Jump to content

Automobile Québécoise? Pourquoi pas!


ProposMontréal
 Share

Recommended Posts

C'est assez banale comme question, mais je vais dire que ça fait longtemps que je me la pose! Pourquoi qu'il n'y a pas de marque automobile Québécoise? Je sais ce n'est pas une question d'urbanisme, même, qui n'a pas vraiment rapport avec Montréal directement, mais je crois que la tribune est bonne et que plusieurs membres auront de bonnes idées pour remplir cette conversation.

 

Oui je sais il y a HTT Supercar de St-Eustache qui font la Pléthore mais à 500 000$ c'est loin d'être l'auto du peuple! Pourtant nous avons plusieurs compagnies qui pourraient s'y attaquer.

 

BRP est un des choix assez facile, ils font déjà leur Can-Am Spyder et aurait le support moral de la population. C'est quoi la différence entre 3 et 4 roues après tout.

 

Dans la même catégorie il y a Campagna qui font la T-rex, ils ont lancé la V13R qui commence sérieusement à ressembler à un véhicule traditionnel. Ils pourraient faire une gamme de modèles dans le genre Scion, jeune et sportive.

 

Nova Bus est un autre choix évident, il font déjà des véhicules à 4 roues (et plus) et depuis que Volvo, maison mère de Nova ne fait plus d'automobile (Volvo Cars appartient à la chinoise Geely)

 

Pourquoi pas Bombardier, ils s'y connaissent en transport après tout, ferroviaire et aéronautique mais franchement, il peuvent bien faire une gamme d'automobiles, ont les poches profondes et savent déjà comment "dealer" avec des employés en grève.

 

Nous avons eu quelques essais comme ZennCars mais le véhicule n'a jamais eu les permissions de rouler sur les routes du Québec. Il était possible d'aller plus rapidement en Vespa! Au début des années 70 il y a eu la Manic mais c'était une Peugeot à 70%. Aujourd’hui, il y a quelques compagnies qui font des automobiles de façon artistique.

 

Pour ce qui des véhicules électriques, nous avons l'expertise d'Hydro Québec et de TM4 qui ont prouvés dans le passé qu'ils avaient les idées pour faire avancer des auto dans les rues du Québec? TM4 vend déjà ces moteurs à Tata Motors et à BRP

 

En conclusion, ont prend une compagnie déjà établie et qui fait déjà tourner des roues sur le bitume, avec des poches semi-profondes, l'expertise de la main d'oeuvre déjà existante (anciens employés GM et beaucoup en Ontario qui s'y connaissent) Beaucoup d'espaces libre pour construire une belle grande usine avec chaînes de montage. Nous faisons appel à l'équipementier Canadien Magna, déjà fournisseur de plusieurs des grands constructeurs (et qui ont presque acheté Opel en 2009), nous utilisons de l'aluminium d'Alcan et nous avons déjà tout ce qu'il faut. De plus, avec la valeur du dollar canadien les prix seraient à notre avantage. je ne vois vraiment pas pourquoi ça ne se ferait pas.

 

Il est possible avec tout ce bagage de faire une gamme de 3-4 véhicules (-20 000$, 20-28 000$, 28-40 000$, 40 000$+) et de 1 ou 2 camions et une sportive fait Québec.

 

Et vous, vous en pensez quoi?

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 29
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

L'aventure a été tenté à plusieurs reprises dans le passé, et il coute une fortune pour développer un nouveau véhicule, tandis que la concurrence est féroce et sans merci. Même les français et les italiens peinent à promouvoir leur industrie, et pourtant ils ont un marché intérieur beaucoup plus important que nous, et une longue histoire de construction automobile. Avec nos petits 8 millions de québécois, ou 33 millions de canadiens nous ne faisons pas le poids pour nous imposer dans une aventure aussi complexe, où l'expertise se bâtit à coup de décennies de recherches et développements. Ainsi à moins d'être déjà bien implanté dans son propre créneau (comme l'Allemagne), ou de développer un marché de niche tout à fait original, je ne vois pas le jour où on pourrait se lancer efficacement dans cette industrie.

 

Remarques qu'on peut bien rêver, l'histoire est pleine de surprises, mais je ne miserais pas trop la-dessus.

