Jump to content

denpanosekai
 Share

Recommended Posts

La Presse: La revanche du centre-ville

 

Depuis plus de 10 ans, on dénigre Montréal sur bien des tribunes. Au cours des dernières années, ses détracteurs ont eu beau jeu de dépeindre la métropole québécoise comme une ville en crise, avec ses scandales à l'hôtel de ville, ses nids-de-poule, son pont Champlain qui se dégrade et son métro régulièrement en panne, pour ne donner que ces exemples.

 

Pourtant, quand on enlève nos lunettes noires pour regarder la situation dans son ensemble, on s'aperçoit que la métropole est loin d'avoir dit son dernier mot. Cette année, le centre-ville verra apparaître plus de grues qu'il n'en a vues depuis bien longtemps.

 

Pour 2014 seulement, on parle de huit édifices à vocation résidentielle ou mixte de plus de 30 étages en cours de transformations majeures, en construction ou sur le point de l'être.

 

Avec Le V (40 étages, 250 unités), l'Altoria/Aimia (34 étages, 152 unités), le Roccabella (41 étages, 540 unités), l'Icône (39 étages, 357 unités), le Waldorf Astoria (34 étages, 100 unités), l'Avenue (50 étages, 315 unités), la Tour des Canadiens (48 étages, 700 unités), la Tour Union/Tom condos (35 étages, 377 unités), ce sera de près de 3000 nouveaux logements qui verront s'installer des travailleurs intéressés par la vie au centre-ville et possédant un pouvoir d'achat important.

 

Un milieu de vie

 

«Il y a un très grand intérêt pour le centre-ville et la demande est forte parce que la vie au centre-ville de Montréal est vibrante, intéressante, sûre et agréable, dit Paul Lewis, professeur d'urbanisme à l'Université de Montréal. Les gens constatent de plus en plus que ce style de vie présente beaucoup d'avantages.»

 

En offrant un milieu de vie attrayant sur le plan résidentiel, on stimule non seulement l'apparition de nouveaux commerces destinés à répondre aux besoins des nouveaux habitants, mais on attire aussi les emplois.

 

«L'élément le plus important pour les entreprises dans le choix d'une ville, c'est de pouvoir compter sur un bassin de main-d'oeuvre qualifiée. La floraison de nouvelles entreprises technologiques qui choisissent les quartiers centraux est liée au développement résidentiel. Les travailleurs de ces entreprises sont souvent des jeunes professionnels qui aiment habiter près de leur lieu de travail», dit Mario Polèse, professeur et chercheur au Centre urbanisation, culture et société de l'Institut national de recherche scientifique.

 

Selon lui, il ne faut pas s'inquiéter outre mesure au sujet des problèmes actuels d'infrastructures.

 

«Tout le monde est d'accord sur le fait qu'ils sont extrêmement gênants et qu'il est important de les régler, mais c'est une phase qui va passer et que d'autres villes traversent aussi, dit-il. Ce n'est pas cela qui va déterminer, à long terme, la santé économique de la région de Montréal. Je n'ai pas encore entendu une entreprise ou un homme d'affaires dire qu'ils ne viendront pas s'installer à Montréal à cause de ses problèmes d'infrastructures.»

 

Par contre, ces enjeux médiatisés en font oublier d'autres, moins spectaculaires, et sur lesquels il faudrait se pencher davantage, explique le chercheur.

 

«Ce qui est tout aussi important pour qu'une grande métropole puisse rayonner sur le plan économique, ce sont les éléments qui favorisent sa connectivité à l'échelle internationale et régionale. C'est important pour les gens d'affaires d'avoir des interactions faciles avec le reste du monde, comme des vols directs vers d'autres grandes villes. La situation de Montréal à cet égard est loin d'être idéale, pour diverses raisons, que l'on parle du train ou de l'avion. La liaison avec New York, par exemple, est lamentable.»

 

Un nouveau maire

 

L'arrivée de Denis Coderre à la mairie suscite d'énormes attentes. Le nouveau maire a annoncé six priorités pour la Communauté métropolitaine de Montréal: un pont Champlain sans péage, planifier les transports en commun, mettre en place une stratégie économique, mettre en oeuvre le Plan métropolitain d'aménagement et de développement, favoriser le logement social et assurer un leadership fort.

 

Avec autant de défis à relever, les prochaines années s'annoncent cruciales pour le développement et l'avenir de Montréal.

 

«L'un des plus grands défis sera d'attirer et de retenir les familles de classe moyenne, et de stopper leur exil vers la banlieue, dit Paul Lewis. Mais ce ne sera pas une bataille facile.»

