurait-il pas des contraintes d'ordre technique a batir une tour de 25 étages au dessus de la gare centrale? ce que 2 tours de 25 pourrait contourner

Share this post


Link to post
Share on other sites

S'ils peuvent construire envoyer des hommes sur la lune et construire une tour de 800m dans le desert, ils peuvent construire une tour de 50 etages par dessus la gare centrale.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une tour de 50 étages serait parfaite afin qu'elle puisse être bien visible dans le skyline!!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Similar Content

    • By ScarletCoral
      Discussion générale sur l'illumination des édifices et infrastructures de Montréal 
      En passant, Montréal n'a pas de plan lumière à l'exception du Quartier des spectacles et du Vieux-Montréal

      Voir ici un reportage au Téléjournal 18h  de Nabi-Alexandre Chartier (Ça fait toujours drôle de voir à Radio-Canada depuis ses débuts à Musique Plus!!)
       
       
    • By UrbMtl
      Laboratoire de recherche Microsoft Montréal

      Actualités:
      L'édifice actuel est déjà en cours de démolition. 
    • By ScarletCoral
      Valérie Mahaut et son équipe de l'Université de Montréal ont recensé tous les anciens cours d'eau et plans d 'eau de l'île de Montréal. 
      On peut consulter les cartes ici : https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/16311 

      Très intéressant pour expliquer pourquoi les fondations de certains projets prennent du temps à construire.
    • By IluvMTL
      https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1136958/parc-automobile-agglomeration-voitures-vehicules?fbclid=IwAR1o1mYJdYbsfGoomVM14xorfEMiTzviEr1O11iNk3Oa5hTX4A43c05_w98
      En route vers le million de véhicules immatriculés sur l'île de Montréal
      Publié aujourd'hui à 11 h 53Mis à jour à 12 h 24 Congestion routière sur le pont Jacques-Cartier, à l'heure de pointe matinale à Montréal. Photo : Radio-Canada/Simon-Marc Charron
        L'île de Montréal comptera bientôt plus d'un million de voitures, à en croire les plus récentes statistiques de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ).
      Un texte de Jérôme Labbé
      Les chiffres relayés lundi par le bulletin Montréal en statistiques indiquent que le parc automobile de la métropole continue de croître, et non l'inverse.
      Ainsi, l'île de Montréal comptait 968 466 véhicules immatriculés en 2017, en hausse de 1,64 % par rapport à 2016. C'est la plus forte augmentation enregistrée depuis 2004, alors que le même territoire comptait 115 000 véhicules en moins.
      Depuis 13 ans, près de 9000 véhicules s'ajoutent au parc automobile montréalais chaque année, calcule la SAAQ.
      Cette hausse provient surtout des véhicules de promenade. Car si le nombre d'automobiles décroît un peu chaque année depuis le début des années 2010, celui des camions légers – une catégorie qui englobe notamment les véhicules utilitaires sport (VUS) – a plus que doublé depuis 2004.
      En fait, il y a maintenant un camion léger pour deux automobiles à Montréal.
      Quant aux véhicules institutionnels, professionnels ou commerciaux, ils connaissent sensiblement le même phénomène – réduction des automobiles et augmentation des camions légers – avec comme résultat un nombre total relativement stable, autour de 150 000.
      À noter que le nombre de taxis, lui, a légèrement diminué au fil des ans, passant de 3489 en 2004 à 3190 l'an dernier.
      La faute à la croissance
      La SAAQ remarque que la fluctuation du prix de l'essence influence généralement le nombre de véhicules immatriculés à Montréal : plus les prix à la pompe augmentent, plus la croissance du parc automobile ralentit.
      « Par contre, après 2016, la conjoncture économique favorable à Montréal fait en sorte que même avec une hausse des prix de l'essence, peu d'impacts sont ressentis sur l'achat de véhicules », observe-t-elle.
      Et la croissance démographique n'explique pas à elle seule la croissance du parc automobile, puisque le nombre de véhicules de promenade par habitant a augmenté, passant de 0,365 à 0,392 entre 2004 et 2017.
      Enfin, la Société affirme que 5323 véhicules électriques étaient enregistrés sur l'île de Montréal en septembre dernier, alors qu'elle n'en comptait que 652 en août 2004.
      Ces nouvelles données sont publiées alors que le conseil municipal de Montréal, à l'instar de la Communauté métropolitaine, a adopté lundi une « déclaration citoyenne universelle d'urgence climatique » sur la nécessité de réduire rapidement les émissions de gaz à effet de serre.
      Avec la collaboration de Benoît Chapdelaine
    • By GDS
      Un beau project de bureau dans le Mile-End / Villeray par Mondev
       
       
       

      Ajoutant créativité et l’esprit d’entreprise au sein de l’arrondissement Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, ce nouveau développement contribuera à l’architecture et à la culture du Mile-Ex. Offrant cinq étages de bureaux et des espaces commerciaux au rez-de-chaussée, le Soffitta permettra aux nouvelles entreprises et celles déjà établies de résider dans ce que le Vogue Magazine (février 2016) définit comme étant le secteur la plus chaud de Montréal.
      Les espaces disponibles répondront autant aux besoins de sociétés de haute technologie dynamique que ceux d’un café paisible. Le bâtiment continuera de faire évoluer ce secteur industriel autrefois obscur vers un centre où la créativité et la croissance économique est aujourd’hui indéniables.