Recommended Posts

Pinned posts

Nom: Arbora
Hauteur en étages: 8
Hauteur en mètres:
Coût du projet:
Promoteur: LSR Gesdev Inc
Architecte: Provencher Roy
Entrepreneur général: Sotramont
Emplacement: 291, rue de la Montagne
Début de construction:
Fin de construction:
Site internet: http://arboragriffintown.ca/
Lien webcam:
Autres informations:
Rumeurs:
Aperçu artistique du projet: 

Arbora.jpg

Maquette:
Vidéo promotionnelle: 

Citation

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 2018-10-12 à 22:40, js.bonin a dit :

Pour ton info, un des avantages des poutres et panneaux de bois CLT est la protection contre les incendies; l‘épaisseur de la section  transversale des panneaux de CLT offre une bonne résistance au feu parce que les panneaux se carbonisent lentement, de façon constante et prévisible, tout en maintenant une capacité structurale. Une fois formée, la couche carbonisée protège le bois de la dégradation, et comme les assemblages en CLT comportent moins de vides de construction, les risques qu‘un incendie se propage sont grandement réduits.

Ton CLT c’est du marketing et de la bulshit (ca coute pas cher au promoteur a monter..). Le bois attire le feu, les souris et les insectes point. Tu peux traiter avec tout ce que tu veux. En plus, avec le sushi shop et la boulangerie au rez-de-chaussee le risque est augmente.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, GIGI a dit :

Ton CLT c’est du marketing et de la bulshit (ca coute pas cher au promoteur a monter..). Le bois attire le feu, les souris et les insectes point. Tu peux traiter avec tout ce que tu veux. En plus, avec le sushi shop et la boulangerie au rez-de-chaussee le risque est augmente.

Oh my god... pas savoir de quoi on parle ici... le bois d'ingénierie lamellé collé, ça attire pas les souris et les insecte, et ça résiste au feu, on parle pas de 2X4 en SPF  comme dans des maison unifamiliale...

Sa grand qualité est que la structure ne se déformera pas sous l'effet de la chaleur comme de l'acier. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, GIGI a dit :

Ton CLT c’est du marketing et de la bulshit (ca coute pas cher au promoteur a monter..). Le bois attire le feu, les souris et les insectes point. Tu peux traiter avec tout ce que tu veux. En plus, avec le sushi shop et la boulangerie au rez-de-chaussee le risque est augmente.

Un grand expert en construction, on peu voir. 

Les structures de bois offrent une alternatives écologiques pour les grandes construction urbains. C'est le nouveau matériaux de notre siècle. Comme le métal fut pendant la période industrielle, ou le béton armé dans le siècle dernier. 

Ce qui prend feu dans l'habitation, ce n'est surtout pas les mur en bois ouvert de gypse, mais bien les meubles, sofa, rideaux, etc. La flamme se répand rapidement sur l'ameublement, et ensuite attaque les paroles intérieures. Comme on peu voir sur la dernière photo, le feu est limiter à un logement, car un degré de degré de résistance au feu est exiger entre les logements, et entres les usages différent (sushi shop / logement). 

Est -ce que le bâtiment à pris feu au complet? Non. Car les autorités compétentes ont mis en place une réglementation qui protège les citoyens. Et ce bâtiment, même si il est en bois, respecte les exigences de protections incendies. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je le trouve un peu bizarre le chantier - il n'y a pas le chaos habituel de toute sorte de trucs qui traînent partout. C'est comme si on mettait le chantier sur "hold".

Peut-être aussi c'est juste une transition normale de la partie ciment à la partie bois... ?

Arbora-2018-10-16.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

They might be waiting for the concrete to reach 70% resistance before putting any machinery or equipment on it for the next (wood) phase of construction. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
23 hours ago, franktko said:

Je le trouve un peu bizarre le chantier - il n'y a pas le chaos habituel de toute sorte de trucs qui traînent partout. C'est comme si on mettait le chantier sur "hold".

Peut-être aussi c'est juste une transition normale de la partie ciment à la partie bois... ?

Arbora-2018-10-16.jpg

- so it begins

King Theoden, Two tower20181017_092518.jpg

20181017_092518.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites
On 2018-10-19 at 3:53 PM, sebwy said:

Un point de vue différent. Ça monte vite!

