Recommended Posts

En gros, le St-Sulpice est à vendre : le terrain allant de St-Denis à Sanguinet est le jardin-terrasse du bar/restaurant. J'espère VRAIMENT que le nouvel acheteur va garder sa vocation. Un véritable incontournable à Montréal, même si c'est vrai qu'il tombe en décrépitude, tout comme la bibliothèque St-Sulpice juste à côté. C'est lieux doivent être entretenues et rénovés, et non "développés".Bon, l'arrière du St-Sulpice peut faire place à un projet de condos quelconque, mais c'est tout. Tant le resto que le bar doivent rester dans leurs formes actuelles.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, fmfranck a dit :

En gros, le St-Sulpice est à vendre : le terrain allant de St-Denis à Sanguinet est le jardin-terrasse du bar/restaurant. J'espère VRAIMENT que le nouvel acheteur va garder sa vocation. Un véritable incontournable à Montréal, même si c'est vrai qu'il tombe en décrépitude, tout comme la bibliothèque St-Sulpice juste à côté. C'est lieux doivent être entretenues et rénovés, et non "développés".Bon, l'arrière du St-Sulpice peut faire place à un projet de condos quelconque, mais c'est tout. Tant le resto que le bar doivent rester dans leurs formes actuelles.

Triste sort après des années de déclin et de sous-investissement. Cette portion de Saint-Denis est dans les limbes avec une proportion effarante d'itinérants et de pauvreté qui mine littéralement le renouveau de cette portion de l'artère. En espérant que la reconstruction du Théatre St-Denis puisse insuffler une dose d'énergie positive à ce segment de la rue.

Edited by Rocco

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour une fois, je suis absolument en accord avec toi. Je rajouterais que les rénos des façades, aménagement et troittoirs de la rue St-Denis et des édifices de l'UQAM entre Ste-Catherine et Maisonneuve vont aider un peu la vitalité du secteur.  Je rajouterais aussi, dans les causes ayant menée à la détérioration de la vitalité commerciale et la croissance de la présence de sans-abris: le déménnagement du festival juste pour rire et la dynamisation du parc Émilie Gamelin. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Just because the building is for sale doesn't mean the bar is also. Since they are also selling the the building on St Cat, I'm assuming they don't own or run the bar, they own the properties.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 35 minutes, Kotar a dit :

Just because the building is for sale doesn't mean the bar is also. Since they are also selling the the building on St Cat, I'm assuming they don't own or run the bar, they own the properties.

C'est possible, mais je crois au contraire qu'il est plus probable qu'improbable que le propriétaire de l'immeuble est aussi le prorpriétaire du bar/restaurant étant donné que selon le plan cadastral, un seul immeuble ne fait pas parti de la combinaison resto et bar St-Sulpice. En tout cas, le propriétaire du St-Sulpice, aux dernières nouvelles, était Maurice Bourassa.  

Edited by fmfranck

Share this post


Link to post
Share on other sites
On 2017-11-16 at 8:30 AM, jerry said:

St-Denis Street businesses rebounding after construction lull

Commercial vacancy rate has dropped from 27% in March 2016 to 14% this month

CBC News Posted: Nov 16, 2017 7:00 AM ET Last Updated: Nov 16, 2017 7:00 AM ET

The St-Denis Street business development corporation says the street is starting to rebound, a little more than a year after construction on the commercial artery wrapped up.

During the year-long construction period, many businesses fled the commercial district between Duluth Avenue and Marie-Anne Street as both the road and sidewalks were torn up.

Caroline Tessier, director of the merchants' association, said now the street is undergoing a "transformation."

She said that 35 new businesses have opened on St-Denis this year and that the vacancy rate is down more than 10 per cent.

In March 2016, the vacancy rate in the area was at 27 per cent. Today, it's down to 14 per cent.

And while there are still 50 empty storefronts in the area and "for rent" signs where businesses used to be, Tessier says things are looking up.

"We want to give merchants confidence for the future," she said.

The association is hoping to bring the vacancy rate down further to be on par with Montreal's average of nine per cent by the end of 2018.

Tessier told CBC that the association has several initiatives planned to attract new life to the street, including a program that includes open houses, promotional material and thousands of dollars in bursaries for new businesses.

