Jump to content

Opération centralisation inédite à la Ville de Montréal


vincethewipet
 Share

Recommended Posts

http://www.lapresse.ca/actualites/montreal/201407/08/01-4782077-operation-centralisation-inedite-a-la-ville-de-montreal.php

 

 

 

Karim Benessaieh

La Presse

 

Stationnement, collecte des déchets, des centaines de kilomètres de rues maintenant sous sa responsabilité: l'administration Coderre a annoncé ce matin une opération de centralisation comme la Ville n'en a pas connu depuis 2001.

 

Ce sont en fait plusieurs responsabilités importantes qui échapperont dorénavant aux arrondissements, selon les documents remis aux journalistes. On y préfère les termes d'«harmonisation» et de «cohérence» à celui, potentiellement controversé, de «centralisation».

 

En point de presse, le maire Denis Coderre a d'entrée de jeu cité l'ex-premier ministre Raymond Barre. «Mieux vaut être impopulaire qu'irresponsable (...). Je sais que ça ne plaira pas à certaines personnes, mais nous sommes allés là où aucune administration précédente n'était allée. Ce sera une des réalisations les plus structurantes de l'histoire de la nouvelle Ville de Montréal.»

 

Montréal utilise depuis les fusions des budgets dits «historiques», originellement conçus par les villes de banlieue et l'ex-ville qu'on a divisée en neuf arrondissements. On tente depuis 2006 de réformer ces budgets, la plus récente tentative ayant été celle de Michael Applebaum en 2012, alors qu'il occupait les fonctions de président du comité exécutif.

 

 

«Le statu quo n'était pas acceptable, a déclaré le maitre Coderre. La Ville n'a pas créé d'iniquité, mais a pu contribuer à les développer, même si certains ajustements ont été faits. Le sous-financement des arrondissements doit être réglé une fois pour toutes pour aller de l'avant.» Il a refusé de parler de centralisation. «Ne m'embarquez pas dans la centralisation, ce n'est pas ça. C'est de l'harmonisation, de la cohérence.»

 

Il a justifié sa réforme par la nécessité «d'améliorer la qualité de vie des citoyens en offrant une plus grande cohérence et une plus grande équité», soutenant qu'elle engendrerait des économies d'échelle «mais pas au détriment des arrondissements». Il a défendu les «particularités des arrondissements», mais a estimé qu'il était «temps que Montréal marche à l'unisson». «Notre approche est équilibrée. Nous sommes en faveur des arrondissements, ils rendent des services directement aux citoyens, ils sont essentiels au bon fonctionnement de notre ville.»

 

Au premier plan, les voies routières qui relèvent de la Ville centre, soit les artères, passent de 24% à 52% du réseau. Le maire Coderre a donné en exemple les rues Saint-Hubert et Bélanger. Toutes les activités de stationnement tarifé, à l'exception des vignettes, relèveront maintenant de la Ville, tout comme la collecte des déchets et leur transport. Enfin, le développement économique, les tarifs des permis et le contrôle animalier subiront le même sort.

 

En ce qui concerne les revenus dégagés par la vente des permis, qui se sont chiffrés à 31 millions en 2013, ils seront dorénavant uniformisés, gérés par la Ville centre qui en reversera 75% aux arrondissements. Les 25% restants seront redistribués en fonction d'une certaine forme de péréquation.

 

Dix ans de transition

 

Cet exercice sert de toile de fond à une révision complète du financement des arrondissements, selon des paramètres objectifs qu'on souhaite stables et prévisibles. Globalement, la Ville centre continuera de verser le même montant en dotation à ses 19 arrondissements, soit 990 millions prévus en 2015. Les nouveaux transferts, qui augmenteront globalement de 0,37% par année, sont maintenant établis selon des critères mathématiques complexes, comme la longueur des rues, le volume de neige ou la population.

 

Mais certains verront les transferts augmenter considérablement, notamment LaSalle et Pierrefonds-Roxboro, qui voient les sommes qui leur sont destinées en hausse de 21,7% et 11,1%. À l'inverse, des arrondissements comme Outremont (-19,3% ), Ville-Marie (-13,7%) et Plateau-Mont-Royal (-12,7%) , subiront de plein fouet ces nouvelles règles de transfert. Pour permettre une transition sans douleur, les arrondissements perdants verront les baisses étalées sur dix ans. Ceux qui ont droit à un transfert bonifié auront des hausses étalées sur cinq ans.

 

Le chef de l'opposition officielle, Richard Bergeron, réagira en début d'après-midi.

Link to comment
Share on other sites

Le Journal Metro a une liste des changements dans le financement:

http://journalmetro.com/actualites/montreal/522054/la-reforme-du-financement-des-arrondissements-devoilee/

 

•Ahuntsic-Cartierville : +3,7%

•Anjou : +3,1%

•Côté-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce : +2%

•Lachine : +2,7%

•LaSalle : +21,7%

•L’île-Bizard–Sainte-Geneviève : -3,3%

•Mercier-Hochelaga-Maisonneuve : +8,8%

•Montréal-Nord : +6,9%

•Outremont : -19,3%

•Pierrefonds-Roxboro : +11,1%

•Plateau-Mont-Royal : -12,7%

•Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles : +10,2%

•Rosemont-La Petite-Patrie : +3,8%

•Saint-Laurent : -1,4%

•Saint-Léonard : -7,7%

•Sud-Ouest : -10,8%

•Verdun : -2,3%

•Ville-Marie : -13,7%

•Villeray–St-Michel–Parc Extension : -2,3%

 

Je me demande à quel point les pertes seront importantes pour les arrondissements malchanceux, vu qu'une bonne part de ces pertes seront compensées par le transfert de plusieurs responsabilités qu'ils n'auront plus à payer.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value