Jump to content

Recommended Posts

Pinned posts
  • 2 years later...
  • Replies 3k
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

On pourrait bannir Rocco temporairement pendant la pandémie? Il fait que répéter la même affaire sur chaque fil. 🙄

Un peu déçu car on y apprend pas grand chose que l’on ne savait pas vraiment sinon que le Royalmount 2.0 présenté en Hiver tient toujours selon Carbonleo. Il est donc loin d’être mort comme le prétend

Montreal will one day regret its 'think small' attitude towards high-rises. Quebec City will have Le Phare at 250M, Brossard or Laval will probably beat us to it locally. Now that the economy is stron

Posted Images

 

Le 2020-02-14 à 14:20, ToxiK a dit :

On peut se douter qu'un grand nombre des clients qui iront au Royalmount passent déjà par ce secteur et ne feront que s'y arrêter en passant.

Il y a beaucoup à dire sur ce projet, mais ce soir je me limite à cet argument que tu avances.

Qu'il y ait déjà un grand nombre de personnes passant par ce secteur est évident; il y en a même trop à leur goût,  témoin la congestion récurrente.

Par contre, j'ai de la difficulté à imaginer qu'elles s'y arrêteraient juste en passant, parce qu'il ne s'agirait pas d'un simple arrêt sur le bord de la route.  "En passant" sous-entend une origine et une destination de part et d'autre du lieu où on s'arrête; dans ce pas particulier, visualisons les complications (et la perte de temps) que cela entraîneraient pour le voyageur. 

1) Supposons une origine à l'est (par ex. Ahuntsic ou Petite Patrie) et une destination à l'ouest (par ex. Pointe-Claire), typiquement via la Métropolitaine: pour se rendre (s'arrêter?) au Royalmount, il lui faudrait prendre Décarie (sud) et sortir à la rue Paré (pas de la Savane/Royalmount, seulement accessible en provenance de Côte-de-Liesse direction est puis la voie de desserte de Décarie côté ouest); puis, de la rue Paré direction ouest, il reviendrait vers le nord par l'avenue Royden et d'autres voies à déterminer.  Ensuite, en quittant le Royalmount pour reprendre son  chemin vers l'ouest,  il lui faudrait trouver un moyen(?) de se rendre jusqu'à Côte-de-Liesse juste avant le demi-tour sous la Métropolitaine, passer sous celle-ci et accéder à la bretelle d'entrée avant la voie ferrée.  Ouf! 

1 bis)  Heureusement (...), notre voyageur dispose d'une "alternative", qui consiste à se positionner sur la Côte-de-Liesse direction ouest; le problème (surprise!), c'est que cela n'est possible qu'en quittant la Métropolitaine (voies "express") bien en amont, depuis que la bretelle de sortie pour l'avenue Sainte-Croix/chemin Lucerne a été supprimée.  Puis en quittant le Royalmount pour poursuivre sa route, le trajet serait identique à celui décrit ci-dessus.

2) En provenance de l'ouest en vue d'accéder à Décarie sud, ce serait naturellement beaucoup moins compliqué, mais encore faudrait-il que ce trajet (et la séance de magasinage) se produisent avant les activités (typiquement le travail); car si c'est au retour, dans l'autre direction, ce serait déjà moins facile.

3) En provenance du sud (typiquement le centre-ville) via Décarie, ce serait comparativement aisé, puisqu'il serait possible d'accéder à l'avenue Royalmount par la voie de service nord de Décarie.  Le meilleur trajet pour poursuivre sa route dépendrait de sa destination finale.

4) C'est en provenance de l'ouest pour une destination à l'est (la réciproque de 1) ci-dessus) que l'arrêt au Royalmount serait le moins pénalisant.  Aussi bien en profiter pour y prendre son repas du soir!

Tous les scénarios ci-dessus supposent des déplacements en automobile.  Par TEC, en supposant qu'une (longue!) passerelle soit construite entre la station de métro et le site du Royalmount, je me demande si on peut qualifier cet arrêt comme étant "en passant"!

 

 

Link to post
Share on other sites
il y a 7 minutes, Né entre les rapides a dit :

 

Il y a beaucoup à dire sur ce projet, mais ce soir je me limite à cet argument que tu avances.

Qu'il y ait déjà un grand nombre de personnes passant par ce secteur est évident; il y en a même trop à leur goût,  témoin la congestion récurrente.

