Recommended Posts

Pinned posts

Vieux-Port de Montréal

Discussion sur l'avenir du Vieux-Port de Montréal. Projets récents comprenant une Grande roue inaugurée en 2017.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je sais que c'est un fait divers... mais cela traite également de l'entente liant le Vieux-Port et l'attraction de La Grande Roue...

La Société du Vieux-Port réévalue sa relation avec La Grande Roue

6aeb822d-cb9b-11e9-a65c-0eda3a42da3c.jpgPHOTO SIMON GIROUX, ARCHIVES LA PRESSE  |  Jeff Jorgensen, président-directeur général et propriétaire de la Grande Roue de Montréal

Les ennuis judiciaires du président-directeur général et propriétaire de la Grande Roue de Montréal, Jeff Jorgensen, ne passent pas inaperçus à la Société du Vieux-Port, qui réévalue actuellement sa relation d’affaires avec l’entreprise touristique.

Publié à 5h00

SIMON-OLIVIER LORANGE  |  LA PRESSE

LOUIS-SAMUEL PERRON  |  LA PRESSE

La Grande Roue de Montréal inc., qui possède et exploite l’imposante structure située près du quai Jacques-Cartier, est liée par un bail à la Société du Vieux-Port de Montréal (SVPM), une entité fédérale. Une entente de cinq ans, censée arriver à échéance en avril 2022, lie les deux parties, si bien que l’entreprise peut exercer ses activités au parc du Bassin-Bonsecours.

Jeff Jorgensen fait actuellement face à des accusations d’extorsion et de publication non consensuelle d’une image intime. Il a été libéré sous caution hier matin au palais de justice de Montréal et reviendra devant les tribunaux en novembre prochain.

Ayant pris connaissance de ces accusations, la SVPM dit prendre la situation « très au sérieux ».

« Nous sommes actuellement à vérifier les mesures à prendre et nos recours possibles, et ce, dans le cadre d’une relation d’affaires gérée par des lois », a commenté Sophie Morin, porte-parole de la Société, en entrevue avec La Presse.

Cette « évaluation », a repris Mme Morin, s’effectue en vertu « du bail en vigueur et des conditions » qui y sont inscrites.

La porte-parole n’a pas voulu fournir plus de détails sur ce « dossier complexe », pour lequel « aucune décision ne sera prise à court terme ».

Vers une résiliation ?

Il est évident qu’une résiliation de bail serait lourde de conséquences vu la nature des installations — à savoir la Grande Roue elle-même. Les 75 locataires du Vieux-Port sont soumis à l’obligation de laisser les lieux dans le même état qu’ils l’ont trouvé en s’y installant.

Sophie Morin n’a toutefois pas voulu commenter la situation « hypothétique » d’une résiliation.

La Presse a tenté d’obtenir des commentaires auprès de La Grande Roue de Montréal inc., mais personne n’a donné suite à notre appel.

Les accusations déposées cette semaine contre Jeff Jorgensen se sont ajoutées à une année au cours de laquelle la Grande Roue s’est retrouvée plus d’une fois dans l’actualité.

Le printemps dernier, la Régie des alcools, des courses et des jeux a refusé à l’entreprise un permis d’alcool pour ses restaurants, en raison des liens avec le crime organisé qu’a entretenus un collaborateur de M. Jorgensen et fournisseur de la Grande Roue, Steve Vogl. Celui-ci avait notamment purgé une peine de sept ans et demi aux États-Unis dans les années 90 pour avoir importé 2000 livres de haschich.

L’entreprise est également la cible d’une poursuite du ministère québécois de la Culture et des Communications pour avoir construit la structure sans avoir obtenu au préalable les autorisations nécessaires et pour avoir enfreint la Loi sur le patrimoine culturel.

Quant à M. Jorgensen, il s’est engagé hier à déposer 5000 $ en caution pour obtenir sa liberté pendant la durée du processus judiciaire relativement aux accusations d’extorsion et de publication non consensuelle d’une image intime qui pèsent sur lui. Parmi ses autres conditions, il lui sera interdit d’utiliser les médias sociaux et de posséder plus d’un téléphone cellulaire.

