Recommended Posts

Pinned posts

Royalmount

Screen_Shot_2018-11-13_at_1_02.17_PM.png

Citation

Nom: Royalmount
Hauteur en étages:
Hauteur en mètres:
Coût du projet: 1.6 milliards
Promoteur: Carbonleo
Architecte:
Entrepreneur général:
Emplacement: Angle des autoroutes 15 et 40
(image tirée de Radio-Canada)
Royalmount.jpg
Début de construction:
Fin de construction: 2022
Site internet: www.royalmount.com
Lien webcam:
Autres informations: Centre commercial de 3 millions de pieds carrés. 600 000 pieds carrés de bureaux, 300 000 pieds carrés d'espaces verts, 575 000 pieds carrés pour un hôtel et un centre de conférence
Rumeurs:
Maquette:
Autres images:

Royalmount.jpg
centrecommercialpoche.jpg
Vidéo promotionnelle: 

Étude d'impact: http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/url/ITEM/7A8D1EE3B1F89036E0530A9301329036

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

via Radio-Canada.ca

 

Après le Dix30, le Quinze40? Un projet de mégacentre commercial à Montréal divise

 

Mise à jour le jeudi 5 février 2015 à 12 h 49 HNE

 

150204_os6rl_centre-commercial-15-40_sn635.jpg

Secteur visé par le projet de centre commercial à l'angle sud-ouest de l'autoroute Décarie et de la Métropolitaine dans Ville Mont-Royal

 

Le promoteur du Quartier Dix30 de Brossard travaille sur un autre projet de Lifestyle center, cette fois en plein coeur de l'île de Montréal. La compagnie Carbonleo a acquis des terrains d'un vaste secteur industriel à l'angle des autoroutes 15 et 40, dans la Ville de Mont-Royal. Le projet est encore sur la table à dessin, mais il fait déjà réagir.

 

Un texte de Thomas Gerbet

 

Le projet est pharaonique : 280 000 mètres carrés à développer, une superficie presque équivalente à celle du parc Lafontaine. L'endroit verrait pousser des commerces, des restaurants, un hôtel, un cinéma et même une salle de spectacle. Le projet pourrait coûter deux milliards de dollars.

 

« Nous, on est heureux, heureux ! », s'extasie le maire de Mont-Royal, Philippe Roy. « Tout le monde attendait le projet parfait pour mettre sur ce terrain, et là il nous est arrivé ». Le secteur industriel, en partie désaffecté, a été acheté en parcelles par Carbonleo, le promoteur du Dix30. La municipalité prévoit modifier le zonage ce printemps pour autoriser le développement commercial.

 

« C'est une excellente nouvelle pour toute la région de Montréal », clame le maire. À elle seule, Mont-Royal peut espérer une centaine de millions de dollars d'entrées de taxes supplémentaires chaque année.

 

« Jusqu'à maintenant, quelqu'un qui habite sur l'île de Montréal et qui voulait aller dans un centre commercial de nouvelle génération, il allait au Carrefour Laval ou au Dix30, à Brossard. Là, on va se doter, au coeur de l'île, d'un centre qui sera le plus gros de toute la région »

— Philippe Roy, maire de Mont-Royal

 

Pas avant plusieurs années

 

Le promoteur Carbonleo est avare de commentaires sur son projet. « C'est préliminaire », répond l'entreprise. Cependant, selon nos informations, le méga complexe commercial est bel et bien sur la table à dessin. Une source proche du dossier explique que des architectes se penchent sur les plans actuellement, et l'entreprise travaille sur le montage financier qui ouvrira la porte à l'investissement de grands fonds de pension.

 

Le Quartier Dix30 de Brossard avait pris trois ans à concevoir. Il devrait en être autant pour le projet dans Ville Mont-Royal qui n'a pas encore de nom. Quant à la Ville de Mont-Royal, elle devra mettre en place un plan particulier d'urbanisme (PPU) et faire des consultations publiques.

 

Défi majeur pour la circulation

 

Shuja Bashir, qui vend des tapis de l'autre côté de l'autoroute Décarie accueille positivement l'idée de développer le commerce : « C'est un signe de vitalité. Ça prouve qu'il se passe quelque chose à Montréal ». Cependant, il s'inquiète pour le trafic, déjà pénible dans le secteur. « Ça va être un gros mess, les gens vont se plaindre, et se plaindre vraiment ».

