Recommended Posts

http://affaires.lapresse.ca/economie/macro-economie/201708/04/01-5121927-le-taux-de-chomage-au-quebec-au-plus-bas-depuis-1976.php

Quebec (province) 5,8%

Quebec (ville) 4,0%

Montreal 6,3%

Ottawa 6,5%

Toronto 6,9%

Never thought I'd see numbers like this, I'm stunned.

Quote

Le taux de chômage a diminué de 1,2 point de pourcentage pour s'établir à 5,8 % au Québec en juillet, ce qui représente le taux le plus bas depuis 1976, année où des données comparables ont commencé à être publiées, a annoncé vendredi Statistique Canada.

À l'échelle canadienne, poursuit l'agence fédérale, en raison d'une légère diminution du nombre de personnes à la recherche de travail, le taux de chômage a baissé de 0,2 point de pourcentage en juillet pour s'établir à 6,3 %, soit le taux le plus bas depuis octobre 2008, juste avant le début du ralentissement du marché du travail de 2008-2009.

L'emploi global au Québec a peu varié en juillet, la hausse du travail à temps plein ayant été largement contrebalancée par une baisse du travail à temps partiel. Au cours de la période de 12 mois ayant pris fin en juillet, l'emploi dans la province a progressé de 124 000 (+3 %).

Au Nouveau-Brunswick, l'emploi a peu varié aussi bien par rapport au mois précédent que par rapport à 12 mois plus tôt. Par suite d'une baisse du nombre de personnes actives sur le marché du travail, le taux de chômage a diminué de 1,6 point de pourcentage pour atteindre 6,5 % en juillet, ce qui représente le taux le plus bas depuis 1976, année où des données comparables ont commencé à être publiées. Depuis le début de 2017, le chômage au Nouveau-Brunswick a baissé, tandis que l'emploi est relativement inchangé. Par conséquent, tant la population active totale que le taux de chômage ont fortement diminué.

L'emploi en Ontario a augmenté de 26 000 en juillet, et le taux de chômage a baissé de 0,3 point de pourcentage, passant à 6,1 %. Comparativement à 12 mois plus tôt, l'emploi dans la province a progressé de 138 000 (+2 %), et la majeure partie de cette progression est attribuable au travail à temps plein.

 

Modifié par Chris1989

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu es sélectif. Il y a eu une augmentation de 76 500 personnes au sein de la population active au cours de la dernière année. Plus que l'accroissement de la population. Ça va bien de ce côté. L'économie se porte super bien.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je préfère certainement consulter des données sur un an que des données mensuelles, même quand celles-ci sont désaisonnalisées.  

En passant: les données figurant à la première ligne du tableau  concernent la population en âge de travailler, pas la population totale.  En multipliant le premier (pop en âge de tr) par le taux d'activité, on obtient la population active.  Cette dernière se répartit entre les personnes à l'emploi et les personnes au chômage.  Finalement, on obtient le taux de chômage en divisant  ce dernier chiffre (nb de personnes au chômage) par la population active.  

La raison de ces explications n'est pas de donner une leçon, mais de faire réfléchir quant à la valeur du taux de chômage à titre d'indice de la santé du marché du travail.  Commençons avec le taux d'activité: puisque c'est lui qui détermine (le nombre de) la population active, il déterminera également indirectement, pour une nombre donné de personnes à l'emploi, le nombre de chômeurs et le taux de chômage.  Ainsi, comparer les taux de chômage de deux provinces sans tenir compte des différences en termes de taux d'activité peut être trompeur; faites l'exercice avec les données du Québec et de l'Alberta, en utilisant un taux d'activité identique.  

Ce n'est pas la première fois que cette considération est évoquée. Aux USA, le taux de chômage avait atteint un niveau élevé suite à la «Grande Récession» de 2008;  subséquemment, le taux est redescendu à un niveau «enviable».  Le hic, c'est que cette amélioration a été accompagnée d'une baisse significative du taux d'activité; en d'autres mots, il aurait fallu créer beaucoup plus d'emplois  pour revenir aux mêmes niveaux de taux d'activité et de taux de chômage.  Mais ce qui est important, c'est de comprendre pourquoi le taux d'activité est resté bas (comme on sait, les personnes «découragées» (quant à leur espoir de décrocher un emploi) ne sont pas comptées parmi les chômeurs.  Mais il peut aussi y avoir des raisons plus positives (pour rester à l'écart du marché du travail), comme un retour aux études, prendre une retraite hâtive parce qu'on en a les moyens, etc.  

