Recommended Posts

Je comprend Ferrandez d'être excédé par ces zouaves de l'opposition qui étaient au pouvoir quand St-Denis a été refaite à l'identique. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les articles exagèrent pas mal ce qui s'est dit en conseil. C'est pas mal plus "bon enfant" que ce qui est rapporté. Mais bon, tout le Québec se permet d'avoir une opinion sur Ferrandez, alors si on cherche des cliques... ;)

1m. À voir. 

https://production.smedia.lvp.llnw.net/e1b3e24ecb944abd8f4ed823a0b76ddc/tj/UMK9ZfSpX1Oa0Mempr1f6D9h2B3RVomHAE8RRcbdI/luc_ferrandez_au_conseil_municipal-5cdb29affe727300c4b91814_may_14_2019_22_04_17.mp4?x=0&h=c2deb0e00370885941d8657b36f2f9c3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 37 minutes, UrbMtl a dit :

Les articles exagèrent pas mal ce qui s'est dit en conseil. C'est pas mal plus "bon enfant" que ce qui est rapporté. Mais bon, tout le Québec se permet d'avoir une opinion sur Ferrandez, alors si on cherche des cliques... ;)

1m. À voir. 

https://production.smedia.lvp.llnw.net/e1b3e24ecb944abd8f4ed823a0b76ddc/tj/UMK9ZfSpX1Oa0Mempr1f6D9h2B3RVomHAE8RRcbdI/luc_ferrandez_au_conseil_municipal-5cdb29affe727300c4b91814_may_14_2019_22_04_17.mp4?x=0&h=c2deb0e00370885941d8657b36f2f9c3

Merci d'avoir partagé ! Effectivement, les articles exagèrent pas mal.

Quelqu'un comprend ce qu'il dit à la fin à propos de l'erreur sur ce qu'ils ont dit sur le fait d'élargir les trottoirs ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

On peut reprocher beaucoup de choses à Ferrandez, mais pas de manquer d'amour ni de vision pour cette rue-là. Il a fait dans le passé un diagnostic très précis des forces et de tous les problèmes qui minent cette artère-là, mais la réfection récente sous Coderre a empiré les choses à mon humble avis, alors qu'elle aurait nécessité une vision nouvelle. Il avait donc ses propres solutions en tête, mais au final, refaire St-Denis juste après une réfection qui a fait mal aux commerçants aurait été politiquement suicidaire. Donc, on peut penser qu'il n'aurait pas pu, de toute façon y aller d'une transformation aussi radicale qu'il le voulait à court terme. Je pense aussi que la polarisation autour de sa personne a peut-être nui à sa capacité d'action sur ce dossier comme sur d'autres dossiers. 

Mais il faut éviter de lier le succès d'une artère comme celle-là à un seul individu, pas plus qu'il faut la lier à un seul phénomène. Le maire d'arrondissement n'a pas tous les pouvoirs, la taxation trop lourde découle entre autres d'un manque de budgets transférés au villes par le gouvernement provincial et la situation de St-Denis est plus difficile que d'autres artères (à cause du traffic de plus en plus lourd qui rend l'expérience client un peu pénible). Est-ce que le nouveau maire d'arrondissement fera mieux? Je dirais qu'il aura les mains liées, mais que, comme il ne s'appellera pas Ferrandez, aura peut-être les coudées plus franches pour faire quelques changements majeurs. 

Edited by plb
faute d'orthographe

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, plb a dit :

On peut reprocher beaucoup de choses à Ferrandez, mais pas de manquer d'amour ni de vision pour cette rue-là. Il a fait dans le passé un diagnostic très précis des forces et de tous les problèmes qui minent cette artère-là, mais la réfection récente sous Coderre a empiré les choses à mon humble avis, alors qu'elle aurait nécessité une vision nouvelle. Il avait donc ses propres solutions en tête, mais au final, refaire St-Denis juste après une réfection qui a fait mal aux commerçants aurait été politiquement suicidaire. Donc, on peut penser qu'il n'aurait pas pu, de toute façon y aller d'une transformation aussi radicale qu'il le voulait à court terme. Je pense aussi que la polarisation autour de sa personne a peut-être nui à sa capacité d'action sur ce dossier comme sur d'autres dossiers. 

