MtlMan

Taxis électriques

Recommended Posts

Combien de taxi a montreal?

 

4500 mas o meno.

 

Madrid 15723 taxis!!!!!

 

Versus NYC 13237 taxis

 

Peut etre que Taillefer pourrait s'interesser au marche de winnipeg le maire de cette ville avait été emballé la derniere fois par teo taxi quand il etait venu a montreal.

 

https://blog.bankinter.com/economia/-/noticia/2015/11/09/cuantos-taxis-hay-en-espana.aspx

 

https://www.reference.com/geography/many-taxis-new-york-821b6a10e69512b4

Edited by andre md

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'article du JdM donne plus d'infos:

 

http://www.journaldemontreal.com/2016/08/09/alexandre-taillefer-achete-taxi-diamond-1

 

Maintenant qu’Alexandre Taillefer a acheté l’entreprise Taxi Diamond, plusieurs chauffeurs s’interrogent sur leur avenir au sein de l’entreprise.

«C’est juste des annonces et beaucoup de questionnements, laisse savoir Dany Atallah, du Regroupement des propriétaires de taxis de Montréal, qui salue cependant la modernisation de l’industrie par la compagnie. On a juste peur du monopole et on veut qu’il reste de la concurrence dans les intermédiaires de service.»

Amar Chikh, qui cotise mensuellement chez Taxi Diamond, verra ce qu’on lui offrira avec les nouveaux contrats et n’hésitera pas à changer de partenaire d’affaires s’il le faut.

«C’est le système capitaliste et on ne peut pas empêcher les transactions, explique le propriétaire Gilbert Saint-Jean. Taillefer ne me dérange pas, car il est légal, mais Uber me dérange.»

Jean Neptune, un propriétaire de voiture hybride, se questionne sur les tenants et aboutissants de la transaction. «Je suis propriétaire et j’ai du mal à arrimer les deux bouts. Si on nous exige d’acheter des voitures neuves électriques, c’est une affaire de plus.»

Certains concurrents à Taxi Diamond et Taxi Hochelaga ne s’opposaient pas à la venue de ce nouveau joueur.

«Tant que tout se fait dans le respect des lois, contrairement à Uber», indique Rolland Dallaire, chauffeur indépendant.

40 % du marché

Avec Taxi Diamond, Taxi Hochelaga, acheté il y a huit mois et Téo Taxi, Alexandre Taillefer possède une flotte de 1720 sur un peu plus de 4000 voitures, regroupant à lui seul 40 % du marché.

«Aujourd’hui, c’est la dernière transaction que l’on fait dans l’industrie du taxi, a indiqué le «dragon», qui a fondé Taxelco, l’entreprise acheteuse, il y a un an. On a atteint la densité requise pour pouvoir servir les Montréalais en cinq minutes.»

Les travailleurs resteront autonomes et non pas salariés et Taxelco ne devient pas propriétaire des permis. Les chauffeurs qui louent leur permis pourront aussi obtenir une voiture écoresponsable.

Modernisation de l’industrie

Pour le Regroupement des travailleurs autonomes Métallos (RTAM), c’est une bonne nouvelle pour aller vers une modernisation de l’industrie.

«Si on tend vers la modernisation et à répondre aux besoins de la clientèle, à ce moment-là, on est heureux, croit Benoît Jugand porte-parole du RTAM, qui regroupe 3000 membres à Montréal. C’est toujours une analyse coûts et bénéfices de la part du propriétaire qui doit être faite. Si le modèle est intéressant pour le propriétaire, c’est lui qui décide au bout du compte.»

100 % ÉLECTRIQUE D’ICI 2 ANS

Alexandre Taillefer veut rendre la flotte de voitures de Taxi Diamond et Taxi Hochelaga 100 % électrique d'ici deux ans.

On compte louer aux propriétaires des voitures hybrides chez Hochelaga et Diamond et rapidement migrer vers une flotte entièrement électrique.

Chez Taxelco, on estime que les gains d’opérations seront «très motivants» pour les propriétaires lorsqu’ils remplaceront leur véhicule par une écoresponsable.

«La transition sera naturelle et rapide, estime Marc Petit, chef de la direction de Taxelco. L'objectif de deux ans est indicatif, nous pensons que cela va aller vite.»

