Recommended Posts

Quelle surprise! Montreal has the most arts museum visitors

 

Apologies for the invidious comparison, but Montreal has outstripped Toronto on an important measure of cultural success.

 

For the second year in a row, the Montreal Museum of Fine Arts can claim to be the most-visited art museum in Canada, beating out both the Royal Ontario Museum and the Art Gallery of Ontario.

 

Slightly more than one million people visited the MMFA in 2014, making it the 58th most popular art museum in the world and the 12th most popular in North America. That is the conclusion of researchers at The Art Newspaper, which recently released its annual survey of global museum attendance.

 

There are only two other Canadian institutions on the list: the ROM at No. 62 with 934,384 visitors and the AGO at No. 80 with 757,462, both of them located in Toronto, which has a population about 50-per-cent bigger than Montreal.

 

Actually, it’s the Canadian Museum of History in Gatineau, Que., that can usually claim to be the most-visited museum in Canada; it received 1,016,030 visitors in 2014-2015, beating Montreal’s 1,009,648 by a hair. It’s not included on the list because it’s not considered an art museum, although it has an impressive collection of historic First Nations material most people would consider art, while the ROM specializes in the natural sciences as much as it does the decorative arts.

 

Definitions of “art museum” aside, these numbers do confirm suspicions that Toronto is underperforming when it comes to engaging both its own citizens and tourists in museum culture. Museum consultant Gail Lord was saying as much last week as she launched her new book, Cities, Museums and Soft Power, at the Gardiner Museum in Toronto.

 

Co-authored with Ngaire Blankenberg, the book argues that museums are a great tool with which cities can exercise influence. While countries may rely on their hard power – military and economic might – cities seduce and cajole using culture and education.

 

I recently asked Lord what she thought Montreal was doing right and her answer was that the museum had a decades-long track record of highly attractive international exhibitions that had helped build a new museum-going habit for Montrealers, and were also successfully marketed outside the city.

 

Most recently, it was a Warhol show; last year, it was Fabergé and from Van Gogh to Kandinsky. In comparison, Lord felt programming at the AGO and ROM was more erratic in its appeal to locals and tourists.

 

You’ll note she didn’t say, “Oh, Montreal built this fabulous new building by an internationally renowned architect,” although the MMFA did undertake major renovations in 1991 and 2011.

 

Montrealers, long confident that theirs was the more culturally dynamic city, were somewhat spooked by the big cultural build-outs in Toronto in the 2000s: Did Toronto know something Montreal didn’t?

 

But in the end, bricks and mortar will only get you so far. It’s what’s inside that counts and both the ROM and the AGO have struggled to achieve the numbers that might seem warranted by their lavish renovations, which opened in 2007 and 2008. The ROM’s new Crystal never produced the 1.4 million visitors that were predicted, with attendance clocking in around 950,000 most years, while the AGO, which was much more conservative in its predictions and usually attracts around 750,000, has experienced some nice spikes but also some nasty drops, largely depending on the exhibitions.

 

“Numbers matter,” Lord said of the focus on attendance. “Of course, the quality of the exhibitions matters, but people matter.”

 

To be fair here, you might want to consider whether Montreal’s numbers are higher because it has one large museum, not two, and also note that many institutions that offer physical culture, whether in the performing arts or the museum sector, are struggling to attract the citizens of a virtual age.

 

That’s where Lord’s and Blankenberg’s vision gets interesting, because they see museums as so much more than exhibitors of things, or even as educators of people. They view the museum as a kind of commons that can play a role in advancing civic diversity, urban renewal and public debate. They list 32 ways museums can awaken this soft power and No. 8 might be one for Toronto to consider: free admission.

 

Internationally, many museums are moving in this direction, asking the public to pay only for special exhibitions. The museums usually see great increases in attendance under these schemes and while they lose ticket revenue, they make some of the money back on increased sales at their cafés and gift shops. (As someone who dropped more than $100 on impulse buys at the British Museum’s gift shop last year after paying nothing to visit the collection, I can attest to the phenomenon.)

 

Both the AGO and ROM do offer various concessions – the AGO is free Wednesday evenings while the ROM offers free admission to students on Tuesdays and discounts to everybody Friday evenings – but here again, Montreal is the national leader.

