Recommended Posts

Even if i'm very intolerant of the PQ - and it's devastating consequences on the Quebec economy - this is why English Canada is half the battle. There's so much bullshit in this article I don't even know where to begin.

 

http://fullcomment.nationalpost.com/2012/10/06/conrad-black-as-quebec-decays-toronto-seizes-greatness/

 

 

The announcement this week of an effort spearheaded by art collector and impresario David Mirvish, international architect Frank Gehry and innovative developer Peter Kofman to provide Toronto with a novel vertical, arts-based downtown residential complex is potentially a big step in Toronto’s quest to vault itself into the front ranks of the world’s cities — where it has sometimes prematurely claimed to belong. Whether Canadians from other centres like it or not, Toronto is now and will remain the comparative metropolis of the country, having surged past Montreal after that city entered into a sustained suicide attempt based on separatist agitation and accompanying racial and cultural discrimination.

 

Behind the pretenses to egalitarianism that dress up confiscatory Quebec tax laws and repressive language laws, the real driving ambition has been to push the non-French out of Quebec, buy up the real assets they cannot physically take with them, especially their mansions and office buildings in Montreal, and eliminate up to half the emphatically federalist votes in the province. Montreal’s loss has proven to be Toronto’s gain.

 

Historically, almost all Quebec’s non-French (comprising about 20% of the provincial population) are anti-separatist; and about an equal number of Quebec federalists are authentic French-Canadians who have thrown in their lot with the pan-Canadian option, and are routinely reviled by their peppier Quebec nationalist compatriots as vendus, sell-outs. (In my recent debut as a co-host with Amanda Lang on her CBC news program, the only line of mine that was excised was to this effect — so squeamish does the CBC remain about calling Quebec nationalism what it is: outright racism, at least in the worst cases. Radio Canada, the French CBC, is a notorious infestation of separatists.)

 

The principal bulwark of federalism in Quebec, and therefore in Canada, has been the English-Canadians, who have habitually voted Liberal, and have been shamefully neglected by the Liberal Parties of Canada and Quebec (the first now eviscerated and reduced to the unimaginably dubious expedient of elevating a leader whose sole qualification for high public office was surviving childbirth, and the second defeated and discredited, and now about half English, despite all its ingratitude). But 50 years of nationalist pressure in Quebec, uncompetitively high tax-rates on upper income groups and the endless redefinition of the use of English as a “privilege” that can be whittled down and compromised, have driven over 500,000 people out of Quebec, most of them to the Toronto area.

 

These former Quebecers, and the comparative welcome that Toronto has given external immigration (unlike the Québécois, who are generally hostile to any non-French immigration and none too accommodating even to ostensibly francophone immigrants who don’t speak like Québécois and aren’t too preoccupied with Quebec nationalism), has made Toronto an unusually, almost uniquely multi-cultural city. In fact, Toronto is one of the few jurisdictions where multi-culturalism has not been a disaster.

 

The Netherlands has just rolled back its former official deference to the non-Dutch, and required assimilation in the education system, a belated response to an Islamist influx that is threatening domestic tranquility and social coherence. For less defensible motives, Quebec is placing further strictures on the teaching of English in the state school system, a terrible disservice to the province, which despite its ululations of sufficiency, is a demographically dwindling repository of a not overly dynamic French fact outnumbered 50:1 by its English-speaking North American neighbours, and which by its addiction to transfer payments from English Canada has become a white-collar secular clerisy that contributes little economic added value to anything. Electricity, over-unionized base metals and forest products industries, and a scattering of high tech and financial services are all that generate any earned income for Quebec now.

 

The migrations from Quebec and elsewhere have gradually, over 50 years, transformed Toronto from a tank town of low church Protestant bigotry and ugliness, and radical segmentation between the Catholic and Protestant sections of an almost monochromatic white city — where only hotels had liquor licences, and cinemas were not open on Sunday, and even on Saturday night, everything (which wasn’t much) shut down before 11 o’clock — to a serious metropolis by international standards. The forces of racial and cultural snobbery and intolerance have retreated into a few fetid clubs, where the denizens fester like despotic toads in their unregenerate hypocrisy. Greater Toronto has over 6 million people, the fifth metropolitan area in North America, and 160% of Greater Montreal, and about one fifth of the people who live there are non-whites, and over 30% speak a language other than English or French at home, the exactly opposite policy to the desperate and restrictive cultivation of French in Quebec.

