Jump to content

Xavier Dolan, coup de coeur du 67e Festival de Cannes


ChrisDVD
 Share

Recommended Posts

Bravo à M. Dolan!

 

Xavier Dolan, coup de coeur du 67e Festival de Cannes

 

Cannes — Non, il n'y a pas que la Palme au palmarès. C'est un honneur important qu'a remporté Xavier Dolan avec le Prix du jury samedi soir (heure locale) pour son cinquième long métrage Mommy, qui fut l'immense coup de cœur de ce festival. Un laurier récolté ex aequo avec Godard pour Adieu au langage, l'aîné et le cadet des cinéastes en compétition logés à la même enseigne. La présidente du jury Jane Campion a dit aux médias avoir aimé beaucoup Mommy : «film merveilleux d'un brillant jeune cinéaste. Chez lui comme chez Godard, on sentait la passion et la liberté.»

 

La cérémonie du palmarès s'est déroulée in abstentia de Godard, bien entendu. «Ce prix ne devrait pas révolutionner sa vie», a souligné, lucide, son producteur Alain Sarde, ajoutant : «Xavier Dolan 25 ans, Jean-Luc, 83, c'est magnifique!»

 

Au moment de recevoir son laurier au grand amphithéâtre Lumière, Xavier Dolan ému, la voix brisée, a remercié Jane Campion dont La Leçon de piano l'avait jadis ébloui. Il a encouragé sa génération à croire à ses rêves. «Je pense que tout est possible à qui rêve, ose et travaille.» L'étreinte de Jane Campion à Xavier Dolan venait du fond du cœur.

 

Plus tard, le jeune cinéaste québécois a commenté devant nous cette association avec Godard : «Je reconnais le gouffre de temps qui nous sépare. Nos recherches respectives de liberté au cinéma se sont faites à des époques différentes. En son temps, il a tenté de réinventer le cinéma. J'aime avoir l'impression que le cinéma prend un virage et que j'y participe. Le cinéma s'exprime à travers toutes les générations. Je viens du Québec. Toute mon enfance j'ai entendu : “Redescends sur terre! Pour qui tu te prends?” Je venais d'un endroit plutôt grand où les gens rêvaient petit. Les gens de ma génération ont une plus grande propension à rêver.»

Il avait fantasmé sur la Palme, que tant de voix lui prédisaient. «On avait rêvé à tout. Il faut voir grand, rêver grand. Ce Prix du jury, nous dit que ses membres ont reconnu ce film, voulu le célébrer. Cette récompense me flatte de matière incompatible avec la mesure de mes rêves. On a un prix formidable que l'on ramène avec une grande fierté.»

 

La Palme d'or à un grand film

 

Le Turc Nuri Bilge Ceylan, plusieurs fois primé à Cannes, était un des favoris de la Palme d'or, qu'il a remporté pour son remarquable Winter Sleep — en plus du laurier de la critique internationale (Fipresci) — œuvre pleine de maturité et de maîtrise, très dialoguée, en quête de vérité profonde, son meilleur film. Il a souligné que cette année était la centième de l'histoire du cinéma turc, pays qui récolte sa première palme. Jane Campion a jugé le film brillamment tchékhovien, sophistiqué, avouant qu'elle craignait d'abord sa durée : 3 h 15, mais en aurait ensuite bien pris deux de plus. «Il durait 4 h 30 au début du montage», avouait le cinéaste aux journalistes. Nuri Bilge Ceylan déclare s'intéresser à la part sombre de son âme, donc de la nature humaine.

 

La jeune cinéaste italienne Alice Rohrwacher, dont le film tendre, fragile et poétique Les Merveilles avait été reçu tièdement, prend sa revanche, surclassée pour ainsi dire, en recevant le Grand Prix du jury. C'est la note incongrue d'un palmarès par ailleurs équilibré.

 

L'Américain Bennett Miller, avec un laurier de la mise en scène pour son Foxcatcher, a de quoi soupirer de soulagement. Le tournage de l'adaptation d'un fait divers tragique, en présence de plusieurs protagonistes de l'époque, avait été éprouvant et Miller avoua qu'il n'aurait jamais pu faire le film sans ses trois grands acteurs.

 

Le Russe Andrey Zvyagintsev a récolté le prix du scénario pour le beau, tragique et ironique Leviathan, brillamment mis en scène, une satire du régime russe, de ses abus et de ses corruptions. «Plus biblique de politique», estime pour sa part Jane Campion.

 

Certains souhaitaient une troisième palme aux belges frères Dardenne pour Deux jours, une nuit, donnant la vedette à Marion Cotillard. Pour la première fois en six sélections, les voici repartis, bredouille. Il est vrai que leur excellent cinéma social piétine. Timbuktu d'Abderrahmanse Sissako, pressenti haut au palmarès, n'a rien reçu non plus.

 

Les prix d'interprétation étaient mérités. Julianne Moore, folle de charisme dans l'excellent Maps to the Stars du Torontois David Cronenberg, satire féroce d'Hollywood, n'était pas à Cannes pour récolter son laurier. Timothy Spall, acteur britannique d'immense talent, récolte enfin la reconnaissance internationale .Le voici primé pour son extraordinaire performance du peintre paysagiste J.M.W. Turner (Angleterre du XIXe siècle) dans le film éblouissant de Mike Leigh Mr. Turner. Confus à l'heure de remercier le jury, empêtré dans son cellulaire et son incohérence, l'émotion, lui coupait le souffle.

