Jump to content

Recommended Posts

  • Administrator

Le décollage de Mecachrome

 

Après un an de préparatifs, de mise en place d’équipements ultra-perfectionnés et d’ajustements de toutes sortes dans sa toute nouvelle usine de Mirabel, la compagnie Mecachrome vient de compléter la production et l’assemblage de sa première caisse de train d’atterrissage avant pour les avions Airbus A-330 et A-440. La première d’une longue série de livraisons.

 

Mecachrome Canada a été retenue par Airbus pour devenir un partenaire de tiers 1, ce qui signifie dans le jargon de l’aéronautique qu’Airbus a décidé de confier à Mecachrome toute la fabrication et l’assemblage final des caisses de train d’atterrissage qui équiperont dorénavant tous les A-330 et A-440 qui vont sortir de son usine d’assemblage de Toulouse.

 

Il s’agit d’une pièce d’équipement majeure, une structure primaire qui doit résister à des charges importantes puisqu’elle abrite le train d’atterrissage et qu’elle doit supporter le choc des décollages et des atterrissages.

 

Mecachrome, qui exploite deux centres de fabrication, l’un à Montréal-Nord et l’autre à Mirabel, usine depuis des années des pièces de haute précision pour le secteur automobile et de l’aérospatiale, mais elle a décidé, il y a trois ans, de s’imposer dans l’industrie comme un intégrateur.

C’est-à-dire qu’elle veut fabriquer et assembler tous les éléments d’équipements importants de plusieurs familles d’avions, fonction qui était anciennement assumée par les fabricants.

 

Le contrat des caisses d’atterrissage des A-330 et A-440 est un premier jalon de la transformation de Mecachrome. L’entreprise réalise elle-même dans son usine de Mirabel 200 des 650 pièces qui composent la structure.

La fabrication des pièces mineures, tels les rivets et les boulons, est donnée en sous-traitance, mais c’est Mecachrome qui est responsable de ses fournisseurs. Elle livre à Airbus une pièce finie, complète, testée qui sera assemblée à Toulouse selon le mode juste-à-temps.

 

C’est donc dire que l’assemblage final de la première caisse a mobilisé toutes les énergies des employés de l’usine de Mirabel, lesquels ont réussi le tour de force de livrer la pièce deux jours avant l’échéancier.

 

«On avait un an pour préparer l’usine pour cet important contrat. On a perdu du temps au départ, et il a fallu réajuster le tir. On aura mis finalement sept mois pour terminer la chaîne de production. Ç’a été un vrai travail d’équipe», observait cette semaine Guillaume Casela, président de Mecachrome International, lors d’une visite à l’usine de Mirabel.

 

Du travail en perspective

 

Mecachrome va assembler cette année 35 caisses de train d’atterrissage d’Airbus et va atteindre l’an prochain son rythme de croisière avec une production annuelle de 60 caisses. Airbus a déjà livré 868 appareils A-330 et A-440 et son carnet de commandes compte 739 avions à livrer, ce qui assure plus de 10 années de production à l’usine de Mirabel.

 

Mecachrome fabrique aussi à Mirabel 150 pièces pour Bombardier, pour les CRJ700 et CRJ900 de même que le Global Express. La nouvelle usine de Mecachrome fabrique de plus les nervures d’ailes pour les avions de série 170 d’Embraer, qui doit livrer cette année 10 appareils par mois.

 

Enfin, Mecachrome a obtenu de Boeing le contrat de fabrication exclusif des cadres de fuselage arrière de ses nouveaux B-787 qui seront fabriqués en titane.

 

Comme tous les fabricants, Boeing a décidé de hausser considérablement l’utilisation du titane dans ses avions, un métal plus solide et plus léger que l’aluminium, ce qui a amené Mecachrome à faire l’acquisition de nouveaux équipements, des machines à contrôle numérique qui coupent le métal au millième de millimètre.

 

L’usine est équipée d’une de ces énormes machines et en installera deux autres d’ici à l’an prochain. Mecachrome exploite aussi trois machines à usiner l’aluminium et en installera trois autres d’ici à la fin de l’année.

«On travaille avec tous les fabricants mais on veut s’imposer davantage comme intégrateur et participer à un plus grand nombre de leurs familles de produits», affirme Guillaume Casela.

Trois ans après son implantation à Mirabel, Mecachrome réalise cette année son vrai décollage.

 

http://argent.canoe.com/lca/chroniqueurs/jeanphilippedecarie/archives/2008/02/20080212-225916.html

Link to comment
Share on other sites

  • 9 months later...

yeah....

 

 

Mecachrome frôle la faillite

 

17 novembre 2008 - 15h41

 

Presse Canadienne

 

La probabilité que Mecachrome (MCH) déclare faillite a augmenté «significativement» depuis que l'entreprise montréalaise a annoncé, vendredi, qu'elle n'avait pas pu effectuer un paiement sur sa dette.

 

C'est ce qu'a écrit lundi dans une note l'analyste Benoît Poirier, de Valeurs mobilières Desjardins.

 

Le risque que le fabricant de pièces pour les secteurs industriels, de l'automobile et de l'aéronautique se place sous la protection de la Loi sur la faillite «a augmenté significativement», tout comme celui que le cours de son action soit réduit à zéro, estime M. Poirier.

 

Pour se redresser, Mecachrome peut soit restructurer sa dette, se recapitaliser, obtenir une infusion de fonds ou vendre une division, énumère l'analyste.

 

Mecachrome a annoncé vendredi qu'elle était incapable d'effectuer le paiement des intérêts, exigibles le 15 novembre, sur des obligations échéant en 2014.

 

La société jouit d'une période de grâce de 30 jours pour procéder au versement. Si elle est incapable de payer d'ici au 15 décembre, elle risque de se placer en défaut de paiement sur d'autres titres, relève Benoît Poirier.

 

La firme d'origine française, qui a déménagé son siège social à Montréal il y a cinq ans, tente de se redresser depuis plusieurs mois déjà. Parmi ses efforts pour restituer sa rentabilité, Mecachrome a éliminé 161 emplois au Canada et 150 emplois en France. L'entreprise exploite 11 usines en France et au Canada.

 

La semaine dernière, Mecachrome a annoncé le départ de Gérard Casella comme président du conseil d'administration et chef de la direction. Romain Casella a aussi quitté le conseil, tandis qu'Arnaud Casella a démissionné de Mecachrome France.

 

La famille Casella, qui a fondé l'entreprise en 1937, demeure actionnaire de contrôle avec 82,2% des droits de vote.

 

L'action de Mecachrome a clôturé lundi à sept cents, en chute de cinq cents, ou 41,7%, à la Bourse de Toronto.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value