Jump to content

Recommended Posts

Luc Ferrandez: «Montréal doit faire preuve d’ambition»

 

Le maire de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, Luc Fer¬randez, se dit consterné par le manque de vision architecturale de Montréal. Métro lui a parlé à la suite de son séjour en Europe, où il a visité une dizaine de villes.

 

Quels sont les endroits qui vous ont le plus marqué au cours de votre voyage?

 

Ce sont sans hésitation les projets de redéveloppement audacieux; les ports à la fois industriels et culturels de Copenhague et de Hambourg, ainsi que la nouvelle gare de Vienne. Des chantiers de plusieurs milliards de dollars qui sont imposants et magnifiques. Force est de reconnaître que ces vieux pays font mieux que nous avec l’architecture moderne. Quand je compare avec nos projets publics, je me désole de la banalité du CHUM et de l’aéroport de Montréal, ou encore des projets privés comme les tours d’habitation de Griffintown, qui sont sans intérêt.

 

Que devrait-on faire pour ajuster le tir?

 

Il faut arrêter de couper dans les détails qui font la différence : à la base, l’Université du Québec à Montréal était censée être faite de pierres, tandis que la Grande Bibliothèque devait être faite de cuivre et de bois. Dans les deux cas, on a cherché à réaliser des économies de dernière minute… Ce n’est pas avec ce manque de vision que nous aurons des bâtiments qui positionneront favorablement Montréal à l’échelle mondiale.

Autrement dit, vous trouvez que la métropole manque de personnalité?

Oui, malheureusement. Il y a plusieurs façons de se distinguer en tant que métropole, et ce n’est pas qu’en investissant dans de grands projets architecturaux. Ça peut aussi passer par des petites structures. Je pense notamment aux installations en bois dans les parcs pour enfants qui sont d’une grande beauté, un peu partout en Europe.

 

«Les normes de décontamination des sols, [qui s’appliquent obligatoirement à] toute construction, engendrent des coûts colossaux qui freinent les projets de développement. Il faut les revoir.» – Luc Ferrandez

 

Mais ici, les normes réglementaires ne permettent que des installations pour enfants faites de plastique…

 

Vous avez raison. Et ces normes existent pour éviter les risques d’échardes, entre autres. Je crois que, parfois, les normes devraient être appliquées de façon moins rigide. Il est normal que certains puissent avoir des craintes, mais il faut se rappeler que des millions de personnes de l’autre côté de l’Atlantique vivent sans ces normes et ne s’en portent pas plus mal.

 

 

 

http://journalmetro.com/actualites/montreal/350694/luc-ferrandez-montreal-doit-faire-preuve-dambition/

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

L'argent passe, l'architecture reste. Si on regarde aujourd'hui les villes les plus visitées au monde, on remarquera qu'elles ont toutes quelque chose en commun: des bâtiments à l'architecture soignée et des monuments qui contribuent à embellir considérablement leur environnement. Et pas besoin d'être une ville européenne pour cela, je pense à Chicago ou San-Francisco notamment. Donc Montréal peut se distinguer si elle augmente ses critères et sa règlementation quant aux nouvelles constructions. On a justement trop d'occasions manquées dans notre histoire contemporaine, dont le nouveau Palais de Justice; l'Institut d'Hôtellerie; l'UQAM; la Grande Bibliothèque et j'en passe. Édifices imposants dont la facture originale a "avorté" en nous donnant des "bâtards économiques", qui dans le pire des cas sont devenus des polluants visuels qui détériorent la qualité du paysage urbain.

 

Bien sûr nous avons de belles exceptions, mais elles ne sont pas suffisantes en nombre, pour nous donner cette impression positive d'être dans une ville où l'architecture est une priorité. Si je faisais une analogie: je dirais que Montréal est demeurée au stade de la peinture à numéro, tandis que les plus belles villes continuent de nous livrer de véritables chefs-d'oeuvres. En fait, tout est dans l'intention et on ne la sent pas beaucoup de la part des autorités municipales, pas plus d'ailleurs que du côté de Québec, le grand responsable des investissements publics, et dont il est l'auteur de tous les édifices "ratés" mentionnés plus haut.

 

Pourtant l'architecture est un des principaux attraits d'une ville. Elle contribue à la qualité de vie et au bien-être de ses citadins, au même titre que des infrastructures tel les parcs et les belles avenues. Idéalement, une ville devrait être un ensemble harmonieux qui inspire le bien-être et favorise le plaisir des sens. On est toujours mieux disposé dans une bel environnement et c'est, en plus, très bon pour les affaires. Je dirais même que beauté rime avec prospérité, parce qu'elle attire aussi des visiteurs étrangers qui viennent profiter de l'ambiance agréable qu'elle suscite, en les invitant à prolonger leur séjour.

 

Donc ce qui peut paraitre comme une dépense somptuaire, que seuls les riches peuvent se permettre, est en fait un investissement judicieux qui s'inscrit dans le temps, dans le pur esprit du développement durable. Les belles villes auront toujours la cote et couteront toujours moins cher en publicité, puisqu'elles deviennent des aimants naturels permanents qui attirent le public de partout dans le monde.

 

Il n'est pas trop tard pour agir, mais il faudra être plus rigoureux dans nos décisions et nettement plus audacieux dans nos choix. Je ne suis pas toujours d'accord avec Ferrandez, mais ici je l'approuve complètement. La prochaine équipe dirigeante de la Ville devra développer cette exigence architecturale, si elle veut lui faire prendre le virage qualité et améliorer véritablement l'image de Montréal. Les beaux titres fumants, qu'ils viennent de l'Unesco ou d'ailleurs, ne nous sont d'aucun service s'ils ne sont pas réellement traduits dans la réalité de la ville. Et ici tout reste à faire.

Edited by acpnc
  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Ce sujet me fait penser un peu à ca :)

 

L'argent les banques le créent à volonté, il suffit de le demander. Quelqu'un à la tête de la ville avec un plan hyper-crédible aura les moyen de le réaliser. De toute façon tout cet argent est factice. Il raisonnable de croire qu'aucun pays, gouvernement actuel, ville ou particulier lourdement endetté ne va payer l’entièreté de ses dettes. Je pense que tout le monde en est conscient, et l'annuité est suffisante pour faire tourner l’économie. Ce qui est moins drôle c'est leur calcul comptable qui augmente l'annuité à chaque année. Tout de même, endettons-nous pour faire du beau! Le temps passera, Rome restera.

Link to comment
Share on other sites

  • 5 years later...

Pour ceux qui ne l'ont pas encore vu, ce soir un reportage à Radio-Canada

lundi 22 octobre 2018 - 20 h00
Les grands reportages - Et si Montréal était...
Montréal, doit faire face aujourd'hui aux mêmes problèmes que les grandes villes du monde : congestion urbaine, habitation, environnement, sécurité et créativité. Si Montréal était Chicago, Amsterdam etc. quelles leçons urbaines pourrait-elle en retirer ?
 
A voir ou à enregistrer pour ceux qui s'intéresse aux exemples de développement dans d'autres villes du monde.
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, Malek a dit :

Je reviens d'Amsterdam et je veux pas du tout que Montréal devienne comme cette ville ugh.

Qu'on se rassure, il n'est pas question de ressembler à une ville ou une autre, mais plutôt de s'inspirer de ce que ces villes ont réalisé de mieux au niveau urbanistique et architectural.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value