 

IMG_1755.JPG

Ça aurait été tellement magnifique si les condos avaient eu la hauteur des morceaux de clt qu'ils posent... Majestueux!  Surtout si laissés au naturel.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La portion locative du projet a été vendue à une filiale de la caisse de retraite des employés municipaux de l'Ontario.

https://www.lapresse.ca/affaires/economie/immobilier/201811/10/01-5203710-le-tout-bois-attire-oxford-dans-griffintown.php

 

Publié le 10 novembre 2018 à 09h37 | Mis à jour à 09h37

Le tout-bois attire Oxford dans Griffintown

 Oxford, division immobilière de la caisse de retraite... (Photo David Boily, La Presse)
Oxford, division immobilière de la caisse de retraite des employés municipaux de l'Ontario, a payé 45,8 millions pour l'immeuble Arbora de huit étages de 130 logements, situé au 305, rue de la Montagne.
PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

ANDRÉ DUBUC
La Presse

 

Les immeubles de hauteur moyenne à ossature de bois ont reçu un vote de confiance avec l'achat, passé inaperçu, de deux immeubles d'appartements locatifs du quartier Griffintown à Montréal par une des plus grandes caisses de retraite du pays.

D'après l'acte notarié, Oxford, division immobilière de la caisse de retraite des employés municipaux de l'Ontario (OMERS), a payé 45,8 millions pour l'immeuble Arbora de huit étages de 130 logements, situé au 305, rue de la Montagne. Un bâtiment doté d'une structure en bois massif : dalles en lamellé-croisé et poutres et colonnes en lamellé-collé.

Selon le site internet du Centre d'expertise sur la construction commerciale en bois (Cecobois), « les panneaux de bois lamellé-croisé (cross-laminated timber, CLT) consistent en des couches de planches de bois d'oeuvre empilées perpendiculairement (à 90°) et reliées entre elles à l'aide d'adhésifs structuraux ».

D'après cette même référence, les poutres en lamellé-collé sont composées « d'un empilage de pièces de bois en 2 x 3 à 2 x 12, rabotées et préjointées, puis collées sous presse ».

La transaction porte également sur un deuxième bâtiment de 142 appartements, actuellement en construction, de même que sur le stationnement souterrain commercial qui comptera au final 390 cases. Au total, Oxford paie 57,8 millions pour les trois propriétés. Sa maison mère, OMERS, gère un actif net de 95 milliards.

« Clairement, ça vient bâtir la crédibilité du bois massif pour un projet à grand déploiement de plus de 400 logements comme Arbora », dit Frédéric Verreault, porte-parole de Nordic structures, filiale de Chantiers Chibougamau qui produit les produits en bois comme des panneaux CLT. « On se réjouit, poursuit M. Verreault, qu'Oxford ne fait de différence entre un bâtiment de moyenne hauteur construit en bois massif plutôt qu'en acier et en béton quand vient le temps d'investir. C'est une bonne nouvelle pour nous qui cherchons à implanter le matériau dans l'industrie de la construction. »

Arbora a été conçu par le promoteur LSR GesDev, dont la présidente est Annie Lemieux, en collaboration avec Sotramont. Leur partenaire financier, Aldo Bensadoun, est le fondateur de la chaîne de boutiques de souliers Aldo.

Le projet Arbora propose 440 logements : 272 appartements locatifs, maintenant la propriété d'Oxford, et 168 logements en copropriété. Les deux immeubles locatifs proposent des locaux commerciaux de 35 000 pieds carrés au rez-de-chaussée. La superficie totale du projet s'élève à 600 000 pieds carrés.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Similar Content

    • By ScarletCoral
      St. Ann Appartements
      St
      Dernière phase de l'îlot St. Ann, immeuble locatif
       
    • By ScarletCoral
      Beaucoup d'interventions durant la période de questions des citoyens du conseil d'arrondissement du Sud-Ouest concernant ce projet. En fait, le promoteur n'a fait qu'une demande de permis de démolition du bâtiment existant. Il n'a pas encore déposé les plans de son projet à l'arrondissement.
      http://journalmetro.com/local/sud-ouest/actualites/1962104/des-organismes-defendent-le-4700-rue-saint-ambroise/
      03/12/2018 Mise à jour    : 3 décembre 2018 | 15:52 
      Des organismes défendent le 4700 rue Saint-Ambroise
      Par Justine Gravel

