Recommended Posts

C'est bien beau de vouloir centraliser le magasin, s'ils n'offrent pas l'expérience pourquoi les gens deviennent membres, et bien ça donne rien, et c'est une barrière pour les consommateurs des quartiers centraux, qui ne vont pas nécessairement vouloir payer une part dans la coop pour obtenir le droit de magasiner là, quand t'as pas à le faire pour le magasin d'à côté

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'article et MEC précisent que l'espace était trop petit. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, UrbMtl a dit :

L'article et MEC précisent que l'espace était trop petit. 

Oui, ça semble être la raison :). Ce genre de coop, c'est intéressant pour un consommateur si tu centralises leur besoin en produits pour le sport. Sinon, c'est beaucoup moins intéressant d'être membre (un gros point négatif pour les achats impulsifs sur une rue commerciale d'ailleurs) et d'aller à cette succursale. Enfin, à mon avis.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je n'apporte rien de nouveau aujourd'hui sauf un compte rendu de mon après-midi passé sur la rue Saint-Denis, surtout de Roy à Mont-Royal. La rue Saint-Denis, pour des raisons sentimentales, restes mon endroit préféré. Mais j'ai le cœur qui saigne en me baladant sur cette rue.

Bien sur je n'ai pas profité de la plus belle journée pour me balader mais c'est exactement dans ces moments là que je veux retrouver l'esprit d'antan, celui de la rue que j'ai aimé et que j'ai tant parcouru, beau temps mauvais temps.

Je n'ai pas de statistique sur le taux d'occupation des commerces mais il y a encore beaucoup de locaux vacants. Beaucoup. Et la faillite de la Brasserie Saint-Denis est triste car c'est un autre ''mini'' classique qui part. Je n'avais pas remarqué mais les Deux Marie aussi est fermé. Je suis passé chez MEC et en effet, ils faisaient leurs boites pour la fermeture demain.

Je sais que les taxes sont la cause première de la difficulté de la rue. Pas seulement sur Saint-Denis, bien sur, mais cette rue semble plus affectée que d'autres. Chaque commerçant le dira, aucun doute. Ensuite, il y a eu les travaux, bien sur, mais il sont terminés et la rue n'arrive pas à retrouver son caractère, son petit charme qui a fait d'elle ses belles années.

Mais la raison actuelle, selon moi, est que la rue Saint-Denis est devenue une passoire, une sorte de mini autoroute dans le sens nord-sud. Les trottoirs sont beaucoup trop étroits. Encore plus l'hiver avec la neige et la glace qui se ramassent de chaque cotés, rendant difficile la marche. Il y avait pourtant des gens cette après-midi mais on voyait que ce n'était pas agréable. Ma copine, qui voulait se balader, a changé d'avis en voyant l'épaisseur de la glace et l'impossibilité de marcher l'un à coté de l'autre.

C'est inconcevable d'avoir autant d'espace pour les voitures (6 voies), mais si peu d'espace pour les piétons. De plus, le peu d'espace pour les piétons est occupé par une couche de glace. Pénible !

Il est temps de donner un coup de bar, de faire preuve d'audace et de redonner l'espace aux piétons. Selon moi, il faut éliminer 2 voies pour les voitures afin d'élargir les trottoirs. Une voie de chaque coté pour les piétons. Il faut que les mamans avec les carrosses puissent passer sans être encombrer. Il faut que les couples puissent marcher et ne pas être forcés de se tasser en rencontrant un autre couple venant en sens inverse. Il faut un ''statement'' fort. Saint-Denis c'est pour les piétons et les cafés. Il faut de l'espace.

D'ailleurs, pourquoi on ne voit pas plus de café avec des terrasses même en hiver. Des terrasses chauffées, partiellement fermées avec des coupes vent/froid. Oui, je sais que même à moins 25 ca ne changera pas grand chose mais je sais qu'à zéro et moins 3, ca peut-être agréable de s'asseoir tout en buvant un café et en gardant son manteau. Malheureusement il n'y a rien de cela sur cette rue ou pourtant les cafés devraient être partout......c'est notre petit Paris. 

À Paris, au mois de novembre, il faisait 2 ou 3 degrés et les terrasses étaient occupées. Elles étaient chauffées et partiellement  couvertes avec des coupes froid. J'ai trouvé cela très bien. Ici, à Montréal, on pourrait non seulement faire mieux mais innover et faire preuve d'originalité et d'audace un peu.

