Jump to content

Recommended Posts

(Montréal) Les nouveaux chiffres le confirment: l'industrie du capital-risque carbure à fond au Québec. L'argent risqué sur les jeunes entreprises de la province a bondi de 50% l'an dernier, beaucoup plus qu'aux États-Unis, et qu'ailleurs au Canada.

 

Après avoir mieux traversé la crise que ses voisins, le Québec rebondit donc maintenant avec davantage de vigueur qu'eux. Une bonne nouvelle pour les bidouilleurs web, entrepreneurs en biotechnologies et autres dirigeants de boîtes innovantes à la recherche de fonds pour développer leurs idées.

 

«Il y a vraiment de quoi se réjouir. Le fait que la hausse ait touché tous les secteurs et que tous les acteurs du marché aient augmenté leur contribution nous faire dire qu'il s'agit de quelque chose de solide», dit Geneviève Morin, présidente de Réseau Capital, l'association du capital-risque québécois.

 

Le capital-risque est l'argent misé sur des entreprises souvent non rentables dans l'espoir de créer des succès comme Google ou Facebook. Les investissements de ce type ont atteint 549 millions de dollars en 2011 au Québec, une cuvée qui se compare aux belles années d'avant la crise financière.

 

«On voit enfin une lumière au bout du tunnel, et ce n'est pas un train», lance Mme Morin.

 

Des financiers de tous les horizons ont pigé dans leurs poches pour risquer davantage d'argent sur des entreprises québécoises.

 

Avec des investissements de 164 millions, les fonds de travailleurs fiscalisés (Fonds de solidarité FTQ, Fondaction CSN et autres) ont mis le plus gros du magot, une augmentation de 21% par rapport à 2010.

 

Les fonds de capital-risque privés ont aussi été très actifs l'an dernier, misant ensemble 114 millions dans 64 entreprises. Il s'agit d'un bond considérable de 74% par rapport à 2010.

 

«On récolte le fruit des efforts faits en 2006 et 2008, quand plusieurs fonds ont été créés au Québec. Ces fonds arrivent aujourd'hui à maturité», dit Mme Morin, qui souligne cependant qu'il faut renflouer ces fonds dès maintenant si on veut qu'ils continuent à investir.

 

Les investisseurs étrangers, surtout américains, ont aussi été nombreux à risquer leur argent sur des entreprises québécoises. Ils ont injecté ensemble 126 millions, soit 45% de plus qu'un an plus tôt.

 

Sur quoi misent les investisseurs? Les entreprises du secteur de l'internet, de l'électronique et du logiciel ont été leurs cibles favorites l'an dernier, raflant 33% des sommes.

 

Les technologies vertes, un secteur en plein boom sur la planète, ont aussi connu un investissement record au Québec avec 97 millions. De ce nombre, la part du lion, 90 millions, est allée à Enerkem, une entreprise montréalaise qui fait couler beaucoup d'encre avec son projet de transformer les ordures en carburant.

 

Le secteur des biotechnologies, jadis le favori des investisseurs, a bien fini en hausse de 19% par rapport à l'an dernier, mais il n'attire plus que le cinquième des investissements.

 

«Il y a là quelque chose de préoccupant, admet Mme Morin. Il y a beaucoup de belle science au Québec, et le marché de la santé est prioritaire pour tout le monde. Il va falloir des fonds de plus grande taille dans ce secteur, mais qui dit fonds de plus grande taille dit plus de temps pour les mettre en place.»

 

CAPITAL-RISQUE AU QUÉBEC: LES GROS INVESTISSMENTS DE 2010

 

- Enerkem (technologies propres) : 90,3 millions

 

- Enobia Pharma (biotechnologies) : 40,8 millions

 

- Beyond the Rack (internet) : 36,6 millions

 

- Lumenpulse (éclairage) : 16 millions

 

- Milestone Pharmaceuticals (biotechnologies) : 12,4 millions

 

- Acquisio Canada (logiciel) : 12,1 millions

 

- ProSep (technologies propres) : 11,1 millions

 

- Utilicase (technologies propres) : 10 millions

 

 

http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/201202/14/01-4495643-capital-risque-le-quebec-poursuit-sur-sa-lancee.php

Link to comment
Share on other sites

La Caisse pourrait racheter Axa Private Equity.

 

Selon la presse financière européenne, la Caisse de dépôt et placement du Québec et un partenaire, le fonds souverain du gouvernement de Singapour, sont désormais en «première position» pour le rachat de la plus importante firme de capital-risque de France.

 

Il s'agit de la société Axa Private Equity, filiale d'investissement dont veut se départir l'important assureur européen Axa depuis des mois afin de renflouer son capital malmené par les tumultes financiers qui perdurent en Europe.

 

Axa Private Equity gère un portefeuille de fonds de capital-risque et d'investissements directs en entreprise dont l'actif total est évalué à près de 28 milliards US. La transaction serait de l'ordre de 400 à 500 millions d'euros (environ 590 millions CAN), selon la presse financière d'Europe.

 

Plusieurs autres prétendants

 

Plusieurs autres prétendants au rachat d'Axa Private Equity ont été identifiés au cours des derniers mois. Parmi eux, on compte d'importantes firmes de gestion de capital-risque comme Onex, de Toronto, ainsi que les américaines Kohlberg Kravis Roberts (KKR) et TGP Capital.

 

Une telle lignée de prétendants pour Axa Private Equity a d'ailleurs suscité des critiques, l'automne dernier, dans les milieux d'affaires et politiques en France. Certains appréhendaient l'impact pour les intérêts économiques du pays d'une prise de contrôle étrangère de la plus importante firme de capital-risque d'origine française.

 

Selon la presse financière européenne, le partenariat formé de la Caisse et de Singapour serait maintenant favori pour conclure très bientôt une transaction avec la société d'assurances Axa. Cette dernière conserverait cependant une participation minoritaire chez Axa Private Equity.

 

À la direction de la Caisse, hier, on s'est refusé à tout commentaire sur «des rumeurs d'une transaction» que l'institution pourrait «faire ou ne pas faire». Néanmoins, la Caisse est déjà en terrain bien connu avec Axa Private Equity, comme elle participe à ses fonds internationaux de capital-risque depuis plusieurs années.

 

Partenaires d'affaires

 

La Caisse et Axa Private Equity sont aussi des co-investisseurs directs au capital de certaines grandes entreprises françaises.

 

Parmi elles, l'entreprise de transport Keolis qui vient de faire le rachat complet d'Orléans Express, plus important transporteur interurbain par autocars du Québec.

 

En juin 2011, la Caisse de dépôt et Axa Private Equity ont été des co-investisseurs directs au rachat pour 2,1 milliards d'euros (2,9 milliards CAN) de la firme française d'ingénierie Spie, spécialiste de l'électricité et des télécommunications.

 

À cette occasion, au cours d'un bref entretien avec La Presse Affaires, le directeur général d'alors chez Axa Private Equity, Dominique Gaillant, avait vanté la relation d'affaires avec la Caisse de dépôt.

 

«Depuis presque 15 ans, la Caisse de dépôt fait l'honneur de sa confiance lors de divers projets d'investissement», avait indiqué M. Gaillant.

 

 

http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/services-financiers/201202/14/01-4495654-la-caisse-pourrait-racheter-axa-private-equity.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=lapresseaffaires_LA5_nouvelles_98718_accueil_POS9

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...