Jump to content

ville-marie Îlot Balmoral (ONF) - 13 étages (2020)


CFurtado

Recommended Posts

Pinned posts

Nom: Îlot balmoral - Office National du Film
Hauteur en étages: 13
Hauteur en mètres:
Coût du projet: 110 millions
Promoteur: SHDM
Architecte: Provencher_Roy
Entrepreneur général:
Emplacement: îlot balmoral, à l'ouest de la Place des Festivals
Début de construction:
Fin de construction:
Site internet:
Lien webcam:
Autres informations:
Rumeurs:
Aperçu artistique du projet: 

Member uploaded pictures are not shown to unregistered visitors.spacer.png

Create a free account or sign in to view the pictures.

Maquette:
Autres images:
Vidéo promotionnelle: 

Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...
  • 2 weeks later...

L’Îlot Balmoral finaliste du prestigieux concours international du MIPIM

 

Montréal, le mercredi 29 janvier 2020. – C’est avec une grande fierté que les équipes engagées dans la conception et la construction de l’Îlot Balmoral (place des Festivals, Montréal) ont appris que le projet se classe parmi les finalistes dans la catégorie des « meilleurs développements à usage mixte » du prestigieux concours international du MIPIM, le plus grand marché international des professionnels de l’immobilier. Le concours évalue notamment la signature architecturale, l’innovation, les caractéristiques environnementales et l’intégration des projets dans leur milieu.

 

La Société d’habitation et de développement de Montréal (SHDM), propriétaire et maître d’œuvre du projet, a confié à la firme d’architecture Provencher_Roy le mandat de concevoir un immeuble emblématique à vocation culturelle pour compléter la place des Festivals. Avec l’emménagement de l’Office national du film du Canada ainsi que de l’École des arts numériques, de l’animation et du design (NAD) de l’UQAC, l’Îlot Balmoral est aujourd’hui la vitrine du cinéma et des arts numériques dans le Quartier des spectacles.

 

 

Nancy Shoiry, directrice générale de la SHDM : « Depuis le début, la SHDM souhaitait développer un projet ambitieux, marquant, qui témoigne de l’esprit créatif de Montréal et qui intègre les plus hauts standards en matière d’écoresponsabilité. Nos partenaires de Provencher_Roy ont relevé le défi avec talent et nous sommes fiers que l’Îlot Balmoral se distingue dans des concours d’envergure internationale. En tant que société paramunicipale, j’ajouterai que nous sommes aussi fiers d’avoir réalisé ce bâtiment de grande qualité qui s’ajoute à notre important portefeuille immobilier. »

 

Claude Provencher, associé principal et cofondateur de la firme Provencher_Roy : « Voir notre travail reconnu par des observateurs exposés aux meilleurs projets dans le monde est toujours la source d’une grande fierté. Soutenus par la vision et l’ambition de la SHDM, nous avons développé pour l’Îlot Balmoral un concept architectural qui transforme le paysage urbain tout en étant écoresponsable, attirant pour le public et valorisant pour les organisations qu’il accueille. Nous avons aussi une pensée émue pour notre défunt collègue Eugenio Carelli, qui a largement contribué, avec l’équipe, au succès du projet et qui aurait été fier de cette reconnaissance. »

 

 

Avec une facture visuelle exceptionnelle, l’Îlot Balmoral contribue à l’aspect éclatant de la place des Festivals, lieu de rassemblement et de culture. Une immense brèche oblique, d’un rouge vif, scinde le bâtiment en deux et dévoile un atrium pleine hauteur qui permet à la lumière naturelle de pénétrer et d’éclairer les passerelles entre les deux volumes. Le hall traversant a été pensé en fonction des piétons qui pourront à loisir traverser cet espace public dont les premiers niveaux sont vitrés sur trois côtés.

 

Candidat pour une certification LEED-NC Or, l’Îlot Balmoral a été conçu et construit selon les principes du développement durable, avec une conception qui favorise les économies d’énergies et la qualité de l’air, un toit vert et des aménagements favorisant le transport actif et les énergies propres.