Link to comment
Share on other sites

Une automobile québécoise fait face à plusieurs défis de taille, premièrement, le strict coût de lancement d’un tel projet, encore plus si on parle de production de masse. Tesla, qui ne produit tout de même pas à gros volume, a récolté/dépensé plus de 600m USD pour développer 1 véhicule et demi (la roadster étant une base lotus) et vendre ensuite une voiture somme toute dispendieuse (surtout en comparaison du range de prix auquel tu fais allusion.

Ensuite, tu parles de l’avantage de la force du CAD, ce n’est pas un avantage au moment de l’exportation, ça rend nos produits plus cher sur le marché extérieur, et comme ACPNC l’a mentionné, ce n’est pas avec seulement le marché canadien qu’un constructeur pourrait être rentable, trop petit marché.

Le dernier point c’est la gamme, lancer une gamme complète de voiture est encore plus exorbitant, surtout si on veut de la différenciation entre les modèles, et les exigences pour une « econobox » sont bien différentes d’une sportive ou une berline de 50k, le tout pour aller jouer dans la cours des GM, Toyota ou VW de ce monde! Sans compter qu’ensuite, ça prendrait un élément vraiment différentiateur pour vendre ces véhicules face à la concurrence!

Il faut plutôt se pencher sur les différentes composantes ou nous pouvons exceller et innover, et ensuite vendre/licencier ces technologies aux manufacturiers existants. Si on pouvait créer un bloc énergétique pouvant offrir une autonomie de 300-400kms par charge, avec recharge rapide (-30 mins) ou autre système du genre, là on aurait un avantage!

Link to comment
Share on other sites

J'imagine que la concurrence est féroce dans le domaine de l'automobile, les économies d'échelle sont grandes et le coût de développer un nouveau modèle est exorbitant. Donc 3 "barrières à l'entrée" de taille. Vers le milieu des années 80, Bombardier avait déjà envisagé ça avec son projet Venus.

Link to comment
Share on other sites

J'imagine que la concurrence est féroce dans le domaine de l'automobile, les économies d'échelle sont grandes et le coût de développer un nouveau modèle est exorbitant. Donc 3 "barrières à l'entrée" de taille. Vers le milieu des années 80, Bombardier avait déjà envisagé ça avec son projet Venus.

 

je pense entre autre a la Zenn qui étais fabriqué a st-jérôme.....

Link to comment
Share on other sites

Partir de zero semble impossible effectivement.

Par contre tout le monde sais que Tesla Motors (Californie, USA) a reprit des voitures Lotus pour en faire des voitures completement electriques a $60,000-$100,000 la piece.

Utiliser une base de voiture venant de la technologie de quelqu'un autre peut etre une idee viable.

Cependant, tu dois differencier ce produit de facon tres claire.

Dans ce cas ci, Tesla installe sa technologie electrique (unique) qu'elle installe sur ces "Lotus" (100% electriques), mais ces voitures modifiees portent la marque "Tesla".

 

Il faut choisir un creneau de voiture, combine a une technologie efficace et unique, du cash et des gens de marketing tres habile.

C'est pas impossible mais c'est complique.

Ce qui determine si ca vaut la peine de se lancer ou non dans un projet de la sorte est l'analyse du cout d'investissement vs risque vs rendement sur cet investissement.

Une belle equation a trois variable...

 

Dans le cas des voitures electriques, le Quebec possede certaines technologies interessantes.

Par contre, considerant que le marche de la voiture est tres competitifs et base sur les economies d'echelle a haute production, on peut dire qu'intuitivement ca semble beaucoup moins risque de produire des composantes ou des systemes relies a une technologie definie qui trouvera application sur des modeles de voiture deja sur le marche (marche competitif = diminution des marges). Il faudrait voir si les marges d'operation et le niveau d'investissement relatif rendent l'investissement plus interessant (fabricant de composantes vs fabricant de voitures modifiees incluant ces composantes)

Edited by qwerty
Link to comment
Share on other sites

Link to comment
Share on other sites

 

Est-ce que Novabus a choisi de s'installer à Plattsburgh à cause de la fiscalité ou pour contourner les lois de type Buy American?

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share




×
×
  • Create New...