Jump to content

Recommended Posts

Le Quartier chinois à la croisée des chemins

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Rue De La Gauchetière, dans le Quartier chinois de Montréal

Montréal se déconfine et peu à peu, la vie reprend son cours aux quatre coins de la métropole. Mais, la pandémie a laissé des cicatrices dans certains quartiers. Largement abandonné par les touristes et les télétravailleurs, et convoité par les promoteurs immobiliers, le Quartier chinois cherche les meilleurs moyens d’assurer son avenir.

Publié le 6 juin 2021 à 5h00

https://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/2021-06-06/deconfinement-des-quartiers-ebranles/le-quartier-chinois-a-la-croisee-des-chemins.php

Isabelle Ducas
La Presse

D’un côté du Quartier chinois, rue Clark : vitrines placardées, petites maisons aux façades décrépites et aux intérieurs en ruine, déchets jonchant les trottoirs. 

De l’autre côté, boulevard Saint-Laurent : nouvelle tour rutilante où des condos de luxe sont offerts aux acheteurs voulant vivre près de l’animation du Quartier des spectacles.

Entre ces deux extrêmes : restaurants et commerces qui vivotent, durement touchés par la pandémie, qui a vidé le centre-ville de ses travailleurs et de ses touristes. Et qui ont dû, en plus, faire face à une vague de racisme dirigée vers la communauté chinoise.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Vitrines placardées, rue Clark

Nombre de ces commerçants sont au bord du découragement – certains ont vu leurs ventes diminuer de 95 % depuis le début de la pandémie. Ils se demandent où se trouve l’avenir du Quartier chinois : dans la préservation du patrimoine et de ses bâtiments, qui datent souvent du XIXe siècle, ou dans les projets résidentiels qui attireront sur les lieux des centaines de nouveaux résidants ?

Il faut absolument préserver l’échelle humaine du quartier, martèle Jonathan Cha, urbanologue et membre du Groupe de travail sur le Quartier chinois de Montréal.

Un « scandale »

La tour de neuf étages tout juste terminée à côté de l’une des arches du Quartier chinois, angle Saint-Laurent et Viger, est un « scandale », selon lui.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Tour de condos au coin du boulevard Saint-Laurent et de la rue Viger, dans le Quartier chinois

« Cette tour de condos pourrait se retrouver n’importe où, à Anjou comme à Longueuil, s’insurge-t-il. C’est massif, anonyme, ça ne respecte pas l’échelle du quartier ni le style des bâtiments. »

Sur un terrain vacant, à l’intersection du boulevard Saint-Laurent et de la rue De La Gauchetière, un bâtiment de cinq étages est prévu, qui n’aura pas non plus de caractéristiques d’appartenance au quartier, déplore M. Cha.

Sa crainte, c’est que ce type d’édifices se retrouvent un peu partout dans le quartier.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Jonathan Cha, urbanologue et membre du Groupe de travail sur le Quartier chinois de Montréal

Chaque nouveau projet altère le Quartier chinois. On est en train de le gruger pièce par pièce. Si ça continue, dans quelques années, les gens n’auront plus de raison de venir ici. Le quartier aura perdu son identité.

Jonathan Cha, membre du Groupe de travail sur le Quartier chinois de Montréal

Une pétition a d’ailleurs été envoyée à l’Assemblée nationale pour demander que le quartier obtienne un statut patrimonial et que certaines de ses caractéristiques soient protégées. Il y a quelques jours, Québec et Montréal ont annoncé la formation d’un comité de travail sur la protection patrimoniale du Quartier chinois.

En attendant, la Ville devrait dévoiler d’ici la fin du mois un plan d’action pour la relance du Quartier chinois.

Hillpark suscite des craintes

Les militants pour la préservation du patrimoine sont inquiets de l’achat récent de bâtiments emblématiques du quartier par la société Hillpark Capital, propriété de Jeremy Kornbluth et Brandon Shiller. Les deux hommes d’affaires ont fait parler d’eux dans les médias parce qu’ils sont accusés de faire des « rénovictions » dans certains de leurs édifices résidentiels.

