Jump to content

laval Central Parc Laval - 22, 22, 18, 18, 18, 15 étages


mtlurb

Recommended Posts

Pinned posts
  • Administrator

Terra

Plan global:

Rendu:

Citation

Emplacement: ouest du Carrefour Laval, en face de Villa Latella
Hauteur en étages: 22
Hauteur en mètres: 
Coût du projet: 
Promoteur: 
Architecte: 
Entrepreneur général: Reliance
Début de construction: 
Fin de construction: 
Site internet: http://www.abf-inc.com/terra-phase-1-tour-1/terra-phase-1-tour-1
Lien webcam: 
Autres images: 
Vidéo promotionnelle: 
Rumeurs: 
Autres informations: 198 unités locatives, part d'un ensemble de 6 édifices

En savoir plus  

 

Member uploaded pictures are not shown to unregistered visitors.spacer.png

Create a free account or sign in to view the pictures.

Link to comment
Share on other sites

il y a 7 minutes, LeTravailleur a dit :

Espérons pour le trottoir!

Ce sera très serré : les Résidences Soleil ont 23 étages + l'horloge qui équivaut à au moins 3-4 étages de plus. Le Prestige du Boisé Notre-Dame, plus loin au sud, fait 22 étages et a aussi une structure sur le toit. Et, même si ce n'est pas au centre-ville, mentionnons Équinoxe Lévesque (26 étages) et Panorama (30 étages) qui montent en ce moment sur le waterfront et qui dépasseront toutes ces tours. Tout ça avant qu'Urbania lève d'ici 2-3 ans, bien sûr. 

À mes yeux, le centre-ville de Laval c'est le cluster où il y a une concentration importante d'hôtels/tours à bureaux/condos autour du Carrefour Laval. C'est ce qui "ressemble" le plus à un centre-ville à l'oeil nu et c'est où il y a la plus grande concentration d'emplois à Laval.

Logiquement dans le futur, ça devrait devenir le secteur autour de Montmorency cependant...

Link to comment
Share on other sites

il y a 37 minutes, acpnc a dit :

Peut-être aurais-je dû utiliser le terme secteur plutôt que voisinage en faisant référence aux résidents qui habitent les environs de ce projet. Parce que justement quand on regarde la photo satellite de la page précédente, on constate qu'on est en plein ilot de chaleur avec tous ces horribles stationnements de surface et ces toits gris. Comme si ce n'était pas suffisant, on fera disparaitre un des rares couverts verts qui subsistent encore dans le coin.

Mais bon l'esprit individualiste de la banlieue est résilient dans le 450, tout autant que la vision à la pièce de l'administration municipale. Cette dernière ne semble pas avoir compris la nécessité de prendre résolument un virage environnemental, en accord avec un développement urbain équilibré.

Il est peut-être un peu sévère de taxer l'administration actuelle d'avoir une vision à la pièce. Les décisions passées vont avoir des conséquences pour longtemps sur ce territoire, mais du chemin a été fait depuis quelques années. Notamment une large démarche de consultation et une nouvelle vision stratégique. Puis-je vous suggérer de consulter les divers documents de planification qu'on trouve sur ce lien:

https://www.laval.ca/Pages/Fr/Citoyens/vision-strategique.aspx

En ce qui concerne le site en tant que tel, je favorise un développement..  Si j'étais contribuable lavallois, je m'objecterais à ce la ville exproprie à grand frais ce terrain pour en fair un espace vert au milieu de nulle part, entouré d'asphalte.  Je crois que le développement du site est ce qui peut arriver de mieux, en espérant que ce soit fait le plus intelligemment possible.

Par contre,je suis d'accord qu'il faut verdir tout le secteur des centres d'achats à Laval, c'est évident, tout comme il faudrait le faire pour les secteurs des Galeries d'Anjou et de Place Vertu, notamment. (Laval n'a pas le monopole de la laideur, ni du développement urbain douteux).

 

 

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, urbino a dit :

Il est peut-être un peu sévère de taxer l'administration actuelle d'avoir une vision à la pièce. Les décisions passées vont avoir des conséquences pour longtemps sur ce territoire, mais du chemin a été fait depuis quelques années. Notamment une large démarche de consultation et une nouvelle vision stratégique. Puis-je vous suggérer de consulter les divers documents de planification qu'on trouve sur ce lien:

https://www.laval.ca/Pages/Fr/Citoyens/vision-strategique.aspx

En ce qui concerne le site en tant que tel, je favorise un développement..  Si j'étais contribuable lavallois, je m'objecterais à ce la ville exproprie à grand frais ce terrain pour en fair un espace vert au milieu de nulle part, entouré d'asphalte.  Je crois que le développement du site est ce qui peut arriver de mieux, en espérant que ce soit fait le plus intelligemment possible.

