Jump to content

Industrie québécoise des sciences de la vie : actualités


bxlmontreal
 Share

Recommended Posts

Ouverture à Montréal du premier bureau d'affaires de Janssen au Québec - Une marque de confiance envers Montréal et son leadership dans les sciences de la vie

MONTRÉAL, le 23 avril 2012 /CNW Telbec/ - Le maire de Montréal, M. Gérald Tremblay, se réjouit de la décision de Janssen d'ouvrir à Montréal, dans l'arrondissement de Saint-Laurent, son bureau d'affaires. Ce bureau devient le Centre d'excellence canadien en immunologie de Janssen et desservira le Québec et les autres provinces canadiennes.

 

« Cette nouvelle constitue une marque de confiance d'une des grandes entreprises de l'industrie pharmaceutique envers notre métropole et ses talents. Montréal s'affirme plus que jamais comme l'un des plus importants pôles des sciences de la vie en Amérique du Nord, grâce à l'excellence de sa filière recherche et innovation et à sa grappe Montréal In Vivo », a déclaré le maire de Montréal.

 

La grappe des sciences de la vie et des technologies de la santé du Montréal métropolitain fait partie des grandes régions métropolitaines d'Amérique du Nord en ce qui concerne le nombre d'emplois, avec 43 000 travailleurs qualifiés. Elle se classe première au Canada pour le nombre de centres de recherche et le financement total accordé à la recherche universitaire.

 

http://www.newswire.ca/fr/story/960191/ouverture-a-montreal-du-premier-bureau-d-affaires-de-janssen-au-quebec-une-marque-de-confiance-envers-montreal-et-son-leadership-dans-les-sciences-de-

Link to comment
Share on other sites

Le secteur québécois de la pharmaceutique et des soins de santé reprend des forces après avoir connu un début d'année sombre, marqué par de nombreuses annonces de supressions d'emplois.

 

Pour la deuxième fois en un mois, un investissement majeur sera annoncé dans la région de Montréal.

 

Après la pharmaceutique Valeant, qui a fait part du déménagement de son siège social à Laval au début d'avril, le géant des équipements médicaux américains Metronic dévoilera un investissement de plusieurs millions de dollars accompagné de la création de nouveaux emplois mardi à sa division Cryocath, de Pointe-Claire, à Montréal.

 

Les détails de l’investissement seront dévoilés mardi en présence de Sam Hamad, ministre du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation.

 

La Presse révélait le 3 avril que Cryocath ouvrira un nouveau centre de recherche et de formation médicale, en plus de réaliser des travaux d’agrandissement à ses installations de Pointe-Claire. Investissement Québec aurait accordé une subvention de 15 M$ à Cryocath dans le cadre de ce projet.

 

CryoCath est un chef de file de la conception et la fabrication de cathéters destinés à traiter des maladies cardiovasculaires comme la fibrillation auriculaire, une forme d'arythmie très répandue pour laquelle il n'existe aucun traitement efficace.

 

CryoCath, un des grands succès de l’industrie québécoise des instruments médicaux, a été vendue au géant américain Medtronic en 2008 pour 400 M$.

Link to comment
Share on other sites

(Montréal) Le groupe pharmaceutique Roche fera de l'Institut de cardiologie de Montréal (ICM) son pôle mondial de recherche sur les maladies cardiométaboliques. Une annonce susceptible d'engendrer des millions en retombées pour le centre hospitalier montréalais.

 

En lui attribuant ce statut, Roche confirme en effet son intention de financer des recherches à l'ICM qui iront de la gestion d'études cliniques au développement de biomarqueurs associés à la santé cardiovasculaire. «Le partenariat est à multiples facettes», confirme Jean-Claude Tardif, cardiologue clinicien et directeur du Centre de recherche de l'ICM.

 

Selon lui, si l'Institut devient le partenaire d'une pharmaceutique, c'est parce qu'il dispose entre autres depuis une dizaine d'années d'un centre consacré à la coordination d'essais cliniques. Grâce à lui, l'ICM agit en partie à titre de sous-traitant pour les entreprises des secteurs de la biotechnologie et de la pharmaceutique.

 

De 3 à 200 emplois

 

«Quand on l'a créé il y a 10 ans, il y avait 3 employés, souligne Jean-Claude Tardif. Maintenant, il y en a plus de 200, et ces 200 emplois sont dans la vaste majorité occupés par des gens qui ont des diplômes de maîtrise ou de doctorat.»