Cette fois, ils ont mis la main sur l’ancien bâtiment de la British and Canadian School, construit en 1826, rue De La Gauchetière, où loge le fabricant de nouilles et de biscuits orientaux Wing, en activité depuis plus de 100 ans. Wing est devenu locataire des lieux et continue ses activités.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Le bâtiment abritant le fabricant de nouilles et de biscuits orientaux Wing, rue De La Gauchetière

Hillpark a aussi acheté deux autres bâtiments sur ce tronçon, ce qui fait craindre aux défenseurs du patrimoine la construction d’un gros projet immobilier.

Dans une déclaration envoyée par courriel, Jeremy Kornbluth tente de se faire rassurant. « Il n’y a à l’heure actuelle aucun projet officiel de planifié et tout projet potentiel futur prendrait fortement en considération la très riche histoire du voisinage environnant et mettrait de l’avant, de manière sensible, la préservation du patrimoine architectural des édifices existants, assure-t-il. Par ailleurs, Hillpark Capital voit d’un très bon œil la création du comité de la Ville et du ministère de la Culture puisque nous partageons les mêmes valeurs de protection du patrimoine bâti et culturel du Quartier chinois. Nous souhaitons ardemment faire partie de la solution et offrons notre pleine collaboration aux intervenants du comité. »

N’empêche, Jonathan Cha craint que l’histoire se répète : il rappelle que certains secteurs du Quartier chinois sont complètement disparus lors de grands projets des années 1970 et 1980, comme le Palais des congrès et le Complexe Guy-Favreau.

Ce que les gens viennent chercher, c’est une ambiance unique, le charme de se promener dans une rue piétonne bordée d’édifices disparates, estime M. Cha.

Rénovations nécessaires

Mais ces vieilles maisons pittoresques ont besoin de travaux, que les propriétaires n’ont pas toujours les moyens de réaliser.

« La plupart des bâtiments appartiennent à des familles qui se les passent de génération en génération, et c’est un défi de les entretenir, parce que certains datent du XIXe siècle. En plus, les taxes municipales peuvent être très élevées », explique Winston Chan, chiropraticien qui s’implique dans le quartier en aidant les commerçants, dont certains ne parlent ni anglais ni français, à faire des demandes d’aide gouvernementale en lien avec la pandémie.

Certains commerces sont fermés à cause de la pandémie, et ces propriétaires sont vulnérables à un rachat par des promoteurs.

Winston Chan, chiropraticien

Beaucoup de commerçants vieillissants cherchent à vendre leur entreprise, dit-il. Pour certains, la pandémie aura été le coup de grâce.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Benny Shek, président de l’Association des restaurants chinois de Montréal et propriétaire des restaurants Kim Fung et New Dynasty

« Quand je vais rouvrir mon restaurant la semaine prochaine, si je fais moins de 50 % de mes ventes habituelles, je vais fermer définitivement et prendre ma retraite », confie Benny Shek, président de l’Association des restaurants chinois de Montréal et propriétaire des restaurants Kim Fung et New Dynasty.

Eva Hu, propriétaire de l’enseigne de restaurants Le Coq frit, tenait à avoir pignon sur rue dans le Quartier chinois et a gardé son restaurant ouvert pendant toute la pandémie. Mais faire des affaires dans le secteur n’est pas de tout repos.

« Les loyers sont très chers, mais les édifices sont mal entretenus, dit la jeune restauratrice. Les murs et les planchers sont croches, le béton est mal appliqué, il manque de ventilation, et il y a parfois des inondations au sous-sol quand il pleut. »

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Eva Hu, propriétaire de l’enseigne de restaurants Le Coq frit

Dans la rue Clark, qui était autrefois une rue centrale du quartier, tout un tronçon est à l’abandon. Les vitrines sont placardées et couvertes de graffitis. Il ne reste aussi que la façade de l’une des maisons, tout l’intérieur a été démoli.

En raison de leur mauvais état, d’autres bâtiments risquent de subir le même sort.

