Jump to content

Recommended Posts

Étude très intéressante de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain sur les industries créatives, dont:

 

- L'architecture

- L'architecture de paysage

- Le design d'intérieur

- Le design industriel

- Le design graphique

- Le design de mode

 

Chambre de commerce du Montréal métropolitain –

« Étude Les industries créatives: catalyseurs de richesse et de rayonnement pour la métropole »

LES INDUSTRIES CRÉATIVES :

Catalyseurs de richesse et de rayonnement pour la métropole

http://ccmmdev.com/pdf/etude_industries_creatives.pdf

Edited by IluvMTL
Link to comment
Share on other sites

Wow! Impressionnant comme document. Un travail complet, hyper dense et super bien documenté. On constate en même temps l'importance incroyable que les industries créatives ont et surtout pourront avoir pour l'avenir de Montréal et son rayonnement international. Je suis enchanté que la Chambre de Commerce du Montréal Métropolitain se soit penchée de manière aussi engagée dans un domaine aussi vaste et si complexe.

 

On est en même temps en mesure de comprendre que le succès de nos entreprises ne va pas de soi et qu'il faut les appuyer intelligemment tout le long de leur processus de croissance, et même après, par des politiques favorables à leur pérennité. C'est l'ensemble de tous les intervenants et leurs échanges à tous les nivaux qui peuvent assurer le succès de ce pan important de notre économie. Comme la recherche scientifique, c'est un des secteurs parmi les plus déterminants et les plus dynamiques. Ils sont porteurs d'avenir dans la société de demain, et probablement le meilleur ambassadeur de notre culture à travers le monde.

 

Je retiens notamment un paragraphe parce qu'on en a parlé si souvent dans ce forum et que je partage tout à fait son affirmation:

 

50

LES INDUSTRIES CRÉATIVES

: catalyseurs de richesse et de rayonnement pour la métropole

Une plus grande exemplarité des gouvernements et des entreprises.

 

Transformer Montréal en métropole créative est indissociable de la volonté des gouvernements et des entreprises privées d’investir dans le design et l’architecture. Tel que mentionné dans le premier chapitre, Montréal a été désignée par l’UNESCO comme ville créative de design, soit une reconnaissance à la fois de l’importance de sa base créative ainsi que de son potentiel de développement futur.

 

Or, bien que les dernières années aient été marquées par la réalisation de projets majeurs qui ont transformé certains secteurs de la métropole en en faisant des exemples d’aménagements urbains et architecturaux (par exemple, le Quartier international et le Quartier des spectacles), force est de constater que Montréal ne peut se comparer à d’autres métropoles modèles du design et d’architecture telles que Barcelone ou Chicago.

 

Ainsi, afin de réaliser le plein potentiel de Montréal comme métropole de la créativité, il importe d’intégrer davantage les éléments de design et d’architecture dans les travaux publics plutôt que de les sélectionner uniquement sur la base des coûts. Il s’agit non seulement d’un enjeu de rayonnement et d’image de marque, mais aussi d’une vitrine du savoir-faire des architectes et designers québécois.

Link to comment
Share on other sites

http://www.montrealgazette.com/business/Montreal+must+reinforce+creative+industries+Board+Trade+president+says/9238317/story.html

 

Montreal must reinforce its creative industries, Board of Trade president says

 

 

BY RENÉ BRUEMMER, GAZETTE CIVIC AFFAIRS REPORTER DECEMBER 2, 2013

 

MONTREAL — That Montreal is a city blessed with creative talent has long been established as a given, evidenced in the city’s festivals, arts scene, proliferating video game industries and international success stories like Cirque de Soleil, Arcade Fire and Moment Factory, producers of the 2011 Super Bowl halftime show.

 

But the Board of Trade of Metropolitan Montreal wanted a study that would quantify the city’s creative scene, to see how many people work in its creative industries, how much money is earned, and how Montreal compares to other municipalities in North America and Western Europe. Understanding how the city stacks up allows it to identify ways to improve its creative market, and in so doing elevate Montreal.

