Jump to content

Recommended Posts

 

Pour une deuxième année consécutive, Montréal sera l’hôte de la NBA Canada series. Cette fois, ce sont les Timberwolves du Minnesota et les Celtics de Boston qui seront en action lors d’un match préparatoire tenu au Centre Bell le 20 octobre prochain.

 

La NBA Canada series a débuté l’an dernier avec un match des Raptors de Toronto contre les Knicks de New York à Montréal et un match des Timberwolves du Minnesota contre les Pistons de Detroit à Winnipeg. Une fois de plus cette année, le basketball sera célébré avec un match de la NBA, des activités pour les fans ainsi qu’un programme communautaire pour aider au développement du basketball au Canada.

 

« La NBA Canada Series transporte l’expérience unique d’un match de la NBA à nos fans à l’extérieur de Toronto et aide à augmenter l’intérêt envers le sport à travers le pays », soutient Dan MacKenzie, vice-président et directeur général de NBA Canada. « Montréal est une ville de sports et nous sommes heureux de s’y rendre à nouveau cette année pour un autre match excitant ».

 

Les Celtics de Boston ont débuté leur saison 2012 avec deux matchs présaison en Turquie et en Italie dans le cadre du NBA Europe Live auquel ils ont participé en 2007 avant de gagner les finales de la NBA en 2008. Les Celtics ont aussi joué deux matchs présaison en Espagne en 1988.

 

Les Timberwolves du Minnesota ont joué un match préparatoire en 2012 à Winnipeg dans le cadre de la NBA Canada Series 2012. L’équipe a aussi joué des matchs présaison en République dominicaine, en Turquie, au Royaume-Uni et en France en plus de matchs de calendrier régulier au Japon.

 

La saison 2012-2013 de la NBA a mis en vedette huit joueurs canadiens. Au total, 21 Canadiens ont joué pour la NBA et cinq autres ont été repêchés dans la NBA dans les deux dernières années.

 

http://www.rds.ca/plus/basketball/nba/la-nba-revient-%C3%A0-montr%C3%A9al-1.630723

Link to post
Share on other sites
  • 4 months later...
  • Replies 118
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Seeing the hype/media hysteria over the Raptors clearly depicts why Montreal needs to get on the North American professional sports map. Nobody is talking the NHL final - and nobody in the US seems to

https://ici.radio-canada.ca/sports/1448561/basketball-sans-frontieres-nba-montreal La NBA tiendra son tournoi Basketball sans frontières à Montréal en 2020 Radio-Canada Publié hier à 14 h 

Can we stop comparing ourselves to Toronto? Please... It's just annoying as hell that we can't have a discussion about Montreal without being told how much we're behind Toronto. Really amoun

Posted Images

Loving The Tradition And Energy In Montreal

 

This weekend was my first trip to Montreal, and if I have it my way it will not be my last.

 

I had a fantastic time in the city despite only essentially being in town for 27 hours. In that timeframe, I got to take part in the NBA Canada Series matchup between the Wolves and Celtics, I got to experience a Canadiens hockey game and I had a little bit of an opportunity to explore Saint Catherine and Crescent streets. I had a smoked meat sandwich that might have changed my life, and I had a taste of poutine at a local restaurant that made me question my instincts of not ordering my own.

 

The hospitality was fantastic, and the neighborhoods were intriguing. I didn’t get a chance to visit Vieux Montreal, but I do plan to make that part of my next trip back to the city.

 

But hands down the two best parts of the trip were the fans and the history living inside Bell Centre.

 

We got to witness the best of both worlds this weekend in Montreal: We watched an NBA preseason game in a non-NBA market, and we saw the Canadiens play a home game in front of their passionate hockey fan base. Both were extraordinary experiences in different ways. At the Wolves and Celtics game, you got a feel for just how passionate fans in the area are for NBA basketball. There were certainly a lot of Celtics fans in attendance—Boston is five hours away by car, so fans might have made the trip from New England—but the local turnout was eye-opening.

