Recommended Posts

Pinned posts

http://www.vieuxportdemontreal.com

 

À l’intérieur comme à l’extérieur, le Vieux-Port déborde d’activités qui feront battre votre cœur, travailler vos méninges, titiller votre imagination ou vous feront simplement apprécier le moment. Une foule de possibilités comme le Segway, la pêche, les films IMAX®, les croisières, le Centre des sciences et bien plus, vous attendent en famille ou entre amis pour des journées bien remplies.

 

sent via Tapatalk

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il est temps de repenser le Vieux-Port...

 

http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/francois-cardinal/201409/23/01-4802686-il-est-temps-de-repenser-le-vieux-port.php

 

Publié le 23 septembre 2014 à 06h34 | Mis à jour le 23 septembre 2014 à 06h34 | Commenter Commentaires (17)

 

Il est temps de repenser le Vieux-Port...

 

Ma Presse

 

FRANÇOIS CARDINAL

La Presse

La Société du Vieux-Port est bien discrète depuis deux ans, depuis en fait que le gouvernement Harper a limogé l'ancienne direction sans crier gare. Maintenant intégrée à la Société immobilière du Canada, elle continue néanmoins de gérer le site et songe même à un vaste réaménagement en vue des célébrations du 375e. Pour sa première entrevue de fond depuis sa nomination, le nouveau patron de la Société a amené François Cardinal visiter les trois «sommets» du Vieux-Port: la tour des Convoyeurs, la tour de l'Horloge et le fameux Silo no 5. Suivez le guide.

 

Du haut du silo no 5, on a l'impression d'être sur la proue du navire Montréal. La vue sur la métropole est complète. On y voit autant les Montérégiennes, Habitat 67 et la Biosphère que le centre-ville, le mont Royal et le Vieux-Port.

 

Ce qui frappe au loin, c'est combien Montréal a changé ces dernières années, combien le centre des affaires se développe, combien le Vieux-Montréal est devenu un quartier grouillant, combien la ville jouit d'une verdure luxuriante.

 

Mais quand on regarde l'environnement immédiat, le Vieux-Port, ses quais et ses hangars, la vue est un peu moins spectaculaire. Ce qui frappe alors, c'est combien cet espace a vieilli depuis son réaménagement de 1992, combien il accuse son âge.

 

Le secteur n'est pas vilain en soi. On y retrouve de beaux espaces verts, des institutions dynamiques et toutes sortes d'activités. Mais du haut des airs, ce que l'on remarque, c'est surtout le potentiel inexploité des berges du Saint-Laurent.

 

À l'approche du 375e anniversaire de Montréal, on s'aperçoit en effet que le Vieux-Port a gardé l'aspect qu'il avait lors du 350e anniversaire, avec ses qualités, mais aussi ses énormes trous. Le quai de la Pointe-du-Moulin et l'espace vert situé devant le silo sont abandonnés et coupés de tout accès. Les quais Alexandra et King-Edward ne sont essentiellement que de gros stationnements. Le hangar 16 rouille et se cherche désespérément une vocation. La promenade qui s'étire jusqu'à la tour de l'Horloge est encore une large rue conçue pour les autos.

 

Et il y a le fameux silo no 5, toujours aussi vide qu'à l'époque. Que plusieurs voudraient démolir pour retrouver une vue sur le fleuve... qui n'existe que dans leurs rêves, constate-t-on d'en haut, le fleuve étant caché par le quai Bickerdike, la péninsule de la Cité du Havre et le complexe Tropiques Nord.

 

Je me tourne vers mon guide, le nouveau patron de la Société du Vieux-Port, Daniel Dorey, pour lui faire part de ma déception. Je lui dis que ce secteur est certes intéressant, mais qu'il a le potentiel d'être tellement plus que ce qu'il est.

 

Sa réponse ne se fait pas attendre: «Je suis tout à fait d'accord...»

 

***

 

La tour des Convoyeurs est moins connue que le silo, mais elle est tout aussi abandonnée, trônant à côté du Centre des sciences comme si elle avait été oubliée là. Tout autour, les touristes et les Montréalais se promènent, vont au cinéma Imax, à la maison hantée Peur dépôt, aux boutiques du quai Jacques-Cartier.