 

L’Îlot Balmoral s’est distingué parmi 228 candidatures, en provenance de 45 pays, soumis à l’édition 2020 de ce concours phare du secteur immobilier, avec une compétition d’un très haut niveau. Les gagnants seront annoncés lors de la rencontre annuelle du Marché international des professionnels de l’immobilier (MIPIM), qui aura lieu du 10 au 13 mars 2020 à Cannes (France). La liste des finalistes dans toutes les catégories est présentée ICI (en anglais seulement).

 

De l’excavation à l’emménagement des locataires, visionnez l’impressionnant chantier qui a évolué au nord-ouest de la place des Festivals ces dernières années en vidéo.

 

À propos de la Société d’habitation et de développement de Montréal (SHDM)

La SHDM est une société paramunicipale à but non lucratif financièrement autonome, c’est-à-dire qu’elle intervient sans subvention ni financement de la Ville de Montréal. Experte en immobilier responsable, elle contribue au développement économique et social de Montréal par la mise en valeur d’actifs immobiliers de nature résidentielle, institutionnelle, industrielle, commerciale et culturelle sur son territoire. C’est un partenaire privilégié de la Ville de Montréal dans la mise en œuvre de ses politiques et dans l’atteinte de ses objectifs. Pour plus d’information, visitez le www.shdm.org

 

À propos de Provencher_Roy Architectes Associés

Reconnu à travers le Canada pour la qualité de ses réalisations, Provencher_Roy se spécialise en architecture, design urbain, aménagement intérieur, design industriel et développement durable. Dans les 37 dernières années, la firme a eu un impact majeur sur les villes canadiennes, et plus particulièrement Montréal, tant à travers des projets contemporains que des réhabilitations de bâtiments iconiques. Nommée Firme d’architecture de l’année par l’Institut royal d’architecture du Canada (IRAC) en 2015, Provencher_Roy a reçu de nombreux prix pour ses réalisations. Pour plus d’information, visitez le www.provencherroy.ca

 

Link to comment
Share on other sites

Une preuve supplémentaire que c'est en donnant préséance à la qualité architecturale que l'on gagne des prix et que l'on contribue à la renommée internationale de Montréal. En plus on embellit la ville de manière durable, en enrichissant le paysage urbain d'un immeuble emblématique que tous pourront admirer, dans un quartier dont la vocation première est justement de promouvoir les arts sous toutes leurs formes.

C'est un nouveau fleuron pour la ville et une grande une fierté pour les montréalais. :applause::applause::applause:

Link to comment
Share on other sites

Malheureusement les Montréalais ne trouvent aucune fierté dans l'expression architecturale. Ils méprisent le Stade Olympique, et n'ont que faire de l'architecture, à moins que ça ne fasse pas d'ombre sur le trottoir. Le commun des mortels n'a aucun intérêt envers l'architecture.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 13 heures, Rocco a dit :

Malheureusement les Montréalais ne trouvent aucune fierté dans l'expression architecturale. Ils méprisent le Stade Olympique, et n'ont que faire de l'architecture, à moins que ça ne fasse pas d'ombre sur le trottoir. Le commun des mortels n'a aucun intérêt envers l'architecture.

Les montréalais ne sont ni mieux ni pires que les autres citadins des autres grandes villes du monde. Ils savent reconnaitre le beau et apprécier la qualité quand elle se présente. Tout le monde s'entend qu'il y a encore du travail à faire pour améliorer la sensibilité des gens vis à vis de l'architecture en général. Mais à mon avis il y a bien plus de travail à faire du côté des promoteurs qui ont bien plus tendance à niveler par le bas.

Ne mélangeons pas non plus deux perceptions bien différentes: le ressentiment vis à vis du complexe olympique tient bien davantage à son cout astronomique qu'à la critique de l'oeuvre en tant que tel. Bien sûr la saga se poursuit avec la recherche d'un concept pour un toit permanent. Mais encore là c'est complètement indépendant de la reconnaissance et l'appréciation (pour ne pas dire la fierté) de cet ensemble architectural unique au monde.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, acpnc a dit :

Les montréalais ne sont ni mieux ni pires que les autres citadins des autres grandes villes du monde. Ils savent reconnaitre le beau et apprécier la qualité quand elle se présente. Tout le monde s'entend qu'il y a encore du travail à faire pour améliorer la sensibilité des gens vis à vis de l'architecture en général. Mais à mon avis il y a bien plus de travail à faire du côté des promoteurs qui ont bien plus tendance à niveler par le bas.