 

Parmi les entreprises qui ont financé indirectement ces emplois, on compte Roche qui fait affaire avec l'ICM depuis maintenant cinq ans. L'entreprise helvète a d'ailleurs confié à l'ICM la gestion de trois études cliniques d'envergure qui vérifient l'efficacité de deux médicaments, le dalcetrapib et l'aleglitazar, dans lesquels elle fonde beaucoup d'espoir. En plus de lui confier la gestion de nouvelles études cliniques, Roche compte financer la mise au point d'outils moléculaires qui amélioreront la précision du diagnostic de patients à haut risque de contracter une maladie cardio-vasculaire.

 

La recherche en impartition

 

C'est que Roche n'échappe pas à la tendance qu'ont les géants pharmaceutiques à externaliser leurs recherches. Pour augmenter la rentabilité de leurs investissements et accélérer le passage de l'innovation au traitement clinique, les pharmaceutiques se tournent de plus en plus vers des centres académiques ou hospitaliers comme l'ICM pour faire de la recherche. «Accéder à l'innovation extérieure est un élément essentiel de la stratégie d'innovation de Roche», a d'ailleurs expliqué par voie de courriel Ronnie Miller, président et chef de la direction de Roche Canada.

 

Selon Jean-Claude Tardif, le modèle mis de l'avant par l'ICM gagnerait à être reproduit. «C'est à mon avis ce nouveau genre de partenariat qui va faire qu'on va revitaliser l'industrie biopharmaceutique au Québec, dit-il. On est capables de générer de la nouvelle richesse, et on est en train de le montrer.»

 

 

http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/sante/201204/24/01-4518321-roche-sassocie-a-linstitut-de-cardiologie-de-montreal.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=lapresseaffaires_LA5_nouvelles_98718_accueil_POS15

Link to comment
Share on other sites

Investissement de 50 millions chez Medtronic.

 

L'équipementier médical Medtronic (MDT) agrandira ses centres de recherche et de production situés dans l'ouest de l'île. Un investissement total évalué à 50 millions de dollars qui devrait créer 205 nouveaux emplois dans la région montréalaise.

 

Comme l'a rapporté La Presse Affaires le 3 avril dernier, le gouvernement québécois participera à l'expansion de l'entreprise américaine en lui accordant une subvention de 15 millions par l'entremise de son bras financier Investissement Québec. Selon les termes de l'entente qui lie les deux parties, l'argent sera décaissé sur une période de cinq ans et sera conditionnel à la création de nouveaux emplois.

 

«C'est un investissement qui est structurant pour l'avenir de l'économie québécoise et de l'ouest de l'île de Montréal», a souligné en conférence de presse le premier ministre Jean Charest. Selon lui, le Québec a voulu faire des sciences de la vie un maillon fort de son développement économique, et le gouvernement réitère son appui au secteur par son investissement dans Medtronic.

 

Medtronic conçoit et met au point des technologies appliquées au domaine de la santé. En 2009, elle a mis un pied au Québec en achetant la montréalaise Cryocath, pionnière en matière de traitement de l'arythmie cardiaque, pour environ 400 millions de dollars.

 

Ce sont d'ailleurs les anciennes installations de Cryocath à Kirkland et Pointe-Claire qui profiteront des investissements. Medtronic prévoit y accroître sa capacité de production d'équipements médicaux, mais aussi augmenter ses activités de recherche et développement, en plus de créer un centre de formation médicale.

 

Michelle Savoie, directrice générale de Montréal InVivo, salue l'annonce de l'implantation de Medtronic au Québec. «C'est particulièrement une bonne nouvelle parce que c'est la première entreprise de technologies médicales d'ordre mondial qu'on a à Montréal, a-t-elle indiqué. Les technologies médicales, c'est le secteur des sciences de la vie qui pourrait connaître la plus forte croissance, et avoir une entreprise comme ça sur laquelle on pourra s'appuyer pour bâtir une partie de l'écosystème des sciences de la vie, c'est vraiment une excellente nouvelle.»