 

Il y a de la vie, ici, précisément ce que la nouvelle direction du Vieux-Port s'est affairée à développer depuis la prise de contrôle de la Société immobilière du Canada, il y a deux ans. La première étape d'un plan plus vaste qui se trame en coulisse.

 

La firme Acertys a en effet été embauchée ces derniers mois pour mettre la table pour une vaste consultation qui sera lancée, officiellement, après les Fêtes. Une consultation qui visera l'élaboration d'un vaste plan de réaménagement du Vieux-Port, incluant le silo no 5.

 

«Quelques rencontres individuelles ont eu lieu ces derniers mois, un comité de sages sera mis sur pied, puis il y aura des rencontres de groupe, explique Daniel Dorey. On veut savoir ce que les Montréalais veulent faire du Vieux-Port. On veut leurs idées, leurs photos, leurs dessins.

 

«Mon désir, mon rêve, c'est de dévoiler un projet porteur de réaménagement pour 2017», ajoute-t-il. Pas de tours ou de complexes résidentiels, plutôt un projet qui donnerait un nouvel élan au Vieux-Port tout en consolidant son rôle récréotouristique.

 

Je réponds que c'est loin quand on sait tous les retards qu'a pris le dossier de rénovation du silo no 5. On promettait déjà une consultation l'an dernier à ce sujet...

 

«Que voulez-vous que je vous dise? J'ai été nommé en juillet 2013. Et pour avoir lu les 15 rapports sur le silo, j'ai bien compris que tout cela était plus facile à dire qu'à faire. En deux ans, je pense qu'on peut réussir à développer un projet vaste qui a suscité l'adhésion et l'enthousiasme.»

 

***

 

Du haut de la tour de l'Horloge, l'impression d'être au milieu du fleuve est encore plus saisissante. On voit le silo au loin, on voit la tour des Convoyeurs, mais on voit surtout l'eau qui nous entoure.

 

Quel bel endroit pour aménager le bain portuaire que propose le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron! Une piscine au fil de l'eau, en quelque sorte, qui donnerait aux visiteurs de la plage de l'horloge l'accès à l'eau qui leur manque cruellement.

 

«Voilà précisément le genre de projets dont on veut entendre parler, lance Daniel Dorey. On a d'ailleurs rencontré M. Bergeron, comme on a rencontré plein de monde qui nous approche régulièrement avec des projets emballants.»

 

Vincent Léger est un de ceux-là. Montréalais aux mille idées, il propose de transformer la tour des Convoyeurs en un centre récréotouristique. On retrouverait au sommet un observatoire. D'un côté s'y grefferaient des installations de «décalade» (descente de parois verticales) et de l'autre, un plongeon de haut vol qui pourrait accueillir des compétitions internationales. À la base de la tour, un camping urbain serait aménagé.

 

Autre idée, cette fois pour le silo no 5: garder l'idée d'un entrepôt de grains, mais des grains d'un autre genre, disons. L'entreprise Vert.com propose de transformer l'immeuble en centre de stockage de mégabits, façon de profiter de sa solidité et de lui redonner une pertinence.

 

«Des projets, il y en a plusieurs, reconnaît Daniel Dorey avec enthousiasme. C'est pour ça qu'on veut demander aux Montréalais comment ils imaginent l'évolution du Vieux-Port.»

 

Un important secteur de Montréal qui a en effet grand besoin d'un réaménagement, sans oublier son navire amiral, le silo no 5.

 

Trois projets pour trois sites

Silo no 5

 

L'entreprise Vert.com aimerait transformer le silo no 5 en immense entrepôt vertical de serveurs informatiques. Baptisé Siloctet, le projet consisterait à convertir les anciens cylindres du silo en centres de données.

 

Au coût de 80 millions, l'entrepôt nouveau genre ferait le bonheur des entreprises européennes de commerces électroniques, selon le patron de Vert.com, Éric Mateu-Huon. Les milliers de serveurs à haute efficacité énergétique qu'on y retrouverait leur permettraient d'avoir «un site miroir» à proximité de New York, ce qui retrancherait de précieuses microsecondes lors de chaque transaction en ligne de leurs clients.

 

L'idée serait de séparer en deux chacun des 44 silos afin d'y installer 88 minicentres de données. Cela pourrait créer jusqu'à 300 emplois à Montréal, voire plus, car l'intention de Vert.com est de développer le concept ailleurs par la suite.

