Recommended Posts

Pinned posts

Royalmount

Screen_Shot_2018-11-13_at_1_02.17_PM.png

Citation

Nom: Royalmount
Hauteur en étages:
Hauteur en mètres:
Coût du projet: 1.6 milliards
Promoteur: Carbonleo
Architecte:
Entrepreneur général:
Emplacement: Angle des autoroutes 15 et 40
(image tirée de Radio-Canada)
Royalmount.jpg
Début de construction:
Fin de construction: 2022
Site internet: www.royalmount.com
Lien webcam:
Autres informations: Centre commercial de 3 millions de pieds carrés. 600 000 pieds carrés de bureaux, 300 000 pieds carrés d'espaces verts, 575 000 pieds carrés pour un hôtel et un centre de conférence
Rumeurs:
Maquette:
Autres images:

Royalmount.jpg
centrecommercialpoche.jpg
Vidéo promotionnelle: 

Étude d'impact: http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/url/ITEM/7A8D1EE3B1F89036E0530A9301329036

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
26 minutes ago, Ousb said:

Et puis l’article ne parle pas de la première intervention de près de 40mn, celle d’un prof en urbanisme, qui de manière surprenante etait en faveur du projet. 

En fait oui, deux paragraphes lui sont dédiés ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 22 minutes, Malek a dit :

Oubli... c'est comme la requête de Plante pour mettre une taxe pour augmenter les TEC durant la construction du REM.

Si tu parles de la taxe sur l'immatriculation pour le 450, c'est une taxe avancée par un maire de banlieue, proposée par la CMM, qui n'affecte pas Montréal, et qui n'affecte pas le montant que doit payer les municipalités de la région pour le transport en commun. Tu payes autant pour le transport en commun en bout de ligne, juste sur tes taxes foncières plutôt que ton immatriculation. Cette proposition n'apportait aucun argent neuf dans le transport en commun.

D'ailleurs Plante a décidé de ne pas augmenter cette taxe à Montréal comme il était prévu initialement, dans le dernier budget. Si elle souhaite pousser cette façon de financer le TEC, elle peut le faire sur son territoire. Elle ne l'a pas fait.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 12 minutes, cprail a dit :

En fait oui, deux paragraphes lui sont dédiés ;)

My bad c’est rectifié :) merci

il y a 12 minutes, vincethewipet a dit :

Si tu parles de la taxe sur l'immatriculation pour le 450, c'est une taxe avancée par un maire de banlieue, proposée par la CMM, qui n'affecte pas Montréal, et qui n'affecte pas le montant que doit payer les municipalités de la région pour le transport en commun. Tu payes autant pour le transport en commun en bout de ligne, juste sur tes taxes foncières plutôt que ton immatriculation. Cette proposition n'apportait aucun argent neuf dans le transport en commun.

D'ailleurs Plante a décidé de ne pas augmenter cette taxe à Montréal comme il était prévu initialement, dans le dernier budget. Si elle souhaite pousser cette façon de financer le TEC, elle peut le faire sur son territoire. Elle ne l'a pas fait.

Pourquoi la proposer alors si ça ne change rien ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 12 minutes, Ousb a dit :

Pourquoi la proposer alors si ça ne change rien ?

Pour obtenir une nouvelle source de financement pour remplir ses obligations financières, sans dépendre de l'impôt foncier et d'avoir à augmenter les taxes municipales.

C'est gagnant d'un point de vue politique aussi pour les partis politiques municipaux, ils peuvent présenter des hausses de taxes plus modestes, et c'est la SAAQ qui à l'odieux de collecter les frais d'immatriculation, avec une hausse qui est la responsabilité de la CMM. Même si cet argent va pour financer directement les dépenses de la ville.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Heritage Mtl et son obsession anti-hauteur risible. Qu'ils s'occupent de préservation du patrimoine, ce qu'ils font bien, et travail essentiel. Mais qu'ils arrêtent de niaiser sur les hauteurs, ils sont en dehors de leurs pompes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ça va avoir l'air tordu, mais peut être que ça forcerait le MTQ a penser des solutions avant gardistes pour le métropolitain et l'échangeur Décarie. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, ERJ-Boy a dit :

Ça va avoir l'air tordu, mais peut être que ça forcerait le MTQ a penser des solutions avant gardistes pour le métropolitain et l'échangeur Décarie. 