Par contre, j'ai de la difficulté à imaginer qu'elles s'y arrêteraient juste en passant, parce qu'il ne s'agirait pas d'un simple arrêt sur le bord de la route.  "En passant" sous-entend une origine et une destination de part et d'autre du lieu où on s'arrête; dans ce pas particulier, visualisons les complications (et la perte de temps) que cela entraîneraient pour le voyageur. 

1) Supposons une origine à l'est (par ex. Ahuntsic ou Petite Patrie) et une destination à l'ouest (par ex. Pointe-Claire), typiquement via la Métropolitaine: pour se rendre (s'arrêter?) au Royalmount, il lui faudrait prendre Décarie (sud) et sortir à la rue Paré (pas de la Savane/Royalmount, seulement accessible en provenance de Côte-de-Liesse direction est puis la voie de desserte de Décarie côté ouest); puis, de la rue Paré direction ouest, il reviendrait vers le nord par l'avenue Royden et d'autres voies à déterminer.  Ensuite, en quittant le Royalmount pour reprendre son  chemin vers l'ouest,  il lui faudrait trouver un moyen(?) de se rendre jusqu'à Côte-de-Liesse juste avant le demi-tour sous la Métropolitaine, passer sous celle-ci et accéder à la bretelle d'entrée avant la voie ferrée.  Ouf! 

1 bis)  Heureusement (...), notre voyageur dispose d'une "alternative", qui consiste à se positionner sur la Côte-de-Liesse direction ouest; le problème (surprise!), c'est que cela n'est possible qu'en quittant la Métropolitaine (voies "express") bien en amont, depuis que la bretelle de sortie pour l'avenue Sainte-Croix/chemin Lucerne a été supprimée.  Puis en quittant le Royalmount pour poursuivre sa route, le trajet serait identique à celui décrit ci-dessus.

2) En provenance de l'ouest en vue d'accéder à Décarie sud, ce serait naturellement beaucoup moins compliqué, mais encore faudrait-il que ce trajet (et la séance de magasinage) se produisent avant les activités (typiquement le travail); car si c'est au retour, dans l'autre direction, ce serait déjà moins facile.

3) En provenance du sud (typiquement le centre-ville) via Décarie, ce serait comparativement aisé, puisqu'il serait possible d'accéder à l'avenue Royalmount par la voie de service nord de Décarie.  Le meilleur trajet pour poursuivre sa route dépendrait de sa destination finale.

4) C'est en provenance de l'ouest pour une destination à l'est (la réciproque de 1) ci-dessus) que l'arrêt au Royalmount serait le moins pénalisant.  Aussi bien en profiter pour y prendre son repas du soir!

Tous les scénarios ci-dessus supposent des déplacements en automobile.  Par TEC, en supposant qu'une (longue!) passerelle soit construite entre la station de métro et le site du Royalmount, je me demande si on peut qualifier cet arrêt comme étant "en passant"!

 

 

S'arrêter dans un grand centre commercial n'est pas comme s'arrêter au dépanneur pour une transaction de deux minutes pour s'acheter un litre de lait, on peut se permettre d'investir un peu plus de temps pour s'y rendre (que ce soit en voiture ou en TEC) puisqu'on parle ici (généralement) d'expériences d'achats plus longues et plus complexes que dans un dépanneur.  Si on veut se magasiner un livre, des vêtements ou des cadeaux, ou bien prendre le temps de manger, on peut se permettre un léger détour pour atteindre le centre ou bien une petite marche depuis la station de métro.  Mais au bout du compte, ce détour sera moins long que de se rendre chez soi et de répartir dans un cente commercial local ou bien de faire un long détour pour rejoindre un centre qui n'est pas, par exemple, entre le point A (la maison) et le point B (le travail).

Si un centre est sur notre chemin, ce n'est pas nécessairement un gros problème de trouver une façon d'y accéder, mais c'est compliqué s'il faut faire un grand détour de notre chemin pour atteindre le centre en partant.

Link to post
Share on other sites

Le problème de circulation dans le secteur c'est le fait que l'autoroute Nord/Sud la plus importante la 15, ne fait pas juste croisée la plus importante Est/Ouest, elle se superpose. 

La partie de la Métropolitaine entre les deux 15 est la partie problématique qui se répercute sur toute cette partie du réseaux routier. C'est remplis de changement de voies, d'entrées et de sorties. Si on viens juste de rentré sur la 15 et qu'on veut continuer il faut sortir ''à gauche''. Tous les éléments nuisent à la fluidité du secteur.