 

Entrance to the MMFA is free to anyone under 30 any time, to over 65s on Thursdays, to the general public the last Sunday of every month and during the Christmas and March break holidays.

 

Of course, Montrealers love their museum – especially when they don’t have to pay visit it.

 

http://www.theglobeandmail.com/arts/art-and-architecture/montreal-has-the-most-arts-museum-visitors-in-canada/article24334232/

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les musées québécois ont fait le plein de visiteurs cet été

Mise à jour le vendredi 21 août 2015 à 16 h 16 HAE

Un texte de Félix-Antoine ViensTwitterCourriel

 

 

150526_659l7_aetd-rodin-penseur1_sn635.jpg

 

Avant même la fin de la période estivale, certains musées québécois parlent déjà d'une saison exceptionnelle en ce qui a trait à l'achalandage.

 

Les Québécois comme les touristes de l'extérieur de la province avaient, encore une fois, l'embarras du choix cet été dans la métropole. Rodin : métamorphoses, Flux : David Altmejd et Les Aztèques sont autant d'expositions majeures qui leur étaient proposées.

 

Si les nombreuses journées pluvieuses et le temps humide donnent souvent un coup de main aux musées, la forte présence de touristes américains cet été au Québec, notamment en raison de la faiblesse du dollar canadien, a eu un effet certain sur l'achalandage.

 

« On accueille toujours beaucoup de touristes l'été, mais cette année, c'était encore plus important, explique Pascale Chassé, du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM). Ce n'est pas scientifique, mais en colligeant les codes postaux des visiteurs, on a constaté que 60 % provenaient de l'extérieur du Québec. »

 

Rodin : métamorphoses a été vue jusqu'ici par 110 000 personnes au MBAM, qui avait également accueilli des dizaines de milliers de visiteurs avec les expositions Chihuly en 2013 et Fabergé en 2014.

 

« Les touristes américains s'intéressent également beaucoup à notre collection permanente, ils veulent découvrir les grands artistes canadiens. »

 

David Altmejd attire les foules au MAC

 

Le retour au bercail de l'artiste montréalais David Altmejd s'est également révélé fort payant pour le Musée d'art contemporain de Montréal. La première rétrospective en carrière du sculpteur maintenant installé à NEW York, intitulée Flux, a permis à l'établissement d'augmenter le nombre de ses visiteurs de 71 % par rapport à l'été 2014. Le public pourra admirer le travail du Montréalais jusqu'au 13 septembre.

 

150612_s16am_dezo-flux-puddle-hommes2_sn635.jpg

 

« C'est une exposition très importante pour le musée et pour l'artiste, souligne Wanda Palma, du MAC. Le bouche-à-oreille a beaucoup aidé, et on a eu beaucoup de visibilité avant et pendant l'exposition. »

 

Même son de cloche du côté du musée Pointe-à-Callière, qui connaît, depuis le début de l'année, une hausse de fréquentation de l'ordre de 40 %. Et encore une fois, les touristes américains étaient au rendez-vous, notamment pour voir l'exposition Les Aztèques.

 

« Il y avait beaucoup de touristes américains dans le Vieux-Montréal cet été. La qualité de nos expositions, mais aussi les journées de pluie et les journées très chaudes ont amené les gens dans les musées. »

 

140220_rq99g_musee_national_sn635.jpg

 

Dans la Vieille Capitale, les tableaux de Vincent Van Gogh, de Claude Monet et d'Henri Matisse regroupés pour l'exposition Inspiration Japon au Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) ont également connu du succès. Selon Linda Tremblay, du MNBAQ, les astres étaient alignés cet été. Le nombre de touristes, la publicité accrue de l'Office de tourisme de Québec, la qualité des expositions et le mauvais temps ont permis au musée d'accueillir 25 % plus de visiteurs que l'an dernier à la même période.

 

« Avec une exposition comme Inspiration Japon, la fascination pour ce pays et la présentation d'un courant artistique majeur comme le japonisme ont certainement eu un impact à la billetterie. »

 

 

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/arts_et_spectacles/2015/08/21/005-musees-bilan-ete-2015.shtml

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est un bel exemple de la place que la culture doit prendre dans notre économie. Donc investir en culture est ultra rentable à court et à long terme, parce qu'il y a plein de retombées secondaires et cela dans une foule de domaines. On peut d'ailleurs dire que la culture est une des principales motivations dans le voyage. Les gens veulent voir ce qu'ils n'ont pas chez eux et apprécier les beautés qui sont créées par d'autres nations, peuples et cultures. La France et l'Angleterre l'ont compris depuis longtemps et savent mettre en valeur leur patrimoine, c'est pour cela qu'ils sont parmi les pays les plus visités du monde.