Les chauffeurs autonomes devront se conformer à cette condition sine qua non pour y travailler, autrement, ils devront poursuivre leur travail chez un autre fournisseur de service.

«Il pourrait y avoir des mécontents chez Hochelaga et Diamond et on pense que ça va entrainer une attrition, ce qui va faire migrer certains de ces chauffeurs vers le modèle Téo», a indiqué Alexandre Taillefer.

Taxi Diamond

• Créee en 1922

• 1100 propriétaires membres, près de 1700 chauffeurs, tous travailleurs autonomes

• Dessert principalement le centre et l'ouest de l'île

• Spécialité: corporatif et l'institutionnel

Taxi Hochelaga

• Créée en 1967

• 500 Propriétaires membres, près de 800 chauffeurs tous travailleurs autonomes

• Dessert principalement l'est de la ville

• Spécialité: le transport spécialisé (principalement transport adapté pour la STM)

Téo Taxi

• Créée en novembre 2015

• 65 permis en location (110 fin septembre)

• Plus de 200 chauffeurs, tous salariés (350 de plus à la fin septembre)

Share this post


Link to post
Share on other sites

**** Modérateurs**** Devrait-on déplacer ce fil dans "Accueil > Projets immobiliers > Infrastructures" et le renommer "Taxis électriques" ou "Téo Taxi" ? Merci ! ^_^

Le 2019-11-26 à 16:45, Chuck-A a dit :

Mis à part qu'ils soient d'origine chinoise, ce sont loin d'être les premiers taxis électriques ayant roulé au Québec (la flotte de Téo Taxi était entièrement électrique, tout comme de nombreux taxis de Montréal...). 

Étrangement, le site de Téo Taxi semble tjrs être actif (je n'ai pas osé commandé un taxi... :P).  Quelqu'un a des nouvelles à ce sujet depuis l'achat de la marque Taxelco par PKP en juin dernier:confused:

 

Va-t-on revoir prochainement les taxis électriques de Téo Taxi sur nos routes ?  Je l'espère bien, mais c'est PKP qui a le gros bout du bâton à cette question...

Journal Métro  |  Montréal  |  09:52 3 décembre 2019  |  Par:  Zacharie Goudreault

«Téo 2.0»: le retour des taxis électriques au printemps 2020?

pch11652713036-e1575384640963.jpg?w=860

Le président et chef de la direction de Quebecor, Pierre Karl Péladeau, a laissé entendre mardi que des taxis électriques de Téo Taxi pourraient faire leur apparition sur les routes de la métropole dès l’an prochain.

«On travaille actuellement sur le projet. On pourrait appeler ça Téo 2.0. D’ailleurs, j’ai une rencontre avec mes collaborateurs demain après-midi», a indiqué le magnat de la presse mardi matin en entrevue avec Paul Arcand au 98,5 FM.

L’influent homme d’affaires a ensuite précisé qu’il préférait attendre le retour du beau temps avant de mettre des taxis électriques sur la route qui porteront le nom de Téo Taxi.

«Je ne crois pas que ça va être en janvier ou en février. Ce n’est pas nécessairement le meilleur moment», a-t-il dit. Il a ensuite ajouté que ce projet pourrait se concrétiser «au printemps». 

M. Péladeau devra s’attendre à ne pas avoir le monopole des taxis électriques dans la métropole. La société E-Taxi, qui avait aussi déposé une offre en avril dernier pour acquérir Taxelco, a reçu la semaine dernière 25 taxis électriques chinois. D’ici deux ans, l’entreprise entend en importer pas moins de 2000.

Pierre Karl Péladeau s’est pour sa part engagé, en juin dernier, de convertir 1500 véhicules de sa flotte de taxis à l’électricité d’ici 2030.

La débandade de Téo Taxi

En avril dernier, Pierre Karl Péladeau a fait l’acquisition de Taxelco, qui regroupe les services de répartition Taxi Diamond, Taxi Hochelaga ainsi que les technologies de Téo Techno.

La société, créée en 2015 par l’homme d’affaires Alexandre Taillefer, avait fait faillite en janvier dernier en raison d’une situation financière périlleuse. Cette mésaventure avait entraîné la mise à pied des 450 chauffeurs de Téo Taxi.

La concurrence exercée par la multinationale Uber avait notamment été montrée du doigt pour justifier cette débandade. Le gouvernement Legault a depuis adopté en octobre dernier son projet de loi sur la déréglementation de l’industrie du taxi. Celui-ci abolit l’obligation pour les chauffeurs de taxi de détenir un permis d’opération.