Ne mélangeons pas non plus deux perceptions bien différentes: le ressentiment vis à vis du complexe olympique tient bien davantage à son cout astronomique qu'à la critique de l'oeuvre en tant que tel. Bien sûr la saga se poursuit avec la recherche d'un concept pour un toit permanent. Mais encore là c'est complètement indépendant de la reconnaissance et l'appréciation (pour ne pas dire la fierté) de cet ensemble architectural unique au monde.

D'autant plus que le traumatisme du stade est un traumatisme d'une génération. Il n'y a pas beaucoup de 35/40 ans et moins qui n'abominent le stade autant que leurs aînés. Dans mon entourage, il est davantage vu comme une oeuvre très impressionnante. 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, Marc90 a dit :

D'autant plus que le traumatisme du stade est un traumatisme d'une génération. Il n'y a pas beaucoup de 35/40 ans et moins qui n'abominent le stade autant que leurs aînés. Dans mon entourage, il est davantage vu comme une oeuvre très impressionnante. 

Tu as bien raison, les moins de 40 ans n'ont pas vécu cette charge émotive qui a tant nuit à l'image du Stade et du Complexe Olympique. Ils n'ont pas eu connaissance des promesses téméraires du maire Jean Drapeau, ni de l'explosion des couts due à une mauvaise gestion du chantier, sans oublier la corruption qui sévissait déjà à l'époque.

Normal alors qu'ils soient détachés de son histoire difficile et qu'ils voient le Parc Olympique de manière plus objective. Et c'est tant mieux. On ne refera pas l'histoire, mais on peut quand même s'en inspirer pour apprendre de nos erreurs.

De mon côté j'ai vécu toute cette saga de l'intérieur, étant employé du COJO dès février 1973. Malgré tout, tout en déplorant les événements qui prenaient place devant mes yeux, je n'ai jamais cessé d'admirer le concept et ai retenu mon souffle quand on a failli perdre les Jeux en 1975.

Ma plus grande déception aura été l'arrêt de la construction de la Tour, qui est demeurée tronquée pendant plusieurs années. Et mon plus grand soulagement, la reprise des travaux et finalement les dernières rénovations qui ont plus que jamais mis en valeur ce que je considère comme un chef-d'oeuvre d'architecture contemporaine.

Link to comment
Share on other sites

Le 2020-01-30 à 15:33, acpnc a dit :

Tu as bien raison, les moins de 40 ans n'ont pas vécu cette charge émotive qui a tant nuit à l'image du Stade et du Complexe Olympique. Ils n'ont pas eu connaissance des promesses téméraires du maire Jean Drapeau, ni de l'explosion des couts due à une mauvaise gestion du chantier, sans oublier la corruption qui sévissait déjà à l'époque.

 

Étant quelqu'un qui n'est pas originaire de Montréal, et quelqu'un dans sa trentaine, je trouve le stade impressionnant et rien de moins. Je connais l'histoire mais quand-même... ça me fait un peu mal au coeur quand les gens le haïssent.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, Kilgore Trout a dit :

Étant quelqu'un qui n'est pas originaire de Montréal, et quelqu'un dans sa trentaine, je trouve le stade impressionnant et rien de moins. Je connais l'histoire mais quand-même... ça me fait un peu mal au coeur quand les gens le haïssent.

En fait les gens qui disent le haïr l'associent directement aux couts astronomiques qu'ils ont dû débourser sous formes de taxes de toutes sortes, dont la fameuse taxe des fumeurs sensée rembourser la dette olympique. Il faut aussi ajouter au tableau la morosité économique qui a suivi les Jeux et qui a duré une bonne décennie avec son taux de chômage élevé et l'absence de projets mobilisateurs, notamment pour l'est de la ville.