 

On n'aura jamais la prétention de vouloir les égaler dans ce domaine, mais on peut au moins essayer de tirer au maximum notre épingle du jeu. C'est pour cela que notre histoire est si importante, pareil pour nos créations artistiques, notre culture originale et tous nos événements internationaux. Ici notre société distincte est un atout indéniable qu'il faut apprendre à mieux exploiter à notre avantage, non seulement aujourd'hui mais aussi pour les générations futures.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Record d'affluence au Musée d'art contemporain

Publié le 15 septembre 2015 à 11h22

 

Le Musée d'art contemporain de Montréal a pulvérisé son record d'affluence cet été en accueillant quelque 124 000 personnes venues admirer les oeuvres de David Altmejd et de Jon Rafman.

 

Flux de David Altmejd et le premier événement muséal de Jon Rafman ont été vus par une moyenne de 10 000 personnes par semaine.

 

Il faut remonter à 1982 et l'exposition Le souper, de l'artiste américaine Judy Chicago, pour enregistrer un tel succès populaire. À l'époque, quelque 75 000 personnes avaient franchi les portes du MACM en huit semaines.

 

Depuis deux ans, le MACM est en progression permanente de son nombre de visiteurs. Le musée a accueilli quelque 218 000 visiteurs en 2013 (du 1er avril 2013 au 31 mars 2014) et environ 259 000 personnes en 2014 (du 1er avril 2014 au 31 mars 2015). L'année 2015 devrait donc être en croissance puisque le nombre de visiteurs de la double expo Altmejd-Rafman ne comprend pratiquement pas de groupes scolaires.

 

«Plus que les touristes, ce sont les Montréalais qui sont venus, dit Anne-Marie Barnard, directrice des communications, du MARKETING et de la Fondation du MACM. Nous avons eu beaucoup de familles. Les oeuvres de David Altmejd ayant un aspect souvent très animalier, coloré et vivant, elles ont beaucoup plu aux enfants, tout comme les ateliers éducatifs. Jon Rafman a eu aussi beaucoup de succès. Les deux expositions étaient très complémentaires.»

 

Cette affluence estivale a également un effet sur le nombre d'abonnés, précise Anne-Marie Barnard.

 

«Quel bonheur que tous ces visiteurs, ajoute John Zeppetelli, directeur du musée. Mais je suis super fier de ce qui s'en vient aussi, dans un mois, avec Dana Schutz, Patrick Bernatchez, un de nos grands, et Camille Henrot, raffinée et intelligente!»

 

http://www.lapresse.ca/arts/arts-visuels/201509/15/01-4900687-record-daffluence-au-musee-dart-contemporain.php

Share this post


Link to post
Share on other sites
Record d'affluence au Musée d'art contemporain

Publié le 15 septembre 2015 à 11h22

 

Le Musée d'art contemporain de Montréal a pulvérisé son record d'affluence cet été en accueillant quelque 124 000 personnes venues admirer les oeuvres de David Altmejd et de Jon Rafman.

 

Excellente nouvelle. Après le MBAM voici le MAC qui s'illustre. C'est important pour une grande ville de calibre internationale d'avoir de grands musées capable d'attirer les foules avec des expositions d'envergures. Je souhaite que le musée de la Pointe-à-Callières devienne notre troisième grand musée avec ce qui s'en vient. Et pour les autres musées, j'aimerais bien une fusion quelconque. Mais bref, pour l'instant réjouissons nous.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Super intéressant, j'ai bien hâte de voir, car ce personnage est plus grand que nature et un véritable artiste accompli.