La cause a été remise au 18 novembre prochain à la demande de son avocat, Me Joseph La Leggia.

On ignore le lien qui unit Jeff Jorgensen et la victime. Les deux chefs d’accusation portent sur une période de plus de deux mois allant du 12 juin au 28 août 2019 à Montréal.

https://www.lapresse.ca/actualites/201908/30/01-5239343-la-societe-du-vieux-port-reevalue-sa-relation-avec-la-grande-roue.php

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.tvanouvelles.ca/2019/11/23/la-grande-roue-en-defaut-de-bail

La Grande Roue en défaut de bail

Yves Poirier | TVA Nouvelles
 Publié le 23 novembre 2019 à 10:50 - Mis à jour le 23 novembre 2019 à 10:58

 

L'entreprise qui gère la Grande Roue (Holdings La Grande Roue de Montréal inc.) a été mise en défaut de bail par la Société du Vieux-Port, une entité fédérale, a appris TVA Nouvelles.

La nouvelle a été confirmée par son porte-parole Jean-Philippe Rochette. «Il s'agit d'un dossier que nous prenons très au sérieux et nos avocats sont présentement en discussion avec ceux de la Grande Roue et de leurs actionnaires.»

Selon les informations de TVA Nouvelles, ce défaut de bail survient notamment après le dépôt d'une accusation d'extorsion envers le propriétaire de la Grande roue, Jeff Jorgensen, et de la présumée publication non consensuelle d'une image intime d’un autre homme par ce dernier.

En consultant le Registre des entreprises du Québec, TVA Nouvelles a en effet pu constater que M. Jorgensen ne figure plus dans la liste des administrateurs. Le seul nom qui apparaît sous la liste des administrateurs est celui de son père, Niels B. Jorgensen qui assume les fonctions de président, secrétaire et trésorier.

Selon nos sources, la Société du Vieux-Port apprécie la présence de l'attraction touristique au parc du Bassin-Bonsecours. Toutefois, on exprimerait un réel malaise face aux récents événements médiatiques impliquant Jeff Jorgensen.

À cela, s'ajoutent les révélations de notre Bureau d'enquête qui révélait en avril dernier que l'homme d'affaires Steve Vogl, dont l'entreprise est le fournisseur de nourriture de la Grande Roue, avait déjà été condamné pour vol à main armée, vol de carte de crédit et trafic de drogue. En 2015, les policiers l'avaient vu en compagnie de chefs de la mafia et d’autres gangs.    

Inaugurée en septembre 2017, la Grande Roue de Montréal, qui fait 60 mètres de haut, a été installée dans le cadre du 375e anniversaire de la Ville.    

Jeff Jorgensen, son père Niels et un investisseur néerlandais, Guustaves de Wit, ont obtenu le contrat de la Grande Roue en 2015, en répondant à un appel d’intérêt. Une entente de cinq ans a été signée. Le bail arrive à échéance en avril 2022.

L'organisation de la Grande Roue n'a pas voulu commenter. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Grand ménage à la Grande roue de Montréal

https://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/201912/16/01-5253950-grand-menage-a-la-grande-roue-de-montreal.php

La Grande roue de Montréal

La Grande roue de Montréal, qui a fait les manchettes pour les mauvaises raisons depuis plus d’un an, notamment pour les liens d’affaires de ses gestionnaires avec un individu lié à la mafia montréalaise, vient de passer sous le contrôle total d’une entreprise des Pays-Bas.

Publié le 16 décembre 2019 à 15h21

 

Daniel Renaud
La Presse

Par voie de communiqué, le président directeur-général de Sandibe Global B.V., Henk Addink, qui possédait déjà la majeure partie de l’attraction du Vieux-Port, vient d’annoncer qu’il a acheté la part minoritaire que détenait l’homme d’affaires Niels Jorgensen, et qu’il prend ainsi le contrôle et la propriété exclusive de « Les Holdings La grande roue de Montréal ».