 

A lady at the box office the night before told me people were excited about this preseason contest, and she was right. The final tally was 20,152 in attendance, and they arrived early. It was not a fill up by the end of the first type of atmosphere. These fans were in their seats by the time the national anthems were performed in pregame, and they stayed until the very end. That alone showcases how cool the NBA Canada Series really is. Not everyone gets the chance to travel to Toronto on a regular basis, so having this game take place in Montreal helps give more fans a chance to see the game live and, in some cases, fall in love with the game for the first time.

 

On Saturday night, we got a chance to witness one of the finest traditions in hockey. Sitting inside Bell Centre for a Canadiens game was a real treat—a real throwback in time. The Bell Centre is a modern arena with a fantastic atmosphere, but it also has a vertical feel to it that harks back to the old Original Six venues. The house is packed with knowledgeable and passionate hockey fans, and they gasp and cheer at every bounce of the puck.

 

When the Canadiens score, the music played is electrifying. And the mix of French and English music and public address announcing is endearing.

 

This all leads into one of the best parts of the trip, and that’s the way the Canadiens showcase their proud history in the arena. It’s everywhere. On the club level, there is a framed portrait for every Canadiens team in history. Around the upper portion of the arena, all the Hall of Famers’ faces and names are proudly displayed. In the rafters, 24 Stanley Cup banners and 15 retired numbers proudly hang.

 

The Wolves used the Canadiens locker room as their own on Sunday night, so they were in the eye of the hurricane. Around the lockers were photos of all those Hall of Famers. Over the doorway, the words “No Excuses” were written in English and French. Outside the locker room, a display case with 24 miniature Stanley Cups proudly showcases the franchise’s rich tradition.

 

It was palpable, even for the Wolves players.

 

In pregame, Corey Brewer was part of a conversation regarding the Canadiens’ logo on the floor in the middle of the locker room. There was a piece of carpet overtop of it on Sunday night, and the tradition says no one can walk on the Habs’ logo out of respect. Brewer thought that was a cool tradition.

 

Kevin Love talked about the history he felt in that locker room after the game.

 

“You look and see all the Hall of Famers that have come through here,” Love said. “It’s a pretty special place. We know we’re kind of on sacred ground and sacred territory.”

 

That, for me, was one of the coolest parts of the trip. The way the history and tradition inside that building transformed from hockey to basketball over the weekend. The fans were a part of that. It was an unforgettable experience, and a big reason why the city left such a strong impression on this sports reporter.

 

That, and the poutine. I’ll be back for the poutine.

 

 

http://www.nba.com/timberwolves/news/column-loving-tradition-and-energy-montreal

Edited by eastender85
Link to post
Share on other sites

J'étais la hier, pas un fan du sport réellement et le jeu n'avait pas vraiment d'enjeu comme tel, par contre il y a un engouement des fans c'est certain!

 

Le centre bell est parfait de plus pour ce sport et on n'aura pas trop de difficultés a attirer des bonnes foules.

 

Le spectacle est différent du hockey et le tempo un peu plus rapide, bref un bon 2h de show bien remplie!

 

ImageUploadedByTapatalk1382389783.115506.jpg

 

 

ImageUploadedByTapatalk1382389770.782607.jpg

 

 

 

 

Sent from my iPhone

Link to post
Share on other sites

Pas de problème avec les événements ponctuels: Montréal est fantastique pour les one-shot deals, ou ceux qui reviennet de temps en temps. Le vrai problème, c'est l'abonnement et la fréquentation régulière. En dehors du hockey, c'est pas facile. Encore moins s'il faut remplir 20 000 sièges une quarantaine de fois, ou 40 000 80 fois dans l'été. Dans un sens, ce n'est pas si négatif: plusieurs villes américaines n'ont à peu près que le sport et pas grand chose d'autre, ce qui explique qu'elles fassent rouler 3-4 équipes pros. Mais Montréal se distingue par une offre culturelle bien au-dessus de la moyenne, une qualité de gastronomie exceptionnelle, une vie nocturne très active.