 

Tour des Convoyeurs

 

La tour des Convoyeurs n'est plus utilisée depuis 30 ans, comme le montre un simple coup d'oeil: l'endroit est rouillé, décrépit. Cela n'empêche pas le consultant en tourisme durable Vincent Léger d'y voir un formidable potentiel.

 

Il aimerait, avec son équipe du Borealis Ecodesign Lab, développer un concept de pôle récréotouristique à un coût de 10 à 15 millions.

 

On retrouverait au sommet un observatoire de 360 degrés qui offrirait une vue superbe sur le fleuve. On pourrait redescendre en rappel, en faisant de la «décalade». Ou simplement en sautant dans l'eau, car un plongeon de haut vol serait installé pour des activités ludiques ou des compétitions. À la base, un camping urbain accueillerait les citoyens pour la nuit.

 

«Cela permettrait d'ouvrir une fenêtre peu coûteuse sur leur fleuve, tout en réutilisant un élément du patrimoine de Montréal», croit M. Léger.

 

Tour de l'Horloge

 

Montréal a une plage urbaine... mais pas d'accès à l'eau. Pour remédier à ce problème, Projet Montréal propose l'aménagement d'un bain portuaire à proximité de la tour de l'Horloge.

 

Prenant exemple sur la ville de Copenhague et son bain portuaire «Islands Brygge», Richard Bergeron aimerait que les Montréalais puissent profiter de la qualité de l'eau de leur fleuve. Il propose ainsi l'aménagement d'installations flottantes dans le fleuve, un projet de 850 000$, soit nettement moins cher que la construction d'une piscine municipale extérieure (5 à 8,5 millions).

 

«Ce projet serait non seulement bénéfique pour la population montréalaise, mais il aurait le potentiel de devenir un emblème touristique comme ce fut le cas à Copenhague, Berlin et Sydney, où l'on a adopté ce type d'infrastructure», indique M. Bergeron.

 

sent via Tapatalk

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tout à fait dans l'esprit d'aujourd'hui. Multiplions les activités de tous genres pour attirer et retenir la plus grande gamme de visiteurs. Comme on dit: il en faut pour tous les goûts, sans pour autant dénaturer le site. Ici la limite est l'imagination, car le potentiel est énorme. Comme l'espace est très étendu, varié et polyvalent, il se prête à toutes sortes de loisirs, des plus classiques aux plus inattendus. Ainsi chacun y trouvera son compte et le site sera encore plus animé et populaire, avec des retombées supérieures sur le long terme :thumbsup:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je reconnais que c'est bien si il y a plus de gens qui vont s'amuser au vieux port. Mais les récents ajouts viennent dénaturer et enlaidir le vieux port. Je parle de la maison hantée dans des containers, les 2 gros bateaux de pirates, la grosse tour pour la tyrolienne et les magasins dans les containers qui ont déménagés et qui étaient auparavent sur le quai King-Edward.

 

Adieu au décor de carte postale

IMG_0771.JPG

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai tendance à etre d'accord avec toi. Il y a un peu trop d'activités concentrées à la même place, vis à vis le Marché Bonsecours. Ils ont l'air a tout accepter qui passe pour faire l'argent...

 

sent via Tapatalk

Modifié par IluvMTL

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est mieux que l'immense terrain vague qui trainait là il y a qq années. Et qui regarde le vieux-port de haut? Personne. De la rue, ça parait très bien.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je crois que les magasins c'est temporaire, l'occasion de faire des travaux dans le gare ou stationnement ou ils sont d'habitude. Mais le gros navire caché derrière aura été bien sur le quai Jacques-Cartier, mais ils doivent le réserver pour des événements éphémères, comme Poutinefest et Ribfest...

 

sent via Tapatalk

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je reconnais que c'est bien si il y a plus de gens qui vont s'amuser au vieux port. Mais les récents ajouts viennent dénaturer et enlaidir le vieux port. Je parle de la maison hantée dans des containers, les 2 gros bateaux de pirates, la grosse tour pour la tyrolienne et les magasins dans les containers qui ont déménagés et qui étaient auparavent sur le quai King-Edward.