Avec un projet ou non, le secteur autoroutier du secteur doit être revu. On a refait la partie sud de l'échangeur, à quand la partie nord ? Ça diminuera pas le nombre de véhicule, mais ça améliorait la fluidité, car c'est actuellement le manque de cette dernière qui cause des problèmes.

Le MTQ devrait se sortir la tête du sable et être pro-actif. Même sans projets, la population continue de grossir et plus en plus de gens passent part là (transit de véhicule pour sortir de l'île, camion, etc). L'échangeur est problématique point et doit être re-configuré, et non pas pour ce projet, mais pour la mobilité de toute la région métropolitaine. Le projet devrait être un incitatif majeur à cette reconfiguration.

 

Link to post
Share on other sites
il y a 42 minutes, ToxiK a dit :

S'arrêter dans un grand centre commercial n'est pas comme s'arrêter au dépanneur pour une transaction de deux minutes pour s'acheter un litre de lait, on peut se permettre d'investir un peu plus de temps pour s'y rendre (que ce soit en voiture ou en TEC) puisqu'on parle ici (généralement) d'expériences d'achats plus longues et plus complexes que dans un dépanneur.  Si on veut se magasiner un livre, des vêtements ou des cadeaux, ou bien prendre le temps de manger, on peut se permettre un léger détour pour atteindre le centre ou bien une petite marche depuis la station de métro.  Mais au bout du compte, ce détour sera moins long que de se rendre chez soi et de répartir dans un cente commercial local ou bien de faire un long détour pour rejoindre un centre qui n'est pas, par exemple, entre le point A (la maison) et le point B (le travail).

Si un centre est sur notre chemin, ce n'est pas nécessairement un gros problème de trouver une façon d'y accéder, mais c'est compliqué s'il faut faire un grand détour de notre chemin pour atteindre le centre en partant.

Je reconnais que tu apportes de bons arguments qui pourront convaincre une partie de la clientèle potentielle qui se rendra au Royalmount "en passant".  En même temps, je demeure convaincu que l'accès à ce site est et sera plus difficile qu'à pratiquement tous les grands centres commerciaux qui se trouvent aussi sur le chemin des navetteurs, qui peuvent s'y arrêter en passant, donc sans qu'il soit question de devoir retourner à la maison avant d'y retourner.  Pour plusieurs, la décision de se rendre au Royalmount devra être justifiée par des attraits supérieurs qui en feraient une destination exceptionnelle.  Or qui dit "destination exceptionnelle" dit destination où on ne se rend pas tous les jours.   Ma conclusion: oui le Royalmount attirera certains navetteurs, mais ce n'est pas sur cette clientèle qu'il devra compter pour atteindre le seuil de rentabilité.  Ce n'est pas du tout comme le centre-ville, qui est une destination majeure (de loin la plus importante) en soi pour le travail et les  services, ce qui fait que les clients des commerces sont déjà à proximité et peuvent vraiment s'y rendre "en passant", sans que cela ne rallonge leur temps de déplacement. 

Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, Né entre les rapides a dit :

Je reconnais que tu apportes de bons arguments qui pourront convaincre une partie de la clientèle potentielle qui se rendra au Royalmount "en passant".  En même temps, je demeure convaincu que l'accès à ce site est et sera plus difficile qu'à pratiquement tous les grands centres commerciaux qui se trouvent aussi sur le chemin des navetteurs, qui peuvent s'y arrêter en passant, donc sans qu'il soit question de devoir retourner à la maison avant d'y retourner.  Pour plusieurs, la décision de se rendre au Royalmount devra être justifiée par des attraits supérieurs qui en feraient une destination exceptionnelle.  Or qui dit "destination exceptionnelle" dit destination où on ne se rend pas tous les jours.   Ma conclusion: oui le Royalmount attirera certains navetteurs, mais ce n'est pas sur cette clientèle qu'il devra compter pour atteindre le seuil de rentabilité.  Ce n'est pas du tout comme le centre-ville, qui est une destination majeure (de loin la plus importante) en soi pour le travail et les  services, ce qui fait que les clients des commerces sont déjà à proximité et peuvent vraiment s'y rendre "en passant", sans que cela ne rallonge leur temps de déplacement. 