 

Voici quelques liens: http://www.artnet.fr/artistes/alexander-calder/%C5%93uvres-d%E2%80%99art

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Alexander_Calder

 

 

https://www.google.ca/search?q=les+oeuvres+de+calder&ie=utf-8&oe=utf-8&gws_rd=cr&ei=ySc-VoHnEoXKesrPi-gO

Share this post


Link to post
Share on other sites

Publié le 11 mai 2018 à 09h14 | Mis à jour le 11 mai 2018 à 09h14

http://www.lapresse.ca/arts/arts-visuels/201805/11/01-5181447-mbam-une-nouvelle-aile-grace-a-un-don-de-plusieurs-millions.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_les-plus-populaires-arts_article_ECRAN1POS3

MBAM: une nouvelle aile grâce à un don de plusieurs millions

Le Musée des beaux-arts de Montréal accueillera d'ici... (Photo André Pichette, Archives La Presse)

Le Musée des beaux-arts de Montréal accueillera d'ici un an l'Aile des cultures du monde et du vivre-ensemble, rendue possible par un don de plusieurs millions de dollars de Stéphan Crétier et Stéphany Maillery.

Photo André Pichette, Archives La Presse

628395.png
Éric Clément
La Presse

Dans un an, un espace de 1000 m2 du pavillon Jean-Noël Desmarais du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) accueillera l'Aile des cultures du monde et du vivre-ensemble.

Constituée de 15 galeries, l'aile permettra au musée de mettre en valeur sa collection d'archéologie et de cultures internationales (plus de 10 000 objets d'art) et de présenter des expositions qui encourageront le dialogue interculturel par l'art. 

Le MBAM a annoncé, hier dans un communiqué, que ce projet verrait le jour grâce à un «don exceptionnel» de Stéphan Crétier et Stéphany Maillery, un couple de mécènes qui partage sa vie entre Dubaï et Montréal. Le don est de plusieurs millions de dollars, selon nos informations. Le musée ne tient pas à en dévoiler le montant exact. Fondateur et chef de la direction de GardaWorld, la plus importante entreprise privée de sécurité au monde, Stéphan Crétier déclare, dans le communiqué avec sa conjointe Stéphany Maillery, que les «valeurs de célébration de la diversité» font partie de leurs convictions profondes.

Se réjouissant de l'arrivée de ce don, Nathalie Bondil, directrice générale et conservatrice en chef du MBAM, souhaite que le musée poursuive son «approche décloisonnée, plus interculturelle que multiculturelle, pour inventer d'autres récits en travaillant dans un esprit de cocréation avec les différents acteurs, artistes, experts du milieu». 

 

La nouvelle Aile des cultures du monde et du vivre-ensemble Stéphan Crétier et Stéphany Maillery abordera des disciplines et des enjeux sociaux, au-delà du discours de l'histoire de l'art, et favorisera le dialogue et la compréhension de l'autre, ajoute le communiqué du musée.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le MBAM a reçu plusieurs dons importants ces dernières années qui ont considérablement enrichi sa collection. Outre cette nouvelle Aile des cultures du monde et du vivre-ensemble je me souviens qu'il y a une dizaine d'années environ la Fondation Marc-Aurèle Fortin avait fait don de sa collection au MBAM qui jusque là était exposée dans le Vieux-Montréal. Puis peu de temps après c'est Ben Weider qui avait fait don de sa collection Napoléon. Plus récemment le MBAM a hérité de la collection Hornstein pour son son Pavillon pour la Paix. Pour ne citer que ceux qui me reviennent à l'esprit. On est vraiment chanceux d'avoir un musée d'une telle qualité à Montréal.

Vous trouverez ci-après une photo du Pavillon pour la Paix dont j'aime beaucoup l'architecture.

11.jpg

Edited by Normand Hamel

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By Flynnster
      I just I take this photo of solar panels on our bus shelter, It’s would be nice if this is the norm. 

    • By acpnc
      Publié le 11 octobre 2018 à 00h00 | Mis à jour à 00h10
      https://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/201810/10/01-5199801-la-stm-songe-a-devancer-lachat-de-bus-electriques.php
      La STM songe à devancer l'achat de bus électriques
        Bruno Bisson
      La Presse   La Société de transport de Montréal (STM) songe à devancer à 2023 ses acquisitions de bus exclusivement électriques en raison des progrès actuels de la technologie et des résultats «étonnamment intéressants» des expériences en cours.
      Dans une entrevue à La Presse, la directrice exécutive du réseau de bus à la STM, Renée Amilcar, a affirmé que la STM allait multiplier les essais avec d'autres technologies et d'autres modèles de bus afin de déterminer quels types de véhicules sont les mieux adaptés pour assurer les services sur ses circuits, qui ont des exigences différentes.
      Le futur parc d'autobus électriques de la société pourrait ainsi intégrer plusieurs types de véhicules différents, à recharge lente ou rapide, plutôt qu'un seul type d'autobus ou une seule technologie.
      «À la STM, dit Mme Amilcar, nous faisons du balisage et tout le monde, actuellement, s'en va dans la même direction, en faisant plus d'essais que moins afin d'être prêt à temps et de pouvoir aller vers l'électrification.»
       
