Recommended Posts

Pinned posts

Nom: Arbora
Hauteur en étages: 8
Hauteur en mètres:
Coût du projet:
Promoteur: LSR Gesdev Inc
Architecte: Provencher Roy
Entrepreneur général: Sotramont
Emplacement: 291, rue de la Montagne
Début de construction:
Fin de construction:
Site internet: http://arboragriffintown.ca/
Lien webcam:
Autres informations:
Rumeurs:
Aperçu artistique du projet: 

Arbora.jpg

Maquette:
Autres images:
Vidéo promotionnelle: 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 2018-10-12 à 22:40, js.bonin a dit :

Pour ton info, un des avantages des poutres et panneaux de bois CLT est la protection contre les incendies; l‘épaisseur de la section  transversale des panneaux de CLT offre une bonne résistance au feu parce que les panneaux se carbonisent lentement, de façon constante et prévisible, tout en maintenant une capacité structurale. Une fois formée, la couche carbonisée protège le bois de la dégradation, et comme les assemblages en CLT comportent moins de vides de construction, les risques qu‘un incendie se propage sont grandement réduits.

Merci pour l'info, avec des gens comme toi CLT n'a pas besoin d'investir dans la publicité, tu fais ça comme un vrai pro !?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Memphis 22 merci pour ces deux photos très éloquentes. D'une zone industrielle décrépie à un quartier résidentiel contemporain, c'est une véritable transfiguration qui augure bien pour le reste du quartier. Ajoutons à cela des infrastructures modernes et des rues totalement réaménagées selon leur vocation et on aura un environnement urbain de première qualité. :thumbsup:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 11 heures, acpnc a dit :

@Memphis 22 merci pour ces deux photos très éloquentes. D'une zone industrielle décrépie à un quartier résidentiel contemporain, c'est une véritable transfiguration qui augure bien pour le reste du quartier. Ajoutons à cela des infrastructures modernes et des rues totalement réaménagées selon leur vocation et on aura un environnement urbain de première qualité.

J'ai commencé à me promener dans Griffintown avec ma caméra vers 2008.

Dans ce quartier oublié, laissé à lui-même, je photographiais le beau et le laid au hasard de mes promenades sans me soucier du lendemain.

Si j'avais su...   si j'avais pu deviner les développements futurs, mais non !

J'ai tout-de-même une banque de photos appréciable compte tenu des circonstances. Ce qui me chagrine, c'est l'incapacité de reconnaître certaines rues sur mes photos tant elles ont changés depuis. C'est la vie ! 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 11 heures, Memphis 22 a dit :

J'ai commencé à me promener dans Griffintown avec ma caméra vers 2008.

Dans ce quartier oublié, laissé à lui-même, je photographiais le beau et le laid au hasard de mes promenades sans me soucier du lendemain.

Si j'avais su...   si j'avais pu deviner les développements futurs, mais non !

J'ai tout-de-même une banque de photos appréciable compte tenu des circonstances. Ce qui me chagrine, c'est l'incapacité de reconnaître certaines rues sur mes photos tant elles ont changés depuis. C'est la vie ! 

On ne sait jamais où nos passions nous mèneront un jour. Une chose demeure cependant, c'est qu'en les laissant s'exprimer à travers nous, ces pulsions positives nous conduisent généralement à l'excellence. C'est déjà un parcours exceptionnel d'avoir donné suite à cet intérêt peu commun à l'époque, puisque personne ne pouvait soupçonner la véritable révolution qui se tramait pour ce quartier si longtemps négligé.

Je te suggèrerais en l'occurrence de proposer une expo de tes photos avant et après dans Griffintown qui aurait à mon humble avis un grand succès populaire. 

Donc en 10 ans Griffintown est devenu un quartier en pleine évolution, qui sans être une référence mondiale en matière architecturale, le sera sûrement sur le plan social et économique. En plus on en retire des leçons indispensables pour mieux planifier les autres grandes zones de développement que sont actuellement l'est du centre-ville et le secteur BB Décarie-Métropolitaine.

Ici à Griffintown on a laissé les promoteurs devancer la Ville. Tandis que maintenant la Ville veut travailler en amont pour qu'on ne répète plus les erreurs urbanistiques qui nous font regretter le demi-succès de GF.