Things are improving for some existing businesses on the street as well.

"Our business is better than it was the year before construction started," said Véronique Parent, who works at the home decor store Zone. "It's a good sign for us."

It looks like Saint-Denis is doing much better now and is slowly bouncing back. The vacancy rates in March 2016 were 14% and the SDC was hoping to achieve 9% by year end 2018. Does anybody have current or updated vacancy rates?

Besides this, we only read about stores closing. However, does anybody have any info about stores planing to open on Saint Denis or who have recently opened?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 19 heures, fmfranck a dit :

En gros, le St-Sulpice est à vendre : le terrain allant de St-Denis à Sanguinet est le jardin-terrasse du bar/restaurant. J'espère VRAIMENT que le nouvel acheteur va garder sa vocation. Un véritable incontournable à Montréal, même si c'est vrai qu'il tombe en décrépitude, tout comme la bibliothèque St-Sulpice juste à côté. C'est lieux doivent être entretenues et rénovés, et non "développés".Bon, l'arrière du St-Sulpice peut faire place à un projet de condos quelconque, mais c'est tout. Tant le resto que le bar doivent rester dans leurs formes actuelles.

Il y a 17 heures, Rocco a dit :

Triste sort après des années de déclin et de sous-investissement. Cette portion de Saint-Denis est dans les limbes avec une proportion effarante d'itinérants et de pauvreté qui mine littéralement le renouveau de cette portion de l'artère. En espérant que la reconstruction du Théatre St-Denis puisse insuffler une dose d'énergie positive à ce segment de la rue.

Il y a 16 heures, fmfranck a dit :

Pour une fois, je suis absolument en accord avec toi. Je rajouterais que les rénos des façades, aménagement et troittoirs de la rue St-Denis et des édifices de l'UQAM entre Ste-Catherine et Maisonneuve vont aider un peu la vitalité du secteur.  Je rajouterais aussi, dans les causes ayant menée à la détérioration de la vitalité commerciale et la croissance de la présence de sans-abris: le déménnagement du festival juste pour rire et la dynamisation du parc Émilie Gamelin. 

J'ajouterais à ça qu'en plus du réaménagement de la Place Pasteur et des travaux sur le clocher de l'UQAM qui vont finir par finir, la Bibliothèque St-Sulpice (BanQ) va être rénovée et rouvrira ses portes dans les prochaines années, même si apparemment le projet est en ré-analyse en ce début d'année.

http://saintsulpice.banq.qc.ca/dernieres-nouvelles-au-sujet-de-banq-saint-sulpice-18dec/

 

 

Edited by ydg

Share this post


Link to post
Share on other sites

La Brasserie Saint-Denis fait faillite

Journal Métro
by Jessica Dostie  /  38min
 

L’institution établie au 4350, rue Saint-Denis depuis 20 ans (parce que peu de choses avaient changé depuis l’époque Bières et compagnie) ferme ses portes aujourd’hui. Des sources bien informées ont confirmé que les propriétaires ont été acculés à la faillite.

Pourtant, le restaurant avait subi une cure de rajeunissement pas plus tard que l’automne dernier. Le décor avait alors été rafraîchi, misant sur le crème et les boiseries d’origine, alors que la carte avait été complètement transformée. Il semble que ça n’ait pas été assez.

brasserie-saint-denis-photo-alice-beaubi

Orchestrée par les trois jeunes copropriétaires de l’endroit, Tim Auger, Michaël Grégoire et le chef Étienne Demers (Accords, Les 400 Coups, Hoogan et Beaufort), la métamorphose de la Brasserie proposait notamment un nouveau menu «qui reste accessible tout en étant plus raffiné», avait expliqué en entrevue Michaël Grégoire, rencontré juste avant Noël.

Sur les médias sociaux, des habitués avaient quand même reproché au trio d’avoir éliminé des classiques comme la soupe à l’oignon et à la bière noire.