      «Devant les progrès et les résultats plus qu'intéressants qu'on a vécus avec nos trois bus actuels, nous pensons qu'on doit étendre ce projet-là.»
      «Avec nos partenaires, à l'interne, on s'est dit que nous serions peut-être même en mesure de nous en aller vers l'électrification dès 2023», au lieu de 2025, comme le prévoit actuellement le Plan stratégique de la STM, ajoute Mme Amilcar.
      La STM serait ainsi la deuxième société de transport du Québec à devancer l'achat de véhicules électriques seulement, après la Société de transport de Laval, qui en a déjà pris l'engagement.
      Souplesse et voisinage
      Cette volonté d'expérimentation explique pourquoi la STM a annoncé, à quelques semaines d'intervalle, l'acquisition de 30 bus à recharge lente du constructeur manitobain New Flyer, et de quatre véhicules à recharge rapide de Nova Bus similaires aux trois bus qui circulent déjà, en service ordinaire, entre le terminus Angrignon et le square Victoria sur la ligne 36-Monk.
      La STM a de plus fait l'acquisition de quatre «midibus» de 30 pi (9 m) construits par la société chinoise BYD, et explore le marché pour acquérir deux minibus qui seront affectés au transport adapté.
      Ces véhicules utilisent des technologies différentes et imposent aussi des conditions d'exploitation différentes. La directrice exécutive du réseau de bus de la STM affirme qu'elle a une préférence pour les bus à recharge lente «en raison de la flexibilité qu'ils permettront». «Je peux l'envoyer n'importe où [sur le réseau]», parce que le bus n'a pas besoin de recharge en cours de service. Son autonomie théorique est toutefois limitée à 200 km, sans tenir compte de la consommation liée à la climatisation, en été, ou du chauffage, en hiver.
      Les autobus à recharge rapide, dit Mme Amilcar, sont mieux adaptés aux exigences des «grosses lignes» de la STM, comme la 121 du boulevard Côte-Vertu, la ligne 139 du boulevard Pie-IX ou l'Express 467 du boulevard Saint-Michel, pourvu qu'on puisse aménager des pantographes sur leur parcours pour les recharger.
      «Mais on sait qu'on ne peut pas installer des pantographes partout», ajoute-t-elle, en soulignant que des résidants ou des commerçants exprimeront souvent des réticences à la présence de ces structures de recharge faisant plus de 5 m de hauteur en bordure du trottoir.
      Des coûts d'intégration élevés
      La possibilité de recharger le bus en trois ou quatre minutes grâce au pantographe permet aux véhicules de demeurer en service continu, à la manière d'un bus au diesel actuel qui peut faire jusqu'à 600 km, de 5h30 du matin jusqu'en fin de soirée, sans avoir à refaire le plein de carburant.
      Après un an d'exploitation des trois autobus à recharge rapide sur la ligne Monk, la technologie de recharge a montré une fiabilité élevée, avec une disponibilité de recharge dans 96% des branchements.
      Les quatre nouveaux Nova Bus acquis par la STM, au coût de près de 5,6 millions, seront aussi mis en service sur la ligne 36, de sorte que les services sur ce circuit de bus seront entièrement assurés par des bus électriques après la livraison des autobus, prévue pour 2020.
      Quant aux bus à recharge lente, qu'on branche le soir, au garage, comme un véhicule électrique ordinaire, leur autonomie est plus limitée, mais peut satisfaire aux exigences d'un «petit bus», pour assurer les services sur une ligne plus courte, ou roulant strictement à l'heure de pointe.
      L'avantage de ces véhicules, dit Mme Amilcar, «c'est qu'on peut les opérationnaliser comme des bus diesel, sans dépendre d'une logistique de pantographes, à l'extérieur». Ces autobus pourront être mis en service sur une grande variété de lignes de la STM, dont celle du mont Royal (ligne 11), de même que sur des lignes estivales à service restreint.
      Les autobus électriques New Flyer, attendus pour 2020, seront entretenus et garés au garage Stinson de la STM, dans l'arrondissement de Saint-Laurent. Mme Amilcar souligne que les coûts des installations électriques, des bornes de chargement et des installations propres à ces véhicules seront élevés. Elle les estime à environ 500 000 $ par véhicule, soit une facture d'environ 15 millions pour l'adaptation du garage Stinson.
    • By AMTFan1
      Lien: https://www.journaldemontreal.com/2019/05/13/la-stm-annonce-des-mesures-pour-alleger-la-ligne-orange?fbclid=IwAR2kbOQ77sTHUrXySYLsz45d5INyb1BderhI8APQcQoZD8TRFWmzzsIdTXg
    • By nephersir7
      25 juillet 2018, en face du terminus Chevrier