 

These trends will continue, and the rise of Toronto as an increasingly important metropolis of a steadily more important Canada is almost inevitable. This is why it is hazardous, as well as dishonest, for the NDP to paint itself into the Quebec corner, complaining of Albertan oil, and calling, in effect, for repeal of the Clarity Act, to facilitate the separation of Quebec by a bare yes majority on a trick question, and committing the federal government virtually to ban English among its employees in Quebec. It is a disgraceful policy of pandering, minority cultural oppression, and regional abrasion, completely unsuitable for the official, pan-Canadian opposition. It is as if Gilles Duceppe and his unlamented Bloc Québécois had held its majority of Quebec MPs but also elected 40 people in other provinces, mainly Ontario and British Columbia.

 

Returning to this revolutionary plan for Toronto’s entertainment district, all three project leaders, David Mirvish, Frank Gehry and Peter Kofman, are, in their different fields, innovators and creators, and precisely what Toronto needs to translate economic boom and ethnic diversity and population growth into a distinctively great city. Toronto is recognized to be liveable by world standards, and relatively safe and prosperous. But as a great city, it lacks history, drama and flair. History, dramatic historic events, epochal personalities, and great cultural achievements and trends can’t just be confected. And drama is mainly violence: the French Revolution and Napoleonic and other wars in Paris; the Civil War and Blitz in London, the drastic changes of regime in Berlin, and the incomparable drama of Rome, as the imperial and ecclesiastical, and then reunited Italian capital. Even New York and Chicago have the tragic mystique that surrounds gang and gangster wars, revolutionary and Indian skirmishes, countless riots, earth-shaking financial upheavals, 9/11.

 

Toronto obviously does not seek tumult and bloodshed to tart up its ambiance; so to be great, it must ensure that more of its growth comes in the form of brilliant architecture — the construction of iconic projects of the future. The Mirvish project consists of a trio of unusually interesting, 80-storey buildings. It will contrast well with the city’s existing skyscrapers. (Three of Toronto’s impressive bank office complexes, for instance, TD, CIBC and BMO, while fine plazas, are just knock-offs from Mies Van der Rohe, I.M. Pei, and Edward Durrell Stone.) Frank Gehry, who appeared to be descending into self-indulgent eccentricity with his proposed memorial in Washington to Dwight D. Eisenhower that featured a statue of the victorious theatre commander and two-term president as a 14-year-old farm boy, has produced a beautiful design (though it would be better if the Princess of Wales Theatre could be preserved).

 

Toronto must avoid the Canadian tradition of nit-picking the ambitious and original and, as it did when it built the new city hall, it must seize and promote this great and self-generated opportunity.

Share this post


Link to post
Share on other sites

He's a non-canadian criminal , he spent the past few years rotting in jail, and he's generally recognized as an embarrassment to canadian bussiness and an international fraudster. And he's giving Quebec lessons on decay?

 

 

 

I could not care less. He's the best example of decay I know !!!

 

 

And if he thinks Quebec is decaying, Ontario is not far behind with its rusty auto industry and out-of-control government debt.

Edited by cjb

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il n'est pas crédible du tout...pis on est loin de l'impact de la prise du pouvoir du PQ de 1976 et des années 90...Si les gens sont tant attachés à Montreal ils vont y rester...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il n'est pas crédible du tout...pis on est loin de l'impact de la prise du pouvoir du PQ de 1976 et des années 90...Si les gens sont tant attachés à Montreal ils vont y rester...

 

Titec - tu devrais ouvrir tes yeux. Je connais plein (une vingtaine) Anglo et Franco - que sont gestionaires d'entreprises qui sont prets a partir si le PQ augmente les taxes sur les gains capitaux. On reste pas au Quebec parceque c'est joli.. follow the money.

 

Back to the topic - this is why english Canada needs a wake up call

Share this post


Link to post
Share on other sites

Conrad Black is a Bouffoun, a Criminal, and a shit disturber....If you would have read the comments section of the NP on this article you would have also noticed that no one takes this guy seriously, for some rare occasion the NP right wing comments section actually took on Montreal's side. Maybe he should go back to his jail cell, Big Bobby Boy is waiting for him....