J'ajouterais une autre objection qui peut sembler banale mais qui pourrait en frustrer plusieurs qui iront en passant. Stationner dans un stationnement souterrain n'est pas ce qu'il y a plus de plus agréable, parce qu'il faut trouver un emplacement convenable dans un environnement sombre, lire toutes les indications et suivre les nombreux croisements pour y arriver. Il peut y avoir des sens uniques, un circuit complexe de tours et détours, des virages serrés et des cases moins appropriées, avec colonnes faisant obstacle pour certains types de véhicules.

Aussi plus le stationnement est grand plus s'y déplacer à pied pour rejoindre le resto ou les boutiques recherchées prendra du temps et cela dans les deux sens. À la fermeture des magasins les sorties pourraient être congestionnées et il faudra tout de même se diriger vers la sortie qui convient à son itinéraire. Finalement plus c'est gros plus l'opération devient rébarbative et insécurisante pour plusieurs consommateurs et consommatrices. A noter qu'on ne sait toujours pas si le stationnement sera gratuit pour tout le monde.

Comme on parle ici d'un mégacentre commercial, doublé d'un mégasationnement étagé souterrain unique dans la région. On peut alors supposer que les déplacements en véhicule et à pied seront beaucoup plus longs que la moyenne des autres centres commerciaux concurrents et de ce fait nuire à la perception positive de la clientèle.

Donc ajouté à la congestion routière prévisible pour se rendre au Royalmount, si je me fie à la nature humaine, je crois que beaucoup iront là où se sera plus facile et beaucoup moins contraignant. Après tout on trouvera sûrement la majorité des chaines de boutiques présentes partout dans les centres commerciaux déjà existants. Quant à l'exclusivité, je vois mal la concurrence se croiser les bras et laisser échapper un segment qui pourrait lui rapporter gros. Ici c'est sûr que la compétition sera féroce et il n'y aura pas de cadeau.

C'est pour cela que je continue à entretenir de sérieux doutes sur la réussite commerciale de ce mégacentre commercial. Parce qu'il suppose un mégafinancement et impose automatiquement des mégarevenus pour sa rentabilité. Aussi parce qu'il est basé principalement sur une formule dépassée du tout à l'auto et que le commerce de détail suit une tendance lourde vers la dématérialisation des affaires, qui pourrait lui nuire encore plus que la congestion automobile. En d'autres mots ce sera un géant aux pieds d'argile dont la longévité pourrait sérieusement être mise en cause.

Link to post
Share on other sites
Il y a 12 heures, Dominic723 a dit :

Le problème de circulation dans le secteur c'est le fait que l'autoroute Nord/Sud la plus importante la 15, ne fait pas juste croisée la plus importante Est/Ouest, elle se superpose. 

La partie de la Métropolitaine entre les deux 15 est la partie problématique qui se répercute sur toute cette partie du réseaux routier. C'est remplis de changement de voies, d'entrées et de sorties. Si on viens juste de rentré sur la 15 et qu'on veut continuer il faut sortir ''à gauche''. Tous les éléments nuisent à la fluidité du secteur.

Avec un projet ou non, le secteur autoroutier du secteur doit être revu. On a refait la partie sud de l'échangeur, à quand la partie nord ? Ça diminuera pas le nombre de véhicule, mais ça améliorait la fluidité, car c'est actuellement le manque de cette dernière qui cause des problèmes.

Le MTQ devrait se sortir la tête du sable et être pro-actif. Même sans projets, la population continue de grossir et plus en plus de gens passent part là (transit de véhicule pour sortir de l'île, camion, etc). L'échangeur est problématique point et doit être re-configuré, et non pas pour ce projet, mais pour la mobilité de toute la région métropolitaine. Le projet devrait être un incitatif majeur à cette reconfiguration.

 

Sur un autre fil, on a déjà discuté de long et en large de cette problématique complexe, qui se manifeste intensément alors même que le Royalmount n'est même pas construit  --d'accord avec toi sur ce point.

Toutefois, je ne crois pas qu'il suffirait de reconfigurer l'échangeur Décarie et de soulager le duplex A-40/A15 (i.e. le segment de l'A-40 entre Décarie et l'autoroute des Laurentides) pour y parvenir, car la capacité des voies routières immédiatement en dehors de ce périmètre est elle aussi inadéquate; pour s'en convaincre, observez la congestion sur Décarie en direction sud à partir de la Métropolitaine,  de celle-ci en direction ouest à partir de Décarie, et en direction est à partir de l'autoroute des Laurentides --tous des trajets pourtant "exempts" des contraintes sus-mentionnées.   

