Recommended Posts

http://www.sdemontreal.com/fr/est/projets

 

CITÉ PORTUAIRE : ACCESSIBILITÉ ET RAYONNEMENT

Le projet de la Cité portuaire vise à appuyer le développement du port de Montréal et des activités économiques qui y sont afférentes.

 

Le projet de la Cité portuaire vise à :

  • accroître l’accessibilité terrestre du port de Montréal
  • élaborer, avec les partenaires, un projet de développement fondé sur les avantages comparatifs et les atouts de Montréal en tant que ville portuaire, en misant notamment sur le secteur de la logistique
  • préserver l’intégrité physique et fonctionnelle des accès ferroviaires et maritimes
  • aménager, dans le port et à proximité, des sites d’observation et d’interprétation des activités portuaires
  • doter Montréal d’une gare maritime internationale

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.newswire.ca/en/story/872083/l-administration-portuaire-de-montreal-soutient-le-projet-cite-portuaire

 

 

MONTRÉAL, le 4 nov. 2011 /CNW Telbec/ - L'Administration portuaire de Montréal (APM) se réjouit du projet « Cité portuaire» dévoilé dans le cadre du plan quinquennal pour développer l'Est de Montréal présenté lundi par le maire de Montréal Gérald Tremblay. «Ce projet confirme l'importance accordée par la Ville de Montréal, les élus locaux et le milieux des affaires aux activités portuaires à Montréal. Non seulement sommes-nous reconnus comme un acteur de développement économique, nous devenons un partenaire stratégique pour qui il est important d'assurer la compétitivité et le rayonnement», a indiqué Sylvie Vachon, présidente - directrice générale de l'APM.

 

Pour rappel, le projet « Cité portuaire » dégage cinq priorités:

accroître l'accessibilité du port pour les camions,

préserver l'intégrité physique et fonctionnelle des accès ferroviaires et maritimes,

organiser et mettre en place une grappe de la logistique et des transports,

aménager des passerelles d'observation et d'interprétation des activités portuaires pour le public ; améliorer la gare maritime.

 

À propos du port de Montréal

Exploité par l'Administration portuaire de Montréal (APM), le port de Montréal est un important centre de transbordement diversifié qui traite tous les types de marchandises : conteneurisées et non conteneurisées, vrac liquide et vrac solide. C'est un port de conteneurs de premier plan desservi par les plus grandes lignes maritimes de transport de conteneurs au monde. Le port de Montréal a manutentionné 1 331 351 EVP (unité équivalant à un conteneur de 20 pieds) en 2010, ce qui représente 12 033 434 tonnes de marchandises.

 

Le port a aussi manutentionné 8 151 136 tonnes de produits liquides en vrac, 3 204 076 tonnes de solides en vrac et 2 380 863 tonnes de céréales en 2010.

 

Le port de Montréal possède son propre réseau de chemin de fer directement sur les quais. Il est relié directement aux réseaux ferroviaires du Canadien National (CN) et du Canadien Pacifique (CP).

 

Le port exploite une gare maritime qui a accueilli 48 180 passagers et membres d'équipage en 2010. Tous les autres terminaux sont gérés par des opérateurs privés. L'activité portuaire soutient 18 200 emplois, et génère des retombées économiques de l'ordre de 1,5 milliard de dollars par année.

 

Renseignements :

Michèle Beaubien

Directrice des communications

[email protected]

Tél. : 514 283-7050

Télécopieur : 514 283-0829

http://www.port-montreal

Edited by IluvMTL

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://montreal2025.com/communique.php?id=1800&lang=en

 