Mais il faut éviter de lier le succès d'une artère comme celle-là à un seul individu, pas plus qu'il faut la lier à un seul phénomène. Le maire d'arrondissement n'a pas tous les pouvoirs, la taxation trop lourde découle entre autres d'un manque de budgets transférés au villes par le gouvernement provincial et la situation de St-Denis est plus difficile que d'autres artères (à cause du traffic de plus en plus lourd qui rend l'expérience client un peu pénible). Est-ce que le nouveau maire d'arrondissement fera mieux? Je dirais qu'il aura les mains liées, mais que, comme il ne s'appellera pas Ferrandez, aura peut-être les coudées plus franches pour faire quelques changements majeurs. 

Absolument. J'ajouterais qu'il faut arrêter de ramener tout à un individu. L'arrondissement est composée d'une armée de fonctionnaires et d'une équipe d'élu(e)s qui ne seront les mêmes en septembre prochain, peu importe le nouveau maire. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Annonce du Réseau Express Vélo aujourd'hui. Un des 5 axes à compléter en 2021 inclut la rue Saint-Denis; de Gouin à Maisonneuve

https://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=8957,143276111&_dad=portal&_schema=PORTAL

ph_carte_rev_axes_proposes_800px.jpg

 AXE 1 – Berri /Lajeunesse /Saint-Denis

Du boulevard Gouin au boulevard De Maisonneuve, l'axe 1 compte plus de 10  km de pistes cyclables aménagées de façon transitoire. Cet axe névralgique traverse cinq arrondissements et relie de nombreux points d'intérêts tels que la gare intermodale Sauvé, le Marché Jean-Talon, les bibliothèques Marc-Favreau, Plateau et BAnQ, l'UQAM, le Quartier Latin et le Vieux-Montréal. »

Share this post


Link to post
Share on other sites

Inquiétudes sur la rue Saint-Denis

L’implantation d’une piste cyclable de chaque côté de la rue Saint-Denis n’est pas du goût de certains commerçants, qui souffrent déjà de la transformation des habitudes de consommation et d’une nouvelle offre commerciale en banlieue.

« C’est un genre de petite catastrophe », a estimé Madeleine de Villers, dont une boutique a pignon sur l’artère emblématique. « Je ne sais pas si la volonté c’est d’achever la rue Saint-Denis... »

« Avoir une piste cyclable 365 jours par année, quand on sait très bien que l’hiver il n'y a personne, ça m’apparait comme une décision qiu va nuire énormément au commerce », a ajouté Mme De Villers.

Le chef de l'opposition officielle à l'hôtel de ville, Lionel Perez, s'est également dit surpris d'apprendre que la rue Saint-Denis serait incluse dans le futur REV. « Ce n'est certainement pas ça qui va aider les commerces de la rue Saint-Denis », a-t-il commenté.

Dans sa présentation, l'administration a fait valoir que, selon des études effectuées dans d'autres villes comparables à Montréal, le commerce sur rue avait bénéficié de l'amélioration des infrastructures cyclistes.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1172088/reseau-express-velo-montreal-valerie-plante-devoilement

Edited by redfu

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, redfu a dit :

inquiétudes sur la rue Saint-Denis

L’implantation d’une piste cyclable de chaque côté de la rue Saint-Denis n’est pas du goût de certains commerçants, qui souffrent déjà de la transformation des habitudes de consommation et d’une nouvelle offre commerciale en banlieue.

« C’est un genre de petite catastrophe », a estimé Madeleine de Villers, dont une boutique a pignon sur l’artère emblématique. « Je ne sais pas si la volonté c’est d’achever la rue Saint-Denis... »

« Avoir une piste cyclable 365 jours par année, quand on sait très bien que l’hiver il n'y a personne, ça m’apparait comme une décision qiu va nuire énormément au commerce », a ajouté Mme De Villers.

Le chef de l'opposition officielle à l'hôtel de ville, Lionel Perez, s'est également dit surpris d'apprendre que la rue Saint-Denis serait incluse dans le futur REV. « Ce n'est certainement pas ça qui va aider les commerces de la rue Saint-Denis », a-t-il commenté.