Je crois qu'il est temps pour  les élus locaux, la SDC et les autres intervenants d'arrêter de  ''chialer" sur les 10/30 et Royalmount de ce monde et de se concentrer sur ce qu'ils possèdent déjà, soit une avenue avec un potentiel énorme en plein cœur de la ville ou habitent déjà des dizaines de milliers de personnes. On se plaint que le Royalmount emmènera de milliers de voitures de plus et créera plus de congestion que jamais mais pendant ce temps là on a Saint-Denis qui étouffe sous la circulation de passage de milliers de voitures et on laisse l'espace pour les piétons dans un état lamentable......et même en été, dans un espace trop étroit.  Beaucoup trop étroit.

Voilà, c'était mon coup de gueule pour aujourd'hui.

Share this post


Link to post
Share on other sites
20 minutes ago, steve_36 said:

Je n'apporte rien de nouveau aujourd'hui sauf un compte rendu de mon après-midi passé sur la rue Saint-Denis, surtout de Roy à Mont-Royal. La rue Saint-Denis, pour des raisons sentimentales, restes mon endroit préféré. Mais j'ai le cœur qui saigne en me baladant sur cette rue.

Bien sur je n'ai pas profité de la plus belle journée pour me balader mais c'est exactement dans ces moments là que je veux retrouver l'esprit d'antan, celui de la rue que j'ai aimé et que j'ai tant parcouru, beau temps mauvais temps.

Je n'ai pas de statistique sur le taux d'occupation des commerces mais il y a encore beaucoup de locaux vacants. Beaucoup. Et la faillite de la Brasserie Saint-Denis est triste car c'est un autre ''mini'' classique qui part. Je n'avais pas remarqué mais les Deux Marie aussi est fermé. Je suis passé chez MEC et en effet, ils faisaient leurs boites pour la fermeture demain.

Je sais que les taxes sont la cause première de la difficulté de la rue. Pas seulement sur Saint-Denis, bien sur, mais cette rue semble plus affectée que d'autres. Chaque commerçant le dira, aucun doute. Ensuite, il y a eu les travaux, bien sur, mais il sont terminés et la rue n'arrive pas à retrouver son caractère, son petit charme qui a fait d'elle ses belles années.

Mais la raison actuelle, selon moi, est que la rue Saint-Denis est devenue une passoire, une sorte de mini autoroute dans le sens nord-sud. Les trottoirs sont beaucoup trop étroits. Encore plus l'hiver avec la neige et la glace qui se ramassent de chaque cotés, rendant difficile la marche. Il y avait pourtant des gens cette après-midi mais on voyait que ce n'était pas agréable. Ma copine, qui voulait se balader, a changé d'avis en voyant l'épaisseur de la glace et l'impossibilité de marcher l'un à coté de l'autre.

C'est inconcevable d'avoir autant d'espace pour les voitures (6 voies), mais si peu d'espace pour les piétons. De plus, le peu d'espace pour les piétons est occupé par une couche de glace. Pénible !

Il est temps de donner un coup de bar, de faire preuve d'audace et de redonner l'espace aux piétons. Selon moi, il faut éliminer 2 voies pour les voitures afin d'élargir les trottoirs. Une voie de chaque coté pour les piétons. Il faut que les mamans avec les carrosses puissent passer sans être encombrer. Il faut que les couples puissent marcher et ne pas être forcés de se tasser en rencontrant un autre couple venant en sens inverse. Il faut un ''statement'' fort. Saint-Denis c'est pour les piétons et les cafés. Il faut de l'espace.

D'ailleurs, pourquoi on ne voit pas plus de café avec des terrasses même en hiver. Des terrasses chauffées, partiellement fermées avec des coupes vent/froid. Oui, je sais que même à moins 25 ca ne changera pas grand chose mais je sais qu'à zéro et moins 3, ca peut-être agréable de s'asseoir tout en buvant un café et en gardant son manteau. Malheureusement il n'y a rien de cela sur cette rue ou pourtant les cafés devraient être partout......c'est notre petit Paris. 

À Paris, au mois de novembre, il faisait 2 ou 3 degrés et les terrasses étaient occupées. Elles étaient chauffées et partiellement  couvertes avec des coupes froid. J'ai trouvé cela très bien. Ici, à Montréal, on pourrait non seulement faire mieux mais innover et faire preuve d'originalité et d'audace un peu.