PRESS RELEASES

31.05.12

RÉUNION ANNUELLE DE L'ADMINISTRATION PORTUAIRE DE MONTRÉAL : TRAFIC DE MARCHANDISES RECORD EN 2011

En 2011, le volume total des marchandises manutentionnées au Port de Montréal a atteint 28,5 millions de tonnes, dépassant le record de 27,9 millions de tonnes enregistré en 2008. Ce résultat, dévoilé lors de la réunion annuelle de l'Administration portuaire de Montréal (APM), représente une hausse de 10,1 % par rapport à l'année 2010. À la fin de 2011, le bénéfice net s'est élevé à 7,1 millions de dollars, grâce, notamment, à un contrôle rigoureux des dépenses. Le Port de Montréal manutentionne des conteneurs, du vrac liquide, du vrac solide, du grain, en plus d'accueillir des croisiéristes. En 2011, l'activité du secteur des conteneurs a augmenté de 3,6 % par rapport à 2010, pour atteindre 12,5 millions de tonnes de marchandises, ou 1,36 million de conteneurs EVP (équivalent 20 pieds).

 

Du côté du vrac liquide, le port en a manutentionné 10,1 millions de tonnes l'an dernier, soit 34 % de plus qu'en 2010. Cette hausse s'explique par l'augmentation des réceptions de produits raffinés par navires. Les autres produits liquides ont connu une hausse de 9,1 % par rapport à l'année dernière, grâce surtout à une augmentation de la demande d'éthanol.

 

Le volume de manutention du vrac solide a, quant à lui, connu une augmentation de 7,1 %, due surtout aux chargements de gypse, d'engrais, de charbon et de minerai de fer. Cette augmentation ne tient pas compte du trafic céréalier, qui a connu une année de transition avec le transfert de la gestion des opérations du terminal céréalier à la compagnie agroalimentaire Viterra, le 1er juillet dernier.

 

Par ailleurs, la saison 2011 s'est clôturée par 40 croisières internationales et fluviales pour un total de 38 031 passagers. Le Comité croisières Montréal, initié en juin 2011, compte maintenant neuf partenaires de l'industrie touristique montréalaise qui travaillent à faire connaître l'escale Montréal auprès des professionnels du voyage. Les premiers résultats sont prometteurs : on attend cette année 55 500 passagers, soit une augmentation de 46 % du nombre de passagers. L'APM remercie tous les partenaires du Comité croisières Montréal pour le bon travail accompli.

 

Faits marquants

Le terminal céréalier - Le 1er juillet 2011, le Port de Montréal a procédé au transfert du terminal céréalier à la compagnie agroalimentaire Viterra, qui depuis, en assure la gestion des opérations. Cette entente à long terme s'inscrit dans une démarche visant à consolider et à augmenter le trafic des céréales au port, tout en continuant de fournir un service de haut calibre aux producteurs québécois. « Avec l'arrivée de Vittera, toutes nos installations sont dorénavant exploitées par des compagnies spécialistes de leur domaine », a déclaré Mme Sylvie Vachon, présidente-directrice générale de l'Administration portuaire de Montréal. « Le Port de Montréal peut ainsi mettre toutes ses énergies à développer son créneau d'excellence : le commerce maritime mondial. »

 

La Cité portuaire - Lors de son allocution, Sylvie Vachon a rappelé l'importance que le Port de Montréal accorde au projet de Cité portuaire, une initiative de la Ville de Montréal visant à développer l'Est de Montréal. La volonté de se rapprocher des communautés montréalaises fait partie des priorités de l'APM.

 

Mme Vachon s'est également déclarée très encouragée par les travaux du comité provisoire qu'elle a présidé, et qui était chargé d'étudier la possibilité de créer une grappe industrielle de logistique et de transport pour le Grand Montréal. « J'ai bon espoir que tous les paliers gouvernementaux interpelés confirmeront leur participation financière sous peu.», a-t-elle déclaré.

 

Développement durable

À la suite de la politique de développement durable adoptée en 2010, le Port de Montréal a accueilli sa première locomotive à génératrices multiples, qui permet de réduire de 54 % la consommation de carburant, et de 90 % les émissions de gaz à effet de serre (GES). Trois autres locomotives seront livrées en août prochain. Quant au nouveau portail d'entrée des camions, inauguré en mars 2011, il réduit de moitié le temps d'attente des véhicules et, du coup, les émissions de GES. Le portail a d'ailleurs reçu le Grand prix d'excellence en transport de l'Association québécoise du transport et des routes, en mai 2011. De plus, le Port de Montréal a obtenu la plus haute cote de performance dans la catégorie Leaderhsip environnemental, décernée par l'Alliance verte, un programme environnemental volontaire destiné à l'industrie maritime du Canada et des États-Unis, et dont le Port de Montréal est l'un des membres fondateurs.