      Après une première séance spéciale, le 26 juin, le comité d'études avait refusé l'octroi du permis de démolition. Or, le 24 octobre, lors d'une seconde séance portant sur le même sujet à la suite du dépôt du projet immobilier, ils étaient toujours en réflexion.
      Photo : Justine Gravel (Journal Métro)
      Devant l’hésitation des élus quant à la démolition d’espaces à bureaux sur la rue Saint-Ambroise pour y construire un immeuble résidentiel, les organismes membres de la table de concertation Solidarité Saint-Henri (SSH) font circuler une lettre d’opposition à l’octroi d’un permis. Ceux-ci préféreraient que la bâtisse reste intacte et que des logements sociaux destinés aux femmes en détresse et aux mères monoparentales soient construits sur le stationnement adjacent.
      Après deux séances du comité d’études des demandes de permis de démolition, en juin et en octobre, l’arrondissement du Sud-Ouest a du mal à trancher sur l’avenir du 4700, rue Saint-Ambroise, un terrain d’une superficie de 15 330 m2.
      Les promoteurs immobiliers Groupe Quorum et les Développements du Canal souhaitent remplacer l’immeuble existant par plus de 400 unités de logement, dont 300 condos, un projet qui suscite de vives réactions chez les groupes communautaires.
      Malgré la promesse d’y inclure une centaine de logements sociaux, un centre de la petite enfance (CPE), une épicerie zéro déchet, un toit vert et un incubateur d’entreprises, ceux-ci croient qu’un tel projet ne répondrait pas aux besoins locaux.
      «L’arrivée d’autant de nouvelles résidences privées et non abordables contribuera directement à l’accroissement des inégalités sociales dans Saint-Henri et forcera la cohabitation de plus en plus difficile entre nouveaux arrivants et ménages à faible revenu», indique la coordonnatrice de SSH, Shannon Franssen.
      Pour Maxime Laporte, vice-président au développement chez Groupe Quorum, le projet répond aux besoins du quartier et a d’ailleurs l’appui d’organismes communautaires tels que Mission Bon Accueil et Logifem.
      «En dix ans, il y a eu seulement 12 nouveaux logements sociaux dans ce secteur de Saint-Henri. Donc, 100 logements, c’est une énorme croissance, dit-il. Quand l’intégration est bien pensée, la mixité se fait naturellement.»
      Les promoteurs sont d’ailleurs familiers avec le Sud-Ouest, puisqu’ils se trouvent derrière de nombreux projets, dont Le William dans Griffintown, Henri Condominiums et les Condos Monk.
      Contradiction
      La lettre ouverte en opposition à la démolition du bâtiment, qui a recueilli plus de 500 signatures jusqu’à présent, met également de l’avant la contradiction entre ce projet et les intentions des élus de Projet Montréal.
      «Si les élus permettaient la démolition du bâtiment, ils iraient à l’encontre de leurs propres orientations pour ce secteur, adoptées en avril passé», souligne Mme Franssen. Dans le Plan de développement urbain, économique et social (PDUES) Turcot, l’arrondissement entend préserver la vocation économique de l’immeuble de la rue Saint-Ambroise.
      L’arrondissement a refusé de se prononcer pour le moment quant aux raisons qui justifient son hésitation à approuver ou décliner la demande de permis. Les détails seront divulgués à l’occasion de la prochaine séance du comité d’études, prévue avant le congé des Fêtes.
      «Il ne s’agit pas d’un dossier facile, soutient Marie Otis, la directrice de cabinet du maire Benoit Dorais. La nouvelle réglementation prévoyant un usage à caractère économique tel qu’annoncé dans le PDUES n’a pas eu le temps d’être adoptée par le conseil avant le dépôt du projet par le propriétaire. Le projet est donc conforme à la réglementation actuelle qui prévoit des usages mixtes.»
      Les locataires de la bâtisse, le Réseau-Bureautique et les Studios Saint-Ambroise, ont préféré garder le silence face à cette situation en raison des négociations en cours avec les nouveaux propriétaires du bâtiment. Il est envisagé qu’ils soient relocalisés dans le secteur Cabot, un quartier industriel du Sud-Ouest.
    • By GDS
      Tour Peel

      Looks to be 2025 Peel