La transaction, qui se serait négociée au cours des derniers mois, aurait été finalisée lundi matin. En début d’après-midi, des représentants du nouveau propriétaire se sont rendus à l’attraction du Vieux-Port de Montréal et ont avisé les employés que la Grande roue serait fermée lundi, et pour les deux prochains jours.

Selon nos informations, Sandibe Global B.V. aurait entamé une réflexion pour prendre le contrôle total de la Grande roue après que les gestionnaires eurent été convoqués devant la Régie des alcools, des courses et des jeux pour défendre leur demande d’obtenir des permis d’alcool dans l’attraction.

Mafia et extorsion alléguée

Des policiers du SPVM ont témoigné devant les juges administratifs de la régie durant deux jours et notamment expliqué que le responsable de la concession alimentaire de la Grande roue, Steve Vogl, était lié à la mafia montréalaise, avait la capacité de s’assoir à la même table de le défunt parrain Vito Rizzuto et avait des antécédents criminels en matière de stupéfiants.

Jeff Jorgensen, fils de Niels Jorgensen, s’est défendu en affirmant que Steve Vogl n’était pas l’un des propriétaires de la Grande roue et qu’il avait intention de continuer à recourir à ses services.

Après quelques semaines de délibération, les juges administratifs ont refusé de délivrer aux propriétaires les permis demandés.

Mais la goutte qui aurait fait déborder le vase sont des accusations portées contre Jeff Jorgensen à la fin de l’été dernier.

M. Jorgensen est accusé d’avoir voulu extorquer un homme d’affaires d’origine tunisienne. Il est soupçonné d’avoir envoyé des courriels à ce dernier en le menaçant de rendre public des images compromettantes s’il ne lui versait pas une somme de 2,5 m$ en crypto-monnaie, et de s’être même rendu à Paris pour rencontrer sa victime.

Grande roue 2.0

Le bail de la Grande roue dans le Vieux-Port de Montréal vient à échéance au printemps prochain.

« L’objectif des nouveaux propriétaires, par cette acquisition, est de repartir sur de nouvelles bases, remettre l’attraction sur la bonne voie et la rendre rentable », a confié à La Presse une source proche du nouvel acquéreur et qui a requis l’anonymat.

« De tous les sites sur lesquels nous possédons des grandes roues, le Vieux-Port de Montréal est le plus intéressant pour nous », a-t-elle ajouté.

Le communiqué indique que M. Addink sera directeur général de la Grande roue de Montréal jusqu’à ce qu’il trouve une nouvelle équipe de direction locale.

On ignore si les travailleurs retrouveront tous leur emploi une fois que le nouveau propriétaire sera bien en selle.

Selon nos informations, les intentions du nouveau propriétaire sont de fermer la concession alimentaire actuelle et éventuellement d’en ouvrir une autre, en faisant affaire cette fois-ci avec une bannière reconnue.

Éventuellement, les nouveaux propriétaires pourraient faire une nouvelle demande de permis d’alcool à la régie.

La Grande roue, qui compte 42 cabines, a été érigée dans le Vieux-Port à l’occasion du 375e anniversaire de Montréal et a ouvert ses portes au public en septembre 2017. Elle rouvrira jeudi matin, à 10 h, selon l’horaire habituel.

La société Sandibe Global B.V., dont le siège social est à Rotterdam aux Pays-Bas, est une société de placements privée qui investit dans des attractions à travers le monde. Elle possède cinq autres grandes roues, au Mexique et en Pologne, et d’autres manèges et attractions.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les publicités pour la Grande Roue sont tellement bien sélectionnées pour représenter les ''attraits'' touristiques de Montréal. 

De jolies sucettes aux noms de ''**ck'', ''Wild Thoughts'' et ''Salty''.

Oui, Salty !

C'est pas des blagues là, c'était sur leur page fessebouc. 