 

À propos du port de Montréal

Exploité par l'Administration portuaire de Montréal (APM), le Port de Montréal est un important centre de transbordement diversifié qui traite tous les types de marchandises :

conteneurisées et non conteneurisées, vrac liquide et vrac solide. Port de conteneurs de premier plan sur l'Atlantique, il est desservi par les plus grandes lignes maritimes de transport de conteneurs au monde. Stratégiquement situé à l'intérieur du continent nord-américain, il offre un accès de premier ordre aux marchés du Québec, de l'Ontario, du Nord-Est et du Midwest américains. Le Port de Montréal a manutentionné 1 362 975 de conteneurs EVP (équivalent 20 pieds) en 2011, ce qui représente 12 471 002 tonnes de marchandises. Le Port a aussi manutentionné 10 760 649 tonnes de produits liquides en vrac, 3 431 811 tonnes de solides en vrac et 1 741 035 tonnes de céréales en 2011. L'APM exploite son propre réseau de chemin de fer directement sur les quais. Il est relié aux deux réseaux ferroviaires pancanadiens, ainsi qu'à un réseau autoroutier. L'APM exploite également une gare maritime qui a accueilli 38 031 passagers et membres d'équipage en 2011. Tous les autres terminaux sont gérés par des compagnies privées d'arrimage. L'activité portuaire soutient 18 200 emplois, et génère des retombées économiques de l'ordre de 1,5 milliard de dollars par année.

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.citiesandports2012.com/interventions/orales/montreal-ville-port?lang=fr

 

Mardi 19 juin › Atelier 1 : Construire la mixité Ville Port (Cinéville Saint-Nazaire)

Montréal ville port

 

Thème : Port urbain | Ville(s) analysée(s) : Montreal

Les villes portuaires ont quelque chose d’unique. Montréal ne fait pas exception. Son port, situé à 1 600 kilomètres à l’intérieur des terres, est le plus près du coeur industriel de l’Amérique du Nord. Le temps de traversée est le plus court entre l’Europe du Nord et l’Amérique du Nord et rejoint 100 millions de consommateurs en moins de 36 heures. Le port s’étend sans interruption sur 26 kilomètres le long de la ville et il est situé à proximité de quartiers urbains relativement denses. Son modèle intermodal de 100 kilomètres de voies ferrées est une référence mondiale, sans compter l’accès immédiat au réseau autoroutier et aéroportuaire.

 

Montréal, c’est aussi sa capacité à collaborer. La Ville et l’administration portuaire, deux partenaires, collaborent plus que jamais pour améliorer la compétitivité du Port et assurer son leadership. Cette collaboration se manifeste notamment par la mise en place d’une grappe sur la logistique et le transport.

 

Cette grappe s’inscrit dans un projet plus vaste de Cité portuaire. Elle vise notamment à appuyer l’essor du port de Montréal et des activités économiques qui y sont afférentes et, surtout, à reconnaître son apport au développement de la métropole. Outre la grappe, trois autres projets y sont rattachés : l’accessibilité terrestre au port, l’aménagement d’une gare maritime de calibre international et l’aménagement de sites d’observation et d’interprétation des activités portuaires. Enfin, le projet de la Cité portuaire englobe la grande initiative du Havre qui vise à ramener la ville vers son fleuve.

 

Montréal reconnaît l’importance commerciale, économique et urbaine de son port. Le Port reconnaît l’importance de tisser des liens plus étroits avec la communauté. Cette approche est l’expression de visions complémentaires et d’une volonté commune de mettre en valeur l’unicité d’une ville portuaire comme Montréal et d’assurer la compétitivité du port et son rayonnement.