Je crois qu'il est temps pour  les élus locaux, la SDC et les autres intervenants d'arrêter de  ''chialer" sur les 10/30 et Royalmount de ce monde et de se concentrer sur ce qu'ils possèdent déjà, soit une avenue avec un potentiel énorme en plein cœur de la ville ou habitent déjà des dizaines de milliers de personnes. On se plaint que le Royalmount emmènera de milliers de voitures de plus et créera plus de congestion que jamais mais pendant ce temps là on a Saint-Denis qui étouffe sous la circulation de passage de milliers de voitures et on laisse l'espace pour les piétons dans un état lamentable......et même en été, dans un espace trop étroit.  Beaucoup trop étroit.

Voilà, c'était mon coup de gueule pour aujourd'hui.

J'espère que tu réalises que st-Denis a justement été refait partiellement ces dernières années. Proposer d'élargir les trottoirs est donc totalement futile et utopique maintenant. Deuxio, si y'a de la glace, c'est parce que tu y a marché durant les pires journées post-tempête pluie-verglas, et que ce n'est tout simplement pas le cas la majorité du temps de l'année. St-Denis se meurt car ce n'est tout simplement plus la rue 'in'. Comme St-Lo. Arrêtez avec la nostalgie d'antan, maintenant c'est Griffintown, St-Henri, Bonaventure et Square-Victoria où ça se passe à Montréal. St-Denis devra redevenir une rue de quartier tout simplement, avec des commerces locaux de moindre envergure. La transition ne s'est pas encore faite dans sur le terrain ni dans la tête des gens.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Rocco a dit :

J'espère que tu réalises que st-Denis a justement été refait partiellement ces dernières années. Proposer d'élargir les trottoirs est donc totalement futile et utopique maintenant.

Justement, je sais bien qu'elle vient d'être refaite mais ce fut toute une erreur de la faire à l'identique. Maintenant, je ne dis pas de la refaire tout de suite maintenant, mais il faut penser à cette option car la garder dans l'état actuelle n'est pas une bonne option selon moi.  Il est temps de penser autrement.

Il y a 2 heures, Rocco a dit :

 Deuxio, si y'a de la glace, c'est parce que tu y a marché durant les pires journées post-tempête pluie-verglas, et que ce n'est tout simplement pas le cas la majorité du temps de l'année. 

J'ai bel et bien dit que ce n'est pas la meilleure journée pour marcher sauf que même en été ou en automne, elle n'est pas assez large pour accommoder les gens qui y marchent. Alors en hiver, au lendemain d'un verglas ou d'une tempête, c'est ridicule de s'y promener. On a beau briser la glace, mais le passage est trop étroit. Il est trop étroit en été.....

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Rocco a dit :

St-Denis se meurt car ce n'est tout simplement plus la rue 'in'. Comme St-Lo. Arrêtez avec la nostalgie d'antan, maintenant c'est Griffintown, St-Henri, Bonaventure et Square-Victoria où ça se passe à Montréal. St-Denis devra redevenir une rue de quartier tout simplement, avec des commerces locaux de moindre envergure. La transition ne s'est pas encore faite dans sur le terrain ni dans la tête des gens.

Elle se meurt....justement parce qu'on a pas su la faire évoluer en son temps. Que ce soit une rue de destination ou une rue de quartier, là n'est pas la question. L'espace pour se promener est trop étroit.

Ce n'est pas une question de ou ca se passe. C'est une question de s'adapter à la réalité actuelle et de faire en sorte que les gens qui se balade sur la rue puissent le faire aisément et sans contrainte majeure. Les commerces de fringues ont beau fermer.....cela ne change rien à la configuration de la rue qui est désuète. Je ne veux pas aller m'acheter des vêtements  mais juste pour y marcher, prendre un café ou  une bière...il faut que ce soit plaisant, été comme automne, comme printemps et comme hiver.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

I was walking along St Denis on Saturday and wow, a lot of stores are closed. It is sad to see, hopefully life will come back to the area in the future, if not, they should try and re-convert the stores into town houses.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Urban Outfitters vient de fermer. MEC s'en va. Il ne reste plus rien. C'est d'une tristesse infinie. St-Denis est littéralement mort. Le pire est entre Marie-Anne et Rachel.