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le gros égo a son meilleur, il est le plus grand opportuniste qui soit et sa crédibilité n'a pas plus de valeur que sa réputation. Comme plusieurs qui se donnent une image d'homme d'affaires honorables et qui ne sont que des matérialistes véreux qui vendraient leur mère.

Edited by acpnc

Share this post


Link to post
Share on other sites
Conrad Black est un clown pathétique dont la haine des "séparatistes québécois" est caricaturale.

 

 

 

En fait, il semble aimer l'image folklorique des Québécois (si j'en crois d'autres textes qu'il a écrit), comme les coureurs des bois. Selon moi, il doit se demander pourquoi on ne veut pas que notre culture reste uniquement dans notre passé et que l'on refuse de s'intégrer dans la majorité anglophone dans le présent. Je crois qu'il aime les Québécois du passé, en autant qu'ils restent dans le passé.

 

Cependant, il a un point quand il dit que quand on se tire dans le pied avec de mauvaises politiques, c'est Toronto qui ramasse le jackpot. La promotion du français au Québec ne fait peut être pas l'affaires de certaines compagnies anglophones, et bien tant pis pour celles-ci! Mais quand on devient intégristes au niveau de la langue, qu'on surtaxe les "riches" et qu'on menace constamment de se séparer (même si la population ne veut présentement rien savoir de la souveraineté), alors on contribue à l'enrichissement de Toronto. Et ça fait bien l'affaire de Toronto qui ne demande pas mieux que d'améliorer son standing international. Je lisait récemment des questions de lecteurs (ou d'actionnaires) à des responsables de Lavalin, et sans surprise une des premières questions demandait si la compagnie prévoyait déménager à Toronto (ou peut être Calgary). Toronto nous considère comme son club-école. Si on a ou si on développe quelque chose de grand ou de prestigieux, Toronto considère que ça lui revient de droit. Et nous, de notre côté, on semble tout faire pour les aider... Si on ne fait pas attention, on va perdre d'autres sièges sociaux ou des centres de recherche, des événements sportifs comme le Grand Prix ou la moitié de la Coupe Rogers présentée à Montréal, ou on va se faire éclipser dans nos festivals comme c'est arrivé avec les festivals de film. Et si ça arrive, il va y avoir plein de gens pour dire que finalement ce n'est pas une mauvaise chose pour une raison ou pour une autre (par exemple que le festival de film de Toronto est un sell-out à Hollywood alors que celui de Montréal est pur et artistique).

 

L'impression que j'ai parfois, c'est que Toronto veut la médaille d'or pour la première place, que Montréal veut aussi la médaille d'or mais comme prix de participation, et que Québec se moque du rang où elle termine en autant que Montréal ait fini plus bas. Ce n'est qu'une impression que j'ai.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans presque tous les pays où on trouve deux grandes villes dominantes, il y a toujours une rivalité entre elles. On pourrait d'ailleurs identifier facilement les Toronto et Montréal de ce monde: Francfort (Toronto) Munich (Montréal); Sao Paulo (Toronto) Rio de Janeiro (Montréal); Milan (Toronto) Rome (Montréal); Madrid (Toronto) Barcelone (Montréal); etc... On n'a rien inventé et Toronto sera toujours à l'affut de nous ravir nos meilleurs fleurons parce que quelque part elle a toujours entretenu un sentiment d'envie. Et ce qu'elle a réussi à nous prendre a suivi avec les anglos qui ont quitté la province, et on n'y pouvait pas grand chose. Cela a été une sorte d'exode qui a bien sûr fait mal à Montréal, mais c'était le prix à payer pour notre affirmation nationale.

 

Autrement "TO", comme ils disent, est devenue la métropole canadienne bien avant l'arrivée des péquistes. Quant aux sièges sociaux, ils ont suivi le mouvement vers l'ouest, une tendance continentale aussi amorcée dans les années soixantes. On pourrait longtemps disserter sur le sujet et déplorer nos pertes, en exprimant pour plusieurs, cet espèce de sentiment d'infériorité, que je ne partage aucunement. L'arrogance de Toronto m'indiffère, elle est caractéristique des villes orgueilleuses, qui ont tellement de chose à se prouver, et qui se drapent au passage dans un matérialisme primaire.