«J’ai hâte de voir des Téo dans les rues», a commenté M. Taillefer dans un bref message envoyé à Métro

https://journalmetro.com/actualites/montreal/2403179/teo-2-0-le-retour-des-taxis-electriques-au-printemps-2020/

Share this post


Link to post
Share on other sites

Parlant de taxis électriques

https://auto.lapresse.ca/voitures-electriques/201912/02/01-5252080-e-taxi-2000-taxis-electriques-chinois-en-route-vers-montreal-.php

E-Taxi : 2000 taxis électriques chinois en route vers Montréal 

01d53b10-1524-11ea-82bb-0eda3a42da3c.jpg
PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE
Les cofondateurs d’E-Taxi, Yung Cuong et Fabien Cuong, ont invité les représentants des médias à une prise d’images des 25 premiers véhicules BYD e6 sur le sol québécois. Ces voitures contribueront à l’électrification du parc de taxis. 

Publié le 02 décembre 2019 à 14h47
ALAIN MCKENNA
COLLABORATION SPÉCIALE

L’importateur montréalais E-Taxi a reçu la semaine dernière 25 exemplaires de la petite familiale électrique e6 du constructeur chinois BYD, un véhicule conçu sur mesure pour remplacer les taxis à essence. D’ici deux ans, E-Taxi espère importer 2000 de ces véhicules, afin d’aider l’industrie à réduire son empreinte environnementale.

La société E-Taxi a été fondée par Yung et Fabien Cuong. Le père et le fils ont bien l’intention d’électrifier le secteur du taxi montréalais, voire québécois, mais leur approche est bien différente de celle de Taxelco, qui gérait la défunte enseigne Téo Taxi, à Montréal.

0f86cd3f-1524-11ea-82bb-0eda3a42da3c.jpg
PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE
L’entreprise BYD assure que les chauffeurs peuvent générer des économies dès la première semaine sur la route.

« Nous ne sommes pas un opérateur. Nous importons, nous distribuons et nous aidons à financer les chauffeurs qui veulent échanger leur taxi pour un véhicule électrique qui réduira leurs émissions polluantes, et qui leur permettra d’économiser dès la première année d’entrée en service », résume Fabien Cuong.

9bd3d18c-1524-11ea-82bb-0eda3a42da3c.jpg
PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE
La familiale e6 a vu le jour en 2009. Il s’agit d’une voiture conçue exprès pour un usage commercial, animée par un groupe électrique comprenant une batterie au lithium-fer-phosphate de 80 kilowattheures.

 

La familiale e6 a vu le jour en 2009. Il s’agit d’une voiture conçue exprès pour un usage commercial, animée par un groupe électrique comprenant une batterie au lithium-fer-phosphate de 80 kilowattheures, plus durable et plus facile à charger qu’une pile au lithium-ion comme celle qui anime les Kia Soul ou Nissan Leaf vendues aux particuliers. BYD, la société chinoise qui fabrique les e6, dit qu’on peut récupérer 80 % de l’autonomie annoncée de 400 km de la voiture en seulement 15 minutes lorsqu’elle est branchée à une borne rapide. La batterie se charge en entier en 40 minutes à peine.

Une voiture sur mesure pour le taxi 

Les 25 premiers exemplaires de la e6 fraîchement débarqués à Montréal ont déjà tous trouvé preneur, mais pour les suivants, E-Taxi propose un modèle de financement qui tente de faciliter la tâche aux chauffeurs de taxi tentés par l’aventure.

200da795-1524-11ea-82bb-0eda3a42da3c.jpg
PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE
Les 25 premiers exemplaires de la e6 fraîchement débarqués à Montréal ont déjà tous trouvé preneur, mais pour les suivants, E-Taxi propose un modèle de financement.

Les véhicules sont offerts dans une formule de location-achat qui amortit le prix de vente de 63 000 $ en paiements hebdomadaires fixes de 250 $.

Les acheteurs bénéficient d’une aide de 16 000 $ du provincial, qui combine l’incitatif d’achat d’un véhicule électrique (8000 $) et une aide spéciale au taxi (8000 $). Une déduction fédérale additionnelle de 5000 $ sur l’amortissement de la valeur de la voiture est aussi possible.