Edited by Rocco

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By mtlurb
      Et ça continue, on improvise parce que les limites de vitesse arbitraires ne sont simplement pas respectées.... alors on force les gens à faire ce qui contredit le code de la route et le bon sens. 
       

      https://www.tvanouvelles.ca/2019/09/10/interdit-de-se-garer-a-moins-de-13-metre-du-trottoir
    • By loulou123
      La PresseLe samedi 28 avril 2007
       
      Tout indique que Montréal fera une importante annonce sur le vélo au centre-ville lundi. La fameuse épine dorsale du réseau cyclable, attendue depuis 20 ans, sur le boulevard de Maisonneuve, deviendrait enfin réalité, selon ce qu'a appris La Presse.
       
      Le responsable du transport au comité exécutif de la Ville de Montréal, André Lavallée, a confirmé hier qu'il s'apprête à dévoiler quelque chose de «gros». Mais il s'est contenté de rire lorsque questionné au sujet de l'ouverture d'une voie sur de Maisonneuve.
       
      Le lien manquant
       
      Vélo Québec espère depuis 20 ans l'ouverture de ce tronçon qui compléterait le lien d'est en ouest. Présentement, la piste cyclable s'arrête d'un côté à la rue Berri, et de l'autre, à la rue Green. Les cyclistes doivent ensuite s'engager en zigzag dans les rues de Montréal pour accéder au coeur du centre-ville.
       
      Patrick Howe, de Vélo Québec, explique qu'une piste cyclable est au centre du «plan d'accès au centre-ville» que son organisation avait déposé auprès des élus, en 2005. Ce plan était le fruit de deux études qui avaient conduit Vélo Québec jusqu'à Vancouver et Toronto pour comparer les réseaux cyclistes et identifier les meilleures solutions.
       
      Carrefour du Parc
       
      Par ailleurs, l'équipe Tremblay est sur le point d'annoncer l'ouverture d'une piste cyclable d'environ un kilomètre, dans l'axe des avenues du Parc et des Pins. La voie s'étendra de la rue Rachel (au nord) à la rue Hutchison (au sud).
       
      Cette piste cyclable sera réalisée à l'intérieur du budget de 6,5 millions consacré à l'aménagement des abords du nouveau carrefour du Parc. La dernière phase de ces travaux, qui s'élève à 29,5 millions, comprend la construction du trottoir à l'est de l'avenue du Parc, l'installation de lampadaires de rue et de parcs, et la plantation d'arbres.
       
      «Ce sera une piste cyclable confortable, drapée de vert, assure André Lavallée, qui en fera l'annonce prochainement. La piste deviendra une des entrées du centre-ville.»
       
      Le responsable du dossier au comité exécutif ajoute qu'il est impératif pour Montréal de repartager la chaussée avec les cyclistes et les piétons.
       
      «Autrefois, les cyclistes et les piétons étaient considérés comme une nuisance au centre-ville, dit-il. Les pistes cyclables dans la rue Wellington, Saint-Urbain et Notre-Dame, qui ont été ouvertes l'an dernier, sont en train de transformer les habitudes de circulation des Montréalais.»
    • By acpnc
      Publié le 12 août 2016 à 13h38 | Mis à jour le 12 août 2016 à 13h38
       
      Les Forges de Montréal menacées d'éviction par la Ville
       
      Les Forges de Montréal, un organisme sans but lucratif, est le seul endroit en Amérique du Nord consacré à enseigner les techniques d'époque, selon Mathieu Collette.
       
      La Presse Canadienne
      Giuseppe Valiante
       
      Au beau milieu d'une autoroute et de silos à grains le long du canal Lachine, à Montréal, se trouve une structure grisâtre âgée de 130 ans qui abrite des forgerons pratiquant le métier d'antan.
       
      Mathieu Collette, avec sa salopette noire et sa queue de cheval nouant ses cheveux foncés, travaille sur une pièce de fer rouge de chaleur placée sur une enclume française vieille de 230 ans.
       
      « Personne au Canada ne fait ce que nous faisons, dit-il alors qu'une goutte de sueur perle sur son front. Nous sommes même uniques en Amérique du Nord. »
       
      Bien que plusieurs cours de forge existent ailleurs au Canada, M. Collette affirme que son organisme sans but lucratif, Les Forges de Montréal, dans l'édifice où il travaille, est le seul endroit en Amérique du Nord consacré à enseigner les techniques d'époque.
       