Donc un symbole de dépenses somptueuses qui ont enrichi plusieurs entreprises, nourries par une corruption larvée et des attentes démesurées issues des fausses promesses du maire Drapeau. Pas étonnant alors qu'avec ce triste scénario, la vision de plusieurs ait été biaisée (de façon permanente) au point de les rendre aveugles à l'esthétisme de l'oeuvre elle-même. Ce qui m'amène à conclure que les émotions négatives issues de cette saga, auront longtemps supplanté les émotions positives que la qualité architecturale du complexe aurait dû susciter dans le public. 

Aujourd'hui avec le recul on peut heureusement plus facilement se détacher de l'histoire elle-même. Donc se laisser séduire par un concept des plus audacieux pour l'époque et qui impressionne encore aujourd'hui les véritables amoureux d'architecture. N'oublions pas non plus le plus d'un million de visiteurs du parc olympique en 2018 qui en fait un des attraits montréalais parmi les plus populaires auprès des touristes. https://parcolympique.qc.ca/wp-content/uploads/2019/05/Rapport_annuel_2018_Parc_olympique.pdf

 

Link to comment
Share on other sites

Le 2020-01-29 à 19:17, Rocco a dit :

Malheureusement les Montréalais ne trouvent aucune fierté dans l'expression architecturale. Ils méprisent le Stade Olympique, et n'ont que faire de l'architecture, à moins que ça ne fasse pas d'ombre sur le trottoir. Le commun des mortels n'a aucun intérêt envers l'architecture.

Alors que les architectes et les clients (et les membres des Skyscraper forums) ont tendance à admirer la forme sculpturale d'un projet de construction, les citoyens qui vivent dans la ville sont plus susceptibles d'apprécier la façon dont le bâtiment affecte les rues qui l'entourent.

C'est l'une des raisons pour lesquelles des bâtiments comme le stade olympique et la tour de la Bourse sont moins appréciés qu'ils ne le pourraient. Parce qu'ils présentent peu ou pas d'intérêt ou de beauté aux gens qui marchent à côté d'eux dans les rues autour d'eux.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By IluvMTL
      https://esplanadecartier-prevel.ca/fr/prevente/?gclid=Cj0KCQjwkbuKBhDRARIsAALysV5kCWg4oPhASwSfI8zuglTKg45NOmkBdVPRMY8jB7vcZRcMLFcXgSwaAkZ1EALw_wcB

       



    • By IluvMTL
      Comité exécutif du 24 septembre 2021


    • By IluvMTL
      Registre des lobbyistes
      HighMark Real Estate Group 
      Mandat : Période couverte par le mandat :du 2021-08-05 au 2022-06-30
      Contrepartie reçue ou à recevoir :moins de 10 000 $ 
      Objet des activités :Proposition législative ou réglementaire, résolution, orientation, programme ou plan d'action
      Renseignements utiles :
      Démarches auprès de titulaires de charges publiques de la Ville de Westmount et de la Ville de Montréal à l'arrondissement Ville-Marie en vue d'obtenir l'approbation d'un projet de construction d'un édifice à vocation mixte (résidentielle et commerciale) d'une hauteur de 10 étages ou plus; le tout conformément aux règles de zonage en vigueur (Règlement no 1303 à Westmount et Règlement 01-282) et à la grille des usages et normes de la zone C7-24-09 (dans Westmount) et la zone 0126 (dans Ville-Marie).
      Le terrain visé est localisé au coin sud-ouest de l'intersection des rues Atwater et Ste-Catherine. Le nouvel édifice seraient en mode locatif ou en condos et avec certaines parties en bureau et/ou pour des commerces de services au rez-de-chaussée. Des discussions avec les représentants des deux Villes débutent dans le but de confirmer le projet qu'il serait possible de construire.
      Institutions visées :
      Montréal Westmount
    • By IluvMTL
      Forage ce matin sur le terrain vacant à côté des Délices d'Amandine.

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value