 

“It is self-evident Montreal is a creative metropolis,” Board of Trade president and CEO Michel Leblanc said Monday at the Phi Centre for the arts in Old Montreal. “But dozens of other cities around the world claim the same title … These creative industries, if we reinforce them, will reinforce Montreal’s brand allowing it to project itself as a creative metropolis to the world.”

 

The study, The Creative Industries: Catalysts of Wealth and Influence for Metropolitan Montreal, was commissioned by the Board of Trade and partners including Quebec’s finance ministry, the city of Montreal, Quebec’s Film and Television Council and the Association of Quebec Advertising Agencies, and was conducted by the KPMG-SECOR consulting agency. It is the first study to determine the economic spinoffs generated by employment in the creative industry, Leblanc said.

 

Creative industries, which included architecture and design, the arts, media (defined as television and film production and published materials like books, magazines and newspapers) multimedia, fashion and advertising, provided the city with 91,500 jobs in 2012 and generated economic benefits of $8.6 billion for the greater Montreal region. The average rate of job creation in the creative industries was more than twice that seen in the average Montreal economy in recent years.

 

Unlike other cities where one segment of the creative economy dominated, like film in Los Angeles or publishing in Seattle, Montreal’s scene was well diversified, part of the reason it weathered the economic storm.

 

Montreal scored seventh out of 21 North American cities in terms of the importance of the creative industries to its economy — in Montreal, 3.5 per cent of its workforce is working in creative industries, behind front-runners like Seattle and New York, but neck and neck with Toronto and Vancouver, and ahead of cities like Chicago, San Diego and Boston.

 

Montreal’s success is based on its many schools that mould creative talent, its diverse cultural makeup that promotes a wide variety of endeavours, and what the study’s authors refer to as a true “ecosystem” of creative industries that bring together businesses, performance groups, independent creators, venues, promoters and government players. For it to grow, however, the study’s authors said its creative talents need to find ways to work together more often, and better sell themselves, particularly on the international market.

 

Montreal’s creative industries are characterized by fragmentation, with many small players working separately.

“This lack of consolidation is a threat to the sector’s sustainability,” the report notes.

 

Self-employed workers account for 25 per cent of total jobs in the creative economy, compared to 11 per cent overall. Smaller firms need to team up with their colleagues and learn from their larger confreres how to branch out and become better-known globally. And Montreal needs to market its well-established creative strengths internationally to draw more talent, and business.

 

“Larger companies need to invest in the smaller ones,” Leblanc said. Financing tools exist, and smaller independent firms need to educate themselves on how to take advantage of them. Larger funding groups also need to do their homework in order to spot the next promising upstart like Moment Factory.

 

“Smaller firms need to learn how to present a business model to convince investors,” Leblanc said. “The challenge with small creative enterprises is that they are creators that love to create, but not so much to sell. … One of the challenges is to get them to seek out the business aid they need.”

 

[email protected]

 

Twitter: renebruemmer

 

© Copyright © The Montreal Gazette

 

 

 

Edited by IluvMTL
Link to comment
Share on other sites

http://ca.finance.yahoo.com/news/release-board-trade-metropolitan-montreals-193000347.html

 

Release of the Board of Trade of Metropolitan Montreal's study The creative industries: catalysts of wealth and influence for Metropolitan Montréal

 

cnw-170x33-logo_114521.gifMon, 2 Dec, 2013 2:30 PM EST

 

MONTREAL, Dec. 2, 2013 /CNW Telbec/ - Today, the Board of Trade of Metropolitan Montreal released the results of its studyThe creative industries: catalysts of wealth and influence for Metropolitan Montréal. The study shows that these industries generated economic benefits of $8.6 billion and provided the city with 91,500 direct jobs in 2012.