Share this post


Link to post
Share on other sites

une autre fermeture sur Saint-Denis

https://www.lapresse.ca/affaires/economie/commerce-de-detail/201901/25/01-5212339-mec-ferme-son-magasin-de-la-rue-saint-denis.php

Publié le 25 janvier 2019 à 06h25 | Mis à jour à 06h40

MEC ferme son magasin de la rue Saint-Denis

Le magasin MEC de la rue Saint-Denis vendait... (Photo Martin Chamberland, archives La Presse)

Le magasin MEC de la rue Saint-Denis vendait surtout des vêtements.
Photo Martin Chamberland, archives La Presse

 

Marie-Eve Fournier
La Presse

Le détaillant d'articles de plein air MEC quittera la rue Saint-Denis, un peu plus de six ans après avoir commencé à « tester le marché urbain ». La coopérative affirme que le local était trop petit pour mettre efficacement son offre en valeur.

Inaugurée à l'automne 2012, soit quelques mois avant que Mountain Equipment Co-op change de nom et de logo, la boutique « expérimentale » fermera ses portes dimanche prochain. D'une superficie de 5000 pieds carrés (ce qui se compare à 40 000 normalement), le commerce vendait surtout des vêtements. Les clients pouvaient aussi y prendre possession d'articles achetés en ligne.

Il n'a pas été possible d'obtenir d'entrevue avec un représentant de MEC. La firme de relations publiques Tact nous a plutôt transmis une déclaration écrite de David Labistour, chef de la direction du détaillant.

« Nous avons aimé faire partie de la communauté de Saint-Denis au cours des dernières années, mais nous avons réalisé que le magasin est trop petit pour offrir à nos membres la gamme de vêtements et d'équipement de plein air qu'ils souhaitent voir. »

Dans son courriel, Tact a rappelé que « MEC [avait] essayé différentes idées » dans son local au fil des ans. Dernièrement, on y vendait du matériel et des vêtements liés au voyage. Au départ, l'endroit était spécialisé dans le « prêt-à-porter actif » (vélo, course à pied, escalade, yoga et entraînement).

Quant aux employés, ils seront relocalisés au Marché Central ou à Longueuil, nous a-t-on écrit.

Et le Marché Central ?

En mai dernier, MEC avait affirmé à La Presse vouloir quitter le Marché Central.

« Il faut un endroit plutôt central, facile d'accès, près des transports en commun, avait expliqué M. Labistour. Il faut aussi avoir une bonne taille pour le magasin. C'est là où est la difficulté. De telles occasions, ça ne vient pas souvent. Nous continuons à chercher. »

Invitée par courriel à faire le point sur ce sujet, la coopérative a répondu ne pas avoir « d'informations à communiquer ».

Ce ne serait pas la première fois que MEC procéderait à un déménagement dans la province. En 2017, le magasin du quartier Saint-Roch, en basse-ville de Québec, a été relocalisé à proximité des Galeries de la Capitale, dans Lebourgneuf. Ce changement a permis à MEC de doubler la superficie de son commerce, mais le mécontentement de certains membres a provoqué la création du groupe Facebook « Rapporte ta carte MEC ».

Fondée en Colombie-Britannique, MEC est présente au Québec depuis mai 2003.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By Fortier
      Discussion sur la Ligne Rose, proposée par Projet Montréal

      Discussion sur la proposition de Projet Montréal en terme d'expansion du transport en commun à Montréal.
      Entente de principe datant du 2019-06-26 pour le financement de la section ouest de la Ligne Rose, de Lachine vers le centre-ville. Les détails de cette extension ne sont pas connus.
    • By acpnc
      Publié le 24 septembre 2018 à 00h00 | Mis à jour à 06h25
      http://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/201809/23/01-5197673-trottinettes-en-libre-service-des-projets-bloques-par-quebec.php
      Trottinettes en libre-service: des projets bloqués par Québec?
      Lime, filiale du géant Google qui exploite des trottinettes électriques en libre-service dans plus d'une centaine de villes, a récemment annoncé vouloir étendre ses activités au Canada.
      ARCHIVES REUTERS
      Pierre-André Normandin
      La Presse Roulera, roulera pas? L'arrivée des trottinettes électriques en libre-service au centre-ville de Montréal risque de se faire attendre. Les règles mises en place par Québec pour encadrer leur arrivée semblent leur fermer la porte jusqu'en 2021.
      Lime, filiale du géant Google qui exploite des trottinettes électriques en libre-service dans plus d'une centaine de villes, a récemment annoncé vouloir étendre ses activités au Canada. L'entreprise, qui espère lancer ses activités au centre-ville de Montréal cet automne, risque toutefois de se buter aux règles imposées par Québec.
      Le ministère des Transports a dévoilé cet été les règles qui encadreront un projet-pilote de trois ans afin d'évaluer ce nouveau mode de transport. Celles-ci prévoient notamment que les usagers devront obligatoirement avoir au moins 18 ans et porter un casque.
      Formation obligatoire
       