TOUT CECI ÉTANT DIT: le marché du travail est en très bonne santé au Québec, et la création nette d'emplois en est la grande responsable.  En même temps,des pénuries sectorielles appréhendées à cause principalement des retraites nombreuses prévues (baby boomers) méritent une attention particulière, sélective plutôt que globale.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le marché du travail est en santé aucune doute la dessus par contre de plus en plus de gens s'en vont a la retraite. 

Alors on n'a plus d'excuse pour ne pas offrir du travail au immigrants. 

A moins que l'on prefere creer une rareté de la main d'oeuvre pour proteger sa chasse gardée. 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 04/08/2017 à 17:35, andre md a dit :

Le marché du travail est en santé aucune doute la dessus par contre de plus en plus de gens s'en vont a la retraite. 

Alors on n'a plus d'excuse pour ne pas offrir du travail au immigrants. 

A moins que l'on prefere creer une rareté de la main d'oeuvre pour proteger sa chasse gardée. 

 

En effet. Je regrette que le débat autour d'une augmentation du nombre d'immigrants butte actuellement sur la peur de générer une montée de la xénophobie (qui se manifeste plus activement, c,est vrai). Le débat est de plus en plus empoisonné et verrouillé par certains groupes de petits débiles racistes. Frustrant. Espérons que la disette de travailleurs à venir fera lever la majorité silencieuse des régions et que celle-ci fermera le clapet aux abrutis qui crachent leur poison sans arrêt sur les réseaux sociaux. De toutes façons, l'intégration au marché du travail est le meilleur moyen d'intégration. Avec la langue et la culture. Mais le travail place les nouveaux arrivants dans un espace commun où les références générales et culturelles deviennent attrayantes pcq facteur de meilleure intégration dans le groupe professionnel, et donc meilleure chance de prospérer dans ce milieu.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 04/08/2017 à 17:35, andre md a dit :

A moins que l'on prefere creer une rareté de la main d'oeuvre pour proteger sa chasse gardée. 

Tu as pleinement raison de soulever cette possibilité, qui est un «classique»: voir l'hostilité envers l'immigration italienne (principalement) en France à différentes périodes entre 1850 et 1950; récemment, ce furent les «plombiers polonais», et maintenant les «Roumains».  Aux USA, on observa la même chose, à quelques détails près; ce qui est le plus ironique(?) dans ce cas, c'est que l'opposition venait souvant d'autres groupes d'immigrants arrivés peu de temps avant, ou tout au plus des enfants (de première génération) de ceux-ci.

 

Il y a 8 heures, MtlMan a dit :

De toutes façons, l'intégration au marché du travail est le meilleur moyen d'intégration. Avec la langue et la culture. Mais le travail place les nouveaux arrivants dans un espace commun où les références générales et culturelles deviennent attrayantes pcq facteur de meilleure intégration dans le groupe professionnel, et donc meilleure chance de prospérer dans ce milieu.

C'est bien vrai.  Mais encore faut-il que l'intégration au milieu du travail  se produise effectivement.  Sur ce point crucial, il peut y avoir deux types de problèmes: les embûches crées par la «société d'accueil», telles qu'évoquées par andre md cité plus haut, ainsi que l'inadaptation (d'au moins une partie) des «nouveaux arrivants» à se joindre à notre marché du travail. (Ce qui est aussi un problème pour une partie de la population née ici).  Je pense qu'il ne faut pas se fermer les yeux devant  une réalité «nouvelle»: au Canada, et donc pas seulement au Québec, on observe que, contrairement au passé, les revenus des immigrants après dix(?) ans vécus au pays demeurent inférieurs à la moyenne, ce qui constitue un bon indice de la plus grande difficulté (qu'auparavant) à s'intégrer pleinement au marché du travail.  Les cas d'individus détenteurs de diplomes d'études supérieures oeuvrant comme chauffeurs de taxi (une profession importante mais très mal rémunérée) sont légions.

Je pense qu'il est important que les nouveaux arrivants réussissent bien dans «notre» pays d'accueil: pour y parvenir, il faut être capable de les encadrer, de les guider et de les soutenir durant leur phase d'adaptation.  Ceci est une tâche autrement plus complexe que cela ne l'était lorsque les immigrants du 19e siècle/début 20e étaient embauchés comme manoeuvres à leur arrivée ou partaient coloniser de nouvelles terres dans les Prairies.  

En clair, cela veut dire qu'il faut tenir compte de la capacité d'accueil du Québec (ou du Canada).  S'il le faut, des efforts supplémentaires peuvent être consentis pour accroître ladite capacité.  Mais on ne devrait pas  entretemps accueillir plus de gens que ce dont on est capable, car dans ce cas  ce serait au détriment des uns et des autres.

