Jump to content

Article ironique du devoir sur le QUEBEC BASHING


walker
 Share

Recommended Posts

Il y aura toujours des conflits et des attaques, même parfois vicieuses, à l'égard du Québec, parce que cette province est l'incarnation d'une certaine forme d'échec pour les anglos. Ils auraient bien voulu assimiler ce peuple insoumis et enterrer son histoire pour n'en laisser aucune trace, comme ils l'ont presque réalisé en Acadie. Mais le morceau était trop gros à avaler, et les circonstances historiques ont voulu, à un moment donné, qu'on protège ses droits, pour éviter qu'il ne se joigne au mouvement révolutionnaire qui sévissait au sud de la frontière.

 

Le reste est devenu une sorte de manipulation du pouvoir, afin de limiter l'expansion démographique des francophones en dehors du territoire québécois. Durant la deuxième moitié du 19è siècle, on les forçait à s'exiler aux USA où ils étaient assimilés, plutôt que de les aider à s'établir dans les provinces de l'ouest, alors en pleine colonisation. C'est clair qu'ils auraient fort probablement fini par dominer par une démographie galopante, chose que le gouvernement central voulait éviter à tout prix. Ce sont donc des immigrants (dont une majorité d'Europe de l'est) que le fédéral à commandité pour les établir à l'ouest, parce ces derniers étaient plus facilement assimilables. Quant aux "canadiens-français" qui voulaient améliorer leur sort en s'installant sur des terres plus fertiles, ils devaient débourser entièrement le coût de leur déplacement, ou aller plus près en Nouvelle-Angleterre (ce que la majorité a fait naturellement).

 

L'existence d'un Québec qui fait sa marque et qui a les moyens de survivre à l'indépendance, est donc perçue inconsciemment par une majorité, comme un baroud d'honneur et une sorte d'humiliation pour le ROC. Pas étonnant alors qu'il suscite la frustration, la colère et le dénigrement. Surtout que le territoire québécois est intercalé entre le Canada de l'ouest et celui de l'est. Sa séparation diviserait automatiquement le pays en trois entités, et ce serait probablement aussi la fin d'un Canada anglais uni, avec toutes les conséquences négatives au niveau politique et économique, qu'on pourrait imaginer.

 

C'est probablement cette situation qui est à mon avis la plus contrariante pour le ROC. Parce qu'il peut difficilement se débarrasser du mouton noir, sans risquer sa propre existence. Le problème aurait donc été beaucoup plus simple à régler, si la province avait occupé l'extrémité est. On nous aurait alors laissés choir avec soulagement. Notre participation à la confédération est donc prioritairement une question géographique, qui commande le politique. Nous sommes donc deux entités distinctes, presque condamnées à cohabiter pour le meilleur et pour le pire.

 

A mon avis, seul un Canada asymétrique pourrait aplanir les difficultés et donner au Québec l'espace nécessaire à son plein épanouissement, à l'intérieur de la confédération. Mais je doute de la sagesse du ROC qui veut tout pour lui-même, et n'exprime aucune flexibilité à s'ajuster à la réalité québécoise, qu'il voit davantage comme une menace, plutôt qu'un atout. L'avenir nous dira ce que seront nos destinées, communes ou séparées. Mais une chose demeure: le statu-quo est de moins en moins envisageable, surtout face à la tendance de droite que prend le reste du pays, et qui est déjà contraire à notre vision de société.

 

Le Canada est contraint de choisir en deux maux, saura-t-il choisir le moindre?

Edited by acpnc
Link to comment
Share on other sites

Effectivement, ça irait plutôt dans la section politique. Ceci dit, le National Post devrait se fermer la trappe sur la corruption. Quand ils commenceront à prendre conscience du niveau de pénétration de la N'Drangheta en Ontario, ils vont rire jaune. Nous, on fait notre ménage. Eux, ils n'ont pas encore commencé. Ça risque de faire mal.

 

Mais bon, tout ça dans Politique, svp.

Link to comment
Share on other sites

Lundi dernier, un économiste interviewé à RDI, décrivait la situation du Québec.

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, la province ne s'en tire pas trop mal, si nous la comparons aux autres.

Bien entendu, ce n'est pas l'eldorado des provinces qui bénéficient de leurs réserves pétrolières, mais par rapport aux autres, c'est bien.

La situation de province moins performante que les autres était vrai dans les années 60.

Depuis, la situation s'est bien amélioré. De quoi remettre les pendules à l'heure!

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value