Jump to content

Recommended Posts

http://affaires.lapresse.ca/economie/transports/201507/31/01-4889650-aeroport-montreal-trudeau-climat-de-travail-tendu-sur-le-tarmac.php

 

Publié le 01 août 2015 à 05h00 | Mis à jour à 05h00

 

Aéroport Montréal-Trudeau: climat de travail tendu sur le tarmac

 

Yvon Laprade

 

Collaboration spéciale

La Presse

 

La colère gronde sur le tarmac de l'aéroport Montréal-Trudeau où les employés chargés de l'avitaillement des avions disent travailler sous pression et dans des conditions non sécuritaires, a appris La Presse Affaires.

 

«Il ne faudrait pas attendre qu'un accident se produise parce que les employés qui remplissent les réservoirs avec du carburant manquent de concentration pour effectuer ces tâches à haut risque», dénonce le coordonnateur de l'Association internationale des machinistes et des travailleurs en aérospatiale (AIMTA), David Chartrand.

 

Le manque d'organisation du travail serait en outre responsable, selon lui, de «nombreux retards» sur des vols intérieurs et internationaux.

 

D'après le syndicat, la situation a dégénéré depuis le début du mois de juillet, au moment où le consortium canadien des transporteurs aériens (dont fait partie Air Canada) s'est tourné vers un nouveau fournisseur en carburant, Swissport, pour réduire ses coûts. Jusque-là, ce contrat était assuré par la firme américaine CAFAS.

 

Salaires coupés

 

Swissport a ramené les salaires de 19$ à 20$ l'heure à 12,50$ et fermé la porte au syndicat. Résultat: à peine 20 des 80 employés ont accepté les conditions de leur nouvel employeur.

 

Pour pourvoir les postes vacants, l'avitailleur a dû embaucher des employés sans expérience et ne disposant pas des autorisations pour circuler sur le tarmac.

 

«On ne sait plus où donner de la tête et il nous arrive de commettre des erreurs d'inattention», confesse un employé, sous le couvert de l'anonymat, de crainte de perdre son emploi.

 

«On nous demande de superviser le travail des nouveaux venus, qui n'ont jamais manipulé de tels équipements. Remplir le réservoir d'un avion, ce n'est pas comme faire le plein d'essence d'une auto. Il y a une marche à suivre.»

 

Une transition en douceur, dit Air Canada

 

Il faut rappeler qu'à la mi-juin, l'Association internationale des machinistes avait sonné l'alarme et s'était dite fort préoccupée pour l'avenir de 300 préposés à l'avitaillement et des superviseurs - 80 à Montréal-Trudeau et 220 à Pearson, à Toronto - en raison des «choix économiques» du consortium des compagnies aériennes. Le NPD avait, de son côté, critiqué l'attitude de laissez-faire du gouvernement Harper dans ce dossier.

 

La direction d'Air Canada maintient plutôt que «dans l'ensemble, la transition à Swissport s'est faite en douceur, sans retard important attribuable à l'avitaillement sur une base quotidienne».

 

«Bien que certaines difficultés initiales soient envisageables avec le passage à n'importe quel fournisseur touchant l'exploitation, seuls quelques jours ont connu une augmentation du nombre de retards depuis le 1er juillet, et nous avons travaillé de concert avec Swissport afin d'assurer une exploitation sans heurt et de façon continue», a indiqué par courriel le porte-parole d'Air Canada, John Reber.

 

Swissport, à Dorval, n'a pas rappelé La Presse Affaires.

Link to comment
Share on other sites

Toujours le même scénario, on brade la sécurité par pure cupidité. Où cela s'arrêtera-t-il? Comment en plus pouvons-nous autoriser des gens qui n'ont pas les permis requis d'accéder aux aires de travail où sont stationnés les avions? C'est une brèche à la sécurité intolérable. Quand on connait le long parcours pour passer l'enquête de sécurité fédérale pour tout employé de l'aéroport, on se demande vraiment comment ils peuvent couper les coins ronds?

 

Le gouvernement Harper se fiche complètement du public et de sa sécurité. Il a plutôt choisi l'argent et le capitalisme sauvage. Et tant qu'à faire débarrassons-nous des syndicats, comme ça on pourra appauvrir les employés et enrichir de surcroit les compagnies et leurs actionnaires. Ce n'est pas vrai que l'on peut avoir la même qualité de service et la même sécurité, en employant n'importe qui et en payant des salaires de misère. Le public canadien mérite mieux et il le fera savoir haut et fort à l'issu des élections en octobre prochain.

 

En attendant on se croise les doigts pour que rien de grave n'arrive aux voyageurs, parce que la sécurité n'a pas de prix. :thumbsdown::thumbsdown::thumbsdown:

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value