Jump to content

Recommended Posts

  • Administrator

LNH à Québec: M. Stastny n'y croit pas

Vendredi 28 décembre 2007

LA PRESSE CANADIENNE

 

400px-Colis%C3%A9e_de_Qu%C3%A9bec-1.JPG

 

QUEBEC - L'ancien attaquant des Nordiques de Québec Marian Stastny est un homme optimiste. Mais à ses yeux, il faudrait que la LNH vienne près de s'effondrer pour que le hockey professionnel revienne dans sa ville d'adoption.

 

Assis dans l'auberge qui se trouve à côté du parcours de golf qu'il a bâti tout juste au sud-ouest de Québec, Stastny a déclaré au cours d'une récente entrevue que la Vieille Capitale demeure une ville de hockey.

 

Tout ce dont elle aurait besoin, ce serait un amphithéâtre adéquat et un financier milliardaire - deux ingrédients-clés qui sont loin de se profiler à l'horizon dans la municipalité d'environ 700 000 habitants.

 

"Moi, je suis un éternel optimiste", affirme Stastny, qui a jadis patrouillé l'aile droite au sein du trio qu'il a composé avec ses frères Peter et Anton chez les Nordiques.

 

Contrairement à ses frères, Marian Stastny est resté à Québec, où il a fondé une entreprise et élevé sa famille, bien après sa retraite à titre de hockeyeur.

 

"Je pense qu'une équipe pourrait revenir ici à un certain moment, dit Stastny. Mais il faudrait une crise quelconque dans la LNH pour que le hockey revienne ici."

 

Une crise qui, selon Stastny, devra résulter en la faillite simultanée de plusieurs équipes américaines, forçant la LNH à chercher refuge au nord de la frontière.

 

Bref, le contraire des troubles financiers qui ont forcé, dans les années 1990, les Nordiques à déménager au Colorado et les Jets de Winnipeg à devenir les Coyotes de Phoenix.

 

De temps à autre, certaines personnes entretiennent le rêve d'un retour du hockey de la LNH dans ces deux villes, de même qu'à Hamilton.

 

Le chef du Parti conservateur du Manitoba, Hugh McFadyen, a perdu ses élections au mois de mai après avoir promis de ramener les Jets à Winnipeg.

 

Au moins, la ville de Winnipeg a un tout nouvel amphithéâtre de 15 000 places, bien que ce soit un peu petit pour la LNH. Les habitants de la ville souffrent aussi d'une profonde nostalgie, les articles affichant le logo des Jets étant parmi les plus vendus dans les boutiques de souvenirs de la ville manitobaine.

 

Québec, elle, a beaucoup plus de chemin à faire, reconnaît Stastny.

 

Selon un sondage diffusé à l'automne, à peine la moitié des résidants de Québec veulent voir la LNH revenir dans la Vieille Capitale.

 

Le nouveau maire de Québec ne met pas les gants blancs lorsqu'on lui demande de commenter les chances d'un retour de la LNH dans sa ville.

 

"Les gens s'excitent pour rien", affirme Régis Labeaume, qui a été élu le 2 décembre dernier à titre de successeur à Andrée Boucher.

 

"Le problème à Québec n'est pas le bâtiment. On peut s'organiser pour ça. Ce sont les 200 millions $ qu'il faut pour acheter une concession, ce sont les droits de télévision, c'est la vente des loges.

 

"Si le bâtiment était le seul problème, et pas toutes ces choses-là, Winnipeg aurait déjà une équipe."

 

Stastny voit d'autres nuages noirs se profiler à l'horizon, qui pourraient nuire à la réputation de Québec à titre de ville de hockey.

 

Avec Halifax, Québec sera l'une des villes hôtes du championnat du monde de hockey, ce printemps. L'enthousiasme pour cette compétition n'est pas encore palpable dans la capitale québécoise.

 

"Je me demande si le championnat du monde ne va pas décourager les gens, déclare Stastny. Ce n'est pas une tradition en Amérique du Nord, c'est plutôt secondaire. En Europe, c'est très important et les gens soutiennent ce tournoi.

 

"Ici, qui sait."

 

Mark Charest, un homme d'affaires peu connu, a un site Internet qui fait miroiter la possibilité d'un éventuel retour des Nordiques. Il a fait de grandes déclarations, évoquant la construction d'installations sportives au coût de 600 millions $, pour ensuite disparaître de la carte.

 

Il n'a pu être joint pour une entrevue.

 

"Ce n'est pas la première fois que je vois ça, c'est juste un autre homme d'affaires avec les poches vides qui essaie de faire l'important, lance Stastny. Il faudrait quelqu'un avec de l'argent, quelqu'un de solide financière pour mener la parade.

 

"Dans le contexte actuel, il faut 200 millions $ pour obtenir une équipe, note Stastny. Il aurait été beaucoup plus facile de garder l'équipe quand elle coûtait 14 millions $."