 

Elle est la capitale provinciale de la province la plus populeuse, elle est de culture anglophone, la culture dominante du continent, et a toujours eu les faveurs d'Ottawa jusqu'à l'arrivée du gouvernement Harper. Des forces qui l'ont longuement favorisée et qui se nourrissent de leur propre dynamique. Alors qu'elle continue à être ce qu'elle est et qu'elle croisse comme elle l'entend, grand bien lui fasse.

 

Montréal est ce qu'elle est et n'a pas besoin d'imiter quiconque. Nous sommes une ville de création, de qualité de vie et de joie de vivre. Une ville diversifiée, pleine d'énergie et de projets originaux. Une ville à l'histoire riche et encore présente, culturelle et multiculturelle, qui vibre toute l'année, pas seulement durant un festival de film. En plus Montréal a organisé les deux événements internationaux les plus disputés au monde, Toronto a essuyé un échec à chaque demande similaire.

 

Je me permet au passage une petite rectification, pour ceux qui croient à tort que Montréal a perdu son festival, ravi par la ville reine. Le TIFF a débuté en 1976, c'est plutôt Montréal qui l'a imité en 1977. La formule torontoise a prouvé avec le temps qu'elle était la plus populaire auprès du public et des médias, en devenant une vitrine du cinéma américain. Comme le cinéma américain demeure une puissance inégalée sur le plan du 7è art, il devenait naturel que le festival de Toronto ait le succès et l'envergure qu'il connait aujourd'hui.

 

Notre festival des film du monde, s'est plutôt donné un mandat international, orienté vers le cinéma moins commercial (d'auteurs) et ouvert à une multitude de pays. Moins prisé, il n'en demeure pas moins un événement culturel de grande qualité, respecté et couru par un public averti et exigeant. C'est plutôt au niveau de la production cinématographique que nous dominons la scène canadienne, par une récolte abondante de succès et d'histoire originales, qui pour plusieurs connaissent une carrière internationale.

 

Quand je regarde tout ce que Montréal produit dans une foule de domaines, j'ai un sentiment de fierté. Parce que nous ne sommes pas assis sur nos réussites passées, bien qu'impressionnantes. Nous continuons à exceller et à inventer de nouveaux événements, de nouveaux produits et de nouvelles industries qui favorisent notre économie et qui nous donnent une image positive dans le monde.

 

Cessons donc ces jérémiades de perdants que je lis trop souvent dans ce forum. Bien sûr il faut travailler fort pour conserver nos sièges sociaux, nos usines et nos investisseurs. Nous ne sommes pas assez imbéciles pour regarder partir nos forces sans réagir. Mais le tableau négatif et récurrent brossé plus haut dans le texte de Toxik, caractéristique de plusieurs autres interventions de certains membres, m'irrite parce qu'il est basé sur un sentiment d'infériorité et de peur que j'ai peine à comprendre.

 

Le monde change et continuera de changer, il y aura des hauts et des bas, mais nous serons toujours ce que nous sommes: des créateurs de qualité toujours prêts à réinventer le monde. Montréal n'est pas en compétition avec Toronto, elle brille par elle-même et s'adresse prioritairement au monde, parce qu'elle déborde des frontières canadiennes depuis longtemps.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le monde change et continuera de changer, il y aura des hauts et des bas, mais nous serons toujours ce que nous sommes: des créateurs de qualité toujours prêts à réinventer le monde. Montréal n'est pas en compétition avec Toronto, elle brille par elle-même et s'adresse prioritairement au monde, parce qu'elle déborde des frontières canadiennes depuis longtemps.