Avant-gardiste par quel genres de solutions?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Dominique Cambron-Goulet et Camille Dauphinais-Pelletier

Mercredi, 9 janvier 2019 23:09 MISE à JOUR Mercredi, 9 janvier 2019 23:11

https://www.journaldemontreal.com/2019/01/09/projet-royalmount-quebec-appele-a-la-rescousse

MONT-ROYAL – Plusieurs voix se lèvent pour demander à Québec de freiner les ardeurs du promoteur du mégaprojet de centre commercial Royalmount, à Mont-Royal. Celles-ci s’inquiètent qu’aucun autre règlement ne pourrait l’empêcher de voir le jour.

Au moins trois des participants aux consultations sur les impacts du projet qui se tiennent en ce moment à l’hôtel de ville demandent l’intervention du gouvernement Legault.

Ceux-ci craignent notamment que ce nouveau centre commercial crée davantage de congestion routière dans ce secteur déjà fort achalandé, au coin des autoroutes 40 et 15.

Le Conseil régional de l’environnement (CRE) de Montréal souhaite que Québec adopte un décret pour mettre le mégaprojet «sur pause».

Un tel décret aurait pour effet d’interdire toute nouvelle construction dans ce secteur. Il permettrait aussi à Québec d’enlever à la Ville de Mont-Royal le pouvoir de décider ce qui y sera construit.

«Tout va très vite et se fait de plein droit sur le territoire de la ville de Mont-Royal. Mais le projet a un impact beaucoup plus grand. On considère que ce projet sans précédent nécessite une intervention particulière», indique la responsable en aménagement du territoire au CRE, Tania Gonzalez.

Selon nos sources, cette solution est aussi envisagée par l’administration de la mairesse Valérie Plante, qui a émis de sérieuses réserves sur le mégaprojet du promoteur Carbonleo.

Toutefois, «aucune demande officielle» n’a été faite pour l’instant au cabinet de la ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, a indiqué son directeur de cabinet, Francis Côté.

«Le gouvernement doit exiger que toutes les villes impliquées autour de Royalmount s’assoient autour de la table et qu’il y ait une démarche de consultation plus globale», croit Ron Rayside, du cabinet d’architectes Rayside-Labossière.

Le décret ministériel semble la seule option pour les opposants au centre commercial puisque le projet Royalmount respecte le schéma d’aménagement de la Communauté métropolitaine de Montréal.

Ainsi, le ministère des Affaires municipales ne peut pas s’y opposer dans le cadre de ses pouvoirs réguliers.

L’architecte et urbaniste Jean-Claude Marsan estime que Québec doit mettre le holà rapidement sur Royalmount, un problème «hérité de la saga des fusions et défusions municipales».

«Sinon, c’est accepter qu’une petite ville comme Mont-Royal se développe aux dépens des autres. Mont-Royal ne subira aucun inconvénient. C’est Montréal qui subira tous les inconvénients, la congestion routière, entre autres», a-t-il avancé.

Il implore Québec de «permettre aux municipalités de négocier entre elles» dans ce genre de projets.

Une solution dans le SAD?

Même si les terrains sur lesquels le Royalmount est projeté appartiennent à la Ville de Mont-Royal, Montréal pourrait avoir davantage de prise sur le développement du secteur, selon Pierre Barrieau, chargé de cours à l’UQAM et à l’Université de Montréal en planification du transport et en aménagement du territoire – qui n’est par ailleurs pas opposé au projet Royalmount.

Lors de la présentation de son mémoire mercredi à l’occasion de la deuxième séance de consultation publique, il a retenu l’attention du président de la commission, Richard Ryan (Projet Montréal), lorsqu’il a mentionné que le Schéma d’aménagement et de développement (SAD) de l’agglomération de Montréal pourrait être modifié pour inclure des orientations de développement qui devraient être prises en compte par toutes les municipalités sur le territoire, du moins pour des phases subséquentes du développement de ce secteur.