 

Source: http://www.rds.ca/hockey/chroniques/242873.html

Link to post
Share on other sites
  • Replies 321
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Hello! For the rest of the discussion, please join the largest and most influential discussion community about real estate development in Montréal here: https://mtlurb.com/register/

Hello! For the rest of the discussion, please join the largest and most influential discussion community about real estate development in Montréal here: https://mtlurb.com/register/

Hello! For the rest of the discussion, please join the largest and most influential discussion community about real estate development in Montréal here: https://mtlurb.com/register/

Posted Images

  • 1 month later...

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By WestAust
      Le repêchage de la Ligue nationale de hockey (LNH) aura lieu à Montréal en 2020.
      La Ligue nationale de hockey a confirmé le tout, mercredi, par voie de communiqué.
      «De penser que le repêchage a commencé en 1963 avec une petite réunion dans une salle d’hôtel rend l’annonce de la tenue à Montréal de l’édition 2020 encore plus excitante, a déclaré le commissaire de la LNH Gary Bettman. Le repêchage revient dans sa ville d’origine, mais de façon bien plus grandiose.»
      La métropole québécoise a accueilli pour la dernière fois l’encan amateur de la LNH en 2009. Le Canadien avait alors fait du Québécois Louis Leblanc le tout premier choix de l’équipe, le 18e au total.
      Fait intéressant : le Québécois Alexis Lafrenière, de l’Océanic de Rimouski, est considéré comme le meilleur espoir de la cuvée 2020. La présentation du repêchage à Montréal aurait ainsi une saveur particulière.
      Depuis 1980, année à laquelle la séance annuelle est devenue ouverte au public (à l’exception de l’édition 2005, à Ottawa, en raison d'un lock-out), la métropole québécoise a été sélectionnée à neuf reprises pour accueillir l’événement.
       
      https://www.tvanouvelles.ca/2019/06/19/le-repechage-de-la-ligue-nationale-de-hockey-a-montreal-en-2020
    • By mtlurb
      Something needs to happen..
       
      These players I'd say we can get rid of without a problem:
      Kovalev
      Samsonov
      Ryder
      Rivet
      Murray
      Niinimaa
      one of the goalies...
      perhaps Markov or Souray if they don't want to re-sign with us. if they do want to re-sign, then don't trade them.
       
      We must try not give up any prospects or young talent.
       
      Who should we try and get? I think Forsberg would be a solution, but I don't think we have anything the Flyers want...
    • By ErickMontreal
      Sainte-Foy : la hauteur des bâtiments ne peut excéder 17 étages
       
      Québec, le 28 août – Le comité exécutif de la Ville de Québec vient d’adopter un projet de règlement modifiant le règlement du Plan directeur d’aménagement et de développement (PDAD) afin d’équilibrer et baliser les potentiels de développement dans les trois centres majeurs d’activités (Sainte-Foy, Lebourgneuf, d’Estimauville). En vertu de ce projet de règlement, des gabarits maximaux quant à la hauteur (en étages et en mètres) et à la densité des constructions (rapport plancher-terrain ou surface maximale constructible) sont ainsi fixés aux centres majeurs d’activités. Ces gabarits sont :
       
      Dans le centre majeur d’activités Lebourgneuf, la hauteur des bâtiments ne peut dépasser 10 étages et 35 mètres et le rapport plancher/terrain ne peut excéder 3,5;
       
      Dans le centre majeur d’activités Sainte-Foy, la hauteur des bâtiments ne peut excéder 17 étages et 55 mètres et le rapport plancher/terrain ne peut dépasser 4,5;
       
      Dans le centre majeur d’activités d’Estimauville, la hauteur des bâtiments ne peut dépasser 12 étages et 40 mètres et le rapport plancher/terrain ne peut excéder 5.
       
      Il est à noter que les limitations de rapport plancher/terrain visent principalement les immeubles commerciaux (vente au détail) et bureaux. Les parties de bâtiment affectées à l’habitation ou au commerce d’hébergement ne sont pas assujetties à ces limites.
       
      Par l’adoption de ce projet de règlement, le comité exécutif veut ainsi s’assurer que l’équilibre et l’équité entre les potentiels de développement des trois centres majeurs d’activités prévus dans les orientations du PDAD se concrétisent selon un échéancier à court et moyen termes. Le Comité exécutif considère que cet équilibre et cette équité étaient menacés par la décision de l’Arrondissement de Sainte-Foy–Sillery, dans le cadre de l’harmonisation réglementaire en cours, de ne pas prescrire de hauteur maximale ou de hausser de façon notable celles actuellement identifiées. De plus, cette décision de l’Arrondissement risquait d’aggraver les problèmes de circulation automobile déjà saturée à l’heure de pointe à la tête des ponts et dans les rues résidentielles périphériques.
       
      Le Comité exécutif a ainsi tenu compte que le marché des immeubles à bureaux est cyclique et que la construction de projets imposants dans le centre majeur d’activités de Sainte-Foy, ajoutés à ceux déjà en voie de réalisation, pouvait accaparer le marché pendant plusieurs années, retardant la réalisation d’autres projets dans le centre-ville ou dans l’un des autres centres majeurs d’activités. À la limite, la relance du secteur d’Estimauville pourrait même être remise en question ou à tout le moins retardée de plusieurs années.
       