Il faut aussi être conscient du contexte domestique dans lequel se pose aujourd'hui la question de l'immigration.  J'aborderai très brièvement trois points: l'accès aux services publics, l'emploi et la «quête identitaire».

i) L'accès aux services publics. Voila un enjeu qui est beaucoup plus présent qu'il y a 40 ans, notamment en matière de soins de santé.  A la faveur du vieillissement de la population et des restrictions budgétaires, on peut facilement concevoir que la détérioration (réelle ou perçue) des services fait craindre  une situation aggravée si une demande supplémentaire (causée par un afflux d'immigrants) se manifeste.  Peu importe le fait que l'immigration soit aussi une source importante de nouveaux travailleurs dans le secteur (médecins, infirmières). La perception est «là».

ii) L'emploi: concurrence additionnelle par l'afflux de nouveaux travailleurs.  Sur ce point, je pense qu'il faut faire une distinction entre les catégories d'emplois que les «anciens» Québécois ne veulent plus occuper (dans ce cas: pas de problème!) et ceux qui sont sous la «gouverne» (?) d'ordres professionnels.

iii) La «quête identitaire».  Probablement beaucoup plus forte au Québec que dans le reste de l'Amérique du Nord, à cause de l'histoire.  Dans le passé ancien, il y avait bien eu des apports «étrangers» (ie. de sources non française), mais ceux-ci  furent généralement  facilement assimilables, les cas d'exception se retrouvant à Montréal ou dans les «cantons» (pour les immigrants d'origine britannique.  Malgré tout, le thème de la «survie» au sens du maintien de l'intégrité ethnique (et religieuse etc.) demeurait omniprésent dans la conscience collective.  Aujourd'hui, cet instinct s'est atténué, mais il n'est pas disparu pour autant.  Il faut admettre que cela fait partie du «contexte» auquel je faisais référence.

CONCLUSION (puisqu'il faut bien y arriver!)

Il faut que la société soit mieux préparée à accueillir les nouveaux arrivants (pas juste à  leur ouvrir la porte), et qu'elle tienne compte de façon réaliste de sa capacité à y parvenir.

Il faut aussi que les gouvernements (et les autres supporteurs de l'immigration) élaborent et exposent un argumentaire beaucoup plus étoffé en faveur de l'immigration et des mesures de soutien nécessaires.  

Nous (au Canada et au Québec) avons jusqu'à présent réussi nettement mieux que la plupart des autres pays à relever le défi --c'est une opinion que j'observe fréquemment de sources étrangères, notamment européennes.  Néanmoins, de plus en plus d'interrogations se manifestent ici même, signe qu'il faut faire mieux encore.  Chose certaine, les «pressions migratoires» iront en s'accroissant à l'échelle mondiale, rendant le défi toujours plus imposant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
On 8/4/2017 at 2:57 PM, Rocco said:

Montreal will be anew the powerhouse of the roaring '20s... The 2020s that is.

That is if, the PQ does not come into power in October 2018.

Montreal has a long way to go before it returns to the glory days.

Low unemployment helps, but without decent wages we are going nowhere. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 37 minutes, jesseps a dit :

That is if, the PQ does not come into power in October 2018.

Montreal has a long way to go before it returns to the glory days.

Low unemployment helps, but without decent wages we are going nowhere. 

Please, PQ? Lets be serious.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • Contenu similaire

    • Par FrancSoisD
      www.journaldemontreal.com/2018/12/11/un-investissement-de-100m-pour-ivanhoe-cambridge-et-claridge
       
    • Par p_xavier
      Des transports collectifs en mouvement…
      La grande réforme dans l’organisation des transports collectifs de la région métropolitaine de Montréal s’est concrétisée le 1er  juin 2017, alors que deux nouvelles entités ont pris la relève de l’Agence métropolitaine de transport (AMT) et des autorités organisatrices de transport (AOT) des couronnes nord et sud :
      L’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) est responsable de la planification, de l’organisation et du financement des services de transports collectifs pour la grande région métropolitaine de Montréal. Elle favorise l’intégration des services entre les différents modes de transport. Le Réseau de transport métropolitain (connu sous exo) est responsable sous mandat de l’ARTM, d’exploiter sur son territoire les services de transport collectif réguliers par autobus (couronnes nord et sud) et par trains de banlieue, incluant le transport adapté pour les personnes handicapées). Le Réseau de transport de Longueuil (RTL), la Société de transport de Laval (STL) et la Société de transport de Montréal (STM), continuent de fournir leurs services respectifs, sous le mandat de l’ARTM.  
    • Par nephersir7
      Discussion générale sur le Vieux-Montréal et ses infrastructures
    • Par Nameless_1
      Le réseau routier croule plus vite qu'on ne peut le réparer
       