      Certains critères rendent difficile l'utilisation de trottinettes électroniques en libre-service, à l'instar de BIXI. Québec impose que tous les usagers suivent «une formation appropriée à la conduite d'une trottinette électrique». Les usagers devront d'ailleurs se promener en tout temps avec une attestation pour démontrer aux policiers qu'ils ont suivi cette formation, qui doit être tant théorique que pratique.
      Responsable de gérer le projet-pilote, la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) précise que les systèmes en libre-service ne sont pas interdits, mais que ceux-ci ne cadrent pas avec les objectifs. 
      «L'objectif du projet-pilote est d'abord de recueillir de l'information en vue de mettre à jour la réglementation», affirme Sophie Roy, porte-parole de la SAAQ.
      Pour y arriver, la SAAQ dit vouloir retrouver tous les utilisateurs afin de les questionner sur leur expérience : manoeuvrabilité, sentiment de sécurité, pertinence des équipements imposés (comme le casque), utilité réelle de ce moyen de déplacement, etc.
      La SAAQ juge ainsi qu'une «expérience sporadique» n'est pas appropriée. «Une location ponctuelle à un touriste, par exemple, ne rencontre pas ces objectifs», poursuit Sophie Roy.
      Des critères sévères
      Les règles adoptées par Québec semblent également disqualifier la trottinette électrique utilisée par Lime, celle-ci ne respectant pas plusieurs critères édictés. Pour être autorisés, les véhicules doivent être dotés de roues ayant un diamètre d'un minimum de 25 cm. Celles de l'entreprise américaine font 20 cm. Les véhicules doivent être équipés de freins indépendants aux deux roues. Le bolide du géant américain mise sur un frein moteur et un sur roue. Les trottinettes doivent être munies de feux de changement de direction tant à l'avant (jaune ou blanc) qu'à l'arrière (jaune ou rouge). Le véhicule de Lime n'en a pas.
      Surprise par les critères imposés par Québec, Lime dit toujours espérer lancer son système en libre-service dans le centre-ville de Montréal cet automne. L'entreprise américaine compte répondre à l'appel de projets de la SAAQ et recevoir une réponse positive, même si sa trottinette ne respecte pas certains critères.
      Le dernier mot revient au ministre, qui peut autoriser une entreprise à mener un projet-pilote même s'il ne respecte pas tous les critères édictés cet été. Pour l'heure, aucune entreprise n'a reçu d'autorisation à mener un projet-pilote.
      Un fabricant québécois se lance
      Si l'incertitude plane sur les trottinettes électriques en libre-service à Montréal, un fabricant québécois de ce type de bolide doit annoncer sous peu comment il compte participer au projet-pilote de Québec. Plutôt que la location à court terme, la firme Concept GeeBee, de Sherbrooke, misera sur des entreprises qui fourniront des trottinettes électriques à leurs employés.
      L'entreprise avait été pressentie par des hôtels qui souhaitaient offrir des trottinettes en location à court terme à leurs clients, mais GeeBee constate que les règles de Québec ne permettent pas ce type de service pour le moment.
      «Ce n'est pas à 100% ce qu'on espérait, mais les contraintes ne sont pas insurmontables. On espère qu'après une année de projet-pilote, il y aura des adaptations», indique Sabine Le Névannau, présidente de GeeBee.
      «Ce qu'on désire, c'est démontrer que ce type de mobilité durable a sa place, que ça répond aux besoins de mobilité.»
      La trottinette de l'entreprise québécoise répond à pratiquement tous les critères imposés par Québec. Ses roues ont 43 cm de diamètre (58 cm en incluant le pneu) et sont dotées de freins indépendants à l'avant et à l'arrière. Son moteur de 500 watts lui permet de rouler jusqu'à 32 km/h. Ses 39 kg respectent aussi la limite de poids imposée par Québec. Seuls les clignotants manquent à GeeBee, mais l'entreprise dit travailler à une solution.
       
