Jump to content

Accord de l'UE pour réduire de 40% ses GES d'ici 2030


ChrisDVD
 Share

Recommended Posts

Pendant ce temps, au Québec et au Canada, on recule.

 

Accord de l'UE pour réduire de 40% ses GES d'ici 2030

JEAN-LUC BARDET

Publié le 23 octobre 2014 à 19h20

 

Les dirigeants européens ont trouvé un accord vendredi sur un plan climat ambitieux pour mettre l'Europe en position de leader mondial dans la lutte contre le réchauffement de la planète.

 

L'Union européenne prévoit une réduction d'au moins 40% de ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030 par rapport à 1990. «Accord! Au moins 40% de réduction d'ici 2030. Accord du Conseil européen sur une politique énergétique et de climat la plus ambitieuse au monde», a écrit le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, sur son compte Twitter.

 

Les 28 chefs d'État et de gouvernement se sont aussi entendus sur deux autres objectifs: porter la part des énergies renouvelables à 27% de la consommation et faire 27% d'économies d'énergie, a précisé M. Van Rompuy.

 

Le premier est contraignant, mais à l'échelle de l'UE, pas de chaque Etat membre, et le deuxième objectif ne l'est pas.

 

Les Européens, poussés notamment par l'Espagne et le Portugal, ont aussi décidé d'augmenter les «interconnexions» entre réseaux électriques au sein de l'Union, à 15% d'ici 2030, a précisé M. Van Rompuy.

 

«C'est une bonne nouvelle pour le climat, les citoyens, la santé et les négociations internationales sur le climat à Paris en 2015», a estimé M. Van Rompuy, assurant que cela créerait «des emplois durables» et de la «compétitivité».

 

L'accord a été obtenu à l'issue de discussions ardues qui ont duré près de huit heures à Bruxelles.

 

C'est «un accord très ambitieux pour la planète. L'Europe montre l'exemple», s'est réjoui le président français François Hollande, qui accueillera la conférence de Paris fin 2015. «S'il n'y a pas d'accord» entre Européens, «comment convaincre les Chinois ou les Américains ?», avait-il demandé à son arrivée au sommet.

 

Mécanismes de soutien

 

La question du partage du fardeau était centrale entre les pays pauvres, principalement de l'est de l'Europe, qui dépendent encore largement des énergies fossiles comme le charbon, et les plus riches qui s'appuient sur le nucléaire ou sont déjà bien engagés dans la transition énergétique.

 

Les premiers, emmenés par la Pologne, ont obtenu un «paquet de compensations» pour les aider à moderniser leur système énergétique, a indiqué une source européenne. Des mécanismes de soutien vont être créés à partir du système des quotas européens d'émission de CO2, notamment un fonds alimenté par une petite partie (2%) des ventes de ces certificats.

 

De leur côté, l'Espagne et le Portugal exigeaient de meilleures interconnexions avec les réseaux énergétiques européens, un sujet qui provoque des frictions depuis des années entre l'Espagne et la France. Les Espagnols attendent notamment des financements dans le plan d'investissements de 300 milliards d'euros que doit présenter d'ici la fin de l'année la nouvelle Commission Juncker.

 

L'amélioration des interconnexions fait partie des outils pour accroître l'indépendance énergétique de l'UE, un enjeu rendu encore plus crucial par la crise en Ukraine et les menaces sur l'approvisionnement en gaz russe.

 

Vendredi sera consacré à l'économie et aux moyens de doper la croissance, à quelques jours de l'entrée en fonction de la Commission Juncker, qui en a fait sa première priorité. La discussion, entamée à 28, sera suivie d'un mini-sommet de la zone euro qui pourrait être animé par le débat sur les règles budgétaires européennes, au moment où les projets de budget de la France et de l'Italie sont sur la sellette de la Commission.

 

http://www.lapresse.ca/actualites/environnement/201410/23/01-4812075-accord-de-lue-pour-reduire-de-40-ses-ges-dici-2030.php

Link to comment
Share on other sites

J'ai parlé avec quelqu'un de très haut placé dans les technologies de pointes pour les voitures électriques et il m'a clairement démontré qu'il y a en ce moment des technologies qui vont radicalement altérer le paradigme actuel basé sur les gaz fossils. Ces dirigeants doivent être au courant, mais il faut faire attention de ne pas ébranler l'industrie fossile trop brutalement pour des raisons évidentes de stabilité globale.

Link to comment
Share on other sites

J'ai parlé avec quelqu'un de très haut placé dans les technologies de pointes pour les voitures électriques et il m'a clairement démontré qu'il y a en ce moment des technologies qui vont radicalement altérer le paradigme actuel basé sur les gaz fossils. Ces dirigeants doivent être au courant, mais il faut faire attention de ne pas ébranler l'industrie fossile trop brutalement pour des raisons évidentes de stabilité globale.

 

Beaucoup de gens avancent que les USA produisent massivement mais massivement comme jamais auparavant du pétrole pour faire baisser les prix et donc affaiblir fortement la Russie qui a une richesse basée principalement sur le pétrole.

Link to comment
Share on other sites

Beaucoup de gens avancent que les USA produisent massivement mais massivement comme jamais auparavant du pétrole pour faire baisser les prix et donc affaiblir fortement la Russie qui a une richesse basée principalement sur le pétrole.

 

il y a surement un peu de vérité dans ce que tu dis, cependant, une autre raison pourquoi les USA produisent du pétrole en quantité industriel c'est pour ne plus se fier sur les pays du moyen orient...

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value