 

Rien ne dit, par contre, que ce sera toujours comme ça. Ça peut changer. Je souhaite qu'on ait les deux un jour: popularité des équipes pros et métropole culturelle-gastronomique vibrante. C'est ça qu'on vise. Et un succès comme celui-ci ne peut que pousser dans cette direction. :thumbsup:

Link to post
Share on other sites

Tu veux dire remplir 4m de sièges pendant l'automne/hiver.

 

Pour l'offre culturelle/gastronomique, je ne crois pas que c'est des marchés concurrents. C'est pas le même gars qui va aller voir un match de basket que celui qui va faire un tour à l'osm.

 

 

Sent from my iPhone

Link to post
Share on other sites
Tu veux dire remplir 4m de sièges pendant l'automne/hiver.

 

Pour l'offre culturelle/gastronomique, je ne crois pas que c'est des marchés concurrents. C'est pas le même gars qui va aller voir un match de basket que celui qui va faire un tour à l'osm.

 

 

Sent from my iPhone

 

Moi oui. Mais je suis peut-être un cas à part.:P

Link to post
Share on other sites
  • 7 months later...

La grande région de Montréal, avec sa population métropolitaine de 4 millions, à laquelle on ajoute Ottawa-Gatineau et Québec, ce qui nous amène à 6 millions, serait capable de faire vivre une équipe de la NBA. Le Centre Bell est un building extraordinaire avec une capacité basketball de plus de 22 000 sièges. La NBA, avec son plafond salarial de 58,7 millions pour 2013-2014, est une ligue économiquement saine. Avec un marketing agressif et un appui solide de la communauté des affaires, ce rêve est possible.

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By mtlurb
      Discussion générale sur les transports à Montréal
      Informations, discussion générale, actualités
    • By SupremeMTL
      Hello all!
      Im back with another poll, this time about potential new sports teams in Montreal. 
      A little backstory, I've often been in many discussions with my friends about which sports team Montreal should push for next and our discussions always come down to 3 main points supporting a team for each of the big three leagues in North America.
      1) Montreal should get an NBA team, look at the Raptors and their recent success, Montreal is an international city with many of its citizens immigrating from or coming to study here from African and Asian countries where basketball is popular (Angola, China, Taiwan, Philippines, Cameroon, Nigeria, Congo) for example. A basketball arena already exists in the Bell Center (1996) and the team could play there. Montreal's NBA basketball team would naturally rival the Raptors and would make for exciting match-ups. Link - https://www.cbc.ca/sports/basketball/nba/nba-montreal-1.4857187
      2) Montreal should get an MLB team, we used to have the Expos. Already there is talk about the Tampa Bay Rays splitting games between their home arena in Tampa Bay and playing in Montreal. Stephen Bronfman (son of former Expos owner Charles Bronfman) has already expressed interest in owning the Expos should they ever come back to Montreal. Arena talks are underway near the griffintown / peel basin area and would greatly aid Montreal in getting a team back. Link - https://montrealgazette.com/sports/todd-stephen-bronfman-embraces-plan-to-bring-baseball-back-to-montreal
      3) Montreal should get an NFL team, the NFL is looking to expand already to places like London or Mexico City. If the NFL realizes that those two cities are too logistically challenging and they wont pursue them, then the NFL could look at a closer to home option in Montreal as realistically it is the only viable city in Canada that could support an NFL team. The NFL can't expand to Toronto because the Buffalo Bills would veto it. They can't expand to Vancouver because the Seattle Seahawks would veto it. Toronto already holds the title as "Canada's NBA team", and maybe the NFL would like to try and have the Montreal NFL team marketed as "Canada's NFL team". Link - https://www.si.com/nfl/2019/06/07/expansion-cities-san-diego-portland-montreal-oklahoma-city-bismarck-anchorage
      I am curious to what you guys think is the best argument below. Please feel free to add anything that i may have forgotten. This discussion is purely hypothetical and aims at being a fun place to build on / argue against differentiating points.
      Thank you for reading! 
    • By acpnc
      OPINIONS
      CHRONIQUE
      Sylvain Ménard
      19/05/2015 Mise à jour : 19 mai 2015 | 1:14 Ajuster la taille du texte
      Échapper le Plateau
      Par Sylvain Ménard
      Métro
       