Par contre,je suis d'accord qu'il faut verdir tout le secteur des centres d'achats à Laval, c'est évident, tout comme il faudrait le faire pour les secteurs des Galeries d'Anjou et de Place Vertu, notamment. (Laval n'a pas le monopole de la laideur, ni du développement urbain douteux).

 

 

Merci d'apporter des arguments constructifs, je prendrai connaissance des documents mis en lien. C'est vrai qu'il faudra beaucoup de temps pour essayer de réparer des décennies de négligence et d'abus. Ce qui montre en même temps les profonds dégâts qui peuvent résulter d'une administration corrompue et criminelle qui a régné durant 3 décennies avec complicité du provincial. Ici ce sont tous les aspects de la vie urbaine qui en souffrent et des dommages difficilement réparables et qui seront couteux.

Je trouve tout de même aberrant qu'un des derniers espaces vierges dans un océan de béton soit encore sacrifié au nom du développement. C'est pourtant une question de bien-être élémentaire et de qualité de vie pour les résidents du coin. Il faudra bien un jour corriger ce marasme qui continue à hypothéquer durement l'image de la deuxième grande ville de la région.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, acpnc a dit :

Merci d'apporter des arguments constructifs, je prendrai connaissance des documents mis en lien. C'est vrai qu'il faudra beaucoup de temps pour essayer de réparer des décennies de négligence et d'abus. Ce qui montre en même temps les profonds dégâts qui peuvent résulter d'une administration corrompue et criminelle qui a régné durant 3 décennies avec complicité du provincial. Ici ce sont tous les aspects de la vie urbaine qui en souffrent et des dommages difficilement réparables et qui seront couteux.

Je trouve tout de même aberrant qu'un des derniers espaces vierges dans un océan de béton soit encore sacrifié au nom du développement. C'est pourtant une question de bien-être élémentaire et de qualité de vie pour les résidents du coin. Il faudra bien un jour corriger ce marasme qui continue à hypothéquer durement l'image de la deuxième grande ville de la région.

On s'entend tous pour dire que l'administration Vaillancourt était corrompue.

Cependant, à mon avis, la corruption n'est pas un ingrédient essentiel à la production d'espaces commerciaux d'apparence médiocre et voués à l'automobile. C'est une plaie répandue partout au Québec (pour ne parler que du Québec). Faire simplement un petit tour rapide sur Google Earth à St-Hyacinthe, Drummondville, Saint-Georges, etc. etc. Sans parler des Galeries d'Anjou, le West-Island, le 10/30 etc.

Même à la Malbaie, on ne peut pas dire que ce paysage exceptionnel a été traité avec beaucoup de délicatesse avec le centre d'achat du boulevard de Comporté).

C'est malheureux et difficilement réparable à l'échelle du Québec, mais c'est comme ça.

Ce qui fait de Laval un cas exceptionnel, c'est sans doute l'ampleur du développement qu'on y observe depuis les années 60, et le fait qu'il fallait raboudiner 14 municipalités qui se développaient chacune de leur côté. Il y avait déjà au-delà de 100,000 habitants à Laval lors de la fusion en 1965. L'anarchie était déjà installée.

Mais en réalité, pratiquement chaque ville au Québec développe ses petits «Laval».

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, urbino a dit :

On s'entend tous pour dire que l'administration Vaillancourt était corrompue.

Cependant, à mon avis, la corruption n'est pas un ingrédient essentiel à la production d'espaces commerciaux d'apparence médiocre et voués à l'automobile. C'est une plaie répandue partout au Québec (pour ne parler que du Québec). Faire simplement un petit tour rapide sur Google Earth à St-Hyacinthe, Drummondville, Saint-Georges, etc. etc. Sans parler des Galeries d'Anjou, le West-Island, le 10/30 etc.

Même à la Malbaie, on ne peut pas dire que ce paysage exceptionnel a été traité avec beaucoup de délicatesse avec le centre d'achat du boulevard de Comporté).

C'est malheureux et difficilement réparable à l'échelle du Québec, mais c'est comme ça.