Edited by IluvMTL

Share this post


Link to post
Share on other sites

La liaison du passé avec le futur.

du Vieux-Port au Nouveau Port

 

Le Vieux-Port+Promenade de l'est+ Entrée de ville+Cité Portuaire

= Promenade Paul de Chomedey de Maisonneuve

 

S'inspirer sur (et intégrer certains éléments) du Promenade de Samuel-de-Champlain à Québec, mais conçu pour la situation Montréalaise.

http://www.capitale.gouv.qc.ca/realisations/promenade-samuel-champlain/

 

3483693158_816b9a0328_b.jpg

 

 

 

On peut rêver...

Edited by IluvMTL

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.facebook.com/pages/Mercier-Ouest-Vie-de-quartier/198675140172166

 

Citoyens et organisations locales : une invitation de l'Administration portuaire de Montréal:

 

Invitation à un groupe de discussion : relations avec les communautés situées à proximité du Port de Montréal

 

Bonjour,

 

L’Administration portuaire de Montréal (APM) vous invite à participer à un des trois groupes de discussion portant sur ses relations avec les communautés situées à proximité

 

des installations du Port de Montréal. Ces groupes de discussion ont pour objectif de connaître vos perceptions et vos attentes à l’égard de l’intégration du Port de Montréal dans son milieu et contribueront à alimenter la réflexion que mène actuellement l’APM sur le sujet. Ils se dérouleront aux dates suivantes :

 

· Groupe 1 : lundi 10 septembre 2012 de 12h à 14h

· Groupe 2 : lundi 10 septembre 2012 de 16h à 18h

· Groupe 3 : jeudi 13 septembre 2012 de 12h à 14h

 

Tous les groupes de discussion se tiendront à l’Édifice du port de Montréal, lequel est situé au 2100, avenue Pierre-Dupuy, aile 1 (voir carte). Un lunch ou un goûter sera servi, selon l’heure de la rencontre.

 

L’invitation a été transmise à une liste de citoyens et de représentants d’organisations locales susceptibles d’être intéressés à cette réflexion.

 

Le nombre de places étant limité à 10 participants par groupe de discussion, il est important de vous inscrire le plus tôt possible pour vous assurer de votre participation.

 

Les personnes inscrites aux groupes de discussion sont également invitées à une visite en bateau des installations du Port de Montréal, le 8 septembre prochain entre 8h30 et 9h30.

 

Les détails de cette activité seront transmis aux personnes inscrites.

 

Vous pouvez confirmer votre participation à ces activités soit par courriel à [email protected] ou en appelant au (514) 559-7021 en indiquant clairement :

 

· Le choix du groupe (Groupe 1, 2 ou 3) auquel vous souhaitez participer

· Si vous prévoyez participer à la visite des installations

 

La date limite pour vous inscrire est le 29 août à 17 h. Veuillez noter que l’invitation aux groupes de discussion est valide pour une personne.

 

De plus, chaque participant inscrit à un groupe de discussion dispose d’un maximum de deux places pour la visite des installations du Port.

 

Au plaisir d’avoir l’occasion de vous rencontrer lors de l’une de ces activités!

 

Cordialement,

 

Michèle Beaubien

Directrice des communications

Administration portuaire de Montréal

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By mtlurb
      Et ça continue, on improvise parce que les limites de vitesse arbitraires ne sont simplement pas respectées.... alors on force les gens à faire ce qui contredit le code de la route et le bon sens. 
       

      https://www.tvanouvelles.ca/2019/09/10/interdit-de-se-garer-a-moins-de-13-metre-du-trottoir
    • By loulou123
      La PresseLe samedi 28 avril 2007
       
      Tout indique que Montréal fera une importante annonce sur le vélo au centre-ville lundi. La fameuse épine dorsale du réseau cyclable, attendue depuis 20 ans, sur le boulevard de Maisonneuve, deviendrait enfin réalité, selon ce qu'a appris La Presse.
       