 

À la suite de l'agrandissement de ses installations montréalaises, Medtronic prévoit la création de plus de 200 emplois pour la plupart hautement spécialisés. Selon Neil Fraser, président de Medtronic du Canada, la disponibilité d'une main-d'oeuvre spécialisée a d'ailleurs pesé dans la balance lorsqu'est venu le temps de décider à quel endroit son entreprise allait accroître ses activités. «On m'a dit que seule la région de Boston produisait plus de diplômés spécialisés, a-t-il expliqué avant d'énumérer la liste des écoles d'ingénierie dans la région montréalaise. Il y a ici un bassin de talents pour notre industrie, et nous espérons pouvoir les attirer chez nous.»

 

L'annonce de l'agrandissement de Medtronic survient quelques semaines après que Valeant eut indiqué son intention d'établir son siège social mondial à Laval. Dans les deux cas, Québec participera à une hauteur de 30% dans ces investissements.

 

 

http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/sante/201204/25/01-4518713-investissement-de-50-millions-chez-medtronic.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=lapresseaffaires_LA5_nouvelles_98718_accueil_POS12

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

TVM Capital et Eli Lilly s'installent à Montréal.

 

La firme allemande TVM Capital a annoncé lundi l'établissement à Montréal d'un fonds en sciences de la vie de 150 millions de dollars qui se traduira notamment par l'arrivée dans la métropole d'une filiale du géant pharmaceutique américain Eli Lilly.

 

http://affaires.lapresse.ca/economie/sante/201205/28/01-4529343-tvm-capital-et-eli-lilly-sinstallent-a-montreal.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_BO4_la_2343_accueil_POS3

Link to comment
Share on other sites

On dirait vraiment qu'après la vague de mauvaises nouvelles de février et mars, cette industrie est en pleine relance en avril !

 

Ou plutot qu'il ne faut pas necessairement interpreter l'etat de l'industrie seulement selon ce qui sort dans les journaux...

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Pfizer investit 32 M$ à Montréal pour augmenter sa capacité

 

En investissant 31,7 M$ dans son usine de Ville Saint-Laurent, Pfizer ne crée pas encore d’emplois dans l’industrie pharmaceutique québécoise. Mais elle se positionne pour faire croître le secteur dans la province, affirme l’entreprise.

 

 

« Nous avons tout ce qu’il faut pour que l’industrie [pharmaceutique] devienne un moteur économique », a lancé John Helou, président de Pfizer Canada en conférence de presse ce jeudi.

 

 

Les fonds injectés, qui comprennent une participation d’Investissement Québec de 2,7 M$, ont déjà permis la mise à niveau et l’ajout d’équipements qui vont doubler la capacité des anciennes installations de Wyeth, avec qui Pfizer a fusionné il y a plus de deux ans. Avec la réalisation du projet, l’usine montréalaise pourra maintenant produire jusqu’à 4,4 milliards de comprimés de multivitamines par année, soit l’équivalent de sept piscines olympiques.

 

 

« En appuyant cette initiative, le gouvernement démontre sa volonté de maintenir l’industrie biopharmaceutique comme l’un des secteurs stratégiques pour le Québec », a indiqué Jean-Marc Fournier, ministre de la Justice et député de la circonscription de Saint-Laurent. Ce milieu « est en pleine effervescence, développe des nouveaux moyens financiers et des nouveaux modèles d’affaires, et nous souhaitons maintenir notre position de chef de file ».

 

 

On retrouve parmi les nouveaux équipements une chaîne de conditionnement de flacons automatisée ultrarapide, une machine à comprimer, deux autres mélangeurs et enrobeuses de comprimés et deux nouvelles salles de pesage, en plus d’espace d’entreposage additionnel.

 

 

Pfizer à Ville Saint-Laurent devient « bien positionnée », plaide M. Helou, avec des installations « extrêmement compétitives et hautement efficaces ». La décision de Pfizer d’investir ici démontre également « la santé de l’expertise créée au Québec », soutient-il.

 

« Nous investissons dans des endroits capables de fabriquer des produits complexes et de produire pour le monde », a souligné Oscar Perez, vice-président unité des soins de santé pour Pfizer Canada. Les installations de Saint-Laurent fabriquent les multivitamines Centrum, les anti-inflammatoires Advil, la crème Préparation H, mais surtout les versions qui soutiennent ces marques comme les vitamines Centrum adaptées pour les personnes âgées par exemple.