 

« Les promoteurs ont déjà fait plusieurs études », explique le maire Philippe Roy. « Ils semblent assez confiants de pouvoir adapter la fluidité du trafic pour qu'on puisse avoir accès à leur centre facilement ». La Ville assure qu'elle fera aussi ses propres études d'impact sur la circulation, en collaboration avec la Ville de Montréal.

 

Le maire, qui avoue ne jamais avoir mis les pieds au Dix30, mentionne que le centre commercial sera connecté à la station de métro De la Savane, sur la ligne orange.

 

Quelles conséquences pour les commerçants de Montréal ?

 

« Ce sera un désastre », anticipe le directeur général de la Société de développement du boulevard Saint-Laurent, Glenn Castanheira. Quand il a appris l'existence du projet, il a cru à une blague. « Je suis tombé en bas de ma chaise, c'est absolument absurde. ».

 

Il croit que ce projet va signer l'arrêt de mort des commerces indépendants déjà en mauvaise posture à Montréal et entraîner d'importantes pertes d'emplois à moyen et long terme. Il préférerait qu'on crée un quartier résidentiel à la place.

 

« C'est la plus grosse erreur que Montréal aura faite depuis le scandale des compteurs d'eau. Toutes les grandes villes du monde regrettent d'avoir créé des Life style center dans leur centre-ville. »

— Glenn Castanheira, DG de la Société de développement du boulevard Saint-Laurent

 

Comme le projet est à l'intérieur des limites de la Ville de Mont-Royal, les élus de Montréal auront peu de choses à redire sur ses décisions indépendantes. « C'est aberrant », dit Glenn Castanheira, « le fait que le maire Roy soit excité par ce projet démontre son manque de vision et la déficience de la gouvernance à Montréal ».

 

Le Quartier Dix30 en chiffres :

 

 

  • Un territoire de 100 hectares soit plus grand que le Jardin botanique
  • 4000 travailleurs
  • Plus de 300 magasins
  • En développement depuis 10 ans, et ce n'est pas terminé.
  • 20 millions de visiteurs annuels (dont de plus en plus de Montréalais)
  • Les clients y passent en moyenne 3 heures, 1h15 dans les galeries commerciales classiques

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ouf! C'est gros! Je me demandais justement quels terrains étaient visés par ce projet...

Je ne m'attendais pas à voir tous ces bâtiments complètement à l'ouest, ni les édifices d'Ericsson... je suis très surpris!

 

Edit: for the record, les petits noms d'intersections d'autoroutes, je commence à trouver ça poche :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je trouve que le directeur général de la Société de développement du boulevard Saint-Laurent exagère un peu. Franchement, je crois qu'on est rendu à un point où l'offre commerciale dans ces gros centres commerciaux est légion, et facilement accessible. Si une personne a le goût d'aller dans ce genre d'offre commerciale, elle a amplement les moyens de le faire dès maintenant, et ce projet ne changera pas grand chose. À l'inverse, pour ceux préférant les rues commerciales, ce projet n'apporte aucune raison de changer ses habitudes. Après tout, l'offre commerciale sera beaucoup plus semblable à celle du DIX30 ou du Carrefour/Centropolis que du boulevard Saint-Laurent.

 

On est à un point où les centres commerciaux se font compétition les uns avec les autres. Il y a en a déjà une tonne qui sont en mauvaise posture, ça va juste éliminer les plus faibles.

 

Mais bon, c'est un peu dommage de penser à ce concept monolithique au centre de l'île, plutôt que de penser à un quartier original, avec de vraies forces urbaines. Enfin, j'imagine qu'on aura une occasion d'être plus créatif sur le terrain d'un autre centre d'achats placardé par cette nouvelle compétition.

 

J'espère que l'architecture sera au rendez-vous. Ça n'a jamais été le cas dans un projet de la sorte, jusqu'à présent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Justement, je me demandais quelles étaient les usages alternatifs viables pour ce grand espace.

 

1) Industriel: non. Les terrains visés, de par leur localisation, ont maintenant une valeur trop élevée pour ce type d'usage, grand consommateur d'espace.

 

2) Commercial: oui, mais avec réserve. En tout cas, ça n'aurait pas de sens de faire comme si on était en banlieue.