A ce propos j'aimerais bien que l'expérience Arbora devienne la future norme pour un ou plusieurs de ces grands sites de développement. En effet pourquoi ne pas faire la promotion d'un quartier entier basé sur la technologie du bois d'ingénierie et de structure? Nous avons la ressource et le know how, en plus ce serait une très belle plate-forme de démonstration à l'international, en parfait accord avec le développement écologique et durable.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 13 heures, Memphis 22 a dit :

J'ai commencé à me promener dans Griffintown avec ma caméra vers 2008.

Dans ce quartier oublié, laissé à lui-même, je photographiais le beau et le laid au hasard de mes promenades sans me soucier du lendemain.

Si j'avais su...   si j'avais pu deviner les développements futurs, mais non !

J'ai tout-de-même une banque de photos appréciable compte tenu des circonstances. Ce qui me chagrine, c'est l'incapacité de reconnaître certaines rues sur mes photos tant elles ont changés depuis. C'est la vie ! 

Si tu pars un fil dans la section Griffintown avec tes photos, nous ça nous fera plaisir de tenter de localiser chacune d'elle !  ?

Tu pourras par la suite identifier ta banque de photos. Et d'autres pourront tenter une rephotographie actuelle des lieux !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, MontréalMartin a dit :

Si tu pars un fil dans la section Griffintown avec tes photos, nous ça nous fera plaisir de tenter de localiser chacune d'elle !  ?

Tu pourras par la suite identifier ta banque de photos. Et d'autres pourront tenter une rephotographie actuelle des lieux !

Et en bout de ligne faire profiter aux résidents et aux visiteurs d'une expo photographique (avant-après) sur la petite histoire contemporaine d'un quartier ancien.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par Dart974
      Quelqu'un a entendu parler du projet de Mondev au 3915 de Rouen? Il me semble que ça fait un moment qu'il est affiché sur le site, mais pas très populaire. Merci
    • Par GDS
      Tour Peel

      Looks to be 2025 Peel
    • Par ScarletCoral
      Projet de réaménagement de la rue Rose-de-Lima entre les rues Saint-Antoine et Sainte-Émilie dans Saint-Henri

      Le projet est dans la plateforme Réalisons MTL : https://www.realisonsmtl.ca/rosedelima
      La rue Rose-de-Lima s’inscrit dans la partie est du Quartier Saint-Henri qu’elle traverse du nord vers le sud entre les rues Saint-Antoine et Saint-Ambroise croisant au passage la rue Notre-Dame, artère commerciale du quartier. À l’intersection avec la rue Saint-Antoine elle prolonge une sortie de l’autoroute Ville-Marie et constitue une des principales entrées du quartier. Elle aboutit dans sa partie sud aux abords du Canal de Lachine et au marché Atwater adjacent.

      Trois tronçons aux ambiances changeantes définissent cette rue de quartier:
      Le tronçon A (rue Saint-Antoine / Saint-Jacques) présente une configuration de boulevard urbain à sens unique vers le sud; Le tronçon B (rue Saint-Jacques / Notre-Dame) Il est composé de quatre intersections à courte distance l’une de l’autre. Le tronçon est aussi traversé par le parc linéaire du Premier-Chemin-de-Fer, qui comprend une piste cyclable. On retrouve donc sur ce tronçon, entre autres, des bâtiments des années 80 aui ont remplacé les entreprises industrielles bordant le chemin de fer. Le tronçon C (rue Notre-Dame / rue Sainte-Émilie) a le caractère des faubourgs résidentiels originaux du quartier. Sur la partie étudiée dans ce concept, le côté est de la rue est bordé par l’école primaire Victor-Rousselot et commande des mesures particulières d’apaisement de la circulation afin de sécuriser les parcours écoliers  Il y a deux vidéos de l'aménagement 
      https://www.realisonsmtl.ca/rosedelima/videos/1510
      https://www.realisonsmtl.ca/rosedelima/videos/1511
       
    • Par IluvMTL
      1414, rue Drummond

      Heard that the medical professionals in the Drummond Medical Building have been asked to leave.
      It is next to the Mount Stephen and across from the YMCA.
      Word is that the building will be converted into residences.
    • Par ScarletCoral
      Beaucoup d'interventions durant la période de questions des citoyens du conseil d'arrondissement du Sud-Ouest concernant ce projet. En fait, le promoteur n'a fait qu'une demande de permis de démolition du bâtiment existant. Il n'a pas encore déposé les plans de son projet à l'arrondissement.
      http://journalmetro.com/local/sud-ouest/actualites/1962104/des-organismes-defendent-le-4700-rue-saint-ambroise/
      03/12/2018 Mise à jour    : 3 décembre 2018 | 15:52 
      Des organismes défendent le 4700 rue Saint-Ambroise
      Par Justine Gravel