Il est possible de minimiser/éliminer certains goulots d'étranglement, mais on ne pourrait pas augmenter substantiellement la capacité du réseau dans les secteurs concernés.  Ce n'est pas seulement le MTQ qui s'y opposerait, mais encore bien plus la Ville de Montréal et les citoyens concernés.  C'est pourquoi la recherche de solutions passe plutôt par l'introduction de mesures/infrastructures qui réduisent la demande de transit véhiculaire, pluutôt que celles qui auraient pour objet d'augmenter l'offre (capacité routière).  

Si malgré tout il devient nécessaire d'augmenter la capacité de transit dans l'axe est-ouest, il faudra que cela soit fait plus loin du centre, pas sur le parcours de l'A-40 entre l'A-25 et l'A-13.  Le parcours alternatif A-25/A-440/A-13 existe déjà, mais il est lui-même inadéquat dans sa configuration actuelle.  Mais contrairement à l'A-40 entre l'A-25 et l'A-13, des réaménagents majeurs m'y sembleraient plus acceptables (et moins coûteux), parce qu'ils ne concernent pas des zones urbaines densément construites. 

 

Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, acpnc a dit :

J'ajouterais une autre objection qui peut sembler banale mais qui pourrait en frustrer plusieurs qui iront en passant. Stationner dans un stationnement souterrain n'est pas ce qu'il y a plus de plus agréable, parce qu'il faut trouver un emplacement convenable dans un environnement sombre, lire toutes les indications et suivre les nombreux croisements pour y arriver. Il peut y avoir des sens uniques, un circuit complexe de tours et détours, des virages serrés et des cases moins appropriées, avec colonnes faisant obstacle pour certains types de véhicules.

Aussi plus le stationnement est grand plus s'y déplacer à pied pour rejoindre le resto ou les boutiques recherchées prendra du temps et cela dans les deux sens. À la fermeture des magasins les sorties pourraient être congestionnées et il faudra tout de même se diriger vers la sortie qui convient à son itinéraire. Finalement plus c'est gros plus l'opération devient rébarbative et insécurisante pour plusieurs consommateurs et consommatrices. A noter qu'on ne sait toujours pas si le stationnement sera gratuit pour tout le monde.

Comme on parle ici d'un mégacentre commercial, doublé d'un mégasationnement étagé souterrain unique dans la région. On peut alors supposer que les déplacements en véhicule et à pied seront beaucoup plus longs que la moyenne des autres centres commerciaux concurrents et de ce fait nuire à la perception positive de la clientèle.

Donc ajouté à la congestion routière prévisible pour se rendre au Royalmount, si je me fie à la nature humaine, je crois que beaucoup iront là où se sera plus facile et beaucoup moins contraignant. Après tout on trouvera sûrement la majorité des chaines de boutiques présentes partout dans les centres commerciaux déjà existants. Quant à l'exclusivité, je vois mal la concurrence se croiser les bras et laisser échapper un segment qui pourrait lui rapporter gros. Ici c'est sûr que la compétition sera féroce et il n'y aura pas de cadeau.

C'est pour cela que je continue à entretenir de sérieux doutes sur la réussite commerciale de ce mégacentre commercial. Parce qu'il suppose un mégafinancement et impose automatiquement des mégarevenus pour sa rentabilité. Aussi parce qu'il est basé principalement sur une formule dépassée du tout à l'auto et que le commerce de détail suit une tendance lourde vers la dématérialisation des affaires, qui pourrait lui nuire encore plus que la congestion automobile. En d'autres mots ce sera un géant aux pieds d'argile dont la longévité pourrait sérieusement être mise en cause.

On a une moins grande distance à marcher dans un stationnement étagé que dans un stationnement au sol de capacité équivalente, il faut juste prendre un escalier ou un ascenseur si on n'est pas stationné au niveau du sol.  Un peu de marche et devoir changer d'étage pour se rendre au centre, est-ce bien pire qu'avec le métro?

Si les clients ne vont pas au Royalmount alors les craintes concernant la congestion ne se réaliseront pas.  Et si le projet de promoteurs privés est un échec, c'est leur problème et c'est leur argent.  Avoir un centre commercial abandonné n'est pas pire que le quasi no mans's land qu'on y trouve présentement.  Il n'y avait pas de projet de développement avant, on ne sera pas plus mas pris s'il n'y a pas de projet de remplacement immédiat.  Les promoteurs et leurs bailleurs de fonds, qui sont des professionnels dans le domaine, ne semblent pas être trop inquiets de la réussite du projet.