E-Taxi inclut dans son offre l’habillage, le taximètre et un appareil mobile pour gérer les paiements des clients.

4598b9ec-1524-11ea-82bb-0eda3a42da3c.jpg
PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE
Les tribulations géopolitiques opposant les États-Unis à la Chine ont pesé sur l'ambition de BYD de percer le marché nord-américain avec ses autobus et ses voitures.

Tout ça mis ensemble, l’entreprise assure que les chauffeurs peuvent générer des économies dès la première semaine sur la route. « Pour un chauffeur qui est sur la route 16 heures par jour, 6 jours par semaine, ça lui coûte en location ce que son ancien véhicule lui coûtait en essence seulement », illustre Fabien Cuong. L’importateur ajoute une garantie de 5 ans ou 500 000 km à son offre. « Ce véhicule-là est utilisé comme taxi dans plein d’autres villes dans le monde depuis 10 ans. Il a fait ses preuves », ajoute l’homme d’affaires montréalais.

Pour faire oublier le projet de loi 17 

Méconnue en Amérique du Nord, la société BYD est un géant chinois du transport électrifié. En fait, l’ancien spécialiste de batteries pour téléphones cellulaires est devenu, ces dernières années, le plus gros constructeur de véhicules électriques au monde. Les tribulations géopolitiques opposant les États-Unis à la Chine ont toutefois pesé sur son ambition de percer le marché nord-américain avec ses autobus et ses voitures.

3701069b-1524-11ea-82bb-0eda3a42da3c.jpg
PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE
Méconnue en Amérique du Nord, la société BYD est un géant chinois du transport électrifié.

Dans ce contexte, sa présence sur le sol québécois pourrait avoir des airs de cheval de Troie nord-américain. Outre E-Taxi, qui a l’appui financier et logistique de BYD ainsi que du groupe Jim Pattison, de Vancouver, pour importer ses voitures, la Société de transport de Montréal et le Réseau de transport de Longueuil ont également commandé des véhicules de ce constructeur, dont le nom est une abréviation signifiant « Build Your Dream ».

4ed92e90-1524-11ea-82bb-0eda3a42da3c.jpg
PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE
BYD, la société chinoise qui fabrique les e6, dit qu’on peut récupérer 80 % de l’autonomie annoncée de 400 km de la voiture en seulement 15 minutes lorsqu’elle est branchée à une borne rapide.

 

Dans ce contexte, Yung Cuong se réjouit de pouvoir enfin importer une voiture tout électrique qui, dit-il, suscite beaucoup d’intérêt dans la province. Celui-ci espère maintenant qu’elle convaincra le gouvernement du Québec à aider les chauffeurs de taxi à faire la transition vers des véhicules propres. « En raison du projet de loi 17, les banques ont à peu près toutes arrêté de prêter aux chauffeurs de taxi. Le gouvernement pourrait aider l’industrie en facilitant ce virage », suggère-t-il.

Ce serait faire d’une pierre deux coups, puisque ça permettrait à la fois de moderniser, puis de verdir, une industrie qui en a besoin.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Taxelco et Netlift s'associent pour augmenter l'offre de mobilité au Québec

MONTRÉAL, le 9 janv. 2020 /CNW Telbec/ - Les entreprises montréalaises Taxelco et Netlift ont annoncé aujourd'hui la création d'un nouveau partenariat stratégique visant à accélérer le déploiement de solutions de transport électrique à la demande partout au Québec, en plus de mutualiser les opérations de taxi.

Avec 1 500 véhicules sous les bannières Hochelaga et Diamond, et plus de 300 véhicules marqués Netlift, les deux entreprises représenteront plus de la moitié de l'offre de taxi au Québec. De plus, les systèmes informatiques qu'elles possèdent, comme les algorithmes de routage, de répartition, de jumelage et de gestion du covoiturage, du stationnement et des paiements intelligents, outils essentiels à la modernisation de l'industrie, seront mis à la disposition de l'ensemble des taxis du Québec.

« Nous sommes très heureux d'annoncer ce partenariat novateur. En ajoutant Netlift à notre écosystème d'affaires, une entreprise qui a développé des algorithmes de covoiturage fort pertinents et très utiles, et en partageant l'expertise de notre équipe de développement mobile, nous avons une solution de mobilité complète et très robuste. De plus, le redéploiement prochain de Téo Taxi, un projet enthousiasmant, viendra compléter notre proposition de transport à la demande », de déclarer Frédéric Prégent, directeur général de Taxelco.

