Jump to content

Recommended Posts

Incontournable Osheaga

 

Si vous trouvez qu'il y a moins de jeunes adultes cool avec des tatouages, des shorts et des fleurs dans les cheveux que d'habitude, dans les rues du centre-ville de Montréal ou du Plateau, ne vous inquiétez pas.

 

C'est parce qu'ils sont tous au festival de musique Osheaga.

 

Ils se massent au parc Jean-Drapeau à écouter de vieux et de jeunes groupes, The Cure, Beck ou Daughter, à boire de la bière ou de la limonade dans le gazon ou la boue, à placoter, danser, profiter de la vie sous le soleil et la pluie de la métropole. Ce week-end, la ville vibre au son de cet événement qui affiche complet depuis plus d'une semaine.

 

Si on a toujours associé l'été montréalais aux festivals de jazz et Juste pour rire et aux FrancoFolies, aujourd'hui, Osheaga fait tout autant partie des incontournables.

 

Les jeunes touristes envahissent la ville pour y participer. Ils viennent de Singapour, Londres, Berlin... Aux États-Unis, seuls deux États n'ont pas envoyé un seul spectateur.

 

La formule est différente de celle des festivals du Quartier des spectacles que l'on connaît bien. Au lieu de la combinaison concerts en salle et spectacles en plein air gratuits, on paie plutôt un prix d'entrée général, après quoi, on peut assister à tous les spectacles que l'on veut, en plein air, dans le parc des Îles.

 

Avec ses 45 000 spectateurs, l'événement devient un peu Woodstock. Surtout que cette année, la mode est aux couronnes de fleurs, souvent des marguerites, ceignant les têtes comme dans les plus belles années hippies.

 

«Mon copain et moi, on a planifié tout notre été autour d'Osheaga, explique Laurence Marsolais, qui assiste au festival depuis trois ans. L'ambiance est trop cool. Ça apporte tellement à Montréal.»

Cette année, 70% de la clientèle provient de l'extérieur de la province et 90% de l'extérieur d'un périmètre de 40 km autour de la métropole. Les hôtels affichent complet à moins d'aller à l'autre bout de l'île.

 

Partout, on entend parler anglais. Des Américains. Beaucoup d'Ontariens aussi. «J'adore Montréal, j'adore que ça soit une grande ville, mais à l'extérieur de l'Ontario!», lance en riant Geneviève Cantin, une étudiante en droit de Toronto qui vit à Londres et s'est installée à Montréal pour le week-end. «J'ai toujours voulu venir à Montréal et c'était le prétexte rêvé", ajoute Vanessa Scarola, une étudiante arrivée de Winnipeg pour assister au festival. «C'est la meilleure ville au Canada, ajoute son amie Cleo Morden, qui vient de terminer des études dans le domaine de la mode. Et puis il y a vraiment beaucoup de gars super bien habillés ici.»

 

- Oh oui! rétorque son amie Vanessa. On ne voit pas ça souvent à Winnipeg!

 

Les artistes aussi ont l'air de bien s'amuser. Dans la tente-cafétéria où ils ont accès à de la nourriture en tout temps, ils font des "oh" et des "ah" devant les comptoirs de prosciutto, paella, poutines, grillades, salades, les immenses pattes de crabes, les chevreaux entiers grillés que le chef Chuck Hughes (Bremner, Salle à manger) et son acolyte Danny Smiles leur proposent.

 

L'an dernier, l'artiste canadienne Feist a résumé la situation en ces termes: Osheaga, a-t-elle dit, c'est comme Coachella (grand festival de musique indépendante qui se tient dans le désert de la Californie), mais avec de la meilleure nourriture.

 

Cette année, les spectateurs ont aussi droit à de la cuisine très variée, car outre les kiosques traditionnels de hot dogs et compagnie, les nouveaux camions de cuisine de rue sont là. L'année dernière, il y en avait déjà quelques-uns, mais cette année, toute la place autour de la statue de Calder, au bord du fleuve, a été prise d'assaut par les camions vendant des gaufres, des hot dogs et des hamburgers artisanaux, des sandwichs au porc effiloché et même des huîtres!

 

«L'offre de nourriture est tout simplement incroyable», résume un finissant en journalisme venu de Trenton, en Ontario. «C'est ma première fois, ici, et j'adore!»

 

Osheaga est rendu à ce point incontournable que le festival a même eu droit à la visite des candidats à la mairie. Marcel Côté devait y aller. J'y ai croisé Denis Coderre dans la tente-cafétéria, qui se reconnaissait aisément à côté, disons, des gars de The Cure, notamment à son veston habillé. (Il avait laissé tomber la cravate.) «As-tu vu la foule? a-t-il lancé. C'est vibrant, c'est écoeurant, c'est Montréal.» Le candidat à la mairie a ensuite salué le travail des organisateurs de l'événement, la société evenko, et son directeur Jacques Aubé. «Ils ont fait du beau travail. Et cette relève qu'on voit ici, c'est une belle jeunesse.»

 

 

http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/marie-claude-lortie/201308/03/01-4676686-incontournable-osheaga.php

Link to comment
Share on other sites

je fais partie de l'organisation d'Osheaga depuis 3 ans et je dois vous dire que c'est une machine bien huilé que nous avons là.

 

Sauf que le journaliste a ces contextes un brin mélangé. Quand Feist a mentionné que C'était Coachella mais avec de la meilleure nourriture, elle parlait de la bouffe offert aux artistes.

Les artistes sont traités comme des rois, les roulottes qui servent de loge sont bien garni et la "cantine" du "Artist World" est tenu par nul autres que Crown Salts. Crown Salts c'est Chuck Hughes (Vedette du Food Network et Food Channel) du Garde Manger et le chef du Bremner Chef Danny Smiles (2e position au Canada's Top Chef). Le menu est autant santé que fast food et très Québécois et de fruit de mer. Juste en location, en main d'oeuvre et en logistique, ce contrat paye mon salaire annuel et quelques autres. Osheaga est plus payant pour moi que les contrats du Grand Prix, de la Coupe Rogers et du Festival de Jazz ce qui n'est pas peux dire.

 

La ou le journaliste a raison c'est que la bouffe offert au grand public est lui aussi assez diversifié et de qualité, seule plainte, il n'y a pas grand chose de santé. Il y a donc des Hipsters qui chialent en ce moment.

 

Mon seul problème avec Osheaga, c'est qu'il est souvent dans l'ombre de Lollapalooza qui offrent presque les mêmes artistes durant la même fin de semaine. Il faudrait éclipser Lolla pour avoir plus de reconnaissance.

Link to comment
Share on other sites

En passant,

j'ai manqué la fin de soirée Samedi, mais selon moi, Macklemore et Ryan Lewis ainsi que Mumfords and Sons ont totalement voler le show.

Mais il y en a trop pour avoir le temps de tout apprécier. j'étais content de vvoir We Are Wolves de MTL et Tegan and Sara qui était aussi très bon.

 

(oui je suis Hipster à mes heures)

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value