Jump to content

Recommended Posts

Pinned posts
  • 5 years later...
  • Replies 3.3k
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Hello! For the rest of the discussion, please join the largest and most influential discussion community about real estate development in Montréal here: https://mtlurb.com/register/

Hello! For the rest of the discussion, please join the largest and most influential discussion community about real estate development in Montréal here: https://mtlurb.com/register/

Hello! For the rest of the discussion, please join the largest and most influential discussion community about real estate development in Montréal here: https://mtlurb.com/register/

Posted Images

  • 2 weeks later...

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By IluvMTL
      Du carré Bellerive au parc du Pied-du-Courant
      23 novembre 2020
      https://ville.montreal.qc.ca/memoiresdesmontrealais/du-carre-bellerive-au-parc-du-pied-du-courant?fbclid=IwAR3-ZF4Cr7o2X_sPP8dPpRdcgRf5XJRHXKzHo0lAhZVXNG5LUqMB-Wy7ttg


      Lieux
      Du carré Bellerive au parc du Pied-du-Courant
      23 novembre 2020
      Maude Bouchard-Dupont
      Temps de lecture
      4 minutes
      Partage
      Espace vert et festif, le nouveau parc du Pied-du-Courant émerge d’un passé marqué par l’industrialisation. Il y a plus de 135 ans, il avait déjà pour vocation d’aérer les Montréalais.
      Carré Bellerive
      Plus de détails sur l'image
      Archives de la Ville de Montréal. VM105-Y-1_0367-001.
      Sur le flanc sud de la rue Notre-Dame, à la hauteur de la rue Dufresne, un petit parc datant du XIXe siècle borde le fleuve et la voie ferrée. C’est en 1883 que l’échevin Mount loue pour 10 ans l’ancienne propriété Bellerive à une compagnie de chemin de fer, la North Shore Railway Co. (NSRC). Son objectif est de donner une bouffée d’air pur, synonyme de santé, aux résidants du quartier Sainte-Marie éprouvés par les épidémies, dont le choléra!
      À la fin du bail de 10 ans, le Canadien Pacifique, qui a acheté la NSRC en 1885, fait valoir ses droits sur le parc. Le conseil municipal propose alors à la compagnie ferroviaire un échange qui s’avèrera extrêmement avantageux pour elle : le terrain du parc contre le terrain de la future gare Viger à l’extrémité est de l’actuel Vieux-Montréal. Le 19 septembre 1893, la Ville de Montréal acquiert officiellement le terrain du carré Bellerive (à ne pas confondre avec l’actuel parc de la Promenade-Bellerive, plus à l’est!). De cette véritable fenêtre sur le fleuve, les résidants du quartier observent le passage des transatlantiques. L’hiver, les enfants viennent glisser dans la côte menant au traversier.
      Au quai Poupart
      Usines de la Dominion Oil Cloth Co.
      Plus de détails sur l'image
      BAnQ. Albumes Massicotte. Notice 0002732138.
      En effet, depuis des siècles, le fleuve Saint-Laurent est sillonné de long en large par des bâtiments à voile, à rames, à propulsion hippomobile (horse-boat), à vapeur, etc. À l’est du parc Bellerive, un quai a longtemps servi au traversier arrivant de Longueuil. Inauguré en 1862, le débarcadère porte le nom de Joseph Poupart, propriétaire terrien, marchand et courtier, actif à Montréal. Au cours des décennies, plusieurs bateaux à vapeur assurent la traversée. Construit en 1840, le vapeur Sainte-Marie fait le circuit entre 1865 et 1867. Il est remplacé par le Longueuil en 1868 alors que le brise-glace South-Eastern facilite le passage du vapeur durant l’hiver. En 1915, le Louis-Philippe de la Canada Steamship Lines prend le relais jusqu’en 1930, l’année de l’inauguration du pont Jacques-Cartier. De 1907 à 1912, la sécurité des navires est renforcée par un phare qui les guide vers le quai.
      Cependant, la tranquillité du parc est bien précaire, car les installations ferroviaires et maritimes qui sont à proximité attirent les industries. Les usines de l’Adams Tobacco Co. et de la Dominion Oil Cloth Co., d’immenses réservoirs de mélasse ainsi que des amoncellements de charbon et de houille sur les quais encadrent de part et d’autre l’espace vert. Bientôt réduit à la grandeur « d’un mouchoir de poche », enfumé par les usines et sali par la poussière de charbon, comme le décrit bien le journaliste du Devoir, Louis Dupire, en 1934, le petit parc est traité comme un intrus dans le paysage riverain montréalais fortement industrialisé.
      Des « tanks à m’lasse » controversés
      Carré Bellerive
      Plus de détails sur l'image
      Archives de la Ville de Montréal. VM105-Y-1_0367-002.
      Les trois grandes structures servant à entreposer la mélasse, qui s’élèvent à l’arrière-plan de la photographie, sont un exemple flagrant de l’emprise de l’industrie sur ce secteur. Construites en 1955 par la Société Ernest Carrier, elles font sourciller plusieurs élus municipaux. Voulant donner un meilleur accès au fleuve, le conseil municipal souhaite à l’époque agrandir le parc Bellerive vers l’est. Mais comme l’accès riverain est crucial pour le transport industriel, les milieux d’affaires se pressent de contrecarrer en partie le projet.
      Ayant la permission de la Ville de construire des citernes temporaires pour entreposer une grosse livraison de mélasse, la direction de l’usine Carrier outrepasse ses droits et érige des réservoirs permanents au coût de 75 000 dollars. L’équipe du maire Drapeau tente de corriger la situation en octroyant un nouveau bail contraignant, mais non renouvelable, pour la forcer à déménager. Succédant à Drapeau en 1957, l’administration de Sarto Fournier annule les pénalités de 29 000 dollars accumulées par la compagnie et reconduit le bail afin de maintenir les emplois de la manufacture. Le parc sera cependant agrandi en 1964, après la destruction des maisons situées autour des silos à mélasse. Abandonnés lors des décennies suivantes, les réservoirs désaffectés ne sont démolis qu’en 2012 sur ordre du ministère des Transports.
      L’usine de la Dominion Oil Cloth Co. ayant laissé place à un dépôt à neige, un véritable projet riverain prend finalement forme sur la promenade bordant les anciens quais du Pied-du-Courant. Aujourd’hui, les Montréalais s’arrêtent à l’ancien carré Bellerive, renommé officiellement parc du Pied-du-Courant en 2018, pour voir les feux d’artifice, ou y passent en allant au Village du Pied-du-Courant. Issu d’une initiative citoyenne, le Village est un espace festif estival aménagé sur l’ancien dépôt à neige qui avait remplacé l’usine de la Dominion Oil Cloth Co. Convoité par les industriels puis par les citoyens, le rivage dans le secteur de la promenade du Pied-du-Courant alimente les discussions depuis plus d’un siècle.
      L’article original est paru dans la chronique « Montréal, retour sur l’image », dans Le Journal de Montréal du 2 octobre 2016. Il a été remanié en 2019 pour sa publication dans Mémoires des Montréalais.
      Référence bibliographique
      COMITÉ CITOYEN DU PARC BELLERIVE, RAYSIDE/LABOSSIÈRE. Le parc Bellerive, Montréal, juillet 2013, 22 p.
      http://studiotest.rayside.qc.ca/wp-content/uploads/2015/09/Parc-Belleriv...
       