 

"Over and over, we have witnessed the genius of our creators, and their success helps build the city's international reputation," saidMichel Leblanc, President and CEO of the Board of Trade of Metropolitan Montreal. "We already knew that the city was a leading centre of creativity; the study released today proves beyond a shadow of a doubt that Montréal is one of North America's most important major cities for the creative industries. This finding is more than just a source of pride, since the creative industries, which include architecture and design, the arts, media, multimedia, fashion and advertising, generate skilled jobs in sectors of the future and create exclusive products and original experiences, for which global demand is booming."

 

"The concentration of creative talent in the Montréal area is a major driver of the city's economy," said Jean-François Lisée, Minister responsible for the Montréal region. "The study on creative industries draws a realistic portrait of this sector, which has strong potential for growth. The city's creative industries, including a number of companies that are already economic flagships and ambassadors for Québec on the international scene, can only benefit from concerted efforts to increase their competitiveness. This is why our government is taking action in this direction, as outlined in the new Economic Policy ‒ Putting Jobs First, which makes this area one of the priorities for receiving support."

 

"The city's invaluable cultural diversity and its renowned universities and other teaching institutions have enabled creative talent ‒ the raw material of the creative industries ‒ to flourish," said Montréal Mayor and President of the Communauté métropolitaine de Montréal, Denis Coderre. "We are currently reaping the rewards of this, but we are also facing the exciting challenge of developing this promising sector for the Montréal economy. Collective initiatives require the involvement of the city's stakeholders, because employment in the creative industries is concentrated here, representing 70% of the Québec total."

 

"The Board of Trade is offering a series of opportunities for engagement that private and public stakeholders can get involved in to ramp up the development of this strategic sector," Mr. Leblanc said. "Together, we have promoted the emergence of know-how and a vibrant cultural and artistic scene in Montréal. We have taken advantage of new information technologies to create new products and forms of expression from this talent. We need to build on international successes, like Cirque du Soleil, Moment Factory and gsmprjct°, to keep promoting our creators."

"In a context of globalization, digital technology and convergence, this promotional strategy will require joint action from decision makers and players from the creative industry ecosystem, drawing on the experience of the leading businesses and artisans in the sector," Mr. Leblanc said. "This is why we are holding a Strategic Forum on December 6 that will bring together over 400 participants to facilitate encounters and help mobilize the community."

 

A six-part strategy to promote the creative industries:

 

  1. Stay focused on talent to maintain a critical mass of creators in every creative industry subsector
  2. Stimulate exploration to put in place conditions that foster creativity
  3. Consolidate businesses by encouraging the shift from creator to entrepreneur and the emergence of more medium-sized businesses
  4. Value intellectual property to generate wealth
  5. Support commercialization to further promote local creativity
  6. Strengthen Montréal's influence and positioning as a creative industry hub

Link to the study: http://www.ccmm.qc.ca/etudeindustriescreatives(English to come)

 

About the study

The study The creative industries: catalysts of wealth and influence for Metropolitan Montréal was produced by the Board of Trade of Metropolitan Montreal, in partnership with the Communauté métropolitaine de Montréal, Québec's Ministère des Finances et de l'Économie, the Secrétariat à la région métropolitaine, the Ville de Montréal, the Québec Film and Television Council and the Association of Quebec Advertising Agencies, in collaboration with KPMG-SECOR.

About the Board of Trade of Metropolitan Montreal

The Board of Trade of Metropolitan Montreal is made up of some 7,000 members. Its mission is to represent the interests of the business community of Greater Montréal and to provide individuals, merchants, and local businesses of all sizes with a variety of specialized services to help them achieve their full potential in terms of innovation, productivity, and competitiveness. The Board of Trade is Quebec's leading private economic development organization.