      Le responsable du transport au comité exécutif de la Ville de Montréal, André Lavallée, a confirmé hier qu'il s'apprête à dévoiler quelque chose de «gros». Mais il s'est contenté de rire lorsque questionné au sujet de l'ouverture d'une voie sur de Maisonneuve.
       
      Le lien manquant
       
      Vélo Québec espère depuis 20 ans l'ouverture de ce tronçon qui compléterait le lien d'est en ouest. Présentement, la piste cyclable s'arrête d'un côté à la rue Berri, et de l'autre, à la rue Green. Les cyclistes doivent ensuite s'engager en zigzag dans les rues de Montréal pour accéder au coeur du centre-ville.
       
      Patrick Howe, de Vélo Québec, explique qu'une piste cyclable est au centre du «plan d'accès au centre-ville» que son organisation avait déposé auprès des élus, en 2005. Ce plan était le fruit de deux études qui avaient conduit Vélo Québec jusqu'à Vancouver et Toronto pour comparer les réseaux cyclistes et identifier les meilleures solutions.
       
      Carrefour du Parc
       
      Par ailleurs, l'équipe Tremblay est sur le point d'annoncer l'ouverture d'une piste cyclable d'environ un kilomètre, dans l'axe des avenues du Parc et des Pins. La voie s'étendra de la rue Rachel (au nord) à la rue Hutchison (au sud).
       
      Cette piste cyclable sera réalisée à l'intérieur du budget de 6,5 millions consacré à l'aménagement des abords du nouveau carrefour du Parc. La dernière phase de ces travaux, qui s'élève à 29,5 millions, comprend la construction du trottoir à l'est de l'avenue du Parc, l'installation de lampadaires de rue et de parcs, et la plantation d'arbres.
       
      «Ce sera une piste cyclable confortable, drapée de vert, assure André Lavallée, qui en fera l'annonce prochainement. La piste deviendra une des entrées du centre-ville.»
       
      Le responsable du dossier au comité exécutif ajoute qu'il est impératif pour Montréal de repartager la chaussée avec les cyclistes et les piétons.
       
      «Autrefois, les cyclistes et les piétons étaient considérés comme une nuisance au centre-ville, dit-il. Les pistes cyclables dans la rue Wellington, Saint-Urbain et Notre-Dame, qui ont été ouvertes l'an dernier, sont en train de transformer les habitudes de circulation des Montréalais.»
    • By acpnc
      Publié le 12 août 2016 à 13h38 | Mis à jour le 12 août 2016 à 13h38
       
      Les Forges de Montréal menacées d'éviction par la Ville
       
      Les Forges de Montréal, un organisme sans but lucratif, est le seul endroit en Amérique du Nord consacré à enseigner les techniques d'époque, selon Mathieu Collette.
       
      La Presse Canadienne
      Giuseppe Valiante
       
      Au beau milieu d'une autoroute et de silos à grains le long du canal Lachine, à Montréal, se trouve une structure grisâtre âgée de 130 ans qui abrite des forgerons pratiquant le métier d'antan.
       
      Mathieu Collette, avec sa salopette noire et sa queue de cheval nouant ses cheveux foncés, travaille sur une pièce de fer rouge de chaleur placée sur une enclume française vieille de 230 ans.
       
      « Personne au Canada ne fait ce que nous faisons, dit-il alors qu'une goutte de sueur perle sur son front. Nous sommes même uniques en Amérique du Nord. »
       
      Bien que plusieurs cours de forge existent ailleurs au Canada, M. Collette affirme que son organisme sans but lucratif, Les Forges de Montréal, dans l'édifice où il travaille, est le seul endroit en Amérique du Nord consacré à enseigner les techniques d'époque.
       
      Ses collègues et lui offrent des cours à tous ceux qui sont intéressés à garder le métier de forgeron bien vivant.
       
      Depuis 2000, M. Collette et plusieurs autres forgerons se partagent l'espace, mais ils affirment que la Ville de Montréal veut les chasser de l'endroit en raison d'un conflit sur le bail.
       