      Parc-Bellerive-_-Doc-de-présentation_-juillet-2013.pdf
    • By monctezuma
      http://www.loftsdesarts.com
       
      La maquette et l'évocation devraient changer d'ici au lancement officiel de la phase 2 en raison du réalignement du boulevard Maisonneuve qui ne sera plus courbé à cet endroit.
    • By nephersir7
      Projet locatif de 19 étages à côté de Concordia


      http://www.lobby.gouv.qc.ca/servicespublic/consultation/AfficherInscription.aspx?NumeroInscription=3teoJdC%2bIdl2362AMJKTRg%3d%3d#D107088
    • By Gabmtl
      Projet immobilier de 90 M$ à Pointe-Claire
      https://journalmetro.com/local/2137732/projet-immobilier-de-90-m/
      Le centre commercial Fairview, à Pointe-Claire, sera rénové. Le propriétaire, Cadillac Fairview, investira 90 M$ en plus de réaliser un projet de développement résidentiel et commercial de 20 hectares sur les terrains adjacents.
      La firme torontoise a l’intention de faire en deux phases. D’abord, apporter les améliorations au vaste mail à l’angle de l’autoroute 40 et du boulevard Saint-Jean d’ici l’été 2020, 30 M$.
      Les travaux incluront l’arrivée d’un magasin Simons ainsi que la création d’une nouvelle aire de restauration. L’éclairage, les planchers, les entrées extérieures ainsi que les balustrades seront remplacés.
      Ensuite, tout juste à côté de la future station du Réseau express métropolitain (REM), la zone délimitée par les boulevards Brunswick et Saint-Jean, la voie de desserte de l’A-40 et la limite Ouest de la Ville sera développée au coût de 60 M$.
      Cette partie du projet immobilier, échelonnée sur au moins 10 ans, sera effectuée en partenariat avec la firme Ivanhoe Cambridge.
      «Nous avons pour vision de créer une nouvelle et vibrante communauté d’usage mixe qui inclura des milliers de nouvelles résidences, des immeubles commerciaux, des restaurants et des espaces publics qui deviendront un véritable centre-ville pour l’Ouest-de-l’Île au complet», indique le vice-président senior développement, chez Cadillac Fairview, Brian Salpeter.
      On ignore pour le moment la date du début des travaux.



×
×
  • Create New...