Pour avoir du succès, le Royalmount va devoir se démarquer des autres centres commerciaux par son expérience pour la clientèle, s'ils ne le font pas ils ne seront pas plus mal pris que les autres centres commerciaux mais ne s'en distingueront pas beaucoup.  C'est là que la créativité et l'innovation des promoteurs jouera, et je suis certains qu'ils le savent très bien.

Link to post
Share on other sites
17 hours ago, FrancSoisD said:

Alright, this is my 2nd round replying to your latest reply. (Albeit i'm not sure that you've actually read the 1st round... ?)

I must also admit that you bring many good points.

The CMM and City of Mtl have a lot of inroads to explore in order to develop their territory in a really more sustainable way... 😒

 

Hey francois

 

yes i did read part 1 but decided not to reply because it would be to lenghtly and was straying too far off topic. I will answer to 2 of your responses that i Believe you to be incorrect (the rest i find common ground)

while you are correct that Saint jerome , Lachute , and Jolliette are not part of the CMM, you are incorrect in stating that Barrie , Peterborough and Hamilton are part of the GTA. They are not.

And if you google the distance, demographics and economies of these Ontario cities, you will see that they are far more comparable to the QC cities I mentionned.

The other reply I strongly disagree with is your assumption that Vancouver started densifying its neighborohoods with the Eco Density plan of 2006. I lived in Vancouver from 2000 to 2008 and i can guarantee you that they have been building highrises all over the place long before I got there. First time i visited was in 1998 and Metrotown centre , Lougheed town centre, Richmond city centre, Downtown new Winstminster, even Coquiltlam City Centre were all in full bloom and even back then they would made TODAY's Laval DT look like a low Density exurb. Where the PMAD is a plan to kick start a form of urban development. The Eco Density plan was more a plan to regulate and make official what had already been taking place for years.

Here is an excerpt from the Eco-Density Plan wikepedia page :

Since the early 1990s, an urban sustainability approach has significantly shaped the way Vancouver has responded to its growing problem, thus it has become a globally recognized eco-city

 

Asides from that im happy to move on from our minor différences and focus on other subjects

Cheers!

Link to post
Share on other sites
20 hours ago, ToxiK said:

I do believe the city of Montréal doesn't want the competition from Royalmount and they hide behind other arguments (good or bad) to try block the project the same way Québécor tries to stop Bell from buiyng V.  Organizations don't like competition because it force them to work harder to win customers over  It is normal.  I like competition, but I suppose that it is just cheap and thoughtless from my part...

You are obviously entitled to your opinion. What is annoying, and in my view unacceptable here, is your presumption that those who don’t share your opinion are not being honest. I can assure you that that is not the case. 

Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, ToxiK a dit :

On a une moins grande distance à marcher dans un stationnement étagé que dans un stationnement au sol de capacité équivalente, il faut juste prendre un escalier ou un ascenseur si on n'est pas stationné au niveau du sol.  Un peu de marche et devoir changer d'étage pour se rendre au centre, est-ce bien pire qu'avec le métro?

Si les clients ne vont pas au Royalmount alors les craintes concernant la congestion ne se réaliseront pas.  Et si le projet de promoteurs privés est un échec, c'est leur problème et c'est leur argent.  Avoir un centre commercial abandonné n'est pas pire que le quasi no mans's land qu'on y trouve présentement.  Il n'y avait pas de projet de développement avant, on ne sera pas plus mas pris s'il n'y a pas de projet de remplacement immédiat.  Les promoteurs et leurs bailleurs de fonds, qui sont des professionnels dans le domaine, ne semblent pas être trop inquiets de la réussite du projet.

Pour avoir du succès, le Royalmount va devoir se démarquer des autres centres commerciaux par son expérience pour la clientèle, s'ils ne le font pas ils ne seront pas plus mal pris que les autres centres commerciaux mais ne s'en distingueront pas beaucoup.  C'est là que la créativité et l'innovation des promoteurs jouera, et je suis certains qu'ils le savent très bien.

Nous avons déjà eu un échec retentissant de centre commercial à Rivière-des-Prairies,

une situation qu'on ne peut pas traiter avec désinvolture, car les faillites de cette ampleur font beaucoup de perdants et sont l'exemple parfait de l'anti-développement durable.

