Jump to content

Recommended Posts

Jacques Parizeau n’est plus

 

La voix du ténor des indépendantistes québécois s’est éteinte. Jacques Parizeau avait fêté ses 84 ans le 9 août dernier. Éminence grise de plusieurs gouvernements à compter des années 1960, professeur d’économie, ministre des FINANCES sous René Lévesque, chef du Parti québécois de 1988 à 1995, maître d’oeuvre du référendum de 1995, il a profondément marqué sa société.

 

C’est son épouse, Lisette Lapointe, qui a annoncé sur sa page Facebook la mort de celui qui aura été «l’homme de a vie». Le pilier POLITIQUE est parti «tout en douceur, entouré de plein d’amour», a-t-elle écrit sur le premier coup de minuit. «Après un combat titanesque, hospitalisé durant cinq mois, traversant les épreuves, les unes après les autres, avec un courage et une détermination hors du commun, il a dû rendre les armes ce soir, 1er juin, un peu avant 20 heures. Nous sommes dévastés. Nous l’aimons et l’aimerons toujours.»

 

Sa mort bouleverse bien sûr ceux qui voyaient en lui une sorte de phare solennel planté au milieu de la nuit de leurs rêves politiques, mais aussi ceux, nombreux, qui reconnaissaient en lui l’expression déterminée d’une vision sincère et originale du Québec.

 

Habitué des complets trois-pièces et d’un maintien quelque peu aristocratique, celui qu’on appellera «Monsieur» est diplômé des Hautes-Études commerciales où l’économiste François-Albert Angers l’encourage à poursuivre ses études en Angleterre.

 

Élu le 15 novembre 1976, il devient ministre des FINANCES du gouvernement de René Lévesque. Il reviendra enseigner dans son alma mater de 1985 à 1989, moment où il fait un pas de côté pour mieux pouvoir sauter à nouveau dans l’arène politique.

 

En parallèle, il est un conseiller de première importance en matière économique dans l’appareil d’État qui se met en place au tournant des années 1960. Il est un de ceux qui jettent les bases de la Société générale de financement (1962) et de la Caisse de dépôt et placement du Québec (1965). Il va aussi suggérer une stratégie économique afin de faciliter la nationalisation des ressources hydro-électriques. On le trouve aussi mêlé à plusieurs réflexions qui donnent des outils à l’État pour valoriser les capacités de ses CITOYENS.

 

Indépendantiste

 

Ministre clé du cabinet de René Lévesque, il démissionne avec fracas du cabinet du gouvernement du Parti québécois le 22 novembre 1984, puis comme député cinq jours plus tard. Même s’il conservera toujours beaucoup d’affection pour René Lévesque, il ne tolère pas le virage que celui-ci affiche désormais en faveur du fédéralisme renouvelé, favorisé par l’arrivée au pouvoir des conservateurs de Brian Mulroney, aiguillé alors en cette matière par Lucien Bouchard.

 

Chef du Parti québécois à compter de 1988, il tend la main à Robert Bourassa au moment de la crise qui entoure l’accord du lac Meech et accepte de participer aux travaux de la commission Bélanger-Campeau. L’appui à l’option indépendantiste atteint alors un sommet.

 

Sa volonté de réaliser l’indépendance du Québec se montre résolue et déterminée. Le Parti québécois, répètera-t-il, est souverainiste avant, pendant et après les élections.

 

Premier ministre

 

À l’élection du 12 septembre 1994, il forme le NOUVEAU gouvernement majoritaire. Se met alors en place la stratégie référendaire. Chef du camp du «Oui», Jacques Parizeau convient néanmoins de s’effacer de l’avant-scène au profit d’interventions de Lucien Bouchard, chef du Bloc québécois, plus en phase avec la ferveur populaire du moment.

 

Au soir du 30 octobre 1995, l’option du Oui passe bien près de l’emporter avec 49,42 % des suffrages exprimés. Ce sont 54 288 voix qui départagent les gagnants des perdants.