      Après une première séance spéciale, le 26 juin, le comité d'études avait refusé l'octroi du permis de démolition. Or, le 24 octobre, lors d'une seconde séance portant sur le même sujet à la suite du dépôt du projet immobilier, ils étaient toujours en réflexion.
      Photo : Justine Gravel (Journal Métro)
      Devant l’hésitation des élus quant à la démolition d’espaces à bureaux sur la rue Saint-Ambroise pour y construire un immeuble résidentiel, les organismes membres de la table de concertation Solidarité Saint-Henri (SSH) font circuler une lettre d’opposition à l’octroi d’un permis. Ceux-ci préféreraient que la bâtisse reste intacte et que des logements sociaux destinés aux femmes en détresse et aux mères monoparentales soient construits sur le stationnement adjacent.
      Après deux séances du comité d’études des demandes de permis de démolition, en juin et en octobre, l’arrondissement du Sud-Ouest a du mal à trancher sur l’avenir du 4700, rue Saint-Ambroise, un terrain d’une superficie de 15 330 m2.
      Les promoteurs immobiliers Groupe Quorum et les Développements du Canal souhaitent remplacer l’immeuble existant par plus de 400 unités de logement, dont 300 condos, un projet qui suscite de vives réactions chez les groupes communautaires.
      Malgré la promesse d’y inclure une centaine de logements sociaux, un centre de la petite enfance (CPE), une épicerie zéro déchet, un toit vert et un incubateur d’entreprises, ceux-ci croient qu’un tel projet ne répondrait pas aux besoins locaux.
      «L’arrivée d’autant de nouvelles résidences privées et non abordables contribuera directement à l’accroissement des inégalités sociales dans Saint-Henri et forcera la cohabitation de plus en plus difficile entre nouveaux arrivants et ménages à faible revenu», indique la coordonnatrice de SSH, Shannon Franssen.
      Pour Maxime Laporte, vice-président au développement chez Groupe Quorum, le projet répond aux besoins du quartier et a d’ailleurs l’appui d’organismes communautaires tels que Mission Bon Accueil et Logifem.
      «En dix ans, il y a eu seulement 12 nouveaux logements sociaux dans ce secteur de Saint-Henri. Donc, 100 logements, c’est une énorme croissance, dit-il. Quand l’intégration est bien pensée, la mixité se fait naturellement.»
      Les promoteurs sont d’ailleurs familiers avec le Sud-Ouest, puisqu’ils se trouvent derrière de nombreux projets, dont Le William dans Griffintown, Henri Condominiums et les Condos Monk.
      Contradiction
      La lettre ouverte en opposition à la démolition du bâtiment, qui a recueilli plus de 500 signatures jusqu’à présent, met également de l’avant la contradiction entre ce projet et les intentions des élus de Projet Montréal.
      «Si les élus permettaient la démolition du bâtiment, ils iraient à l’encontre de leurs propres orientations pour ce secteur, adoptées en avril passé», souligne Mme Franssen. Dans le Plan de développement urbain, économique et social (PDUES) Turcot, l’arrondissement entend préserver la vocation économique de l’immeuble de la rue Saint-Ambroise.
      L’arrondissement a refusé de se prononcer pour le moment quant aux raisons qui justifient son hésitation à approuver ou décliner la demande de permis. Les détails seront divulgués à l’occasion de la prochaine séance du comité d’études, prévue avant le congé des Fêtes.
      «Il ne s’agit pas d’un dossier facile, soutient Marie Otis, la directrice de cabinet du maire Benoit Dorais. La nouvelle réglementation prévoyant un usage à caractère économique tel qu’annoncé dans le PDUES n’a pas eu le temps d’être adoptée par le conseil avant le dépôt du projet par le propriétaire. Le projet est donc conforme à la réglementation actuelle qui prévoit des usages mixtes.»
      Les locataires de la bâtisse, le Réseau-Bureautique et les Studios Saint-Ambroise, ont préféré garder le silence face à cette situation en raison des négociations en cours avec les nouveaux propriétaires du bâtiment. Il est envisagé qu’ils soient relocalisés dans le secteur Cabot, un quartier industriel du Sud-Ouest.