Ce qui fait de Laval un cas exceptionnel, c'est sans doute l'ampleur du développement qu'on y observe depuis les années 60, et le fait qu'il fallait raboudiner 14 municipalités qui se développaient chacune de leur côté. Il y avait déjà au-delà de 100,000 habitants à Laval lors de la fusion en 1965. L'anarchie était déjà installée.

Mais en réalité, pratiquement chaque ville au Québec développe ses petits «Laval».

C'est sûr que le développement des années 70, dans l'esprit du tout à l'automobile, a fait un grand tort à plein de municipalités au Québec. La Malbaie n'y a malheureusement pas échappé (ni Baie-St-Paul d'ailleurs). On a même détruit des édifices historiques pour faire place à un centre commercial qui rivalise encore aujourd'hui avec le centre-ville qui demeure en partie moribond.

Ce qui m'étonne cependant c'est que presque 50 ans plus tard il y a toujours des municipalités qui multiplient cette formule anti-écologique qui semble avoir encore de beaux jours devant elle. Partout autour de Montréal au nord et au sud on agrandit ces grands espaces bétonnés en les déguisant en faux TOD. Et le pire c'est qu'on voudrait faire pareil à l'intersection de Décarie et la A40 près de Blue-Bonnet.

Pour arrêter cette incohérence, il faudrait instaurer au niveau provincial un règlement qui obligerait les villes à déplacer les stationnements de surface en sous-sol et densifier le tout par des complexes verticaux. On arrêterait ainsi l'érosion des surfaces vertes et nos villes s'en porteraient beaucoup mieux. 

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By LeTravailleur
      Le développement du TOD Cartier semble débloquer enfin!
      Le promoteur du projet Milo, DévTOD, annonce sur son site web deux projets supplémentaires dans le même secteur, Orly (7 étages, dispo en 2022) et Java (10 étages, à venir).
      Le projet Orly est proposé sur la rue Labelle, qui borde la station de métro au sud, entre la rue Orly et le boulevard des Laurentides. Le projet a 7 étages coin Orly/Labelle vis-à-vis l'entrée, mais le dénivelé et le jeu de volumes crée un effet d'escalier vers le boulevard. Il semble y avoir une cour intérieure du côté sud entre le projet et de plus vieux immeubles de 1-2 étages. L'architecture (signée Sid Lee) a l'air très assez sympathique : si c'est dans la même veine que Milo plus au nord, ça peut être joli en backdrop de la station de métro.
      Mine de rien, des projets de 5-10 étages du genre vont vraiment transformer le secteur! Le O'Cartier va se sentir moins seul. 
      Voilà le terrain concerné et les rendus disponibles sur le site de DévTOD :

    • By mtlurb
      Futur projet immobilier à venir sur l'emplacement de l'usine Thermetco
       
      Cohabitation impossible
      Journal Métro by Justine Gravel    Depuis trois ans, les quelque 80 résidents d’une coopérative de la rue Basin, dans Griffintown, multiplient les demandes auprès de l’arrondissement pour régler les problèmes de bruit et d’émanations de fumée causés par l’usine de traitement thermique voisine, Thermetco, mais la situation demeure inchangée. Leurs problèmes seront bientôt derrières eux puisque l’usine déménagera à Châteauguay d’ici septembre 2018.
      Jour et nuit, la fumée émise par la cheminée installée sur le toit de l’usine se dirige directement vers les fenêtres des façades nord et sud de la coopérative de neuf étages, selon la direction du vent.
      «On a emménagé en novembre 2014. On avait les fenêtres fermées. Donc, on pensait que l’odeur provenait des échangeurs d’air. Mais à partir d’avril, quand on a ouvert les fenêtres, on a commencé à faire des démarches auprès de la direction de l’environnement parce que ça n’avait pas de bon sens», indique un résident de la coopérative, Alain Goyette.
      Ce dernier a commencé à voir sa santé se détériorer depuis qu’il a emménagé et selon lui, il y a une corrélation directe à faire. «Mon médecin m’a dit que mes narines, mes oreilles, mes yeux et mes cordes vocales sont pleins de particules de poussières et que ça allait de pire en pire. J’ai aussi souvent des maux de tête et des diarrhées», soutient-il.
      Aux dires du directeur général de l’usine, Jean-Sébastien Lemire, personne n’a prouvé que la fumée était nuisible pour la santé.
      Selon une analyse réalisée en 2015 par la firme GA Techno Environnement (GATE) à la demande de M. Lemire, les odeurs viennent principalement du séchage dans les fours des pièces trempées d’huile. Toutefois, l’échantillon étudié est en toute conformité avec les standards internationaux.
      La direction de l’environnement de la Ville de Montréal a tout de même fait plusieurs recommandations à l’usine afin de diminuer les émanations et les effets néfastes pouvant en résulter, ce qui n’a pas réglé le problème. Des avertissements ont été remis, mais aucun constat d’infraction.
      M. Goyette a demandé à ce qu’une analyse soit faite par la direction de l’environnement, ce qui a été réalisé en juin. Les résultats n’ont toutefois pas encore été divulgués et la Ville n’a pas voulu commenter la situation.
      Bruit
      «Quand les résidents ont emménagé, le premier problème a été celui du bruit. Pour le résoudre, on a cessé la livraison la nuit et on a investi 120 000$ en panneaux acoustiques», soutient M. Lemire.
      Toutefois, le problème demeure. «Ça fait trois ans que je dors les fenêtres fermées. En plus, on ne peut même pas avoir d’air conditionné selon le règlement de l’arrondissement», a déploré Brigitte Dumas, une autre résidente de la coopérative, lors du dernier conseil d’arrondissement.