Dans sa présentation, l'administration a fait valoir que, selon des études effectuées dans d'autres villes comparables à Montréal, le commerce sur rue avait bénéficié de l'amélioration des infrastructures cyclistes.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1172088/reseau-express-velo-montreal-valerie-plante-devoilement

Quand Annie Desrochers de l'émission Le 15-18 lui a posé la question sur l'impact du REV sur la rue Saint-Denis, la mairesse a répondu que la décision de faire passer le REV sur cet axe a été fait en partenariat avec la SDC de la rue

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By Flynnster
      I just I take this photo of solar panels on our bus shelter, It’s would be nice if this is the norm. 

    • By acpnc
      Publié le 11 octobre 2018 à 00h00 | Mis à jour à 00h10
      https://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/201810/10/01-5199801-la-stm-songe-a-devancer-lachat-de-bus-electriques.php
      La STM songe à devancer l'achat de bus électriques
        Bruno Bisson
      La Presse   La Société de transport de Montréal (STM) songe à devancer à 2023 ses acquisitions de bus exclusivement électriques en raison des progrès actuels de la technologie et des résultats «étonnamment intéressants» des expériences en cours.
      Dans une entrevue à La Presse, la directrice exécutive du réseau de bus à la STM, Renée Amilcar, a affirmé que la STM allait multiplier les essais avec d'autres technologies et d'autres modèles de bus afin de déterminer quels types de véhicules sont les mieux adaptés pour assurer les services sur ses circuits, qui ont des exigences différentes.
      Le futur parc d'autobus électriques de la société pourrait ainsi intégrer plusieurs types de véhicules différents, à recharge lente ou rapide, plutôt qu'un seul type d'autobus ou une seule technologie.
      «À la STM, dit Mme Amilcar, nous faisons du balisage et tout le monde, actuellement, s'en va dans la même direction, en faisant plus d'essais que moins afin d'être prêt à temps et de pouvoir aller vers l'électrification.»
       