 

3) Résidentiel: mitigé. La centralité et l'accès aux moyens de transport est excellente, mais en contrepartie la densité de circulation des camions est repoussante, sans perspective d'amélioration à l'horizon. (Je conviens que le secteur nord de VMR en bordure de la Métropolitaine (voie de service portant le nom de Côte-de-Liesse) n'est guère mieux à cet égard, mais je rappelle qu'il fut développé à une époque oû les conditions n'étaient pas aussi graves).

 

4) Conclusions préliminaires: i) il faudrait un concept qui maximise les avantages inhérents au site et en minimise les inconvénients; en pratique, intuitivement, cela appelle une mixité d'usages (bureaux, hôtels, résidences) dans une configuration particulière--notamment que les résidences soient situées le plus loin possible des grands axes de circulation routière; et ii) le projet devrait aussi tenir compte de ce qu'il adviendra du site de Blue Bonnets, géographiquement proche et lui aussi mûr pour une "grande transformation".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a assez d'espace à développer dans le coin, en ajoutant les immenses terrains de Blue Bonnet, pour faire une réelle compétition à la banlieue. Assurons-nous que les transports en commun soient facilement accessibles et on libérera une partie de la pression sur les routes tout autour. Créons des stationnements souterrains plutôt qu'en surface afin d'économiser les précieux espaces pour en faire des aménagements paysagers. Terminons enfin Cavendish et incluons du résidentiel pour assurer un achalandage de base qui profitera d'une clientèle déjà sur place. A mon avis tout développement d'importance sur l'ile de Montréal est une bonne nouvelle. Il faut cependant harmoniser tout ça pour ne pas dévitaliser d'autres secteurs dans le processus.

Modifié par acpnc

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Entrevue de Patrice Roy au Téléjournal hier

 

Le projet de mégacentre commercial à l'angle des autoroutes 15 et 40 divise. Quel impact aura-t-il sur le commerce à Montréal? Patrice Roy en discute avec Philippe Roy, maire de la Ville Mont-Royal, et Glenn Castanheira, directeur général de la Société de développement du boulevard Saint-Laurent.

 

Voir vidéo ici :

http://ici.radio-canada.ca/tele/le-telejournal-18h/2014-2015/segments/entrevue/1053/debat-megacentre-commercial-roy-castanheira

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

They should relocate right downtown IMHO. The empty TD building at St-Jacques and McGill would have been perfect...

 

Also that article has a typo. They're moving OUEST not EST...

 

966233-ericsson-montreal-demenage-pour-faire.jpg

 

Un projet de centre commercial chasse Ericsson

 

Les 1800 employés d'Ericsson à Montréal devront bientôt faire leurs boîtes. L'important laboratoire de recherche déménage pour céder le plancher à un immense projet de centre commercial à l'intersection des autoroutes Décarie et Métropolitaine.

 

Le promoteur Carbonleo, à l'origine du projet DIX30, a confirmé hier dans un communiqué «son intérêt à développer un projet urbain multifonctionnel et novateur, localisé dans le cadran sud-ouest de l'échangeur Décarie».

 

Bien que l'entreprise affirme que l'étendue exacte de la zone et de nombreux autres détails soient toujours «en phase préliminaire de planification», le projet a déjà incité l'un des plus importants employeurs en technologie de l'information de la grande région métropolitaine, Ericsson Canada, à transporter ses pénates plus à l'est.

 

La Presse Affaires a en effet appris que l'entreprise prévoit emménager au début de 2017 dans un édifice qu'elle fera construire à quelques kilomètres de là, à l'intersection du boulevard Poirier et de l'autoroute 40, dans l'arrondissement de Saint-Laurent.

 

Selon une porte-parole de l'entreprise, Patricia MacLean, la décision de déménager est récente et n'a pas été forcée.

 

«Nous avons choisi de déménager. Cela nous permettra d'employer les aménagements de bureaux conçus par l'entreprise et de mieux utiliser l'espace», a-t-elle indiqué.

 

Ericsson était locataire des immeubles qu'elle occupait le long du boulevard Décarie.