 

Adieu au décor de carte postale

[ATTACH]22576[/ATTACH]

 

On peut considérer le Vieux-Port comme une sorte de laboratoire d'activités et de loisirs grandeur nature. Une foire qui vise justement la consommation et le divertissement. Les terrains que l'on voit sur la photo sont nouvellement occupés et étaient déserts auparavant, on y voyait les fondations d'un ancien élévateur à grain. C'est donc une bonne idée d'y ajouter de l'animation même si c'est ponctuel, en attendant de développer des infrastructures permanentes dans les hangars à rénover.

 

Comme les gens sont grégaires, ils aiment les endroits animés où on leur propose une foule d'activités. La belle saison terminée, le calme reviendra et on retrouvera une partie du décor initial. Disons aussi que dans cette partie de la ville il y a trois moteurs principaux qui sont devenus des attraits incontournables et bien sûr complémentaires: le Vieux-Montréal, le Vieux-Port et le complexe muséal Pointe-à-Callière, ce dernier couplé avec le secteur du canal Lachine au pied de la rue McGill.

 

On trouve donc dans ce périmètre une importante concentration d'activités originales pour occuper les visiteurs pour plusieurs jours, incluant les familles. C'est déjà un gros atout en soi, dont on trouve peu d'équivalents ailleurs. C'est bon pour le tourisme et c'est bon pour la réputation de la ville, perçue comme un endroit où il fait bon vivre et s'amuser. Alors quand on aura enfin terminé le réaménagement complet du Vieux-Port, incluant la jetée Alexandra dédiée aux bateaux de croisières, le Silo no5 et j'en passe, on aura un site magnifique qui fera l'envie de plusieurs villes du continent et même du monde. Tout cela à distance de marche du centre-ville.

 

Si on ajoute à tout cela, le nouveau boulevard Robert-Bourrassa (Bonaventure) avec sa future promenade centrale, le lien est-ouest avec Griffintown et la promenade qui mènera au Mont-Royal, on aura un autre circuit piétonnier de grande valeur, pour explorer la ville, du fleuve à la montagne. Et ça ne s'arrêtera pas là, car il faudra en plus ajouter l'est du c-v vers le pont Jacques-Cartier, où un projet est en gestation avec l'illumination du pont.

 

Donc aucun doute, Montréal se positionne solidement pour attirer son lot de visiteurs locaux et étrangers, en en mettant plein la vue, tout en se distinguant fortement des autres destinations nord-américaines. Notre culture distincte est déjà un attrait en soi; notre joie de vivre légendaire en est un autre qui fait partie de la qualité de notre accueil; nos quartiers animés; nos festivals; notre histoire et bientôt les nouveaux projets, feront de la métropole une destination de choix parmi les grandes villes du monde à découvrir absolument.

 

Alors je ne m'inquiète pas trop de ces artifices qui s'ajoutent dans le paysage, ils trouveront éventuellement leur place suite aux nombreux réaménagement prévus. N'oublions pas non plus que dans cette partie, à la tour de l'Horloge, s'ajoutera une plage-piscine et sûrement bien d'autres choses pour le plaisir des montréalais comme des touristes. En terminant je fais remarquer que tous les lieux mentionnés plus haut sont situés dans des espaces publics, donc avec accès gratuit et ambiance fournie. Le visiteur n'a plus ensuite que l'embarras de choisir des activités payantes ou non, selon son budget et ses intérêts.

Modifié par acpnc

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Contenu similaire

    • Par mtlurb
      Le Palais des congrès prévoit s'agrandir
      Mario Girard
       
      La Presse
       
      Le projet de Quartier de la santé dont La Presse a dévoilé hier les grandes lignes incite d'autres partenaires à briser «l'immobilisme» dont on accuse la métropole. Le Palais des congrès de Montréal désire profiter de l'occasion pour prendre de l'expansion.
       
      La construction du CHUM engendrera une spectaculaire transformation urbanistique. Le recouvrement de l'autoroute Ville-Marie et la construction d'une quinzaine de bâtiments sont au coeur de ce projet désigné sous le nom de Quartier de la santé.
       
      L'élimination de terrains de stationnement et la création d'infrastructures favorisant les piétons et les cyclistes dans la zone bordée par les rues Saint-Urbain, Amherst, Saint-Antoine et le boulevard René-Lévesque, compléteront l'ensemble des travaux dont nous avons publié les plans.
       