2017.09.12 sucette fuck la Grande Roue.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Puis il en a qui disait que la grande roue défigurait notre Vieux sacrė... À force de les voir un peu partout dans les grandes capitales du monde c'est devenu très normal.

Screenshot_20200111-183946.png

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est drôle à dire, mais je n'imagine plus notre vieux-port sans la grande roue!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, IluvMTL a dit :

Puis il en a qui disait que la grande roue défigurait notre Vieux sacrė... À force de les voir un peu partout dans les grandes capitales du monde c'est devenu très normal.

Screenshot_20200111-183946.png

Tiens tiens!  -- Un bon argument percutant fondé sur une comparaison avec d'autres villes du monde!  (ceux qui me lisent devinent que je fais référence à mon commentaire dans un autre fil, où quelqu'un m'avait reproché de faire appel à de telles comparaisons pour étayer un argument).😁

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, Né entre les rapides a dit :

Tiens tiens!  -- Un bon argument percutant fondé sur une comparaison avec d'autres villes du monde!  (ceux qui me lisent devinent que je fais référence à mon commentaire dans un autre fil, où quelqu'un m'avait reproché de faire appel à de telles comparaisons pour étayer un argument).😁

Même si ce n'est pas un élément original puisqu'en effet plusieurs villes dans le monde en exploite une. Les grandes roues sont toujours populaires, elles sont une activité ludique qui s'adressent à tous les publics, incluant les familles. Elles offrent en plus un point de vue en hauteur qui donne l'occasion d'admirer la ville et d'en prendre de nombreux clichés.

Visibles de loin elles attirent quantité d'amateurs et sont de surcroit une bonne source de revenus pour les investisseurs. Finalement leur attrait favorise toute une gamme de commerces et de services à proximité qui profitent de la foule pour faire de meilleures affaires. Tout le monde y gagne en bout de ligne et bien sûr la ville d'accueil sous forme de revenus touristiques et fonciers.

Ceci me rappelle mon expérience à Londres durant une escale en l'an 2000. The London Eye était à l'époque la plus grande roue du monde et en dépit de son coût d'admission assez dispendieux, je tenais absolument à voir The Big Ben, le Parlement et la City du haut de ces 135 m. L'incroyable coup d'oeil qu'elle offrait et la vue de la Tamise et des ponts éclairés de nuit en valait certainement la dépense. J'avais donc réussi a planifier un tour à la fin de la journée pour profiter en même temps de la tombée de la nuit et ainsi faire d'une pierre deux coups.

Une expérience qui est restée gravée dans ma mémoire, surtout que cette magnifique roue réunissait tous les superlatifs en matière d'audace, d'ingeniérie et de dimensions tout à fait impressionnantes. Je la considère d'ailleurs toujours comme la mère des grandes roues touristiques, qui a initié cette mode et dont pratiquement chaque ville d'importance rêve d'en posséder une émule. Voici les détails de cette structure gigantesque qui est devenue dès son inauguration un des attraits majeurs de cette grande capitale européenne. https://fr.wikipedia.org/wiki/London_Eye

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Similar Content

    • By UrbMtl
      Maison Fides
      (rénovation + nouvelle construction)