Selon Benny Shek, c’est justement pour cette raison qu’il faut applaudir les nouvelles constructions. « Les édifices sont trop vieux, ça prend du neuf, dit-il. Et s’il y a plus de gens qui viennent habiter dans le quartier, c’est bon pour les affaires. Maintenant, il n’y a que des sans-abri, ce n’est pas bon pour nous. »

Une histoire mouvementée

Le Quartier chinois tel qu’on le connaît serait né vers la fin du XIXe siècle. Selon les recherches de Jonathan Cha, il comptait 1300 habitants vers 1910. Depuis, la population y est en déclin. D’autant que, dans les années 1970 et 1980, de larges pans du quartier ont été démolis pour faire place à d’importants ensembles immobiliers. Voici les principaux projets qui ont amputé le Quartier chinois au fil des années.

1955 : élargissement du boulevard Dorchester (aujourd’hui René-Lévesque)

1974 : inauguration du tunnel Ville-Marie

PHOTO ROBERT NADON, ARCHIVES LA PRESSE

Construction de l’autoroute Ville-Marie, en 1971

1976 : inauguration du Complexe Desjardins

PHOTO PAUL-HENRI TALBOT, ARCHIVES LA PRESSE

Construction du Complexe Desjardins, en 1974

1981 : élargissement de la rue Saint-Urbain et démolition du parc de la Pagode

1983 : inauguration du Palais des congrès

1984 : inauguration du Complexe Guy-Favreau

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Un plan de relance de 2 millions pour le Quartier chinois

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Valérie Plante, mairesse de Montréal

Le Quartier chinois de Montréal est un « joyau et une source de fierté », et l’administration municipale a bien l’intention d’utiliser tous les outils à sa disposition pour protéger son caractère patrimonial, a assuré la mairesse Valérie Plante, en présentant un plan d’action de deux millions sur cinq ans pour la relance du secteur.

Publié le 18 juin 2021 à 17h52

https://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/2021-06-18/un-plan-de-relance-de-2-millions-pour-le-quartier-chinois.php

Isabelle Ducas La Presse

« Avec plus de 150 commerces qui emploient quelque 500 personnes, il est un incontournable de notre économie et de la vitalité de notre centre-ville, à plus forte raison en période de relance comme nous vivons présentement », a souligné Mme Plante en conférence de presse, vendredi.

Le Quartier chinois est aussi un pôle touristique important pour la métropole et pour le Québec. Bref, il était grand temps de le valoriser et de se donner les moyens de protéger son identité et sa vitalité.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

Le secteur, qui jouxte le centre-ville et le Vieux-Montréal, a été durement frappé par la pandémie de COVID-19. Des commerces ont été désertés et d’autres ont subi du vandalisme, en raison de l’origine du virus.

Des citoyens et commerçants, craignant que le quartier ne perde son caractère avec l’achat de bâtiments et terrains vacants par des promoteurs immobiliers, se sont regroupés pour demander aux autorités de lui accorder un statut patrimonial, qui le protégerait contre le développement anarchique.

L’administration municipale affirme discuter de cette question au sein d’un comité mis en place avec le gouvernement du Québec.

« Mais la Ville peut agir sur certaines exigences architecturales », fait remarquer Robert Beaudry, responsable de la planification immobilière au sein du comité exécutif. « On peut agir sur toute la signature du quartier, l’affichage, les enseignes, on peut installer du mobilier urbain distinctif qui fait des rappels de la culture chinoise. »

La Ville de Montréal pourrait aussi décider d’acquérir certains terrains ou bâtiments dans le secteur, en utilisant son droit de préemption, notamment pour le développement du logement social, ajoute M. Beaudry.

Les commerçants seront aussi incités à se regrouper au sein d’une Société de développement commercial, ce qui n’existe pas pour le moment dans le Quartier chinois.

Commerçante ayant pris part à la mobilisation pour la relance du quartier, Eva Hu, propriétaire de l’enseigne de restaurants Le Coq frit, s’est montrée enthousiaste devant le plan d’action mis en place.

La pandémie a causé une onde de choc dans la communauté, a-t-elle souligné, mais c’est ce qui a provoqué la mobilisation de tous.

« Il y a de l’espoir pour l’avenir. La relance du quartier chinois est en route ! », a lancé Mme Hu.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, Rocco a dit :

2 millions sur 5 ans!! Des peanuts! Pratiquement autant de peanuts que sur un bol bùn. Ridicule.