      La Presse a appris que, dans la foulée, le Palais des congrès de Montréal voudrait emboîter le pas avec d'importants travaux d'agrandissement dans un quadrilatère voisin de son emplacement actuel. Le Palais y érigerait un nouveau pavillon qui accueillerait des salles d'exposition et de réunion de même qu'un centre de conférence réservé au CHUM et à une clientèle locale ou internationale.
       
      Ce projet, qui occuperait l'espace situé à l'est de la rue Saint-Urbain, impliquerait l'élimination d'un terrain de stationnement et la démolition du magasin de musique Steve's. «Personne ne nous a parlé de cela», s'est contenté de dire Sheldon, gérant de cette boutique qui a depuis plus de 40 ans son enseigne rue Saint-Antoine.
       
      Il y a longtemps que le président du Palais des congrès, Paul Saint-Jacques, convoite cet emplacement de rêve. Déjà en décembre 2004, dans un discours devant la chambre de commerce du Montréal métropolitain, il avait exprimé le désir que ce terrain lui soit réservé. Ce «désir» sera souligné au crayon gras demain soir aux audiences de l'Office de consultation publique de Montréal.
       
      Par la même occasion, on dévoilera les détails entourant la création du Centre international d'innovation thérapeutique (CIIT). Émanant du Technopôle Ville-Marie, mis sur pied par le CHUM, ce centre de recherche veut devenir un chef de file international dans l'évaluation, le transfert et l'implantation de solutions thérapeutiques, tant pour les enfants que pour les adultes.
       
      Le CIIT serait érigé à proximité du CHUM et couvrirait une superficie de 35 000 m2. Le Technopôle Ville-Marie envisage de retenir les services d'une firme internationale pour établir un plan d'affaires et confirmer le potentiel du projet.
       
      Benoît Labonté, maire de l'arrondissement de Ville-Marie et responsable du projet du CHUM et du Quartier de la santé, se réjouit de voir que ces visées prennent de l'ampleur. «C'est le plus important potentiel de développement économique que la ville de Montréal ait connu depuis fort longtemps, dit-il. Il n'y a pas eu d'investissement de cet ordre depuis 30 ans dans la métropole.»
       
      M. Labonté confirme que les idées et les plans publiés hier dans La Presse font effectivement partie du projet, mais il affirme que de nouveaux éléments s'y ajouteront. «Il y a d'autres études externes et internes qui sont menées actuellement, dit-il. Une étude est notamment en cours sur la circulation dans ce quartier.»
       
      Les responsables attendent maintenant un plan d'affaires du Technopôle Ville-Marie. Pierre Marc Johnson, qui en assure la présidence, devrait annoncer la composition de son conseil d'administration en janvier. Le Technopôle Ville-Marie sera chargé de pressentir d'éventuels partenaires privés pour le Quartier de la santé. «Je n'irai certainement pas déposer un plan sans des acquis solides, dit Benoît Labonté. Il faut démontrer une rentabilité certaine avant de s'engager.»
       
      Robert Laramée, directeur général du parti Vision Montréal, n'est pas surpris d'entendre parler de ce projet. Il en avait lui-même présenté les bases en compagnie de Martin Lemay, alors maire de l'arrondissement de Ville-Marie, en mars 2005, devant une commission parlementaire.
       
      «Ce qui me surprend, c'est de voir la participation de l'administration centrale à ce projet, alors qu'on s'était battu à l'époque pour obtenir sa collaboration, dit-il. C'est l'arrondissement de Ville-Marie qui avait payé les premières études et ça nous avait coûté 100 000 $.»
       
