Jump to content

Laval affiche le taux de chômage le plus bas de l'histoire du Québec


mtlurb
 Share

Recommended Posts

  • Administrator

Chômage: sous les 5% en novembre

 

Les Lavallois en emploi en hausse de 9,1% par rapport à novembre 2006

 

par Stéphane St-Amour

Voir tous les articles de Stéphane St-Amour

Article mis en ligne le 27 décembre 2007 à 7:49

source: http://www.courrierlaval.com/article-170009-Chomage-sous-les-5-en-novembre.html

 

Chômage: sous les 5% en novembre

 

Les Lavallois en emploi en hausse de 9,1% par rapport à novembre 2006

En baisse de 1,3% par rapport à la situation qui prévalait au mois de novembre 2006, Laval affichait, le mois dernier, le deuxième taux de chômage le plus bas des 16 régions du Québec, avec un score de 4,8%.

Seule la région de la Capitale-Nationale a fait mieux que Laval en novembre, avec un taux de chômage de 4,4%. La seule autre région administrative dont le taux est inférieur à 5% est Chaudières-Appalaches, à 4,9%.

 

Si l’île de Montréal a connu un autre mois difficile, comme l’illustre un taux de chômage de 8,2%, la région métropolitaine de recensement présente, elle, un taux de 6,7%, un dixième de point supérieur à la moyenne de 6,6% établie à l’échelle de la province.

 

Même si le niveau de chômage des Lavallois enregistré en novembre est le plus élevé des sept derniers mois, la région poursuit sur son irrésistible lancée, qui pourrait lui permettre de boucler l’année 2007 avec un taux de chômage record inférieur à 5%.

 

Bond de 9,1%

 

Considérant que l’Enquête sur la population active (EPA) de Statistique Canada ne tienne compte que de données non désaisonnalisées, la seule comparaison possible est celle avec la même période au fil des années antérieures.

 

Quand on y regarde de près, la performance lavalloise tient pratiquement du prodige, et ce, à plusieurs égards.

 

Selon la dernière enquête, il y avait le mois dernier 208 900 Lavallois en emploi, soit une hausse de 9,1% par rapport aux 191 400 au travail 12 mois plus tôt.

 

D’après la même étude, les Lavallois représenteraient tout près de 60% des quelque 30 500 travailleurs additionnels recensés dans la grande région métropolitaine. Et près de 20% des 95 600 nouveaux travailleurs répertoriés à l’échelle du Québec!

 

Encore plus spectaculaires sont les variations des personnes occupées le mois dernier en comparaison au mois de novembre 2006: Laval affiche une hausse de 9,1% contre 1,6% pour la région métropolitaine et 2,5% pour l’ensemble de la province.

 

 

Population active en forte hausse

 

Autre mesure qui en dit long sur le potentiel économique de la province et du pays: la population active. Le niveau de vie de ses habitants, tout comme la productivité de ses entreprises, progressent à la mesure qu’augmente le pourcentage de sa population active.

 

Le mois dernier, on figurait à 219 400 le nombre de Lavallois de 15 ans et plus en emploi ou en recherche active d’un emploi, une hausse de 15 500 personnes pour une variation de 7,6%. Par contre, à l’échelle du grand Montréal, l’Enquête sur la population active (EPA) note une augmentation d’à peine 12 800 personnes dites actives pour une hausse marginale de 0,6%, ce qui implique que les Lavallois auraient largement amélioré leur situation par rapport aux citoyens des régions limitrophes.

 

Dans tout le Québec, la population active serait passée de 4 100 400 à 4 166 200 personnes, une hausse de 1,6%. Mine de rien, les Lavallois représentent 24% de ces 65 800 Québécois venus grossir les rangs de la population active.