      Ses collègues et lui offrent des cours à tous ceux qui sont intéressés à garder le métier de forgeron bien vivant.
       
      Depuis 2000, M. Collette et plusieurs autres forgerons se partagent l'espace, mais ils affirment que la Ville de Montréal veut les chasser de l'endroit en raison d'un conflit sur le bail.
       
      « La Ville veut mettre ses camions là », soutient M. Collette devant la fenêtre donnant sur l'autoroute Bonaventure, qui est à quelques mètres de l'édifice.
       
      Il pourrait prendre son matériel et déménager, mais M. Collette estime que le lieu de son atelier est aussi important que les méthodes qu'il enseigne à ses élèves.
       
      Derrière la structure de pierre est situé le canal Lachine, qui était auparavant à proximité des usines de bois transformé, d'acier, de cuir et d'autres produits qui ont été essentiels au développement du Canada.
       
      Tout juste à côté de l'édifice se trouvent d'imposants silos à grains, qui appartiennent à l'entreprise propriétaire de la farine Five Roses - dont le panneau en néon rouge illumine le ciel de Montréal chaque soir.
       
      Le fait qu'un atelier de forge soit entouré d'usines et de voies ferrées - des symboles de la Révolution industrielle - n'échappe pas à Mathieu Collette.
       
      « Nos techniques anciennes sont vivantes et sont [des symboles] de la Révolution industrielle au Canada », souligne-t-il.
       
      Le gouvernement possède le terrain sur lequel la structure est érigée et M. Colette souhaite discuter avec Ottawa pour agrandir l'atelier et créer un musée ainsi qu'une aire récréative extérieure afin de raconter l'histoire industrielle du Canada.
       
      « C'est totalement unique ici. Juste derrière nous est [située] l'entrée du canal qui a bâti le Canada: les moulins, le train, le pont Victoria derrière nous... Personne ne sait ça. Nous voulons faire un musée qui explique tout ça. »
       
      Mais M. Collette et ses partenaires doivent d'abord régler leur conflit avec la métropole, qui est propriétaire de l'édifice. Le forgeron dit qu'il avait une entente avec l'ancienne administration municipale pour remettre à plus tard des rénovations onéreuses.
       
      La Ville de Montréal soutient plutôt que cette entente n'avait jamais été formellement approuvée et que le groupe viole les clauses du bail en ne procédant pas aux rénovations.
       
      Une porte-parole de la municipalité, Anik de Repentigny, a écrit dans un courriel que les Forges de Montréal ne respectaient pas les obligations du contrat et que « le dossier suit son cours ».
       
      « Nous n'avons pas d'autres commentaires », a-t-elle dit.
       
      Mathieu Collette espère que les Montréalais et le maire reconnaîtront que son groupe protège l'héritage culturel de la ville.
       
      « Nous sommes une équipe de passionnés qui aimons partager les techniques anciennes de forge avec le public. Avant, les gens étaient fiers de faire des objets qui dureraient pour toujours. Et c'est pourquoi les anciennes techniques sont meilleures que les nouvelles », a-t-il fait valoir.
       
      La technique de forge en bref
       
      - La forge traditionnelle utilise les quatre éléments: la terre (le fer), l'air (pour augmenter la chaleur du fer), l'eau (pour refroidir le métal) et le feu (pour forger).
       
      - Le charbon de forge peut atteindre une température d'environ 1600 degrés Celsius.
       
      - Pour forger, il faut du charbon, une enclume, un marteau et de la poudre de borax (pour éviter l'oxydation).
       
      - À la fin de sa formation, l'apprenti forgeron saura faire des trous dans le métal, souder deux pièces ensemble et scinder le métal.
       
      - Les métaux par excellence sont le fer et l'acier en raison de leur solidité et de leur durabilité.
       
      - Un bon apprenti peut devenir forgeron après environ trois ans.
       
      http://www.lapresse.ca/actualites/montreal/201608/12/01-5009878-les-forges-de-montreal-menacees-deviction-par-la-ville.php
    • By ProposMontréal
      Webcam: http://www.nouveauchamplain.ca/chantier/chantier-en-direct/
       
      Discussion portant sur le nouveau Pont Champlain.
    • By nephersir7
      25 juillet 2018, en face du terminus Chevrier