SOURCE Board of Trade of Metropolitan Montreal

rt.gif?NewsItemId=C6843&Transmission_Id=201312021430CANADANWCANADAPR_C6843&DateId=20131202

Contact:

Source:

Michelle LLambias Meunier

Advisor, Media Relations

Board of Trade of Metropolitan Montreal

Tel.: 514 871-4000, ext. 4042

[email protected]

Facebook: www.facebook.com/chambremontreal

Twitter: @chambremontreal

follow the discussion: #ccmmqcca

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Aujourd'hui un excellent article du Devoir sur le sujet et qui confirme ce qui a été dit précédemment: voici le lien et le texte suivant

http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/394923/le-quartier-creatif-faconne-la-ville-nouvelle

 

 

 

Créativité et innovation - Le quartier créatif façonne la ville nouvelle

«L’idée est de mélanger les savoirs techniques, artistiques et économiques»

14 décembre 2013 | Émilie Corriveau | Actualités en société

La Société des arts technologiques, à Montréal Photo : SAT La Société des arts technologiques, à Montréal

 

Saint-Étienne — Développé au début des années 1990, le concept de quartier créatif est de plus en plus en vogue au Québec comme en France. Aussi, que ce soit à Montréal ou à Saint-Étienne, ces écosystèmes où se côtoient innovation et créativité se développent de façon importante. S’étant donné rendez-vous à Saint-Étienne le 27 novembre dernier, des chercheurs et des scientifiques des deux agglomérations ont profité des Entretiens Jacques-Cartier pour discuter de ce mode de conception du territoire.

 

Basée sur l’idée qu’un milieu se veut beaucoup plus riche et porteur lorsqu’il est mixte et diversifié, la création de quartiers créatifs a pour objectif de favoriser les processus de cocréation et les approches pluridisciplinaires en mobilisant créatifs, industriels, scientifiques, économistes, chercheurs, etc. « La créativité d’un territoire repose sur la capacité de travailler ensemble, précise Mme Gaëlle Dechamp Goy, enseignante et chercheure au sein de COACTIS à l’Université Jean-Monnet, à Saint-Étienne. L’idée, c’est de mélanger les savoirs techniques, artistiques et économiques pour créer une richesse : l’innovation. »

 

 

L’expérience montréalaise

 

 

À Montréal, de plus en plus de lieux sont aménagés selon ces principes. Par exemple, le Living Lab Société des arts technologique (SAT)-CHU Sainte-Justine illustre bien que l’amalgame de talents artistiques et scientifiques peut être un gage d’innovation.

 

 

« La SAT, au-delà d’un centre de diffusion, c’est un centre de recherche et de développement qui, plutôt que de travailler en silo, encourage la mixité. Elle s’intéresse à trois grands axes : la scénographie immersive, les expériences réseaux et les interactions. Chaque année, on y reçoit deux vagues de résidences d’artistes qui produisent de nouveaux procédés et de nouveaux usages. On a différentes façons de les valoriser ; le Living Lab en est une. Grâce à celui-ci, on dénature l’usage des procédés créatifs pour leur donner une fonction thérapeutique mesurable avec la réduction du temps d’hospitalisation chez les enfants, l’augmentation d’efficacité d’un protocole thérapeutique, etc. Ce qu’on cherche à faire, c’est de repenser l’expérience hospitalière grâce au numérique », explique M. Patrick Dubé, directeur du Living Lab.

 

 

Vers un campus intégré

 

 

À plus grande échelle, le réaménagement du terrain de l’ancienne gare de triage d’Outremont en campus de l’Université de Montréal (UdeM) se révèle être un bon exemple de création d’un quartier créatif. Nécessitant un investissement de près d’un milliard de dollars et la délocalisation de la Faculté des sciences, du Département de génie physique de l’École polytechnique de Montréal et de l’Institut des matériaux de pointe et des nanotechnologies, ce campus sera beaucoup plus qu’un traditionnel lieu de recherche et d’enseignement.