Parmi les autres interventions de la soirée, Tourisme Montréal a paru plutôt optimiste quant à l’arrivée du Royalmount, mentionnant l’importante croissance du tourisme prévue dans la métropole. De son côté, Héritage Montréal était très froid par rapport au projet, et penchait aussi du côté d'une intervention de Québec.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
9 minutes ago, acpnc said:
Plusieurs voix se lèvent pour demander à Québec de freiner les ardeurs du promoteur du mégaprojet de centre commercial Royalmount,

Né pour un petit pain, c'est ça qui arrive, aucune vision d'avenir. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

So Royalmount is wrong, but redevelopment of Bluebonnets is alright? :yawning:

I do not think Legault will stop this project and Heritage Montreal can shut it, TMR is not part of the city.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • Contenu similaire

    • Par ScarletCoral
      Beaucoup d'interventions durant la période de questions des citoyens du conseil d'arrondissement du Sud-Ouest concernant ce projet. En fait, le promoteur n'a fait qu'une demande de permis de démolition du bâtiment existant. Il n'a pas encore déposé les plans de son projet à l'arrondissement.
      http://journalmetro.com/local/sud-ouest/actualites/1962104/des-organismes-defendent-le-4700-rue-saint-ambroise/
      03/12/2018 Mise à jour    : 3 décembre 2018 | 15:52 
      Des organismes défendent le 4700 rue Saint-Ambroise
      Par Justine Gravel

      Après une première séance spéciale, le 26 juin, le comité d'études avait refusé l'octroi du permis de démolition. Or, le 24 octobre, lors d'une seconde séance portant sur le même sujet à la suite du dépôt du projet immobilier, ils étaient toujours en réflexion.
      Photo : Justine Gravel (Journal Métro)
      Devant l’hésitation des élus quant à la démolition d’espaces à bureaux sur la rue Saint-Ambroise pour y construire un immeuble résidentiel, les organismes membres de la table de concertation Solidarité Saint-Henri (SSH) font circuler une lettre d’opposition à l’octroi d’un permis. Ceux-ci préféreraient que la bâtisse reste intacte et que des logements sociaux destinés aux femmes en détresse et aux mères monoparentales soient construits sur le stationnement adjacent.
      Après deux séances du comité d’études des demandes de permis de démolition, en juin et en octobre, l’arrondissement du Sud-Ouest a du mal à trancher sur l’avenir du 4700, rue Saint-Ambroise, un terrain d’une superficie de 15 330 m2.
      Les promoteurs immobiliers Groupe Quorum et les Développements du Canal souhaitent remplacer l’immeuble existant par plus de 400 unités de logement, dont 300 condos, un projet qui suscite de vives réactions chez les groupes communautaires.
      Malgré la promesse d’y inclure une centaine de logements sociaux, un centre de la petite enfance (CPE), une épicerie zéro déchet, un toit vert et un incubateur d’entreprises, ceux-ci croient qu’un tel projet ne répondrait pas aux besoins locaux.
      «L’arrivée d’autant de nouvelles résidences privées et non abordables contribuera directement à l’accroissement des inégalités sociales dans Saint-Henri et forcera la cohabitation de plus en plus difficile entre nouveaux arrivants et ménages à faible revenu», indique la coordonnatrice de SSH, Shannon Franssen.
      Pour Maxime Laporte, vice-président au développement chez Groupe Quorum, le projet répond aux besoins du quartier et a d’ailleurs l’appui d’organismes communautaires tels que Mission Bon Accueil et Logifem.
      «En dix ans, il y a eu seulement 12 nouveaux logements sociaux dans ce secteur de Saint-Henri. Donc, 100 logements, c’est une énorme croissance, dit-il. Quand l’intégration est bien pensée, la mixité se fait naturellement.»
      Les promoteurs sont d’ailleurs familiers avec le Sud-Ouest, puisqu’ils se trouvent derrière de nombreux projets, dont Le William dans Griffintown, Henri Condominiums et les Condos Monk.
      Contradiction
      La lettre ouverte en opposition à la démolition du bâtiment, qui a recueilli plus de 500 signatures jusqu’à présent, met également de l’avant la contradiction entre ce projet et les intentions des élus de Projet Montréal.
      «Si les élus permettaient la démolition du bâtiment, ils iraient à l’encontre de leurs propres orientations pour ce secteur, adoptées en avril passé», souligne Mme Franssen. Dans le Plan de développement urbain, économique et social (PDUES) Turcot, l’arrondissement entend préserver la vocation économique de l’immeuble de la rue Saint-Ambroise.
      L’arrondissement a refusé de se prononcer pour le moment quant aux raisons qui justifient son hésitation à approuver ou décliner la demande de permis. Les détails seront divulgués à l’occasion de la prochaine séance du comité d’études, prévue avant le congé des Fêtes.
      «Il ne s’agit pas d’un dossier facile, soutient Marie Otis, la directrice de cabinet du maire Benoit Dorais. La nouvelle réglementation prévoyant un usage à caractère économique tel qu’annoncé dans le PDUES n’a pas eu le temps d’être adoptée par le conseil avant le dépôt du projet par le propriétaire. Le projet est donc conforme à la réglementation actuelle qui prévoit des usages mixtes.»
      Les locataires de la bâtisse, le Réseau-Bureautique et les Studios Saint-Ambroise, ont préféré garder le silence face à cette situation en raison des négociations en cours avec les nouveaux propriétaires du bâtiment. Il est envisagé qu’ils soient relocalisés dans le secteur Cabot, un quartier industriel du Sud-Ouest.
    • Par Acajou
      Je n'ai rien trouvé ici pour ce projet non plus.
      ''Ancré en plein cœur du Mile-Ex à Montréal, le concept du Campus de l’intelligence artificielle (IA) proposera différents espaces commerciaux et collaboratifs permettant de rassembler en un seul lieu divers acteurs de l’industrie propulsant l’écosystème montréalais en un hub mondial dans le domaine de l’intelligence artificielle.
      Juste équilibre entre la créativité et la raison, les carrefours, intérieurs comme extérieurs, faciliteront les échanges entre les penseurs de cette industrie naissante. Ce projet d’envergure créera un milieu de vie dynamique, identitaire et unique en son genre, à l’image des chercheurs et des entrepreneurs que le Campus accueillera. Les bâtiments ceinturant l’îlot représenteront le cortex cérébral du projet, agissant à la fois de barrière protectrice et de matière grise; lesquels sont traversés par la moelle épinière, ici représentée par un parc linéaire. Véritable poumon vert, cet espace assurera la perméabilité de l’îlot tout en privilégiant les échanges entre les usagers et les citoyens du quartier.''
      http://m.aedifica.com/fr/realisations/architecture/campus-de-l-intelligence-artificielle-ia