      Pont fermé sur l'autoroute 20, à Saint-Hyacinthe.
      PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE
      BRUNO BISSON
      La Presse   Le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports (MTMDET) ne parviendra pas à freiner la détérioration des ponts, des structures et des chaussées de son réseau routier dans les prochaines années, même s'il réalise tous les chantiers prévus jusqu'en 2020, qui totalisent près de 5 milliards.
      Dans un avis transmis au sous-ministre des Transports Marc Lacroix, au début de cette année, un comité formé de trois experts indépendants brosse un portrait préoccupant de la capacité financière et opérationnelle du Ministère à atteindre les cibles fixées pour améliorer l'état de ses ponts et de ses chaussées.
      Ces trois experts étaient appelés à fournir un avis sur la programmation 2018-2020 des travaux routiers du MTMDET, annoncée en mars dernier. Cette programmation prévoit des investissements de 4,8 milliards pour financer la construction ou la réfection de 674 ponts sur le réseau routier supérieur, 263 ponts sur les réseaux municipaux (un total de plus de 2000 chantiers).
      Se réjouissant de l'augmentation prévue du niveau d'activité par rapport à l'exercice précédent, le comité conclut toutefois que «même si tous les travaux programmés étaient pleinement réalisés, le résultat ne permettrait pas d'atteindre les cibles du plan stratégique 2017-2020 à l'égard du pourcentage des structures et des chaussées en bon état. En fait, il y aura une détérioration au cours des prochaines années, selon les prévisions du Ministère».
       
      Des progrès compromis
      Ce comité est formé par Jean Bédard, professeur de comptabilité et gouvernance des sociétés à l'Université Laval, Jacques Girard, ingénieur et expert en travaux routiers et en normalisation, et Louis Lévesque, ancien sous-ministre de Transport et Infrastructure Canada. C'est la deuxième fois que ces experts sont appelés à se pencher sur les travaux du MTMDET.
      «Le volume des travaux réalisés dans les deux dernières années est insuffisant pour maintenir les progrès observés au cours de la dernière décennie au chapitre de l'état des structures et du réseau routier.» - Extrait de l'avis sur la programmation 2018-2020 des travaux routiers du MTMDET
      Ces progrès ont été permis par l'injection de dizaines de milliards de dollars dans un vaste plan de redressement du réseau routier lancé il y a 10 ans «en réponse à l'effondrement du viaduc de la Concorde» à Laval en 2006. L'effondrement avait fait cinq morts et six blessés graves et avait mis en lumière la vulnérabilité d'un réseau routier ayant souffert d'un manque d'entretien flagrant durant des années.
      Les améliorations obtenues au terme de ces investissements colossaux sont toutefois fragiles, disent les experts, comme en témoignent les difficultés rencontrées par le Ministère l'an dernier. Les inondations du printemps 2017 et le conflit de travail dans l'industrie de la construction ont ralenti les chantiers du MTMDET. Ces problèmes étaient largement hors de son contrôle, mais le ralentissement qu'ils ont provoqué ne peut pas être rattrapé.
      «Cette réduction des travaux réalisés en 2017 aura un impact négatif permanent sur l'état du réseau, expliquent-ils, puisque les travaux effectués en 2018, qui auraient dû être effectués en 2017, retarderont d'autres travaux à 2019, et ainsi de suite.»
      Manque de compétence et de main-d'oeuvre
      Pour assurer la réalisation d'un volume de travaux suffisant pour améliorer l'état des ponts et chaussées du Québec, les experts plaident pour «une augmentation de la capacité opérationnelle et des ressources financières du Ministère», tout en identifiant une de ses principales faiblesses : «des carences au niveau des ressources humaines, en nombre ou en compétence, ont un impact important sur la capacité à préparer des projets».
      Le Ministère a de la difficulté à recruter et à retenir sa main-d'oeuvre, particulièrement en région, affirment-ils. Et lorsqu'il arrive à convaincre des professionnels compétents d'y travailler, ceux-ci «se voient convoiter par plusieurs employeurs, dont de grandes sociétés privées offrant des conditions très avantageuses».
      Appelé à commenter cet avis du comité d'experts indépendants, le Ministère, qui est actuellement sans ministre à la suite des élections de lundi dernier, n'a pas répondu hier à l'invitation de La Presse.
      https://www.lapresse.ca/actualites/201810/04/01-5199139-le-reseau-routier-croule-plus-vite-quon-ne-peut-le-reparer.php
       
    • Par alihoufani
      Salut à tous, je me demandais s'il y'avais un équivalent d'Info Travaux de la ville de Montréal pour les travaux actuels et futurs du Ministère des Transports?