 

 

« La première étape, c’est d’en faire un campus intégré, un environnement qui fera en sorte qu’on créera un climat intellectuel universitaire dynamique, où il y aura bien sûr une synergie entre étudiants et professeurs-chercheurs, mais également avec les entreprises dans un milieu de vie qui s’avérera agréable. La cohabitation de ces différentes composantes créera un pôle d’excellence majeur, sans aucun doute la concentration de chercheurs, d’étudiants et de travaux de recherche la plus importante au Canada », explique M. Yves Beauchamp, directeur général du développement du site d’Outremont.

 

 

Mais ce n’est pas qu’en mélangeant ces composantes que le quartier deviendra réellement créatif. Pour que le résultat soit optimal, il devra accueillir des familles aux moyens divers ainsi que des artisans de toutes sortes.

 

 

« La Ville nous a donné l’autorisation de créer des logements sociaux avec une thématique entrepreneuriale et artistique, note M. Beauchamp. Ça va nous permettre de regrouper une communauté créative sur le campus. À ces logements s’ajouteront bien sûr les commerces de proximité requis pour dynamiser l’environnement, mais également des centres d’innovation qui accueilleront des réseaux d’excellence, que ce soit des cellules d’entreprises innovantes existantes ou encore des start-ups. À maturité, on obtiendra un campus urbain intégré qui sera ouvert sur sa communauté et qui favorisera les rencontres. »

 

 

Le modèle stéphanois

 

 

À Saint-Étienne, le quartier créatif porte le nom de Manufacture. Organisé sur le modèle d’une ville-parc, celui-ci se trouve sur un ancien site industriel où, jusqu’en 2001, étaient fabriquées des armes. Situé à deux pas du coeur de la ville et du quartier d’affaires de Châteaucreux, il se déploie sur plus de 100 hectares. Il regroupe de jeunes entreprises créatives ainsi que des leaders européens dans des secteurs de haute technologie, des laboratoires et des universités. Grâce à ses différents pôles innovants, il constitue aujourd’hui un centre névralgique de la ville et de la région.

 

 

« Nous travaillons de façon très créative et très coopérative, indique Lucie Delsart, chef de projet du quartier Manufacture. On a fait le pari de mélanger art, culture, recherche et enseignement supérieur pour générer de la créativité. On est en train de constituer trois pôles, soit la haute technologie, le design et les médias. Pour y parvenir, on a choisi six ingrédients : l’innovation ouverte, pour que les acteurs économiques se rencontrent, l’entrepreneuriat, l’expérimentation, l’enseignement supérieur et la recherche, l’art et la culture ainsi que l’innovation sociale. »

 

 

Quartiers et entreprises innovantes

 

 

Qu’ils aient été développés à Montréal ou à Saint-Étienne, depuis leur fondation, les quartiers créatifs connaissent un considérable succès et contribuent à l’avancement de la recherche scientifique. Aussi, d’après certains congressistes, le modèle sur lequel ils reposent pourrait être davantage emprunté par les entrepreneurs désireux de mieux positionner leur société.

 

 

« Beaucoup de décideurs voient toujours le monde en silo, énonce Frédéric Bove, responsable du développement et du financement de MOSAIC à HEC Montréal. Or les entreprises les plus innovantes sont celles qui, dans leur prise de décisions, favorisent l’ouverture et la mixité, car la rencontre des différents secteurs, qu’ils soient universitaires, industriels ou technologiques, permet une alimentation beaucoup plus grande. »

 

 

« Aujourd’hui, l’enjeu n’en est plus un de productivité ou de compétitivité, conclut M. Pierre Ballofet, responsable du DESS Marketing à HEC Montréal. L’enjeu, c’est de faire les choses différemment. Et, dans une société comme la nôtre, cela constitue tout un défi ! »

 

 

Développé au début des années 1990, le concept de quartier créatif est de plus en plus en vogue au Québec comme en France. Aussi, que ce soit à Montréal ou à Saint-Étienne, ces écosystèmes où se côtoient innovation et créativité se développent de façon importante. S’étant donné rendez-vous à Saint-Étienne le 27 novembre dernier, des chercheurs et des scientifiques des deux agglomérations ont profité des Entretiens Jacques-Cartier pour discuter de ce mode de conception du territoire.