    • By mtlurb
      Prolongement de la ligne bleue vers l'est

      Prolongement de la ligne bleue vers l'est. La mise en chantier est prévue en 2022, pour une livraison en 2026. Connexion avec le SRB Pie-IX, stationnement de 1200 places aux Galeries d'Anjou. Coût évalué à 3.9 milliards de dollars.
      Le projet en chiffres 
      5 nouvelles stations de métro accessibles, pour une longueur de tunnel de 5,8 km 2 terminus d’autobus et 1 stationnement incitatif de 1 200 places 1 tunnel piétonnier souterrain assurant le lien avec le futur SRB Pie-IX Plusieurs infrastructures opérationnelles : 6 structures auxiliaires renfermant des équipements nécessaires à l’exploitation, 1 poste de district, 1 garage de métro, 1 centre d’attachement hébergeant des véhicules d’entretien des voies et 1 centre de service pour l’entretien des infrastructures Budget estimé de 3,9 G$ Échéancier préliminaire
      Début 2019 : début de la conception des plans et devis.  Printemps 2019 : approbation du mode de réalisation, du plan budgétaire et de l’envergure du projet. Fin 2019 : début de travaux préparatoires sur certains sites. Début 2020 : démarrage des processus de changement de zonage et de consultations publiques.   2021 : dépôt du dossier d’affaires, lancement de la construction des nouvelles infrastructures. 2026 : inauguration du nouveau tronçon.
    • By IluvMTL
      Port de Montréal
       
      Installations

       
      Accueil À propos du Port Carrières Nous joindre Médias English  
       
      ENTREPRISES
       
      LE PORT, PARTENAIRE D'AFFAIRES
      Nos avantages Plateforme intermodale Ouvert toute l'année Sûreté au port Statistiques Représentation - Europe / É-U / Asie Contacts à l'Administration portuaire Services fréquemment demandés Liens utiles aux entreprises Appels d'offres Magazine Port Info  
       
      OPÉRATIONS
      Arrivées et départs des navires Services programmés de conteneurs Pratiques et procédures Permis et autres documents MARSEC Avis aux usagers Services aux navires TarifsPassPortRéseau de caméras Internet    
      INFORMATIONS SUR LE PORT
      Répertoire du Port Carte des installations Carte du Port de Montréal Carte d'accès au siège socia lRoutes d'accès aux terminaux Information aux camionneurs Carte régionaleLois et règlements Conditions générales d’occupation FAQ    
       
      COMMUNAUTÉ
       
      PRÉSENTATION DU PORT
      Commerçant maritime mondial Le Port en chiffres Statistiques Moteur de développement économique Le Port au fil de son histoire Niveaux d'eau Maison des marins Présentation et discours Publications Carnet de bord – Le magazine des amis du port Devenez un ami du port PhotosVidéos  
      ENGAGEMENT SOCIAL
      Développement durable Environnement  
       
      PROJETS
      Travaux secteurs Maisonneuve et Viau  
       
      CROISIÈRES
       
      CROISIÈRES INTERNATIONALES
      Arrivées et départs des navires Montréal, destination touristique Accès à la gare maritime FAQ Photos Vidéos Liens utiles  
      CROISIÈRES INTÉRIEURES
      Liens utiles  
       
      BATEAUX DE PLAISANCE
      Liens utiles
    • By mtlurb
      350 Maisonneuve
       
      Architectes: Menkès, Shooner, Dagenais, Letourneux
      Fin de la construction:2009
      Utilisation: Hôtel/Résidentiel
      Promoteur: SacresaCanada, Iber Management ( Espagne).
      Emplacement: Quartier des Spectacles, Montréal
      98 mètres (296 pieds) - 28 étages
      Description:
      - Le complexe en «L», comprendra environ 300 unités.

      Plus d'infos et d'images: http://www2.ville.montreal.qc.ca/ldvdm/jsp/ocpm/ocpm.jsp?laPage=projet14.jsp
      1b1.pdf