      Au ministère des Affaires municipales, on demeure prudent pour l'instant. «Comme rien n'a été officiellement déposé, nous ne pouvons commenter», dit Jonathan Trudeau, porte-parole de la ministre Nathalie Normandeau.
    • Par IluvMTL
      https://www.ledevoir.com/culture/547819/le-monastere-ouvre-un-cabaret-de-cirque-dans-une-eglise
      http://le-monastere.ca/
      Le Monastère ouvre un cabaret de cirque dans une église
      [Culture]
      Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Jeudi et vendredi, les trapézistes Shannon Gélinas (sur cette photo) et Evelyne Paquin-Lanthier se produiront à l’église anglicane St. Jax, s’entortillant dans un long tissu blanc devant des vitraux emblématiques.
      Caroline Montpetit
      14 février 2019
      Culture
      Evelyne Paquin-Lanthier s’élance du haut du plafond de bois de l’église anglicane St. Jax, s’entortille dans un long tissu blanc et atterrit au sol avant de remonter par le même chemin, devant un vitrail illustrant l’Ascension. Bienvenue au Monastère, cet organisme sans but lucratif qui s’est donné pour mission de tenir des cabarets de cirque à Montréal. Depuis peu, c’est dans la vieille église montréalaise de St. Jax, rue Sainte-Catherine, que l’organisme a élu domicile.
      Rosalie Beauchamp et Guillaume Blais, les deux fondateurs du Monastère, sont tous deux issus du milieu du cirque. Après avoir bourlingué à travers le monde, ils ont senti le besoin d’offrir une scène aux artistes de cirque québécois. Ceux-ci sont invités à y présenter leurs propres créations.
      Les cabarets se succéderont au rythme d’une dizaine par année, et seront présentés par un maître de cérémonie. Jeudi et vendredi, les 14 et 15 février, on pourra notamment y voir le duo des trapézistes Evelyne Paquin-Lanthier et Shannon Gélinas. On pourra aussi y voir en première montréalaise le duo de sangles de Guillaume Paquin et Nicole Faubert, qu’ils viennent de présenter au Festival mondial du cirque de demain, à Paris. Cette semaine, c’est Joe de Paul qui sera maître de cérémonie. « C’est l’un des meilleurs clowns de Montréal », dit Guillaume Blais.
      « Montréal est qualifiée de capitale du cirque, mais il n’y a aucun artiste qui travaille ici. Les gens viennent se former ici, mais personne ne présente ses oeuvres. Même pour les grosses compagnies, 90 % du marché est à l’international », dit Guillaume Blais. « Les artistes ont créé des numéros qu’on considère comme des oeuvres d’art », dit Rosalie Beauchamp. Les cabarets du Monastère leur permettent de les présenter à l’état pur.
       Ils veulent démontrer comment on peut ramener les gens dans les églises, à travers l’art entre autres
      — Rosalie Beauchamp
      Mais c’est vraiment le lieu qui donne toute sa particularité à cette nouvelle édition du cabaret du Monastère. L’église de style néogothique St. Jax a été inaugurée en 1864 sous le nom de Saint-James the Apostle. À l’époque, elle était située au milieu d’un champ. Comme la plupart des églises du Québec, depuis quelques années, elle a vu le nombre de ses fidèles baisser. Plutôt que de fermer ses portes, elle a décidé de diversifier ses activités.
      « Il y a encore une messe qui est célébrée tous les dimanches », dit Rosalie Beauchamp. L’église a cependant évacué les bancs d’église de son sanctuaire pour faire place à des chaises, qui peuvent être déplacées lors de la tenue de spectacles. En fait, les bancs d’église ont même servi à la construction d’un bar, où on servira des alcools locaux lors de la tenue des cabarets du Monastère.
      « C’est encore une église fonctionnelle, dit Guillaume Blais. Mais la réalité des églises d’aujourd’hui, c’est qu’elles ne sont pas pleines et qu’il y a des coûts d’entretien. Donc plutôt que de fermer l’église et de la vendre pour que cela devienne des condos, ils ont décidé de ramener des gens de la communauté ici, par l’entremise de projets artistiques sans but religieux. »
      « Ils veulent démontrer comment on peut ramener les gens dans les églises, à travers l’art, entre autres. C’est un projet-pilote de leur côté aussi », dit Rosalie Beauchamp.
      Les deux artistes circassiens avaient d’abord eu l’idée de présenter des spectacles dans une autre église, rue Jarry, abandonnée puis démolie depuis. Ils ont présenté l’an dernier quelques éditions de leurs cabarets au Théâtre Plaza, rue Saint-Hubert, avant de s’installer pour de bon à l’église St. Jax.
      L’aménagement d’une scène de cirque en pleine église a nécessité de nombreux travaux. « Il a fallu faire venir des ingénieurs », pour assurer la transformation des lieux, dit Guillaume Blais.
      Le Monastère
      Cabaret de cirque, 14 et 15 février, église St. Jax, Montréal
       
    • Par Gilbert
      Développement vert de l'îlot du Monument National, entre les rues Clark/René-Lévesque/St-Laurent/Ste-Catherine.
       
    • Par Fortier
      Projet résidentiel ancien site du Mackay