 

You're once again out of touch with reality. Montreal IS in competition with Toronto. Companies like Bombardier, Air Canada, Lavalin, CGI, Bell - can move their headquarters to Toronto which will equate into billions of dollars of money leaving the province. For some reason - you forget that this is plausible. I feel like you live in a utopia where everybody is fat and happy.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By mtlurb
      Prolongement de la ligne bleue vers l'est

      Prolongement de la ligne bleue vers l'est. La mise en chantier est prévue en 2022, pour une livraison en 2026. Connexion avec le SRB Pie-IX, stationnement de 1200 places aux Galeries d'Anjou. Coût évalué à 3.9 milliards de dollars.
      Le projet en chiffres 
      5 nouvelles stations de métro accessibles, pour une longueur de tunnel de 5,8 km 2 terminus d’autobus et 1 stationnement incitatif de 1 200 places 1 tunnel piétonnier souterrain assurant le lien avec le futur SRB Pie-IX Plusieurs infrastructures opérationnelles : 6 structures auxiliaires renfermant des équipements nécessaires à l’exploitation, 1 poste de district, 1 garage de métro, 1 centre d’attachement hébergeant des véhicules d’entretien des voies et 1 centre de service pour l’entretien des infrastructures Budget estimé de 3,9 G$ Échéancier préliminaire
      Début 2019 : début de la conception des plans et devis.  Printemps 2019 : approbation du mode de réalisation, du plan budgétaire et de l’envergure du projet. Fin 2019 : début de travaux préparatoires sur certains sites. Début 2020 : démarrage des processus de changement de zonage et de consultations publiques.   2021 : dépôt du dossier d’affaires, lancement de la construction des nouvelles infrastructures. 2026 : inauguration du nouveau tronçon.
    • By IluvMTL
      Port de Montréal
       
      Installations

       
      Accueil À propos du Port Carrières Nous joindre Médias English  
       
      ENTREPRISES
       
      LE PORT, PARTENAIRE D'AFFAIRES
      Nos avantages Plateforme intermodale Ouvert toute l'année Sûreté au port Statistiques Représentation - Europe / É-U / Asie Contacts à l'Administration portuaire Services fréquemment demandés Liens utiles aux entreprises Appels d'offres Magazine Port Info  
       
      OPÉRATIONS
      Arrivées et départs des navires Services programmés de conteneurs Pratiques et procédures Permis et autres documents MARSEC Avis aux usagers Services aux navires TarifsPassPortRéseau de caméras Internet    
      INFORMATIONS SUR LE PORT
      Répertoire du Port Carte des installations Carte du Port de Montréal Carte d'accès au siège socia lRoutes d'accès aux terminaux Information aux camionneurs Carte régionaleLois et règlements Conditions générales d’occupation FAQ    
       
      COMMUNAUTÉ
       
      PRÉSENTATION DU PORT
      Commerçant maritime mondial Le Port en chiffres Statistiques Moteur de développement économique Le Port au fil de son histoire Niveaux d'eau Maison des marins Présentation et discours Publications Carnet de bord – Le magazine des amis du port Devenez un ami du port PhotosVidéos  
      ENGAGEMENT SOCIAL
      Développement durable Environnement  
       
      PROJETS
      Travaux secteurs Maisonneuve et Viau  
       
      CROISIÈRES
       
      CROISIÈRES INTERNATIONALES
      Arrivées et départs des navires Montréal, destination touristique Accès à la gare maritime FAQ Photos Vidéos Liens utiles  
      CROISIÈRES INTÉRIEURES
      Liens utiles  
       
      BATEAUX DE PLAISANCE
      Liens utiles
    • By mtlurb
      350 Maisonneuve
       
      Architectes: Menkès, Shooner, Dagenais, Letourneux
      Fin de la construction:2009
      Utilisation: Hôtel/Résidentiel
      Promoteur: SacresaCanada, Iber Management ( Espagne).
      Emplacement: Quartier des Spectacles, Montréal
      98 mètres (296 pieds) - 28 étages
      Description:
      - Le complexe en «L», comprendra environ 300 unités.

      Plus d'infos et d'images: http://www2.ville.montreal.qc.ca/ldvdm/jsp/ocpm/ocpm.jsp?laPage=projet14.jsp
      1b1.pdf
    • By alihoufani
      J'ai remarqué qu'on voit Montréal sur le menu du nouveau remake de Resident Evil 2. C'est un pur hasard parce que le jeu est fait au Japon et il ne se passe pas à Montréal, mais j'aime bien le background. 

    • By p_xavier
      https://www.tvanouvelles.ca/2019/01/04/en-route-vers-une-prochaine-station 
      Quelques erreurs dans le texte mais ça résume bien les projets STM en 2019.