    • By ScarletCoral
      (désolée si c'est en double, pas trouvé de thread avec « denis » dans le titre)
       
      via Radio-Canada
       
      Reportage télé
       
       
      Rue Saint-Denis : une longue terrasse pour minimiser l'impact des travaux
       
      Mise à jour le mercredi 10 juin 2015 à 20 h 10 HAE
       
      La Ville de Montréal aménagera une terrasse sur la rue Saint-Denis entre les rues Duluth et Marie-Anne afin de maintenir la vie commerciale de la zone touchée par des travaux de réfection majeurs.
       
      La « Grande Terrasse Rouge » sera déployée dès cet été, mais les travaux ne commenceront qu'en septembre 2015 et devraient se terminer en novembre 2016.
       
      D'autres installations « décoratives » et « festives » seront aménagées, notamment en utilisant les fameux cônes orange. Des banderoles seront aussi suspendues dans les airs pour mettre en valeur les commerces de cette rue.
       
      Les espaces de stationnement seront par ailleurs relocalisés et le chantier sera nettoyé quotidiennement. Des passerelles permettront aussi aux piétons de se déplacer entre les commerces et restaurants.
       
      Les travaux permettront de changer le mobilier d'éclairage, de changer les conduites d'aqueduc et d'égout et de reconstruire les trottoirs.
      Le coût total de ces travaux est évalué à 14,4 millions de dollars, dont 4 millions pour les mesures de mitigation.
       
      Cette initiative fait partie du nouveau programme d'aide financière pour réduire les nuisances sur les artères commerciales lors de chantiers de construction dans la métropole.
       
      « Dans le passé, on a entendu qu'il n'y avait pas d'effort de la part de la Ville de Montréal pour aider les commerçants », a expliqué le responsable des Infrastructures de la Ville de Montréal, Lionel Perez.
       
      Il souligne que la plus grande partie des travaux aura lieu en 2016, et qu'en 2015 « ce sera tolérable ».
       
      Des commerçants mitigés
       
      Certains commerçants accueillent positivement ces travaux et croient que les mesures de mitigation seront efficaces. Ce n'est toutefois pas le cas de tous.
       
      « Oui la période des travaux sera difficile, oui ça va être le bordel quelque part sur la rue, ce sera des travaux majeurs, mais avec les mesures de mitigation et dès 2017, ça va être l'occasion de faire renaître cette rue majeure de Montréal », a affirmé le directeur du marketing des ventes des Guides de voyage Ulysse, Olivier Gougeon.
       
      « Je ne sais pas si ça peut permettre de sécuriser le périmètre de chantier, ce n'est pas si pire. Mais je ne pense vraiment pas que ça sera attractif pour les gens. Je pense qu'ils vont encore plus magasiner ailleurs », a répondu Julie Peneau, une vendeuse de la boutique Paris pas cher.
       
      M. Perez affirme de son côté que les commerçants ont été consultés à plus de neuf reprises concernant les travaux et leurs revendications. Selon lui, ils sont « très contents » de voir que la Ville de Montréal s'investit pour attirer des piétons, des clients, mais ils demandent à être rassurés en ce qui concerne le stationnement.
       

       
       

      Vue aérienne de la rue Saint-Denis, où on peut voir la « Grande Terrasse Rouge » qui sera aménagée cet été. Photo : Ville de Montréal