 

Il s'agira d'un deuxième projet de construction d'importance pour Ericsson dans la région métropolitaine. L'entreprise a déjà investi 350 millions dans la construction d'un immense centre d'essai à Vaudreuil, en banlieue ouest. La fin de la construction de celui-ci est prévue pour l'automne prochain.

 

Immense projet

 

Peu de détails ont filtré sur le projet mijoté par Carbonleo, sinon qu'il nécessitera un changement de zonage. Une démarche en ce sens est d'ailleurs déjà en branle auprès du conseil municipal de la Ville de Mont-Royal. Un avis a été donné lors de la réunion de janvier du conseil afin de créer un plan particulier d'urbanisme (PPU) pour le quadrilatère compris entre les deux autoroutes, l'avenue Royalmount et le chemin Devonshire.

 

«Probablement que cette zone sera beaucoup plus grande que ne le sera le projet lui-même», a indiqué le maire de Mont-Royal, Philippe Roy.

 

La Ville accueille plus que favorablement ce projet, qui redonnerait vie à un secteur qui a perdu de son dynamisme malgré sa situation géographique envieuse. En fait, c'est justement cette situation géographique qui aurait nui au secteur, selon le maire.

 

«Les terrains étaient devenus très chers parce que les gens savaient qu'il y aurait quelque chose de majeur. Tout le monde réalisait que c'était l'endroit idéal pour un gros projet et là, ça arrive.»

 

Selon M. Roy, l'éventuelle construction de ce centre, qui pourrait contenir boutiques, restaurants et hôtel, notamment, est une bonne nouvelle non seulement pour Mont-Royal, mais aussi pour tout Montréal.

 

«Depuis deux décennies, les centres commerciaux de nouvelle génération se bâtissent en banlieue, à Mirabel, Laval ou Brossard. Là, on parle probablement de celui qui sera le plus au goût du jour.»

 

La circulation, déjà difficile dans le secteur, sera une priorité pour la municipalité, assure le maire, qui sent aussi qu'il s'agit d'un enjeu majeur pour le promoteur.

 

«C'est le plus gros défi de ce projet-là, à mon avis», reconnaît-il.

 

La station de métro De la Savane, située de l'autre côté de l'autoroute Décarie, devrait être reliée au projet pour en faciliter l'accès.

 

La Presse Affaires a appris au maire l'intention d'Ericsson de déménager.

 

«Tant mieux pour Saint-Laurent, on ne fait pas de compétition pour l'emploi.»

Modifié par denpanosekai

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Contenu similaire

    • Par Feanaro
      Carré Saint-Laurent

       
    • Par mtlurb
      Quelques photos du Ritz.






    • Par ScarletCoral
      Beaucoup d'interventions durant la période de questions des citoyens du conseil d'arrondissement du Sud-Ouest concernant ce projet. En fait, le promoteur n'a fait qu'une demande de permis de démolition du bâtiment existant. Il n'a pas encore déposé les plans de son projet à l'arrondissement.
      http://journalmetro.com/local/sud-ouest/actualites/1962104/des-organismes-defendent-le-4700-rue-saint-ambroise/
      03/12/2018 Mise à jour    : 3 décembre 2018 | 15:52 
      Des organismes défendent le 4700 rue Saint-Ambroise
      Par Justine Gravel