Link to comment
Share on other sites

Le centre-sud (quartiers est de Ville-Marie (Sainte-Marie, Saint-Jacques) et le Plateau) s’intéresse à cette questions aussi et ils ont récemment publié leur propre étude.

 

Mise à jour du portrait de l’industrie culturelle du Pôle de création des Faubourgs

 

une hausse de 46% du nombre d’emplois en 3 ans. La vocation culturelle du Pôle de création des Faubourgs se confirme et s’affirme!

 

À la demande de l’arrondissement Ville-Marie, la Société d’investissement Sainte-Marie (SISM) et la Corporation de développement économique communautaire (CDEC) du Centre-Sud Plateau Mont-Royal ont réactualisé le portrait économique des entreprises et travailleurs culturels des Faubourgs 2012-2013.

En 2009, à la suite d’un premier diagnostic qui met en évidence que le moteur du développement économique des quartiers Sainte-Marie et Saint-Jacques est l’industrie culturelle, l’Arrondissement Ville-Marie reconnait ce territoire comme le pôle de création des Faubourgs. Quatre ans après ce premier diagnostic, le portrait actualisé vise à avoir une connaissance plus fine des différents secteurs d’activité ainsi que de documenter les besoins des entrepreneurs afin d’émettre des recommandations pour le maintien et développement de l’industrie culturelle dans le quartier.

Le fait marquant est le développement à la hausse du secteur culturel:

En 2009: 250 entreprises et 7 500 emplois

En 2012: 459 entreprises 10 939 emplois

Le Pôle de création des Faubourgs, écosystème créatif et diversifié, est un quartier prometteur de développement au sein d’une métropole créative comme Montréal!

pour consulter le rapport complet

http://lesfaubourgs.ca/wp-content/up...port-final.pdf

Link to comment
Share on other sites

J'ai lu le rapport: c'est bien, mais j'aurais particulièrement apprécié y voir des chiffres portant sur l'ensemble de ce "secteur' (industries culturelles) à Montréal et dans l'ensemble du Québec, pour fins d'analyse comparative. Mais en même temps, je comprend que ce portrait concerne les "Faubourgs" en tant qu'unité géographique.

 

Une donnée qui frappe, mais qui ne surprend pas vraiment, est l'énorme part des emplois directs fournis par Radio-Canada. Il serait intéressant de connaître l'impact de R-C sur les autres "entreprises", ou en d'autres termes, le degré de dépendance de ces dernières.

Link to comment
Share on other sites

La proximité de la Cité des Ondes a un impact majeur sur des emplois créatives autour du pont Jacques-Cartier. À part de Radio-Canada, il y aussi les postes de télévision, de radio et de production sur la rue Papineau, juste à côté (CTV, Astral...). Une rue à l'est on retrouve TVA, et de l'autre côté du pont, au coin de la rue Parthenais, Télé-Québec.

 

Il y a aussi la proximité de l'UQAM, très fort dans la domaine créative, qui est un grand atout pour le secteur des Faubourgs.

Edited by IluvMTL
Link to comment
Share on other sites

http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/394923/le-quartier-creatif-faconne-la-ville-nouvelle

 

Créativité et innovation - Le quartier créatif façonne la ville nouvelle

 

«L’idée est de mélanger les savoirs techniques, artistiques et économiques»

 

14 décembre 2013 | Émilie Corriveau | Actualités en société

image.jpg

Photo : SATLa Société des arts technologiques, à Montréal

Saint-Étienne — Développé au début des années 1990, le concept de quartier créatif est de plus en plus en vogue au Québec comme en France. Aussi, que ce soit à Montréal ou à Saint-Étienne, ces écosystèmes où se côtoient innovation et créativité se développent de façon importante. S’étant donné rendez-vous à Saint-Étienne le 27 novembre dernier, des chercheurs et des scientifiques des deux agglomérations ont profité des Entretiens Jacques-Cartier pour discuter de ce mode de conception du territoire.