      http://journalmetro.com/opinions/sylvain-menard/779308/echapper-le-plateau/
       
      J’ai vu deux Plateau en fin de semaine. Celui de dimanche, baigné de soleil, où les promeneurs sortaient littéralement par toutes les craques du trottoir. L’autre, celui de samedi, tout sombre et triste au centimètre cube. Sur Laurier, le temps était long, et le vide déprimant.
       
      Vous connaissez l’histoire : la mise en place du système de vignettes pour le stationnement des résidants est un coup dur à encaisser pour les marchands du coin. Un autre… Déjà qu’on avait l’impression de jouer aux serpents et échelles pour se rendre dans le quartier en bagnole, désormais, il est virtuellement impossible de se garer le temps de faire ses emplettes. Pour plusieurs commerçants, la taloche sera fatale.
       
      J’en ai visité plusieurs. Des «de longue date» qui sont inquiets. Des nouveaux qui ont misé leur chemise pour se lancer en affaires et qui sont sur le point de se retrouver tout nus dans le chemin. Ils avaient choisi l’avenue Laurier parce qu’il y avait là, depuis toujours, une sympathique cohabitation entre le commerçant et le résidant. Ça, c’était avant.
       
      Aujourd’hui, il y a ce fameux – pour ne pas dire furieux – maire d’arrondissement qui est en train de tout foutre en l’air avec son désir obsessif et maladif de chasser tout ce qui roule hors des limites du territoire dont il se croit l’unique dépositaire. Un idéaliste qui, au nom des résidants du coin, est en train de tuer toute activité commerciale là où, depuis toujours, des travailleurs gagnent leur vie. En voulant artificiellement monter les uns contre les autres (on dit diviser pour mieux régner), cet homme est en train de causer un tort irréparable au Plateau. Quand j’entends son estafette de service Marie Plourde – eille, Marie Plourde, on rit pu… – déclarer que l’opération vignette répond à un besoin parce que 600 stickers ont été vendus en un mois, tout en omettant de dire que les résidants du coin n’ont pas le choix de s’en procurer une s’ils ne veulent pas se faire coller des contraventions au quotidien, il y a de quoi se poser des questions sur l’honnêteté intellectuelle et sur l’honnêteté tout court de ces ayatollahs de l’urbanisme.
       
      On attend après quoi pour les empêcher de continuer le massacre? Dans 30 secondes, il sera minuit.
    • By GDS
      Vélodrome

       
    • By Furn25
      Je crois que ce projet en construction mérite un thread.
       
      Projet du massif de Charlevoix: trois chantiers en simultané
       
      Sylvain Desmeules, collaboration spéciale
      Le Soleil
       
      (Baie-Saint-Paul) Le projet du Massif risque de changer le visage touristique de Charlevoix. Les trois chantiers sont actuellement menés de front, et malgré les retards, les dépassements de coûts, les rumeurs entendues, le projet verra bel et bien le jour, comme ont pu le constater les médias hier, invités à une visite de chantier.
       
      On ne construit pas tout un ensemble récréotouristique d'une valeur 258 millions $ sans avoir un effet sur l'offre touristique. Le printemps prochain, le train touristique aura fait ses premiers voyages, l'hôtel accueilli ses premiers clients et la montagne de ski, ses premiers lugeurs. L'intérêt grandit, mais aussi la curiosité, puisque nombreux sont les futurs clients qui sont impatients de voir la couleur de ce mégaprojet. C'est sans compter les centaines d'emploi, autant pour la construction que pour les opérations après coup.
       