A la fin de ce message, je me permettrai une petite glissade sur le terrain politique.  Mais avant d'y arriver,  voici quelques interrogations:

- Est-ce que la Ville a une idée claire de ce qu'elle cherche à accomplir?  Etant depuis Jean Doré la ville-reine de la consultation, a t-elle déjà consulté les Montréalais à ce sujet?  

- J'ai ma propre opinion sur l'avenir de ce secteur (je n'ose pas dire "quartier"), mais ça importe peu: ce sont les voeux de tous les Montréalais intéressés qui comptent.  

- Dans l'article du journal LAPRESSE cité par @acpnc, je découvre des déclarations de la mairesse qui me font sourciller, par exemple " Le Quartier chinois de Montréal est un joyau et une source de fierté", et " Le Quartier chinois est aussi un pôle touristique important pour Montréal et le Québec".  Vraiment?   Puis "La Ville peut agir..." et "La Ville de Montréal pourrait aussi décider...".  Peut et pourrait: fort bien, mais le fera t-elle?  Et finalement "La pandémie a causé une onde de choc dans la communauté".  Est-ce à dire que tout allait bien jusqu'à ce moment?  Ce n'est certainement pas l'impression que j'avais ressentie lors de ma dernière visite, qui n'était pas ma destination mais simplement un lieu de passage à pied entre le Vieux-Port et le Mont-Royal. 

PO ---  Des annonces en fin de mandat:  douteuses.  Certaines annonces insignifiantes de surcroît: est-ce que ça marche?  À ce rythme, on va rire souvent d'ici les élections.  Il ne reste pas beaucoup de temps avant les vacances d'été durant lesquelles les gens, surtout cette année, voudront s'intéresser à autre chose.  Ça peut vouloir dire que plusieurs intentions de vote se seront cristalisées d'ici septembre.  J'aurais préféré des discours faisant resssortir les enjeux fondamentaux sur lesquels les deux principaux candidats ont présumément des positions diamétralement opposées, au-delà des habituelles déclarations d'amour envers leur ville.

Link to comment
Share on other sites

Il ne faut pas trop demander de la politique municipale. Le haut lieu des magouilles et du nivellement par le bas. Depuis Jean Drapeau on tombe plus bas à chaque nouveau maire. On est pratiquement rendu au noyau de magma en terme de stupidité. Coderre ou Plante, interchangeable dans l'immensité du vide intersidéral. On a ce qu'on mérite dans la vie, et la société d'aujourd'hui ne mérite plus que ça. 

Link to comment
Share on other sites

il y a 22 minutes, Rocco a dit :

on tombe plus bas à chaque nouveau maire. On est pratiquement rendu au noyau de magma en terme de stupidité.

(extrait du message)  

Excellent!  - À ce rythme, on arrivera en Chine via le centre de la Terre dans une trentaine d'années, ce qui nous permettra de découvrir un Quartier chinois authentique!  Il ne restera plus qu'à en construire une réplique à Montréal.  Mais attention: le territoire chinois abrite manitenant un grand nombre de répliques de bâtiments et de villes occidentales célèbres; il ne faudrait surtout pas se tromper.  Mieux encore:  peut-être que nos valeureux explorateurs montréalais "tomberont" (par en-dessous...) sur un quartier qui ressemble en tous points à Brossard ou bien à Griffintown, simplement parce que les publicités diffusées en Chine sur les opportunités immobilières dans la région de Montréal ont donné à certains l'idée d'en construire des "pareilles" chez eux.  

Malgré les apparences, ce message est mi-sérieux et aborde directement le sujet en titre de ce fil.  Il nous met en garde contre une tentative d'imitation d'une réalité qui est largement révolue, à l'exception des véritables trésors architecturaux anciens qu'on trouve en Chine et qu'on serait parfaitement incapable de reproduire.  L'expression "Le monde est à l'envers" prend tout son sens quand chacun essaie d'imiter ce qu'était l'autre, ou au moins la perception qu'on en a.  Heureusement, avec deux millions de CAD, on n'ira pas loin dans notre tentative.  Ouf.   