 

Basée sur l’idée qu’un milieu se veut beaucoup plus riche et porteur lorsqu’il est mixte et diversifié, la création de quartiers créatifs a pour objectif de favoriser les processus de cocréation et les approches pluridisciplinaires en mobilisant créatifs, industriels, scientifiques, économistes, chercheurs, etc. « La créativité d’un territoire repose sur la capacité de travailler ensemble, précise Mme Gaëlle Dechamp Goy, enseignante et chercheure au sein de COACTIS à l’Université Jean-Monnet, à Saint-Étienne. L’idée, c’est de mélanger les savoirs techniques, artistiques et économiques pour créer une richesse : l’innovation. »

 

L’expérience montréalaise

À Montréal, de plus en plus de lieux sont aménagés selon ces principes. Par exemple, le Living Lab Société des arts technologique (SAT)-CHU Sainte-Justine illustre bien que l’amalgame de talents artistiques et scientifiques peut être un gage d’innovation.

« La SAT, au-delà d’un centre de diffusion, c’est un centre de recherche et de développement qui, plutôt que de travailler en silo, encourage la mixité. Elle s’intéresse à trois grands axes : la scénographie immersive, les expériences réseaux et les interactions. Chaque année, on y reçoit deux vagues de résidences d’artistes qui produisent de nouveaux procédés et de nouveaux usages. On a différentes façons de les valoriser ; le Living Lab en est une. Grâce à celui-ci, on dénature l’usage des procédés créatifs pour leur donner une fonction thérapeutique mesurable avec la réduction du temps d’hospitalisation chez les enfants, l’augmentation d’efficacité d’un protocole thérapeutique, etc. Ce qu’on cherche à faire, c’est de repenser l’expérience hospitalière grâce au numérique », explique M. Patrick Dubé, directeur du Living Lab.

 

Vers un campus intégré

À plus grande échelle, le réaménagement du terrain de l’ancienne gare de triage d’Outremont en campus de l’Université de Montréal (UdeM) se révèle être un bon exemple de création d’un quartier créatif. Nécessitant un investissement de près d’un milliard de dollars et la délocalisation de la Faculté des sciences, du Département de génie physique de l’École polytechnique de Montréal et de l’Institut des matériaux de pointe et des nanotechnologies, ce campus sera beaucoup plus qu’un traditionnel lieu de recherche et d’enseignement.

« La première étape, c’est d’en faire un campus intégré, un environnement qui fera en sorte qu’on créera un climat intellectuel universitaire dynamique, où il y aura bien sûr une synergie entre étudiants et professeurs-chercheurs, mais également avec les entreprises dans un milieu de vie qui s’avérera agréable. La cohabitation de ces différentes composantes créera un pôle d’excellence majeur, sans aucun doute la concentration de chercheurs, d’étudiants et de travaux de recherche la plus importante au Canada », explique M. Yves Beauchamp, directeur général du développement du site d’Outremont.

Mais ce n’est pas qu’en mélangeant ces composantes que le quartier deviendra réellement créatif. Pour que le résultat soit optimal, il devra accueillir des familles aux moyens divers ainsi que des artisans de toutes sortes.