    • Par UrbMtl
      Bleury/Sherbrooke

      Ce coin ne cesse de se densifier…
      Hotel de 270 chambres. 
       
    • Par LeTravailleur
      1991 Saint-Martin Ouest - 6 étages
       
      Description de la propriété
       
      Projet conçu par l’architecte renommé, Carlos Ott, se démarquant par son architecture unique et innovatrice (Structure en bois lamellé); Immeuble d’une superficie locative de près de 115 000 pieds carrés; Bureaux et commerces de prestige visant la certification LEED Platine; Économie d’énergie de plus de 60%; Lumière naturelle et vues pour 90% des espaces de travail grâce à sa configuration en « L »; Situé à l’intersection des boul. Saint-Martin O. et Le Corbusier entre le Collège Montmorency et le Carrefour Laval, à proximité de la station de métro Montmorency; Disponible en 2017.


       
      (source : http://gidm.ca/batiment-location/1991-boulevard-saint-martin-ouest/)
       
      Le projet a également son site web, très complet : http://le1991st-martin.ca/
      Voici une illustration assez haute définition trouvée sur ce même site : http://i.gyazo.com/e4fded7098fc456470bee8495da9778a.jpg
       
      ---------------------
       
      Ce bâtiment remplace le vieux truc brun coin Saint-Martin/Le Corbusier, en face de l'édifice récent de la Banque Laurentienne.
      Ça m'a l'air d'un projet de qualité : stationnement invisible depuis la rue, très moderne et avec une touche architecturale que j'aime beaucoup (le bois et la vitre sont très intéressants ensemble).
      Avec son voisin de la Banque Laurentienne, il va contribuer à améliorer cette intersection, un coin qui a grandement besoin d'être densifié avec tous ces centres d'achat à perte de vue...
    • Par paulmtl
      Désolé je sais pas où  mettre cette discussion.  Test de sol cette après midi dans le même secteur Viger coin Saint-Dominique .