      Après une première séance spéciale, le 26 juin, le comité d'études avait refusé l'octroi du permis de démolition. Or, le 24 octobre, lors d'une seconde séance portant sur le même sujet à la suite du dépôt du projet immobilier, ils étaient toujours en réflexion.
      Photo : Justine Gravel (Journal Métro)
      Devant l’hésitation des élus quant à la démolition d’espaces à bureaux sur la rue Saint-Ambroise pour y construire un immeuble résidentiel, les organismes membres de la table de concertation Solidarité Saint-Henri (SSH) font circuler une lettre d’opposition à l’octroi d’un permis. Ceux-ci préféreraient que la bâtisse reste intacte et que des logements sociaux destinés aux femmes en détresse et aux mères monoparentales soient construits sur le stationnement adjacent.
      Après deux séances du comité d’études des demandes de permis de démolition, en juin et en octobre, l’arrondissement du Sud-Ouest a du mal à trancher sur l’avenir du 4700, rue Saint-Ambroise, un terrain d’une superficie de 15 330 m2.
      Les promoteurs immobiliers Groupe Quorum et les Développements du Canal souhaitent remplacer l’immeuble existant par plus de 400 unités de logement, dont 300 condos, un projet qui suscite de vives réactions chez les groupes communautaires.
      Malgré la promesse d’y inclure une centaine de logements sociaux, un centre de la petite enfance (CPE), une épicerie zéro déchet, un toit vert et un incubateur d’entreprises, ceux-ci croient qu’un tel projet ne répondrait pas aux besoins locaux.
      «L’arrivée d’autant de nouvelles résidences privées et non abordables contribuera directement à l’accroissement des inégalités sociales dans Saint-Henri et forcera la cohabitation de plus en plus difficile entre nouveaux arrivants et ménages à faible revenu», indique la coordonnatrice de SSH, Shannon Franssen.
      Pour Maxime Laporte, vice-président au développement chez Groupe Quorum, le projet répond aux besoins du quartier et a d’ailleurs l’appui d’organismes communautaires tels que Mission Bon Accueil et Logifem.
      «En dix ans, il y a eu seulement 12 nouveaux logements sociaux dans ce secteur de Saint-Henri. Donc, 100 logements, c’est une énorme croissance, dit-il. Quand l’intégration est bien pensée, la mixité se fait naturellement.»
      Les promoteurs sont d’ailleurs familiers avec le Sud-Ouest, puisqu’ils se trouvent derrière de nombreux projets, dont Le William dans Griffintown, Henri Condominiums et les Condos Monk.
      Contradiction
      La lettre ouverte en opposition à la démolition du bâtiment, qui a recueilli plus de 500 signatures jusqu’à présent, met également de l’avant la contradiction entre ce projet et les intentions des élus de Projet Montréal.
      «Si les élus permettaient la démolition du bâtiment, ils iraient à l’encontre de leurs propres orientations pour ce secteur, adoptées en avril passé», souligne Mme Franssen. Dans le Plan de développement urbain, économique et social (PDUES) Turcot, l’arrondissement entend préserver la vocation économique de l’immeuble de la rue Saint-Ambroise.
      L’arrondissement a refusé de se prononcer pour le moment quant aux raisons qui justifient son hésitation à approuver ou décliner la demande de permis. Les détails seront divulgués à l’occasion de la prochaine séance du comité d’études, prévue avant le congé des Fêtes.
      «Il ne s’agit pas d’un dossier facile, soutient Marie Otis, la directrice de cabinet du maire Benoit Dorais. La nouvelle réglementation prévoyant un usage à caractère économique tel qu’annoncé dans le PDUES n’a pas eu le temps d’être adoptée par le conseil avant le dépôt du projet par le propriétaire. Le projet est donc conforme à la réglementation actuelle qui prévoit des usages mixtes.»
      Les locataires de la bâtisse, le Réseau-Bureautique et les Studios Saint-Ambroise, ont préféré garder le silence face à cette situation en raison des négociations en cours avec les nouveaux propriétaires du bâtiment. Il est envisagé qu’ils soient relocalisés dans le secteur Cabot, un quartier industriel du Sud-Ouest.
    • Par Acajou
      Je n'ai rien trouvé ici pour ce projet non plus.
      ''Ancré en plein cœur du Mile-Ex à Montréal, le concept du Campus de l’intelligence artificielle (IA) proposera différents espaces commerciaux et collaboratifs permettant de rassembler en un seul lieu divers acteurs de l’industrie propulsant l’écosystème montréalais en un hub mondial dans le domaine de l’intelligence artificielle.
      Juste équilibre entre la créativité et la raison, les carrefours, intérieurs comme extérieurs, faciliteront les échanges entre les penseurs de cette industrie naissante. Ce projet d’envergure créera un milieu de vie dynamique, identitaire et unique en son genre, à l’image des chercheurs et des entrepreneurs que le Campus accueillera. Les bâtiments ceinturant l’îlot représenteront le cortex cérébral du projet, agissant à la fois de barrière protectrice et de matière grise; lesquels sont traversés par la moelle épinière, ici représentée par un parc linéaire. Véritable poumon vert, cet espace assurera la perméabilité de l’îlot tout en privilégiant les échanges entre les usagers et les citoyens du quartier.''
      http://m.aedifica.com/fr/realisations/architecture/campus-de-l-intelligence-artificielle-ia