      « La Ville veut mettre ses camions là », soutient M. Collette devant la fenêtre donnant sur l'autoroute Bonaventure, qui est à quelques mètres de l'édifice.
       
      Il pourrait prendre son matériel et déménager, mais M. Collette estime que le lieu de son atelier est aussi important que les méthodes qu'il enseigne à ses élèves.
       
      Derrière la structure de pierre est situé le canal Lachine, qui était auparavant à proximité des usines de bois transformé, d'acier, de cuir et d'autres produits qui ont été essentiels au développement du Canada.
       
      Tout juste à côté de l'édifice se trouvent d'imposants silos à grains, qui appartiennent à l'entreprise propriétaire de la farine Five Roses - dont le panneau en néon rouge illumine le ciel de Montréal chaque soir.
       
      Le fait qu'un atelier de forge soit entouré d'usines et de voies ferrées - des symboles de la Révolution industrielle - n'échappe pas à Mathieu Collette.
       
      « Nos techniques anciennes sont vivantes et sont [des symboles] de la Révolution industrielle au Canada », souligne-t-il.
       
      Le gouvernement possède le terrain sur lequel la structure est érigée et M. Colette souhaite discuter avec Ottawa pour agrandir l'atelier et créer un musée ainsi qu'une aire récréative extérieure afin de raconter l'histoire industrielle du Canada.
       
      « C'est totalement unique ici. Juste derrière nous est [située] l'entrée du canal qui a bâti le Canada: les moulins, le train, le pont Victoria derrière nous... Personne ne sait ça. Nous voulons faire un musée qui explique tout ça. »
       
      Mais M. Collette et ses partenaires doivent d'abord régler leur conflit avec la métropole, qui est propriétaire de l'édifice. Le forgeron dit qu'il avait une entente avec l'ancienne administration municipale pour remettre à plus tard des rénovations onéreuses.
       
      La Ville de Montréal soutient plutôt que cette entente n'avait jamais été formellement approuvée et que le groupe viole les clauses du bail en ne procédant pas aux rénovations.
       
      Une porte-parole de la municipalité, Anik de Repentigny, a écrit dans un courriel que les Forges de Montréal ne respectaient pas les obligations du contrat et que « le dossier suit son cours ».
       
      « Nous n'avons pas d'autres commentaires », a-t-elle dit.
       
      Mathieu Collette espère que les Montréalais et le maire reconnaîtront que son groupe protège l'héritage culturel de la ville.
       
      « Nous sommes une équipe de passionnés qui aimons partager les techniques anciennes de forge avec le public. Avant, les gens étaient fiers de faire des objets qui dureraient pour toujours. Et c'est pourquoi les anciennes techniques sont meilleures que les nouvelles », a-t-il fait valoir.
       
      La technique de forge en bref
       
      - La forge traditionnelle utilise les quatre éléments: la terre (le fer), l'air (pour augmenter la chaleur du fer), l'eau (pour refroidir le métal) et le feu (pour forger).
       
      - Le charbon de forge peut atteindre une température d'environ 1600 degrés Celsius.
       
      - Pour forger, il faut du charbon, une enclume, un marteau et de la poudre de borax (pour éviter l'oxydation).
       
      - À la fin de sa formation, l'apprenti forgeron saura faire des trous dans le métal, souder deux pièces ensemble et scinder le métal.
       
      - Les métaux par excellence sont le fer et l'acier en raison de leur solidité et de leur durabilité.
       
      - Un bon apprenti peut devenir forgeron après environ trois ans.
       
      http://www.lapresse.ca/actualites/montreal/201608/12/01-5009878-les-forges-de-montreal-menacees-deviction-par-la-ville.php
    • By ProposMontréal
      Webcam: http://www.nouveauchamplain.ca/chantier/chantier-en-direct/
       
      Discussion portant sur le nouveau Pont Champlain.
    • By nephersir7
      25 juillet 2018, en face du terminus Chevrier