      Les 150 chambres seront réparties en cinq pavillons. Le bâtiment principal qui comprendra une salle multifonctionnelle de 500 invités et le restaurant, est en construction. Une passerelle le relie à la gare où, là encore, des chambres de type nomade logeront aux niveaux supérieurs.
       
      Centre de soins de santé avec spa, marché public, comptoir du terroir, restaurants, place publique, le tout doublé d'événements festifs, risquent de faire de l'hôtel un pôle d'attraction de Baie-Saint-Paul.
       
      On parle ici de chambres «minimalistes et sobres», avec un «confort supérieur». L'utilisation de bois et un environnement de champs et de boisés rappelleront le passé agricole de ce secteur. D'un côté, les clients s'abreuveront d'un paysage agricole avec en toile de fond le fleuve Saint-Laurent, de l'autre, ils seront attirés par le village de Baie-Saint-Paul, accessible à pied.
       
      L'hôtel ouvrira au printemps prochain.
       
      Piste de luge
       
      La construction d'une piste de luge de 7,5 kilomètres, «une première en Amérique du Nord», comme se plaît à le dire le directeur général de la station de ski, Pierre Raymond, risque d'être l'attraction de l'hiver.
       
      Les lugeurs (10 ans et plus) seront amenés par groupes de 15 au sommet du mont à Liguori, d'où ils s'élanceront, soit sur une luge traditionnelle autrichienne, soit sur une luge non traditionnelle, couchés sur le ventre. Les plus vites négocieront le parcours en 30 minutes. À mi-chemin, un refuge et une passerelle avec vue sur de superbes chutes permettront une courte pause.
       
      Ceux qui arriveront par le train touristique ou la navette ferroviaire (en 2012) pourront emprunter une télébenne qui les mènera directement de la gare le long du fleuve au pied des pentes de la montagne. La construction d'une spectaculaire passerelle de 100 mètres au-dessus de la rivière Grande-Pointe fera le lien avec le chalet de la base.
       
      Ce n'est pas pour cette année, mais le projet comprend aussi la construction d'hébergement en montagne, soit près de 400 unités incluant les fameuses «maisons signature», sorte d'expérience singulière axée sur la mer, le vent ou les grands espaces.
       
      Le train
       
      C'est connu, le train touristique fera son voyage inaugural le 9 septembre. Les voyageurs auront droit à une escapade de trois heures trente de 140 kilomètres longeant le littoral, du parc de la Chute-Montmorency à La Malbaie. Le chemin de fer a subi une cure de rajeunissement de 20 millions $ en 22 mois, avec notamment le remplacement de 22 kilomètres de rail et des interventions sur 25 ponts et 86 ponceaux.
       
      Les huit voitures pourront embarquer 528 passagers. Le Massif a garanti 27 départs à l'automne. Pour 249 $, les clients auront droit à un dîner trois services à l'aller et à un souper gastronomique quatre services au retour, incluant une escale de trois heures à La Malbaie.
       
      110 millions $ dépensés
       
      Le président-directeur général du Massif, Claude Choquette, est content de ce qu'il voit. Il assure que les échéanciers sont respectés.
       
      Actuellement, 110 des 258 millions $ prévus au projet ont été engagés, ce qui permet de déduire que plus de 40 % du projet est réalisé.
       
      Reste encore des demandes d'aide financière du gouvernement en suspens, résultats des ajustements liés au contexte parasismique de Charlevoix.
       
      «Le projet est toujours de 258 millions $. On a fait des demandes au gouvernement pour nous aider à certains niveaux, pour des coûts supplémentaires. C'est sous analyse actuellement», nous dit M. Choquette. Pour rendre les bâtiments conformes aux normes sismiques, il a fallu ajouter entre 7 et 8 millions $ au projet.
       
      Rappelons que l'hôtel est construit dans une zone à haut risque sismique. On voit, de l'hôtel, l'Hôpital de Baie-Saint-Paul, condamné à être détruit en raison de sa vulnérabilité à un fort séisme.
       

      http://www.lemassif.com/fr/accueil
       







×
×
  • Create New...