      Règlement de contrôle intérimaire
       
      Ce projet de règlement sera soumis au conseil municipal à la prochaine séance, mais compte tenu de l’urgence, le Comité exécutif a adopté un règlement de contrôle intérimaire permettant d’appliquer immédiatement les normes fixées. Ce règlement restera en vigueur jusqu’à l’adoption par le conseil municipal du projet de règlement modifiant celui du PDAD.
       
       
       
      Il semble que ça sera de plus en plus difficile de bâtir des "gratte-ciels" au Québec...
    • By Malek
      Quelles sont vos prédictions pour la première ronde?
      Juste dire qui gagne pour chacune des séries.
      1 bonne prédiction  = 2 points
      Au moins 4 bonnes prédictions sur 8, 5 pointes de bonus.
      8 prédictions sur 8, 15 pointes de bonus.
      Exemples: 3/8 bons = 6 points, 5/8 bons = 15 points, 8 / 8 bons = 31 points
       

      Les miens:
      Capitals
      Colombus
      Montréal
      Ottawa
      Chicago
      Minnesota
      Anaheim
      Edmonton
       
    • By ErickMontreal
      La LHJMQ à Verdun
       
      Mardi 22 janvier 2008
      RDS.ca
       
      Pour la première fois depuis 1994, il y aura du hockey de la LHJMQ à l'Auditorium de Verdun.Pour la première fois depuis 1994, il y aura du hockey de la LHJMQ à l'Auditorium de Verdun. Par Stéphane Leroux - Il y aura du hockey de la Ligue junior majeur du Québec dans la région de Montréal, plus précisément à Verdun, dès la saison 2008-2009. RDS a appris que l’homme d’affaires montréalais Farrel Miller s’est porté acquéreur de la concession des Fog Devils de St. John’s, Terre-Neuve.
       
      Miller, président de la compagnie SportTV.Com, une entreprise oeuvrant dans la diffusion d’événements sportifs sur internet, a acheté l’équipe terre-neuvienne de la famille Dobbin pour un peu plus de trois millions de dollars. La transaction devra être approuvée par l’ensemble des propriétaires du circuit, vendredi, dans le cadre d’une conférence téléphonique, ce qui ne devrait pas causer de problèmes. Monsieur Miller est âgé de 46 ans, il est né à Montréal et il est diplômé de l’Université McGill. En 2000, Farrel Miller a aussi fondé JumpTV, le plus grand distributeur de canaux internationaux sur le web.
       
      L’aventure des Fog Devils dans le circuit Courteau n’aura donc duré que trois saisons. En 2005-2006, l’équipe dirigée par Réal Paiement a attirée en moyenne 3928 spectateurs par match, moyenne qui a chutée à 3666 l’an dernier et à 3331 jusqu’ici cette saison.
       
      Comme l’équipe a perdu plus de 750 000 dollars la saison dernière, il n’était pas question pour la famille Dobbin de continuer d’opérer l’équipe au Mile One Stadium de St. John’s. Avant de compléter la transaction avec Farrel Miller, la LHJMQ a vérifié l’intérêt de la ville de St. John’s pour garder l’équipe dans la province de Terre-Neuve, mais le maire Andy Wells a mentionné qu’il n’était pas question que les autorités municipales achètent l’équipe qui lutte présentement pour une place en séries.
       
      C’est donc dire qu’après cinq ans d’absence, le hockey de la LHJMQ reviendra dans la métropole. Le Rocket de Montréal avait eu pignon sur rue à l’Aréna Maurice-Richard et au Centre Bell de 1999 à 2003.
       
      Pour ce qui est de l’Auditorium de Verdun, il verra du hockey junior pour la première fois depuis 1994, année où le Collège Français avait décidé de fermer ses portes. Contrairement au Rocket, la nouvelle équipe de Verdun n’en sera pas une d’expansion et se présentera l’an prochain avec un noyau relativement solide qui comptera un minimum de quatre joueurs appartenant déjà à des formations de la Ligue nationale. Des travaux de construction de loges corporatives et d’une galerie de presse fonctionnelle seront mis en branle par l’arrondissement de Verdun au cours des prochains jours. Le maire de l'arrondissement, Claude Trudel, nous a d'ailleurs confirmé qu'une entente de principe était intervenue.
       
      Le réalignement des sections, le nom de la future équipe de Verdun et la possibilité de voir l’entraîneur-chef et directeur général de l’équipe, Réal Paiement, s’amener à Verdun sont des sujets qui n’ont pas encore été discutés. Les Fog Devils avaient obtenus une équipe d’expansion pour la saison 2005-2006 en même temps que les Sea Dogs de Saint John, au Nouveau-Brunswick. Depuis le départ du Rocket, il était de notoriété publique que le commissaire de la LHJMQ Gilles Courteau tente de ramener une équipe dans la grande région de Montréal… C’est maintenant chose faite !



×
×
  • Create New...