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...
Il y a 6 heures, Chris1989 a dit :

A stroll through historic Chinatown 

 

Thank you so much for sharing this video!  I had been to Montreal's Chinatown a couple of times, but I must confess I had never made it a food destination.  Not anymore!  There will be a next time asap, and it will be different, promised!😁   

Link to comment
Share on other sites

Le 2021-06-19 à 01:33, Rocco a dit :

Il ne faut pas trop demander de la politique municipale. Le haut lieu des magouilles et du nivellement par le bas. Depuis Jean Drapeau on tombe plus bas à chaque nouveau maire. On est pratiquement rendu au noyau de magma en terme de stupidité. Coderre ou Plante, interchangeable dans l'immensité du vide intersidéral. On a ce qu'on mérite dans la vie, et la société d'aujourd'hui ne mérite plus que ça. 

Tellement vrai. 

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By loulou123
      remplacé par un message d'entête plus à jour
    • By mtlurb
      Nom: Univers Condos
      Hauteur en étages: Phase 1 : 45, phase 2 : entre 25 et 35
      Hauteur en mètres:
      Site internet: http://www.devmcgill.com/fr/univers
      Autres informations:
       
      * La phase 2 aura entre 25 et 35 étages (selon les ventes)
      * Possibilité, aux premiers étages, d'avoir un hôtel boutique, des restaurants et une épicerie
      * L'accès directe au RÉSO est à confirmer
      * Intégration de jardins horizontaux et verticaux et mise en place d’espaces verts à plusieurs niveaux
      Aperçu du projet:
       

       
      Autres images:
       
      Vidéo promotionnelle:
       
      [video=youtube_share;8toUGJBjgNw]http://youtu.be/8toUGJBjgNw
    • By monctezuma
      Nom: Les Bassins, phase 1
      Hauteur: 8 étages
      Coût du projet:
       
      Promoteur: Prével / Rachel Julien
      Architecte:
      Emplacement: (voir carte ci-dessous)
       
      Début de construction: décembre 2011
      Fin de construction:
       
      Site internet: http://www.lesbassins.ca
       



    • By Fortier
      Salut à tous,
      Vos commentaires et suggestions sont les bienvenues!
    • By ErickMontreal
      Montreal racetrack closed under bankruptcy protection
      Horse racing tracks in Gatineau, Trois-Rivières and Quebec City allowed to remain open
       
      Last Updated: Friday, June 27, 2008 | 9:57 AM ET Comments1Recommend0
      CBC News
       
      The company that owns Quebec's four horse racing tracks has been placed under bankruptcy protection, resulting in the immediate closure of the Hippodrome de Montréal, formerly known as Blue Bonnets Raceway.
       
      Under the bankruptcy agreement, the tracks in Gatineau, Trois-Rivières and Quebec City will be allowed to continue operating while an effort is made to restructure the company. In 2005, the racetracks were sold by the province to Attractions Hippiques, owned by Senator Paul Massicotte.
       
      The government wanted to get out of a business that was costing it $25 million a year.
       
      Under the purchase agreement, the company was guaranteed 22 per cent of revenues earned at Loto-Québec gaming rooms built adjacent to the hippodromes.
       
      Benoit Gingues is a partner with RSM Richter, the firm appointed to oversee the restructuring of the company while under bankruptcy protection. "Revenues were 30 per cent of what had been expected," Gingues said Thursday.
       
      The company was also counting on additional profits from a new gaming room that would be built under a plan to move Montreal's hippodrome to the city's North Shore. "That project is basically not happening right now," Gingues said.
       
      The court has given the company 30 days to present a new plan, he said.
       
      "And during that restructuring, we're going to have to find a long-term solution for this industry.
       
      "There is a lot of jobs involved. At Attractions Hippiques there are 600 employees, and that isn't counting all the people directly or indirectly associated to the horse racing industry," Gingues said.
       
      Finance Minister Monique Jérôme-Forget is in Europe, but a spokesperson in her office said the minister is saddened by the news that the tracks are in financial trouble.
       
      The spokesperson said, however, that the government is not prepared to invest any taxpayers' money in an industry that has been in decline for some time.
       
      Source : CBC.ca
       
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value