Jump to content

Recommended Posts

Selon une nouvelle émise par le Journal La Presse, la Raffinerie Shell de Montréal-Est serait sur le point d'être sous les piques des démolisseurs. Cette raffinerie, fondée en 1932, constitue un patrimoine culturel important pour le Québec puisqu'il s'agit de la seule unité de raffinage du pétrole ayant une aussi grande profondeur historique. Dans le paysage de Montréal depuis 80 ans, la raffinerie pourrait disparaitre dans les prochains mois. Cette mauvaise nouvelle reste encore floue sur la quantité de démolition. Est-ce qu'il y aura des efforts de conservation des bâtiments de briques rouges sis sur la rue Sherbrooke-Est ?! Est-ce que nous pourrons conserver au moins une unité de la raffinerie afin de rendre hommage à cette époque industrielle pétrolière dans l'Est de Montréal ?

 

Bref, que des questions à se poser sur le sujet !

 

(1932-2012)

Shell.jpg

 

Shell: la démolition de la raffinerie va commencer

 

Les travaux de démantèlement et de démolition de l'ancienne raffinerie de Shell à Montréal-Est débuteront sous peu, a annoncé mardi la multinationale.

 

Dans un communiqué, Shell a indiqué avoir choisi l'entreprise de services environnementaux Delsan-AIM, de Montréal, pour effectuer les travaux, dont les coûts n'ont pas été divulgués.

 

Dans le cadre de l'entente, Delsan-AIM achètera puis revendra les réservoirs, la tuyauterie et les autres équipements de raffinage ayant une valeur marchande en vue de leur réutilisation ailleurs dans le monde. Les éléments qui ne trouveront pas preneur seront recyclés.

 

Shell et Delan-AIM prévoient que les travaux s'échelonneront jusqu'à la fin de 2014. Quant à la restauration du terrain de la raffinerie, elle doit avoir lieu au printemps 2013.

 

Québec a autorisé le démantèlement de la raffinerie en juin 2011. Le gouvernement avait conclu que la fermeture des installations n'allait pas entraîner de pénurie puisque les deux autres raffineries de la province ont une capacité totale de 400 000 barils par jour, soit 40 000 barils de plus que la consommation québécoise quotidienne.

 

La raffinerie de Shell, qui a cessé ses activités en novembre 2010, donnait du travail à environ 800 personnes. Le syndicat des employés a multiplié les efforts pour bloquer sa fermeture, mais en vain.

Edited by Montréal Fred Metro
Link to comment
Share on other sites

T'es vraiment fatiguant avec tes niaiseries des fois, au pire on s'en calice un peu d'une vieille raffinerie? C'est vraiment dommage pour ceux qui ont perdu leurs emplois et pour l'économie de Montréal mais de là à brailler parce les bâtiments de brique rouge vont être démolit come on.

Link to comment
Share on other sites

T'es vraiment fatiguant avec tes niaiseries des fois, au pire on s'en calice un peu d'une vieille raffinerie? C'est vraiment dommage pour ceux qui ont perdu leurs emplois et pour l'économie de Montréal mais de là à brailler parce les bâtiments de brique rouge vont être démolit come on.

 

Ce genre de raisonnement résulte d'une méconnaissance historique du complexe.

Link to comment
Share on other sites

En fonction de notre formation professionnelle, de nos intérêts et de nos orientations, on pourrait évidemment amorcer toute une gamme de thèmes à partir de cette nouvelle. Convenons d'abord de faire une distinction entre la fermeture de la raffinerie (une question d'affaires, d'emplois et d'économie), le démantèlement des équipements (idem, en ajoutant le clou final dans le cercueil), et la démolition des batîments de briques rouges des années 1930 (une question de conservation du patrimoine).

 

Pour ma part, la question économique a eu sa réponse: on n'y revient plus. La question patrimoniale: je ne me considère pas qualifié pour en parler; j'ai conscience de certains exemples dans le monde, le plus célèbre étant le Zollverein dans la Ruhr, mais je ne suis pas en faveur de tout conserver ce qui est vieux.

 

Ce qui m'intéresse le plus finalement dans ce cas, c'est le potentiel de reconversion des terrains par décontamination: à quels coûts, et pour quels usages? Quelles sont les options?

Link to comment
Share on other sites

Ce qui m'intéresse le plus finalement dans ce cas, c'est le potentiel de reconversion des terrains par décontamination: à quels coûts, et pour quels usages? Quelles sont les options?

 

Shell devra probablement décontaminer les terrains à ses frais, comme c'est le cas avec une station-service qui ferme. Le terrain est zoné industriel lourd, et je vois mal un autre usage qu'industriel. En plein coeur du parc industriel de Mtl-Est on peut oublier le résidentiel et le commercial...

Link to comment
Share on other sites

Shell devra probablement décontaminer les terrains à ses frais, comme c'est le cas avec une station-service qui ferme. Le terrain est zoné industriel lourd, et je vois mal un autre usage qu'industriel. En plein coeur du parc industriel de Mtl-Est on peut oublier le résidentiel et le commercial...

 

La décontamination par Shell est dans les plans, si je me souviens bien.

 

Je mets un 10$ que Montréal-Est, qui vient de perdre sa plus grande source de revenu, va faire une petite modification de zonage sur une grosse partie du terrain!

Même peut-être une fusion avec Montréal?

 

J'ai hâte de voir ça!

 

Ceci dit, je vois pas pourquoi on pourrait pas garder un ou deux bâtiments des années 20-30. Pourquoi on les démolirait?

Link to comment
Share on other sites

Ils sont vraiment dans un no mans land. Garder des batiments en plein coeur de quartier c'est une chose mais ceux la ?

 

 

Je dit pas non, mais je suis septique. Sinon juste à coté, il y a la carrière toujours en activité. Pas tellement le genre d'endroit pour du résidentiel. Et pour du commercial, il reste toujours des raffinerie dans le coin en activité + beaucoup de silo et terrain contaminé. Je pense pas que sa soit viable pour du commercial.

 

Mais vendu à bon prix et décontaminé en plus par Shell, le terrain sera peux être utilisable pour de l'industriel. Il n'en reste plus beaucoup à Montréal à bon coût et c'est juste a coté de la 40, pas très loin du tunnel et de la 25. Un très bon endroit qui en plus est très bien desservit par le transport en commun contrairement à bien des site industriel de la banlieue.(a 5-10 min du métro Honoré Beaugrand en autobus) et les taxes à Montréal est sont très basse pour les industries.

 

Mais Montréal est n'aurais jamais du être défusionné, comme le reste... Autant tétreautville/mercier que Pointe-aux-trembles devrait profité des taxes des raffineries et usines puisqu'ils en subisses tout les deux les impacts.

Link to comment
Share on other sites

 

Mais Montréal est n'aurais jamais du être défusionné, comme le reste... Autant tétreautville/mercier que Pointe-aux-trembles devrait profité des taxes des raffineries et usines puisqu'ils en subisses tout les deux les impacts.

 

Tôt ou tard Montréal-Est va devoir s'annexer à Montréal. La raison principale qui poussait la Ville a restée indépendante était l'entrée de taxes des grandes raffineries et usines. J'ai vu que l'année dernière ils ont commencé à couper des postes aux niveau de l'administration municipale et que les taxes aux citoyens augmentaient de beaucoup ( chose qui n'était pas arrivé depuis plusieurs années ).

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...