       
    • By IluvMTL
      http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=7317,79803639&_dad=portal&_schema=PORTAL
      Autorisations et dérogations
      Procédures d'urbanisme
      Selon les caractéristiques particulières ou la nature de votre projet, il peut être nécessaire de recourir à des mesures d’exception d’urbanisme ou de se conformer à certaines dispositions règlementaires, pour que votre projet puisse voir le jour. Voici ci-dessous les conditions et les procédures qui se rapportent aux différents outils règlementaires en place (description de la procédure, délais de traitement, critères d’évaluation, étapes d’analyse du projet, etc.). Notez que celles-ci s’ajoutent aux conditions et procédures également prévues dans le cadre des demandes régulières de permis et d’autorisations.
      Article 89
      La procédure en vertu de l’article 89 de la Charte de la Ville de Montréal vise la réalisation d’un projet d’envergure ou de nature exceptionnelle (équipement collectif ou institutionnel, grandes infrastructures, immeuble patrimonial classé ou cité,…), même s’il déroge à la règlementation d’urbanisme de l’arrondissement.
      Charte de la Ville de Montréal – article 89.1
      Fiche sur l’article 89
      Formulaire de demande d'approbation d'un projet
      Google Chrome, Mozilla Firefox et Apple Safari peuvent afficher les fichiers PDF incorrectement. Pour passer du lecteur PDF intégré à un autre lecteur PDF, suivez les instructions »
      Avis de recevabilité pour une démolition
      La procédure des avis de recevabilité d’une démolition permet d’obtenir l’avis de la Division de l’urbanisme et du développement économique concernant la recevabilité de la démolition d’un immeuble. Cet avis permettra par la suite d’orienter le demandeur à savoir s’il est judicieux de déposer une demande formelle de démolition d’un immeuble.
      Fiche sur l’avis de recevabilité pour une démolition
      Formulaire de demande d'un avis de recevabilité
      Google Chrome, Mozilla Firefox et Apple Safari peuvent afficher les fichiers PDF incorrectement. Pour passer du lecteur PDF intégré à un autre lecteur PDF, suivez les instructions »
      Règlement sur la démolition d’immeubles
      Avis préliminaire
      La procédure d’avis préliminaire permet d’évaluer la recevabilité d’un projet qui déroge à la réglementation d’urbanisme de l’arrondissement ou d'un projet soumis à la procédure de Titre VIII du Règlement d'urbanisme. L’avis préliminaire permet également d’obtenir un avis du comité consultatif d’urbanisme (CCU).
      Fiche sur l’avis préliminaire
      Formulaire de demande d’avis préliminaire
      Google Chrome, Mozilla Firefox et Apple Safari peuvent afficher les fichiers PDF incorrectement. Pour passer du lecteur PDF intégré à un autre lecteur PDF, suivez les instructions »
      Autorisation du ministère de la Culture et des Communications (MCC)
      L'arrondissement de Ville-Marie agit à titre de guichet unique pour toute demande d'autorisation du ministère de la Culture et des Communications (MCC) sur son territoire. Ainsi, toute demande doit obligatoirement transiger par l'arrondissement.
      Formulaire de demande d’autorisation du MCC
      Google Chrome, Mozilla Firefox et Apple Safari peuvent afficher les fichiers PDF incorrectement. Pour passer du lecteur PDF intégré à un autre lecteur PDF, suivez les instructions »
       Loi sur le patrimoine culturel (chapitre P-9.002)
      Conversion en copropriété divise
      Dans l'objectif de protéger le parc de logements locatifs dans l'arrondissement de Ville-Marie, il est interdit de convertir un immeuble de logements en copropriété divise. Toutefois, une procédure permet, à certaines conditions, de déroger à cette interdiction.
      Fiche sur la conversion en copropriété divise
      Formulaire de demande d'autorisation de conversion en copropriété divise
      Google Chrome, Mozilla Firefox et Apple Safari peuvent afficher les fichiers PDF incorrectement. Pour passer du lecteur PDF intégré à un autre lecteur PDF, suivez les instructions »
      Règlement sur la conversion des immeubles en copropriété divise (C-11) 
      Démolition d'immeubles
      La procédure de démolition vise à protéger les immeubles pouvant présenter un intérêt patrimonial et à encadrer la réutilisation du sol dégagé tout en permettant au Comité d'étude des demandes de démolition (CEDD) d'imposer toute condition à cet effet (délai de réalisation des travaux, garantie monétaire, etc).
      Fiche sur la démolition d'immeubles
      Formulaire de certificat d'autorisation de démolition
      Google Chrome, Mozilla Firefox et Apple Safari peuvent afficher les fichiers PDF incorrectement. Pour passer du lecteur PDF intégré à un autre lecteur PDF, suivez les instructions »
      Règlement sur la démolition d'immeubles (CA-24-215)
      Dérogation mineure