 

Le truculent et vibrant Party Girl de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis a remporté la Caméra d'or du meilleur premier long métrage, avec l'histoire vraie d'une femme de province, kitsch, entraîneuse de cabaret, allergique à la vie ordinaire. Son fils est un des cinéastes. Party Girl avait remporté la veille le prix d'ensemble d'Un certain regard.

 

Un autre premier long métrage, Les Conbattants du Français Thomas Cailley s'est fait remarqué : trois prix à la Quinzaine des réalisateurs en plus du laurier de la FIPRESCI hors compétition. Les astres sont bien enlignés bien pour lui aussi.

 

Mais c'est Xavier Dolan qui aura remporté lors de ces derniers jours enfiévrés, la palme du cœur. Et l'immense vitrine internationale offerte à son Mommy en multiples porte-voix des médias du monde se traduit aussi par une distribution à l'échelle planétaire. Près de 1,5 M$ de ventes, sont déjà assurées, un chiffre énorme. Entre autres marché, l'Allemagne l'a acquis samedi en prévision d'une sortie importante. Les États-Unis en négocient les droits. Avec un tel buzz et le prix du jury, le film commence à peine sa trajectoire.

 

http://www.ledevoir.com/culture/cinema/409164/67e-festival-de-cannes-la-palme-d-or-a-nuri-bilge-ceylan-le-prix-du-jury-a-xavier-dolan

Link to comment
Share on other sites

Bien que j'en reconnaisse le talent, je ne suis pas un fan de Xavier Dolan. Ce qui ne veut pas dire que je ne me réjouis pas de son succès, bien au contraire. Derrière cette carrière fulgurante et à un si jeune âge, je retiens son message dont voici un extrait: “Redescends sur terre! Pour qui tu te prends?” Je venais d'un endroit plutôt grand où les gens rêvaient petit. Les gens de ma génération ont une plus grande propension à rêver.» Il faut voir grand, rêver grand.

Un message universel et intemporel, qui n'a rien à voir avec la mégalomanie, qui elle est centrée sur l'individu et exclusive. Le vrai rêve est ouvert aux autres et inclusif, il vient d'une pulsion du coeur au plus profond de l'âme et est toujours créatif. C'est cette même énergie qui a créé les grandes civilisations et les merveilles de ce monde, c'est tout autant le moteur de l'innovation, et au passage un grand créateur de richesses.

 

On n'est donc pas ici pour encenser le rêveur, bien qu'il mérite une digne reconnaissance. Mais le rêve lui-même, qui plus il est partagé, plus il a de chance de se réaliser. On peut ainsi croire aux rêves des autres et contribuer à leur manifestation bien concrète, tout en profitant de leurs retombées. Si chacun allait sincèrement au bout de ses rêves, le monde serait transformé profondément, on pourrait même imaginer un monde où la misère ferait partie du passé.

 

Bien sûr cette pensée est un rêve, peut-être le plus grand de tous. Parce qu'en fait le rêve rime toujours avec bonheur, bien-être, joie, accomplissement, succès, célébrations et combien d'autres? Il se conjugue aussi toujours au pluriel, car il a un effet d'entrainement qui fait qu'il bénéficie à plusieurs, sinon à tous. On pourrait même dire que le rêve est source d'optimisme, et qu'il est le terrain par excellence pour l'inspiration et la créativité artistique. On serait même tenté de dire: dis-moi à quoi tu rêves et je te dirai qui tu es?

 

Mais il ne se limite pas au domaine de la création, il peut aussi prendre une dimension politique ou économique. En fait plus la personne croit à son rêve, plus elle trouve l'énergie et les moyens pour le réaliser, et si le temps lui manque, d'autres qui y ont aussi cru, en prendront le relais. Je pense à Ghandi ou Mandela notamment, et à bien d'autres illustres personnages, hommes ou femmes, qui ont marqué leur époque et ont laissé des legs impérissables et toujours inspirants à l'humanité toute entière.

 

Mais on ne peut pas se contenter du rêves des autres, car notre propre vie est le terrain tout indiqué pour se réaliser soi-même. C'est l'occasion unique de donner un sens à sa vie et la rendre fertile, selon notre propre personnalité, nos talents, nos désirs et nos projets. Tout est possible, ne suffit que de trouver les moyens pour y arriver. C'est parfois le défi d'une vie, mais à travers ce cheminement pas toujours facile, nous grandissons et évoluons plus que dans toute autre circonstance.

 

Finalement ce sont les états d'âme, que nous entretenons vis à vis de nous-mêmes, qui seront le plus déterminant. Le pessimiste ne se permet même pas de rêver, il est dès le départ handicapé et paralysé par ses propres limites et sa vision négative de la vie. Le réaliste est hésitant, il rêvera, mais petit, et ne se dépassera jamais lui-même, en faisant une sorte de surplace dans sa vie. Seul l'optimiste peut se permettre de voir grand et rêver tout haut. Il puise dans son imagination les idées les plus audacieuses et se laisse emporter par ses rêves qu'il pourra réaliser, s'il apprend à ne pas trop disperser ses énergies.

 

A ce propos, Xavier Dolan est un inspirateur qui prêche par l'exemple, non seulement pour sa génération, mais pour nous tous. Il incarne l'espoir et le dépassement et montre la voie vers la réalisation de grandes choses. La formule n'est pas nouvelle et est en fait toute naturelle, particulièrement chez les jeunes. Ce qui me fait dire que le vieillissement nous gagne quand justement on a cessé de rêver.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value