      (Photo: Patrick Sicotte)
      M. Lemire admet que l’enveloppe extérieure de l’usine fait en sorte qu’il y a une résonnance qui dépasse le niveau de décibels que la Ville autorise. «À moins de refaire la façade au complet, on ne peut pas régler ce problème», indique-t-il.
      Changement de vocation
      L’arrondissement a donné son feu vert à la construction de la coopérative en 2014, à moins de 30 mètres de l’usine, installée sur la rue William depuis 1982. Aucune analyse n’a été faite pour mesurer la possible nuisance des vapeurs sur la santé des résidents.
      À l’époque, les futurs résidents de la coopérative ne savaient pas que c’était une compagnie de métallurgie.
      «Personne n’a fait de recherches. On croyait que c’était correct puisque l’arrondissement avait donné son autorisation. On nous a installé des détecteurs d’ammoniac et on nous a avisés que l’usine quitterait le quartier d’ici les deux prochaines années, ce qui n’était pas vrai», indique M. Goyette.
      M. Lemire n’avait effectivement pas prévu de déménager il y a trois ans. Toutefois, ayant réalisé que rien ne fonctionnait après avoir investi des sommes considérables pour améliorer la situation, il a décidé de mettre l’usine en vente. Thermetco déménagera dans le quartier industriel de Châteauguay et cèdera sa place à un projet immobilier, bien que la vente ne soit pas encore officiellement signée.
      «On n’a pas été en mesure de régler la situation. Il faut être réaliste, une usine de notre genre n’a plus sa place dans ce quartier qui a complètement changé de vocation», conclut-il, précisant qu’il comprend les résidents d’être épuisés, mais qu’il ne peut rien faire d’autre pour le moment.
      Les installations commenceront à bouger à compter de décembre, mais la cessation des activités de l’usine n’est prévue que pour l’automne prochain. M. Goyette espère que la cohabitation s’améliorera d’ici là.
    • By LeTravailleur
      Aldo Construction souhaite redévelopper le terrain de la bibliothèque Multiculturelle près de l'hôtel de ville pour y construire 700 condos locatifs. Le terrain avait été échangé dans le règlement de la poursuite portant sur la marina Commodore.
      (La bibliothèque, elle, déménagera plus au sud-ouest de Chomedey d'ici 3 ans, alors que la Grande Bibliothèque de Laval desservira le centre-ville et qu'une autre bibliothèque est envisagée dans le nord du secteur.)
      Il semble que la Ville fasse trainer l'approbation, alors que le nouveau Code de l'urbanisme devrait entrer en vigueur dans les prochains mois.
      Construction Aldo met en demeure la Ville de Laval concernant un projet immobilier de 300 millions $
       


    • By GDS
      https://bastiumconstruction.com/realisations/



      Complexe locatif de 8 étages totalisant plus de 100 unités sur le Boulevard Curé-Labelle à Laval. Il sera le tout premier d’une suite de plusieurs immeubles locatifs.
    • By mtlurb
      îlot St-Ann (phase 5)

      Le 5 décembre 2017, le Conseil d'arrondissement a approuvé la construction d'une nouvelle phase locative de District Griffin sur le parc. 
       
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value