      «Devant les progrès et les résultats plus qu'intéressants qu'on a vécus avec nos trois bus actuels, nous pensons qu'on doit étendre ce projet-là.»
      «Avec nos partenaires, à l'interne, on s'est dit que nous serions peut-être même en mesure de nous en aller vers l'électrification dès 2023», au lieu de 2025, comme le prévoit actuellement le Plan stratégique de la STM, ajoute Mme Amilcar.
      La STM serait ainsi la deuxième société de transport du Québec à devancer l'achat de véhicules électriques seulement, après la Société de transport de Laval, qui en a déjà pris l'engagement.
      Souplesse et voisinage
      Cette volonté d'expérimentation explique pourquoi la STM a annoncé, à quelques semaines d'intervalle, l'acquisition de 30 bus à recharge lente du constructeur manitobain New Flyer, et de quatre véhicules à recharge rapide de Nova Bus similaires aux trois bus qui circulent déjà, en service ordinaire, entre le terminus Angrignon et le square Victoria sur la ligne 36-Monk.
      La STM a de plus fait l'acquisition de quatre «midibus» de 30 pi (9 m) construits par la société chinoise BYD, et explore le marché pour acquérir deux minibus qui seront affectés au transport adapté.
      Ces véhicules utilisent des technologies différentes et imposent aussi des conditions d'exploitation différentes. La directrice exécutive du réseau de bus de la STM affirme qu'elle a une préférence pour les bus à recharge lente «en raison de la flexibilité qu'ils permettront». «Je peux l'envoyer n'importe où [sur le réseau]», parce que le bus n'a pas besoin de recharge en cours de service. Son autonomie théorique est toutefois limitée à 200 km, sans tenir compte de la consommation liée à la climatisation, en été, ou du chauffage, en hiver.
      Les autobus à recharge rapide, dit Mme Amilcar, sont mieux adaptés aux exigences des «grosses lignes» de la STM, comme la 121 du boulevard Côte-Vertu, la ligne 139 du boulevard Pie-IX ou l'Express 467 du boulevard Saint-Michel, pourvu qu'on puisse aménager des pantographes sur leur parcours pour les recharger.
      «Mais on sait qu'on ne peut pas installer des pantographes partout», ajoute-t-elle, en soulignant que des résidants ou des commerçants exprimeront souvent des réticences à la présence de ces structures de recharge faisant plus de 5 m de hauteur en bordure du trottoir.
      Des coûts d'intégration élevés
      La possibilité de recharger le bus en trois ou quatre minutes grâce au pantographe permet aux véhicules de demeurer en service continu, à la manière d'un bus au diesel actuel qui peut faire jusqu'à 600 km, de 5h30 du matin jusqu'en fin de soirée, sans avoir à refaire le plein de carburant.
      Après un an d'exploitation des trois autobus à recharge rapide sur la ligne Monk, la technologie de recharge a montré une fiabilité élevée, avec une disponibilité de recharge dans 96% des branchements.
      Les quatre nouveaux Nova Bus acquis par la STM, au coût de près de 5,6 millions, seront aussi mis en service sur la ligne 36, de sorte que les services sur ce circuit de bus seront entièrement assurés par des bus électriques après la livraison des autobus, prévue pour 2020.
      Quant aux bus à recharge lente, qu'on branche le soir, au garage, comme un véhicule électrique ordinaire, leur autonomie est plus limitée, mais peut satisfaire aux exigences d'un «petit bus», pour assurer les services sur une ligne plus courte, ou roulant strictement à l'heure de pointe.
      L'avantage de ces véhicules, dit Mme Amilcar, «c'est qu'on peut les opérationnaliser comme des bus diesel, sans dépendre d'une logistique de pantographes, à l'extérieur». Ces autobus pourront être mis en service sur une grande variété de lignes de la STM, dont celle du mont Royal (ligne 11), de même que sur des lignes estivales à service restreint.
      Les autobus électriques New Flyer, attendus pour 2020, seront entretenus et garés au garage Stinson de la STM, dans l'arrondissement de Saint-Laurent. Mme Amilcar souligne que les coûts des installations électriques, des bornes de chargement et des installations propres à ces véhicules seront élevés. Elle les estime à environ 500 000 $ par véhicule, soit une facture d'environ 15 millions pour l'adaptation du garage Stinson.
    • By AMTFan1
      Lien: https://www.journaldemontreal.com/2019/05/13/la-stm-annonce-des-mesures-pour-alleger-la-ligne-orange?fbclid=IwAR2kbOQ77sTHUrXySYLsz45d5INyb1BderhI8APQcQoZD8TRFWmzzsIdTXg
    • By nephersir7
      25 juillet 2018, en face du terminus Chevrier

    • By monctezuma
      Culture: on ferme le robinet
       
      Publié le 21 mars 2012 à 08h06 | Mis à jour le 21 mars 2012 à 08h07
       
      Paul Journet
       
      La Presse
       
      (Ottawa) Après une croissance de 34,6% des dépenses en culture depuis 10 ans, Québec commence à fermer le robinet. Les dépenses se stabilisent.
       
      Les nouvelles mesures annoncées dans le budget Bachand sont ciblées. La principale annonce: un «legs» de 125 millions pour célébrer le 375e anniversaire de Montréal, en 2017. L'argent ira notamment à l'Espace pour la vie (45 millions pour un nouveau pavillon de verre au Jardin botanique, un cinquième écosystème au Biodôme, l'agrandissement de l'Insectarium et le nouveau Planétarium). À cela s'ajoutent une promenade le long du fleuve au parc Jean-Drapeau (35 millions), la reconfiguration de l'oratoire Saint-Joseph, avec un centre d'observation dans le dôme (26,4 millions) et un nouveau pavillon au Musée des beaux-arts de Montréal (18,5 millions).
       
      La ville de Québec reçoit aussi de l'aide. Le gouvernement provincial financera jusqu'à 30 millions de la construction du Théâtre Le Diamant. C'est la moitié du coût total prévu pour ce théâtre dont Ex-Machina, la société de Robert Lepage, sera le promoteur.
       
      Le Fonds du patrimoine sera aussi bonifié de 60 millions d'ici 2020. Les musées recevront quant à eux 11 millions de plus (dont 4 millions aux musées d'histoire McCord et Stewart). Rien n'est annoncé pour le Musée d'art contemporain. Québec «contribuera éventuellement», si le fédéral et le privé investissent.