      La procédure de dérogation mineure vise à permettre la réalisation de travaux projetés qui dérogent de façon mineure à des dispositions précises de la réglementation d'urbanisme de l'arrondissement en raison de contraintes particulières propres à la propriété visée. La procédure de dérogation mineure est donc une mesure d'exception.
      Fiche sur la dérogation mineure
      Formulaire de demande d'autorisation d'une dérogation mineure
      Règlement sur les dérogations mineures (CA-24-008)
      Projet particulier de construction, de modification ou d’occupation d’un immeuble (PPCMOI)
      Surhauteur
      La procédure de surhauteur vise à permettre la construction d’une tour dépassant la hauteur maximale prescrite, située en retrait du plan de façade principal. Celle-ci est évaluée de façon à assurer son intégration dans la silhouette distinctive du centre-ville et pour atténuer certains impacts, notamment l’ensoleillement, les vents, les vues depuis et vers le mont Royal ainsi que la circulation véhiculaire.
      Fiche sur la surhauteur
      Formulaire de demande d’autorisation d’une surhauteur
      Google Chrome, Mozilla Firefox et Apple Safari peuvent afficher les fichiers PDF incorrectement. Pour passer du lecteur PDF intégré à un autre lecteur PDF, suivez les instructions »
      Règlement d’urbanisme de Ville-Marie (articles 34 à 42)
      Révision de projet 
      La procédure de révision de projet vise à assurer une architecture et des aménagements de qualité qui s’intègrent adéquatement à leur milieu d’insertion. Cette approche plus souple d’évaluation qualitative, plutôt que normative des projets, favorise la recherche de solutions novatrices dans un échange ouvert entre l’arrondissement et le demandeur.
      Fiche sur la révision du projet
      Règlement d’urbanisme de Ville-Marie (articles 99 à 127.24 et 710 à 716)
      Usage conditionnel
      La procédure d’usage conditionnel introduit une souplesse dans la réglementation permettant d’implanter, à la suite d’une procédure d’évaluation, des usages compatibles avec le milieu (résidentiels, commerciaux, industriels ou communautaires) sans qu’il soit nécessaire de modifier la réglementation à chaque fois.
      Fiche sur l’usage conditionnel
      Formulaire de demande d’autorisation d’un usage conditionnel
      Google Chrome, Mozilla Firefox et Apple Safari peuvent afficher les fichiers PDF incorrectement. Pour passer du lecteur PDF intégré à un autre lecteur PDF, suivez les instructions »
      Règlement d’urbanisme de Ville-Marie (articles 308 à 329 et 135-136)
      Tarifs
      Règlement sur les tarifs - exercice financier 2019
    • By IluvMTL
      Gare Viger Est SENC
      Mandat :
      Période couverte par le mandat : du 2019-08-05 au 2019-12-31
      Contrepartie reçue ou à recevoir : de 10 000 $ à 50 000 $
      Objet des activités : Proposition législative ou réglementaire, résolution, orientation, programme ou plan d'action
      Renseignements utiles :
      Le mandat consiste à assister le client dans ses propos adressés à l’arrondissement Ville-Marie dans le cadre du processus d’élaboration du programme particulier d’urbanisme des Faubourgs. En plus de l’accompagnement dans le cadre des consultations publics, il s’agit de formuler des commentaires destinés à l’arrondissement suite à la publication du rapport de l’Office de consultation public de Montréal(OCPM). Le rapport de l'OCPM dit ceci: "Le projet annoncé à l’est de la rue Saint-Hubert, voisin de la gare Viger, n’est pas inscrit au plan. Ses composantes devront faire partie de toutes études établissant les besoins du secteur en équipement collectif et sur le plan de développement commercial à établir pour tout le secteur." Le propriétaire souhaite rappeler à l'arrondissement que l'îlot voisin du site dont il est question est présentement en redéveloppement et accueillera des commerces de proximité qui devraient être considérés dans le cadre d'une étude établissant les besoins du secteur. Cette démarche auprès de l'arrondissement vise l'adoption d'orientation à inscrire au programme particulier d'urbanisme des Faubours (en cours de rédaction) afin que les usages résidentiels et commerciaux (sans obligation d'établir des commerces à l'ensemble du rez-de-chaussée) présentement autorisé pour le lot 2 888 905 soient maintenu.
      Le client souhaite redévelopper le lot 2 888 905 coin des rues St-Antoine et St-Hubert avec un projet résidentiel de type condo, mais souhaite aussi avoir la possibilité d'intégrer des commerces et services de proximités au rez-de-chaussée si un tel besoin est démontré au moment de la planification et de la mise en oeuvre du projet. Le redéveloppement est à l'étape d'intention, les détails sur le nombre d'étage et le nombre de logements n'a pas encore fait l'objet d'étude ou de plan. Pour l'instant, les démarches ne visent pas un modification réglementaire.
       

