Recommended Posts

Jean Coutu déménage à Varennes

Publié le 29 mai 2013 à 07h47

 

 

Le Groupe Jean Coutu (T.PJC.A) consolidera toutes ses activités corporatives sur un terrain de 3 millions de pieds carrés localisé en bordure de l'autoroute 30 à Varennes, en Montérégie. La construction du nouveau siège social débutera l'an prochain.

 

L'investissement de 190 millions de dollars offrira une superficie totale de 800 000 pieds carrés.

 

François J. Coutu, président et chef de la direction, soutient que les actuelles installations de Longueuil sont désormais trop petites. Il s'attend à ce que celles de Varennes soient à la fine pointe de la technologie et garantissent des standards élevés de productivité et une performance accrue.

 

Le transfert des opérations est prévu pour le début de 2016 pour les plus de 1000 employés du Groupe Jean Coutu et de sa filiale Centre d'information Rx.

 

François J. Coutu en dira davantage ce mercredi matin lors d'une conférence de presse qui aura lieu à l'hôtel de ville de Varennes.

 

http://affaires.lapresse.ca/economie/commerce-de-detail/201305/29/01-4655415-jean-coutu-demenage-a-varennes.php

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

  • Similar Content

    • By mtlurb
      350 Maisonneuve
       
      Architectes: Menkès, Shooner, Dagenais, Letourneux
      Fin de la construction:2009
      Utilisation: Hôtel/Résidentiel
      Promoteur: SacresaCanada, Iber Management ( Espagne).
      Emplacement: Quartier des Spectacles, Montréal
      98 mètres (296 pieds) - 28 étages
      Description:
      - Le complexe en «L», comprendra environ 300 unités.

      Plus d'infos et d'images: http://www2.ville.montreal.qc.ca/ldvdm/jsp/ocpm/ocpm.jsp?laPage=projet14.jsp
      1b1.pdf
    • By GDS
      Nom: Évolo
      Hauteur: 31 étages/?? mètres
      Coût du projet:
       
      Promoteur: Corporation Proment
      Architecte: Jean-Pierre Bart
      Emplacement: Pointe-Nord, Île-des-Soeurs
       
      Début de construction: Hiver 2011
      Fin de construction: Hiver 2012
       


    • By mtlurb
      Quartier Concordia
       
      Quartier Concordia will transform the Sir George Williams campus from a collection of scattered buildings into a welcoming and cohesive urban campus in the area bordered generally by Sherbrooke, Guy, René-Lévesque, and Bishop.
      The goals of the Quartier Concordia project include improving the use of outdoor spaces, stimulating street life, and providing respite for the Concordia community and the public. The project will optimize vehicular and bicycle traffic as well as pedestrian flow, facilitate movement between campus buildings, and ensure the safe interaction of vehicles and pedestrians. Quartier Concordia will also maintain a welcoming environment for the Concordia community and the public, highlight landmarks, improve the use of space, promote the display of artwork and create a distinct campus environment within the downtown core.
      The project will be carried out over several years by Groupe Cardinal Hardy and in conjunction with the City of Montreal.
       
      Facts:

      A multi-year project
      Landscape architect: Groupe Cardinal Hardy
      Location: The area bordered by Sherbrooke, Guy, René-Lévesque, and Bishop
      The project will promote a distinct, welcoming, and efficient downtown campus
    • By mtl_yul
      Pas de train haute vitesse entre Montréal et New York
      12 octobre 2007 - 07h09
      Presse Canadienne
       
      Au moment où il lance un grand chantier de renouvellement des infrastructures, le gouvernement du Québec renonce au projet de train rapide entre Montréal et New York, un méga-projet d'au moins 4 milliards $.
       
      Cliquez pour en savoir plus : Transport ferroviaire | Chef de l'état | Jean Charest | Eliot Spitzer | Québec-New York
      Le projet, qui flotte dans l'air depuis des années, n'est plus dans les cartons du gouvernement et ne fera pas partie des échanges tenus vendredi, à New York, entre le premier ministre Jean Charest et le gouverneur de l'État de New York, Eliot Spitzer.
       
      Pourtant, en octobre 2005, à Albany, lors du dernier sommet Québec-New York, le gouverneur de l'époque, George Pataki, et le premier ministre Charest avaient clairement dit que l'idée d'un lien ferroviaire haute vitesse entre l'État de New York et le Québec était hissée au rang de «projet» à réaliser à court terme.
       
      Les deux hommes s'étaient engagés à tout mettre en oeuvre pour que le projet se réalise.
       
      Aux yeux de M. Charest, ce projet constituait un «symbole fort et puissant» des liens qui unissent les deux voisins, et un moyen de plus de réduire les émissions de gaz à effet de serre, par la promotion du transport en commun.
       
      Or, deux ans plus tard, le dossier n'a pas bougé.
       
      Dorénavant, au ministère des Transports, plus modestement, on mise plutôt sur l'amélioration des infrastructures actuelles, ont indiqué plusieurs sources gouvernementales au cours des derniers jours à La Presse Canadienne.
       
      Si ce projet était devenu réalité, les passagers auraient pu faire le trajet Montréal-New York en quatre heures à peine, au lieu de 10 actuellement.
       
      Certaines évaluations fixaient à 500 000, voire 700 000, le nombre additionnel de voyageurs intéressés à faire la navette entre les deux villes, si un tel train à haute vitesse avait vu le jour.
       
      En 2004, une étude de préfaisabilité, menée par le New York State Department of Transportation et Transports Québec, avait fixé à 4 milliards $ US le coût de réalisation du projet, uniquement pour la construction des voies ferrées sur 613 kilomètres, dont seulement 77 au Québec.
       