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By Gilbert
      1500 Sherbrooke Ouest
       
      Architectes: DCYSM
      Fin de la construction:2001
      Utilisation: Résidentiel/Hôtellier
       
      Emplacement: Centre-ville, Montréal
       
      ? mètres - 32 étages
       

    • By Gilbert
      Place de la Cité Internationale – Phase 2
      Architectes: Fox&Fowle
      Utilisation: Bureaux
      Emplacement: Quartier International, Montréal
      Descriptions:
      - Le terrain que la tour occupera est maintenant un grand espace gazonné.

      Source : rosey12387
    • By UrbMtl
      Bleury/Sherbrooke

      Ce coin ne cesse de se densifier…
      Hotel de 270 chambres. 
         
    • By CFurtado
      Tom Perlmutter rêve de déménager l'ONF dans le Quartier des spectacles. Inspiré par les bureaux de Google dans le monde et par l'édifice de l'Art Gallery of Ontario, Tom Perlmutter voit le futur de l'Office national du film dans un espace accessible aux créateurs comme au grand public.
       
      «J'aimerais un site plus accessible aux créateurs et au grand public, créer un espace vivant, explique Tom Perlmutter, rencontré la semaine dernière. On parle avec la Ville de Montréal: ce serait beaucoup plus intéressant, par exemple, d'être dans le Quartier des spectacles, avec les Montréalais, de créer un espace créatif.»
       
      Construit sur le modèle des studios américains, le bâtiment qui héberge les bureaux de l'Office depuis 1956 n'est plus adapté aux besoins de l'ONF, croit M. Perlmutter. Longs couloirs menant à une multitude de petits bureaux, ou studios délaissés par l'Office: «On n'a pas besoin de tout ça», dit-il.
       
      Le gouvernement fédéral étudie les besoins de l'ONF, et le ministère des Travaux publics, propriétaire de l'actuel siège de l'ONF, émettra des recommandations dès l'été 2011. Situés au 3155 chemin de la Côte-de-Liesse, les bureaux de l'ONF ne correspondent plus aux exigences de l'époque.
       
      «J'ai préparé il y a quelques semaines un document de discussion et j'ai cherché ailleurs ce qu'il est possible de faire, dit Tom Perlmutter. On pense qu'à Toronto, par exemple, dans les grands projets comme le ROM et l'AGO de Frank Gehry, il y a vraiment une architecture intéressante et vivante.»
       
      L'espace dont rêve Tom Perlmutter abriterait tant les créateurs travaillant pour l'Office qu'un café ou un cinéma accessible au grand public comme aux réalisateurs ne tournant pas pour l'ONF. Parmi les images que Tom Perlmutter a intégré à son document de discussion, on retrouve les espaces ouverts, ludiques et conviviaux qui sont devenus la marque des bureaux de Google dans le monde.
       
      Ce déménagement, insiste Tom Perlmutter, ne répondrait pas seulement à des considérations esthétiques. «Fondamentalement on veut revenir à un espace créatif et d'échange avec les créateurs et le grand public, dit-il. On veut devenir une source de fierté pour les Montréalais et créer un centre mondial d'innovation, un espace d'expérimentation du numérique.»
       
      Discussions
       
      Concrètement, Tom Perlmutter dit avoir entamé des discussions avec la Ville de Montréal et Travaux publics Canada. Hier, l'arrondissement de Ville-Marie disait n'avoir reçu «aucune demande en ce sens-là». Quant à Travaux publics, nous n'avions pas obtenu des réponses au moment d'écrire ces lignes.
       
      Mais le déménagement n'est pas le seul projet que Tom Perlmutter a en tête pour l'ONF. Une annonce concernant de nouveaux projets pour l'internet sera faite en juin. On a également appris que l'ONF négocie actuellement avec la chaîne franco-allemande Arte un partenariat concernant le numérique.
       
      Enfin, du côté du documentaire traditionnel, l'ONF produira le prochain film de Richard Desjardins et Robert Monderie. Après Le peuple invisible, le duo s'intéressera à l'histoire des mines au Québec et en Ontario. Sarah Polley (Away from Her) réalisera aussi pour l'ONF son premier long métrage documentaire. On ignore encore le sujet de ce film.
       
      http://moncinema.cyberpresse.ca/nouvelles-et-critiques/nouvelles/nouvelle-cinema/11461-lonf-reve-de-grands-espaces.html



×
×
  • Create New...