 

 

MONTRÉAL EN CHIFFRES

 

> Population : 1,98 million (2012)

 

> Nombre d'emplois : 977 900 (décembre 2013)

 

> Nombre d'établissements manufacturiers : 9055 (2010)

 

> Taux d'activité : 65 % (décembre 2013)

 

> Taux d'emploi : 59,1 % (décembre 2013)

 

> Taux de chômage : 9,1 % (décembre 2013)

 

> PIB aux prix de base par habitant : 58 126 $ (2012)

 

> Revenu disponible des ménages par habitant : 26 469 $ (2012)

 

Source : Institut de la statistique du Québec

 

PRINCIPAUX SECTEURS D'ACTIVITÉ À MONTRÉAL EN 2012

 

1. Commerce de gros et de détail: 141 300 emplois (15,0% du total)

 

2. Soins de santé: 113 040 emplois (12,2%)

 

3. Services professionnels, scientifiques et techniques: 106 446 emplois (11,3%)

 

4. Fabrication: 101 736 emplois (10,8%)

 

5. Information, culture et loisir: 68 766 emplois (7,3%)

 

6. Hébergement et restauration: 62 172 emplois (6,6%)

 

Source: Desjardins, Études économiques

Link to comment
Share on other sites

Ils oublient Rocca x2 Icone x2 Waldorf Astoria x2 . Ca l'air que des gens dans le milieu ont peut-être des scoop pour le Waldorf. On n'en a jamais autant parlé que dernièrement.

 

Je ne me fierais pas trop à cette annonce. Ça fait 10 ans que je suis sur ces forums, et ça fait 10 ans que ces journalistes ne savent pas de quoi ils parlent.(quand vient le temps de parler des projets en construction, leurs hauteur exacte, le nombre d'étages etc...) Si le Waldorf va se construire, ce ne sera pas en 2014. Ils annoncent le TOM aussi, mais il n'y a rien de sûr avec le TOM...

 

Anyways, il est vrai que le nombre de grues qu'il va y avoir cette année dans notre skyline sera très impressionant! J'ai hâte de voir ça!

Link to comment
Share on other sites

Guest Olivier2160

Peu importe si le nombre d'étages est bon ou non, ça fait du bien de lire cet article après tout le "Montreal bashing" que j'ai vu sur Internet depuis quelque temps...

 

En passant, j'ai passé 1 heure sur le SSP de Toronto et les discussions ouvertes sur le Canada et on dirait bien que personne n'est jamais content de ce qui se passe dans sa ville !!! À chaque projet annoncé à Toronto, c'est jamais OK, toujours trop "boxy" trop de "blue glasses". Le pire, c'est que tout le monde à l'air de détesté la tour Aura !!!! Bref, des fois j'ai l'impression que le négatif est très présent pour Montréal mais je réalise que c'est partout.

Link to comment
Share on other sites

...

Un nouveau maire

 

L'arrivée de Denis Coderre à la mairie suscite d'énormes attentes. Le nouveau maire a annoncé six priorités pour la Communauté métropolitaine de Montréal: un pont Champlain sans péage, planifier les transports en commun, mettre en place une stratégie économique, mettre en oeuvre le Plan métropolitain d'aménagement et de développement, favoriser le logement social et assurer un leadership fort.

 

Avec autant de défis à relever, les prochaines années s'annoncent cruciales pour le développement et l'avenir de Montréal.

 

«L'un des plus grands défis sera d'attirer et de retenir les familles de classe moyenne, et de stopper leur exil vers la banlieue, dit Paul Lewis. Mais ce ne sera pas une bataille facile.»

 

 

 

I'm not middle class but keep your promises and stop taxing us to death! My tax rate went up almost 4% yesterday.

Link to comment
Share on other sites

I'm not middle class but keep your promises and stop taxing us to death! My tax rate went up almost 4% yesterday.

 

Les taxes résidentielles sont hautes, les taxes commerciales sont astronomiquement hautes. La ville manque cruellement d'argent, qu'elle est la solution ?

Link to comment
Share on other sites

Sérieux? Tu me niaise?

Engager une firme pour réduire les coûts. Allez en appel d'offre et choisir une compagnie qui accepte de ne pas être payer s'ils ne réduisent pas les coûts de 20%. Quel beau défi. Et c'est faisable mon ami. Jen suis convaincu. Aussi simple que ça.

 

Mais ils n'ont pas la pression des montréalais. On se laisse fourrer dans le cul par au moins deux maires précédant et ont l'accepte. Je m'inclue la dedans. Il faudrait faire descendre 1 million de citoyens pour faire une vrai différence.

Link to comment
Share on other sites

Il y a toutefois une limite au prix plancher. Pour couper les prix, faut tu coupes dans les salaires, et souvent tu te ramasses avec des employés sans expérience. Si le contrat est moins gros et que la compagnie veut garder sa marge normale de profits, elle devra couper dans les salaires et l'équipement.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value