 

Contrairement à d'autres établissements, l'usine de Ville Saint-Laurent ne se concentre pas sur la grande fabrication de certains médicaments avec peu de valeur ajoutée, précise Annie Sébastien, vice-présidente de l’exploitation de l’usine. « En moyenne, une chaîne de production ici change de produit une fois par jour », a-t-elle indiqué. C’est cette flexibilité en plus du savoir-faire pour des substances plus complexes qui permet à l’usine Pfizer de Saint-Laurent de se démarquer.

 

 

Les fonds injectés consolident les emplois des 800 travailleurs déjà à l’œuvre. Mais « à mesure que de nouveaux mandats de productions nous seront confiés, nous devrons évaluer la main-d’œuvre qui est requise à chaque fois. Il y aura probablement des nouveaux emplois, mais c’est trop tôt pour l’évaluer », a-t-elle précisé.

 

 

Pfizer ne sait pas combien de temps sera nécessaire pour atteindre la capacité maximale de production.

 

 

Les installations de Ville-Saint-Laurent fabriquent plus de 500 présentations de marques de vitamines et de médicaments grand public étiquetés en plus de 20 langues et exportés dans plus de 90 pays.

 

http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/biotechnologies-et-pharmaceutique/pfizer-investit-32-m-a-montreal-pour-augmenter-sa-capacite/546458/2

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

PHILIPPE MERCURE

La Presse

 

(Montréal) Décrite comme un fleuron québécois dans les années 90, rachetée par des Américains en 1998, l'entreprise de biotechnologie BioSignal cessera toutes ses activités à Montréal. Son propriétaire, PerkinElmer, déménage l'ensemble des activités à Hopkinton, au Massachusetts.

 

La nouvelle touche 55 employés. Selon les informations fournies par le siège social de PerkinElmer, certains postes seront carrément abolis, alors qu'on offrira à d'autres employés la possibilité d'être transférés au Massachusetts.

 

«Les acquisitions récentes de PerkinElmer au cours des dernières années ont conduit à une capacité excédentaire dans certains de ses sites. Après un examen minutieux, l'entreprise a identifié une opportunité de simplifier sa présence géographique», a expliqué l'entreprise dans une déclaration écrite envoyée à La Presse Affaires.

 

L'entreprise a ajouté vouloir «concentrer le savoir spécialisé de ses leaders en recherche et développement pour augmenter la collaboration scientifique».

 

La transition devrait être terminée au cours de la première moitié de l'an prochain. Les installations montréalaises, situées rue William, dans le quartier Griffintown, seront ensuite fermées.

 

Fondée en 1992 par Guy Lambert et Michael Dennis, BioSignal fabrique aujourd'hui des «réactifs» utilisés pour accélérer la découverte de médicaments.

 

L'entreprise avait été rachetée par l'américaine Packard en 1998. Packard a été à son tour acquise par PerkinElmer en 2001 dans une transaction de 650 millions US.

 

PerkinElmer génère un chiffre d'affaires d'environ 1,9 milliard US et compte 7000 employés.

 

L'entreprise a assuré qu'elle «travaillera de près» pour aider les employés touchés pendant et après le déménagement des activités.

 

http://affaires.lapresse.ca/economie/quebec/201211/02/01-4589576-biosignal-quitte-montreal.php

Link to comment
Share on other sites

Un nouveau siège social de 75 M$ pour Merck à Kirkland

1 novembre 2012 | 12h03

ARGENT

 

 

Le complexe sera formé d'un bâtiment existant qui sera rénové et d'une nouvelle construction. (Photo: Courtoisie)

 

La pharmaceutique Merck Canada de Kirkland a annoncé le regroupement de trois divisions au sein d'un nouveau siège social, qui sera construit au coût de 75M$.

 

Les divisions de la santé humaine, des produits grand public et de santé animale de même que les équipes de soutien connexes vont emménager dans le nouvel édifice d'ici la fin de 2013.

 

Merck sera le locataire principal d'un nouveau complexe de quelque 170 000 pieds carrés, qui sera construit en bordure de l'autoroute Transcanadienne. L'immeuble de l'entrepreneur Broccolini Construction de Kirkland pourra être agrandi en hauteur pour atteindre jusqu'à 300 000 pieds carrés.

 

Le complexe sera formé d'un bâtiment existant qui sera rénové et d'une nouvelle construction. Les deux sections seront reliées par un atrium.

 

Le bâtiment recevra la certification LEED argent.

 

http://argent.canoe.ca/lca/affaires/quebec/archives/2012/11/nouveau-siege-social-pour-merck-kirkland.html

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...