      Les Américains auraient donc dû assumer la plus grande partie de la facture, soit au moins 4 milliards $, sans compter les wagons et locomotives.
       
      Le train de passagers, qui aurait roulé à 240 km/h, nécessitait la construction de plusieurs ponts et tunnels dans les Adirondacks, d'où un coût élevé.
       
      Pour Québec, la facture des voies ferrées était évaluée à 110 M$.
       
      À l'époque, en 2005, le ministre fédéral des Transports, Jean Lapierre, s'était montré prêt à envisager un financement d'Ottawa pour la portion canadienne du trajet. Mais à l'automne 2006, Ottawa avait refroidi les ardeurs de Québec, alors que le ministre Lawrence Cannon jugeait que le projet n'était pas rentable.
       
      Électricité à vendre
       
      Vendredi, à New York, après avoir prononcé une allocution devant 400 gens d'affaires, le premier ministre Charest rencontrera pour la première fois le nouveau gouverneur de l'État, Eliot Spitzer.
       
      Au cours des derniers mois, M. Spitzer a rendu publiques ses priorités en matière de transport, mais le train rapide New York-Montréal n'en fait pas partie.
       
      Même si plusieurs sujets sont à l'ordre du jour de la rencontre, il est clair que la vente d'hydroélectricité au voisin du sud arrive au premier rang des priorités du Québec dans ses relations avec New York.
       
      «Nous, on peut faire de l'argent et en même temps on aide l'environnement», a résumé le ministre du Développement économique, Raymond Bachand, lors d'un entretien téléphonique jeudi.
       
      Québec plaidera aussi pour assurer la fluidité du corridor de commerce entre les deux États.
       
      Les dossiers d'environnement et de sécurité seront aussi à l'agenda, de même que la tenue souhaitée d'un quatrième sommet Québec-New York. Les trois premiers ont eu lieu en 2002, 2004 et 2005.
       
      L'État de New York est le principal partenaire commercial du Québec aux États-Unis. En 2006, la valeur totale des échanges commerciaux a atteint 10,2 milliards $.
       
      Un sommet avait été atteint en 2000, avec 14,1 milliards $ d'échanges.
    • By booboohome2003
      Nouveau projet immobilier sur l'Ilot Mont-Royal Ford - Le Plateau sans concession !
      MONTREAL, le 4 sept. /CNW Telbec/ - C'est lors d'une rencontre avec les
      citoyens de l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal que le Groupe Gabriel a
      dévoilé hier son projet de développement sur l'ancien site du concessionnaire
      Mont-Royal Ford, entre les rues Fullum et Messier. Le Groupe Gabriel a ainsi
      annoncé son intention de démolir, dès que possible, tous les bâtiments de
      l'ancien concessionnaire automobile pour les remplacer par un projet
      résidentiel avec une partie commerciale sur le côté nord de l'avenue du
      Mont-Royal.
       
      Des bonnes nouvelles pour les résidents du secteur
       
      Le projet propose la relocalisation du Metro Supermarché Mont-Royal
      (actuellement au coin de la rue Parthenais), lequel comprendra, aux deux
      étages supérieurs, 46 unités d'habitation dont 23 logements sociaux. Ce nouvel
      emplacement, d'une superficie plus grande, notamment pour la préparation
      d'aliments en sous-sol, permettra non seulement une meilleure offre
      alimentaire dans le secteur, mais aussi une gestion nettement améliorée des
      livraisons et de la circulation.
      Sur la portion nord du site, 180 unités d'habitation en copropriété
      seront construites, dont plus d'une quarantaine spécifiquement destinée aux
      familles. Une attention toute particulière a été portée afin d'élaborer un
      projet qui saurait maximiser les espaces verts, minimiser le stationnement sur
      rue et offrir des avantages aux cyclistes. C'est ainsi que l'architecte
      Louis-Paul Lemieux, de l'Atelier Ville Architecture Paysage, a présenté un
      projet aux lignes architecturales originales, proposant la construction de
      quatre bâtiments disposés perpendiculairement aux rues Fullum et Messier.
      Cette disposition des bâtiments, contrairement aux alignements traditionnels
      en façade des rues, permet des percées visuelles majeures tout en améliorant
      la qualité du milieu de vie et de l'environnement.
      Tout au long de la soirée, les citoyens ont émis des commentaires
      constructifs visant la bonification du projet. Il a notamment été question de
      la proportion de logements sociaux et abordables, de l'aménagement des façades
      de côté du marché Metro et de l'intégration d'une dimension artistique ou
      culturelle au projet. L'ensemble de ces commentaires ont été reçu
      favorablement par les représentants du Groupe Gabriel et de Metro qui se sont
      engagés à les considérer en vue de pouvoir les intégrer au projet.
      "Nous souhaitons ardemment participer à la revitalisation du quartier.
      Nous sommes très heureux d'avoir pu rencontrer nos voisins afin de les
      informer de ce projet dont nous sommes très fiers. Cela nous a non seulement
      permis de répondre à leurs questions, mais aussi de connaître leurs
      préoccupations. Nous visons la meilleure intégration possible de notre projet
      dans ce secteur de l'arrondissement qui en a bien besoin", a déclaré
      M. Fadi Azouz, responsable du projet au sein du Groupe Gabriel.
       
      Le Groupe Gabriel est une entreprise familiale québécoise en affaires
      depuis plus de 20 ans et particulièrement active dans les domaines de
      l'automobile et de l'immobilier.
       
       
       
      Renseignements: Pierre Guillot-Hurtubise, (514) 581-6068; Source: Groupe
      Gabriel