« La Ville nous a donné l’autorisation de créer des logements sociaux avec une thématique entrepreneuriale et artistique, note M. Beauchamp. Ça va nous permettre de regrouper une communauté créative sur le campus. À ces logements s’ajouteront bien sûr les commerces de proximité requis pour dynamiser l’environnement, mais également des centres d’innovation qui accueilleront des réseaux d’excellence, que ce soit des cellules d’entreprises innovantes existantes ou encore des start-ups. À maturité, on obtiendra un campus urbain intégré qui sera ouvert sur sa communauté et qui favorisera les rencontres. »

 

Le modèle stéphanois

À Saint-Étienne, le quartier créatif porte le nom de Manufacture. Organisé sur le modèle d’une ville-parc, celui-ci se trouve sur un ancien site industriel où, jusqu’en 2001, étaient fabriquées des armes. Situé à deux pas du coeur de la ville et du quartier d’affaires de Châteaucreux, il se déploie sur plus de 100 hectares. Il regroupe de jeunes entreprises créatives ainsi que des leaders européens dans des secteurs de haute technologie, des laboratoires et des universités. Grâce à ses différents pôles innovants, il constitue aujourd’hui un centre névralgique de la ville et de la région.

« Nous travaillons de façon très créative et très coopérative, indique Lucie Delsart, chef de projet du quartier Manufacture. On a fait le pari de mélanger art, culture, recherche et enseignement supérieur pour générer de la créativité. On est en train de constituer trois pôles, soit la haute technologie, le design et les médias. Pour y parvenir, on a choisi six ingrédients : l’innovation ouverte, pour que les acteurs économiques se rencontrent, l’entrepreneuriat, l’expérimentation, l’enseignement supérieur et la recherche, l’art et la culture ainsi que l’innovation sociale. »

 

Quartiers et entreprises innovantes

Qu’ils aient été développés à Montréal ou à Saint-Étienne, depuis leur fondation, les quartiers créatifs connaissent un considérable succès et contribuent à l’avancement de la recherche scientifique. Aussi, d’après certains congressistes, le modèle sur lequel ils reposent pourrait être davantage emprunté par les entrepreneurs désireux de mieux positionner leur société.

« Beaucoup de décideurs voient toujours le monde en silo, énonce Frédéric Bove, responsable du développement et du financement de MOSAIC à HEC Montréal. Or les entreprises les plus innovantes sont celles qui, dans leur prise de décisions, favorisent l’ouverture et la mixité, car la rencontre des différents secteurs, qu’ils soient universitaires, industriels ou technologiques, permet une alimentation beaucoup plus grande. »

« Aujourd’hui, l’enjeu n’en est plus un de productivité ou de compétitivité, conclut M. Pierre Ballofet, responsable du DESS Marketing à HEC Montréal. L’enjeu, c’est de faire les choses différemment. Et, dans une société comme la nôtre, cela constitue tout un défi ! »

Développé au début des années 1990, le concept de quartier créatif est de plus en plus en vogue au Québec comme en France. Aussi, que ce soit à Montréal ou à Saint-Étienne, ces écosystèmes où se côtoient innovation et créativité se développent de façon importante. S’étant donné rendez-vous à Saint-Étienne le 27 novembre dernier, des chercheurs et des scientifiques des deux agglomérations ont profité des Entretiens Jacques-Cartier pour discuter de ce mode de conception du territoire.

 

 

Collaborateur

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Voici d'autres initiatives qui vont dans le sens de Montréal ville créative. On n'est peut-être pas dans des technologies avancées, mais on est définitivement dans l'esprit de l'art et sa diffusion dans l'espace urbain. Il faudrait d'ailleurs s'assurer que ces oeuvres survivent aux bâtiments sur lesquelles elles s'appuient. Ces peintures murales rendent en même temps hommage à des créateurs d'ici et nous mettent en contact avec leur art et discipline respective, tout en préservant la mémoire de leur passage parmi nous.

 

http://www.lapresse.ca/arts/arts-visuels/201401/03/01-4725449-mu-les-creations-de-2013.php

 

http://www.lapresse.ca/arts/arts-visuels/201401/03/01-4725446-mu-atteint-le-cap-des-50-murales.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_vous_suggere_4725449_article_POS1

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value