       
       

    • By ScarletCoral
      la Chine veut y installer son consulat
      https://www.journaldemontreal.com/2019/12/18/la-chine-achete-lex-hopital-shriners
      La Chine achète l’ex-hôpital Shriners
      Pékin paye 17,5 M$ pour s’établir à flanc de montagne

      Le gouvernement chinois a payé 17,5 M$ pour l’ancien hôpital Shriners (qu’on voit en arrière-plan), soit 8,5 M$ de moins que l’évaluation municipale.
       
      HUGO JONCAS
      Mercredi, 18 décembre 2019 21:13
      MISE À JOUR Mercredi, 18 décembre 2019 21:13
      Le gouvernement chinois met la main sur l’ancien hôpital Shriners pour son nouveau consulat montréalais, en plein site historique du Mont-Royal. 
      Pékin n’a pas encore arrêté ses plans, mais il pourrait décider de démolir la propriété, acquise pour 17,5 M$, pour se construire un nouvel immeuble. 
      Une autre option serait de modifier les anciennes installations du Shriners, spécialisé dans les soins orthopédiques pour enfants, aujourd’hui installé sur le nouveau site du Centre universitaire de santé McGill. 

      Chose certaine, la transaction fait grincer des dents aux Amis de la montagne. L’organisme souhaitait plutôt que l’immeuble et les terrains soient intégrés au domaine public et au parc du Mont-Royal. 
      « Ce qu’on préconise, c’est de conserver la vocation publique de l’immeuble et du terrain, qu’ils soient accessibles à la population, dit Hélène Panaïoti, directrice générale des Amis de la montagne. Le site est enclavé dans une forêt magnifique et il y a possibilité de créer de nouveaux liens avec le centre-ville. » 
      Le consulat chinois est conscient qu’il s’installe sur le site patrimonial du Mont-Royal. Pékin dit vouloir prendre toutes les précautions nécessaires pour réaménager la propriété, qui offre une vue spectaculaire sur le centre-ville, le fleuve Saint-Laurent et les collines montérégiennes. 
      « Pour les prochaines étapes, nous devrons obtenir l’avis des autorités locales, consulter la municipalité, dit Wenzhang Wang, responsable des communications au consulat de Montréal. Les travaux devront être en cohérence avec l’écologie de la montagne. » 
      Discussions à venir 
      Le gouvernement chinois compte d’ailleurs contacter Les Amis de la montagne. Il étudie déjà la possibilité de démolir la route d’accès actuelle pour la remplacer par un nouveau chemin moins imposant et céder une partie du terrain au parc du Mont-Royal. 
      Chose certaine, le nouveau consulat ne sera pas prêt avant « plusieurs années », compte tenu des travaux à effectuer, dit le responsable des communications au consulat général de Chine à Montréal, Wang Wenzhang. 
      « On va démontrer notre volonté de respecter l’environnement, avec des matériaux et un design écologiques », assure le porte-parole. 
      Devenir proprio 
      Le consulat chinois se tourne vers le Mont-Royal après huit ans de recherches pour un emplacement permanent.  
      Installé depuis 2011 dans des locaux loués de la rue Sainte-Catherine Ouest, le gouvernement chinois voulait régulariser sa situation immobilière dans la métropole. « D’après les conventions, on devrait être propriétaires de nos installations diplomatiques », dit Wenzhang Wang. 
      Peu de joueurs sur le marché semblaient intéressés par l’immeuble, qui était en vente depuis 2017. Pékin l’acquiert pour 8,5 M$ de moins que son évaluation municipale.
    • By MARTY
      http://www.lesaffaires.com/
       