« Un nombre important d'employeurs au Québec fait appel à nos services pour déployer du transport de personne de façon intelligente et abordable. La combinaison du covoiturage et du taxi est la clé. Nous avons besoin de travailler avec les acteurs sérieux du transport au Québec. Taxelco a une structure opérationnelle crédible qui peut accueillir les taxis de partout », de souligner Marc-Antoine Ducas, président de Netlift.

Rappelons que le secteur de la mobilité se transforme rapidement au Québec. La demande pour de nouvelles solutions de transport est en forte augmentation. Les municipalités, les entreprises et les institutions veulent offrir davantage d'options de déplacements. Elles veulent le faire dans le respect de leur capacité de payer, des lois actuelles et de l'environnement. Avec l'entrée en vigueur de la loi 17, en octobre 2020, de nombreux obstacles à la mobilité des personnes seront levés et de nouvelles possibilités de transport pourront enfin être déployées.

À propos de Taxelco
Taxelco, propriétaire de Taxi Hochelaga, de Taxi Diamond et de Téo Techno, est le plus grand groupe d'intermédiaires de taxi à Montréal et au Québec. L'entreprise est le chef de file du transport adapté au Québec. Taxelco a pour objectifs de contribuer à l'amélioration de l'industrie du taxi et de favoriser son électrification avec des valeurs de respect, d'innovation, d'écologie et de passion pour le service à la clientèle. L'entreprise met l'accent sur l'expérience client et la qualité du service offert tout en fournissant à ses membres, propriétaires et chauffeurs, des conditions gagnantes.

À propos de Netlift
Netlift est une plateforme intelligente de transport planifié qui permet de combiner covoiturage, gestion du stationnement et déplacements en taxi pour des trajets plus rapides, moins coûteux et respectueux de l'environnement. Netlift permet de connecter les résidents d'une ville qui partagent le même trajet quotidien pour qu'ils voyagent ensemble, réduisant à la fois la congestion routière, les émissions de GES et les besoins en stationnement à destination. L'application Netlift est disponible sur Google Play et Apple Store.

SOURCE Netlift

https://www.lelezard.com/communique-19084652.html

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les vehicules électriques vont s'implanter plutot que l'on pense. Beaucoup de recherche se fait pour ameliorer la technologie.

Des chercheur chinois on reussi a develloper une batterie resistante au froid jusqu'a -40 .

https://www.designnews.com/electronics-test/cold-resistant-lithium-ion-battery-developed-functions-minus-40-degrees/153122864258157

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Similar Content

    • By IluvMTL
      http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=8177,89603648&_dad=portal&_schema=PORTAL
       
      Prendre un taxi à Montréal
      Tarification
      Localisation des postes d'attente
      Règlementation
      Conduire un taxi à Montréal
      Conduire un taxi à Montréal
      Calendrier des formations
      Obtenir un permis de chauffeur
      Intermédiaires en service de taxi
      Sécurité des chauffeurs
       
       
      Actualités»
      20/08/15
      Denis Coderre présente le plan d'action 2015-2017 du BTM
      Montréal, le 20 août 2015 — Le maire de Montréal, M. Denis Coderre, accompagné de M. Aref Salem, responsable du transport au comité exécutif et président du conseil d'administration du Bureau du taxi de Montréal, et de Mme Linda Marchand, directrice générale...
       
      05/08/15
      Politique sur l'industrie du taxi : le paiement électronique obligatoire pour tous les taxis à partir du 15 octobre 2015
       
      Montréal, le 5 août 2015 — Le maire de Montréal, M. Denis Coderre, et le responsable du transport au comité exécutif, M. Aref Salem, sont heureux d'annoncer que tous les taxis de Montréal offriront la possibilité aux clients de régler leur course par carte...
       
      06/05/15
      Croisiéristes en ville du 12 mai au 28 octobre 2015!
      La saison des croisières 2015 s'annonce encore une fois très intéressante : en effet, plus de 55 000 passagers internationaux débuteront ou termineront une croisière à Montréal. De ceux-ci, plus de 50 % prendront un taxi pour se rendre de l'aéroport au terminal...
      Toutes les actualités
       
       
       
      sent via Tapatalk