 

Amer, visiblement ébranlé, Jacques Parizeau estime alors, dans un discours livré à chaud, que c’est le vote des minorités ethniques et l’argent qui ont fait perdre le référendum. «On a été battu, au fond, par quoi ? Par l’argent puis des votes ethniques, essentiellement.» Cette déclaration jugée malhabile fait tout de suite rougir les téléphones. Elle sera l’objet d’analyses multiples qui occupent une large place de l’espace médiatique dans les jours et les mois qui suivent la déconvenue référendaire. Cette sortie a sans doute accéléré la décision de Jacques Parizeau de quitter la POLITIQUE active, du moins dans des hautes fonctions, même s’il avait déjà annoncé son intention de ne pas rester en place pour gouverner une province.

 

Critique

 

Jacques Parizeau s’est fait particulièrement critique à l’égard du Parti québécois ces dernières années. Il va désapprouver notamment la politique d’une charte de la laïcité. Il soutiendra aussi ouvertement Option nationale, un jeune parti dirigé par Jean-Martin Aussant, sans pour autant renier son ancien parti. Jacques Parizeau ne cachera pas dès lors l’expression de sa profonde affection envers Jean-Martin Aussant dont il apprécie la fréquentation.

 

En août 2014 à Montréal, à l’occasion d’un congrès de militants indépendantistes qui se veut neutre, il répètera que le Parti québécois n’a que lui à blâmer pour ses insuccès dont la cause tient à sa propension à cacher ses motivations. «À force de brouiller les CARTES, de toujours passer à côté et de cacher ce qui est l’objectif même du mouvement souverainiste, il ne faut pas s’étonner qu’à un moment donné, tout ça se dissout.» Jacques Parizeau aura su pour sa part demeurer fidèle à ses rêves avec une éclatante vigueur et une puissance de réflexion que TOUS lui reconnaissaient.

 

http://www.ledevoir.com/politique/quebec/438678/1930-2015-jacques-parizeau-n-est-plus

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 33
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Ce fût un grand personnage pour l'émancipation du Québec moderne même si sa triste phrase sur la faute des immigrants dans le non de 95 restera...

 

Il s'est grandement repris en critiquant sévèrement le projet de Charte du PQ, ne l'oubliez pas.

Link to comment
Share on other sites

No doubt a very brilliant man. RIP

 

However very much responsible for Quebec and montreal economic decline. He also set the separatist cause back by making it an elitist white francophone movement with his comments.

 

 

Coming form your favourite pm, Mr. Couillard :

 

« [C'est] un homme qui a consacré sa vie au Québec et au service public, un des grands bâtisseurs du Québec moderne, notamment de la prise en mains, par les Québécois, des outils financiers et économiques nécessaires à notre développement. « Je pense entre autres à la Caisse de dépôt et placement du Québec, devenue si importante, si utile à notre progrès », a-t-il ajouté.

 

« Son message politique lui appartient, mais son legs principal est un legs économique de confiance pour nous, les francophones, qu'il était possible dans ces années, avec ses compagnons de l'époque, de prendre en main les outils de notre développement » a aussi dit le premier ministre du Québec, en le qualifiant de « grand bâtisseur de la Révolution tranquille ».

 

 

So you think Mr. Couillard made this up?

 

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/2015/06/02/003-parizeau-assemblee-nationale.shtml

Edited by ChrisDVD
Link to comment
Share on other sites

Comme tout être humain et aussi en tant que politicien, il a commis son lot d'erreurs. Mais son bilan dans l'ensemble demeurera extrêmement positif. Son passage dans la vie publique québécoise aura favorablement contribué à transformer durablement le Québec. Malheureusement il ne reste plus beaucoup de ces personnages plus grands que nature, qui souhaitent s'engager sérieusement pour faire avancer la nation. C'est donc la perte d'une voix importante parmi nos plus éminents représentants politiques. Un vide qui sera vraiment difficile à combler... :quebec:

Link to comment
Share on other sites

Couillard lui avait honoré en citant da Vinci, par rapport aux traces qu'on laisse dans une vie, ou quelque chose du genre. Quelqu'un connaît la citation verbatim?

 

sent via Tapatalk

Edited by IluvMTL
Link to comment
Share on other sites

De retour au pays. Grand personnage que je respectais mais dont je ne partage aucunement la pensée politique. Selon ce que j'ai appris sur lui je crois bien que c'est une bonne idée de renommer la caisse de dépôt en son nom.

 

 

On dira ce qu'on voudra le ton et le bof qu'il a employé lors du referendum de 1995 ne m'a pas plus du tout. C'est comme nous considerer comme des citoyens qui ne compte pas.

Edited by andre md
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share




×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value