      Une deuxième «Tour des Canadiens» en vente dès l’automne
      Hugo Joncas . les affaires.com . 02-04-2013 (modifié le 02-04-2013 à 16:11)
       
      La Tour des Canadiens. Photo: Canderel
      Sa Tour des Canadiens est vendue à 100%, et Cadillac Fairview veut mettre en marché un deuxième immeuble de condos d’envergure comparable dès cet automne, au sud du Centre Bell.
       
      La seconde tour de copropriétés « sera en grande partie semblable » à la Tour des Canadiens, dit Wayne Barwise, vice-président directeur, Aménagement, chez Cadillac Fairview. « Elle est toujours sur la table à dessin » a-t-il ajouté, en marge de la cérémonie de la première pelletée de terre de la Tour Deloitte, un autre projet de la filiale immobilière du Régime de retraite des enseignants de l’Ontario dans le quadrilatère.
       
      «Le site précis n'est pas encore choisi, mais l'immeuble sera situé sur nos terrains au sud du Centre Belle, rue Saint-Antoine, dit Sal Iacono, vice-président principal, Développement et gestion immobilière, Est du Canada, chez Cadillac Fairview. Les dimensions précises de la nouvelle tour restent également à préciser. «On est en train d’étudier ça présentement. On va faire quelque chose à l’échelle de ce que le marché nous permettra de faire.»
       
      Sal Iacono précise que le nouveau gratte-ciel pourrait être aussi grand que la Tour des Canadiens, qui compte 50 étages et 552 unités, et qu’il aura lui aussi un accès direct au métro. «Selon nous, non, le marché ne ralentira pas pour ce type de projet», dit-il.
       
      Cadillac Fairview et son partenaire constructeur Canderel mise sur des unités de luxe et mousse leur vente avec un marketing intense. La Tour des Canadiens, par exemple, a développé tout un plan d’avantages en collaboration avec les Canadiens de Montréal pour mousser la vente de ses copropriétés, comme du temps de glace au Centre Bell, un accès à des billets en prévente et des tirages pour des places en loge ou directement derrière le banc des joueurs.
       
      Chez Altus, l’évaluateur Mathieu Collette croit que les projets avec des vues dégagées, avec un accès direct au métro, comme la Tour des Canadiens, continueront de bien se vendre. «Au dernier trimestre de 2012, 64 % des unités en projet au centre-ville, dans le Vieux-Montréal et dans Griffintown étaient déjà vendues », signale-t-il.
       
      Deux tours de 500 000 pieds carrés
       
      À l’est du Centre Bell, Cadillac Fairview a déjà excavé l’équivalent des trois étages de stationnement que comptera son autre projet en cours, la Tour Deloitte, un gratte-ciel de bureaux de 26 étages et 495 000 pieds carrés, dont le cabinet de comptables sera locataire principal.
       
      Le promoteur a en outre donné peu de détails supplémentaires sur la deuxième tour de bureaux qu’il compte construire en face, de l’autre côté de la rue Saint-Antoine. Elle fera quelque 500 000 pieds carrés également, mais sera « différente » de la Tour Deloitte, dit Sal Iacono, qui n’a pas voulu donner plus de détails.
       
      Selon nos sources, les courtiers immobiliers reçoivent déjà des appels de Cadillac Fairview pour sonder l’intérêt de gros locataires potentiels pour son deuxième immeuble de bureaux. « La raison d’être d’un promoteur, c’est toujours de vendre le prochain projet », dit Sal Iacono.