 

Échantillonnage

 

Rappelons que les données mensuelles de l'EPA tiennent compte de la moyenne mobile des trois derniers mois, a déjà souligné l'économiste à la direction régionale d'Emploi Québec, Jacques Chapdelaine. Une façon de compenser le faible échantillonnage des 278 ménages lavallois recensés chaque mois.

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...
  • Administrator

Laval affiche le taux de chômage le plus bas de l'histoire du Québec

par Stéphane St-Amour

 

 

Article mis en ligne le 20 janvier 2008 à 6:18

 

Laval affiche le taux de chômage le plus bas de l'histoire du Québec

Les Lavallois n’ont pas manqué de travail en 2007, puisque la région a affiché, l’an dernier, le plus bas taux de chômage au Québec avec un score record de 5,1%. Elle répète ainsi l'exploit qu'avait réalisé la région Chaudière-Appalaches en 1989.

 

«Une année phénoménale», convient Jacques Chapdelaine, économiste au bureau régional d’Emploi Québec. Un sommet historique qui éclipse l’ancienne marque qui tenait depuis près de 20 ans, à savoir un taux de 6,2% enregistré en 1988.

 

Difficile de faire mieux

 

Une année remarquable, donc, qui devance de quatre ans les projections les plus optimistes, alors qu'en 2006, on projetait atteindre le seuil du 5% qu'en 2011.

 

La barre a été fixée à un tel niveau qu'il est difficile de croire que la région puisse faire mieux en 2008. «On pourra difficilement aller en bas de ça», reconnaît M. Chapdelaine, ajoutant que «si on retourne à des taux de 6% en 2008, ce sera une autre performance exceptionnelle».

 

Outre le chômage saisonnier, l'économiste évoque le chômage frictionnel qui représente à lui seul un bon 3 % à 4 %. «Quand ça va bien, les gens bougent; ils quittent souvent un emploi pour un autre». En foi de quoi, il persiste et signe, restant fidèle à son scénario de 2006: «La situation de l'emploi va continuer à bien se porter et le taux de chômage demeurera inférieur à ce qu'on a connu au cours des 20 dernières années.»

 

Depuis dix ans, le taux de chômage a fondu de moitié, passant de 11,1% en 1997 à 5,1% l'an dernier. Au pire de la récession, la région avait enregistré en 1993 un record bien peu enviable avec un score de 13,7%, la pire performance dans l'histoire de Laval.

 

Tendance lourde

 

Toujours selon le principal intéressé, les effets du déclin démographique commencent à se faire drôlement sentir. Avec la cohorte des enfants d'après-guerre qui avancent irrémédiablement vers la retraite, les travailleurs seront plus nombreux à quitter le marché du travail qu'à y entrer. «Les bassins de futurs travailleurs ne suffiront pas à combler tous ces départs à la retraite; ce phénomène touche non seulement le Québec et le Canada, mais l'ensemble des pays de l'OCDE [Organisation de coopération et de développement économiques]», précise-t-il.

 

Dès 2011, pour la première fois de notre histoire, la population active commencera à reculer au Québec. Bien qu'à Laval ce recul ne soit prévu que pour 2016, on note une faible croissance chez les 0-24 ans, fait-il observer. Qui plus est, les taux d'activité et d'emploi atteignent aujourd'hui des sommets inégalés.

 

«Le taux d'activité flirte avec les 70% chez les 15 ans et plus, alors qu'il approche les 80% chez le groupe de 15 à 64 ans. Cette donnée en dit long sur l'occupation de la population en âge de travailler et sur les réserves disponibles à l'emploi», fait valoir M. Chapdelaine. En somme, la logique statistique est assez simple: moins il y a de candidats pour travailler, plus nombreux sont les gens au travail. «À moins d'une récession, on ne reverra plus des taux de chômage avoisinant les 10%», termine l'économiste d'Emploi Québec Laval.

 

http://www.courrierlaval.com/article-176066-Laval-affiche-le-taux-de-chomage-le-plus-bas-de-lhistoire-du-Quebec.html

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value