Jump to content

A Londres, prendre le métro est devenu un luxe


Malek
 Share

Recommended Posts

A Londres, prendre le métro est devenu un luxe

Selon une enquête, les bas revenus ne peuvent plus se payer tickets ni abonnements. Ils s’entassent donc dans les bus, moins chers mais moins pratiques.

 

15.12.2011 | Rowenna Davis 

 

 

La prochaine fois que vous prendrez le métro à Londres, regardez autour de vous. Si vous trouvez qu’il y a de plus en plus de cadres supérieurs blancs, vous ne vous trompez pas. Selon les derniers chiffres de Transport for London [TfL : régie des transports en commun de Londres], descendre les escalators du métro revient à gravir une marche dans l’échelle sociale. D’après cette étude, la fracture sociale s’agrandit dans notre ville. Tandis que les plus riches se rendent rapidement à leur travail en métro, les plus pauvres et les membres des minorités ethniques sont contraints de prendre le bus. Et la situation empire : en 2003, les Londoniens à bas revenus représentaient 28 % des usagers du métro. En 2009, ce chiffre est descendu à 22 % – contre 37 % des usagers du bus.

 

4,6 euros le ticket

 

Il est difficile de ne pas faire le lien avec le prix des billets (un aller simple en métro en zone 1 coûte désormais 4 livres [4,60 euros]). Fin novembre, j’ai rencontré des agents de nettoyage et des serveurs de restaurant qui n’ont plus les moyens de prendre le métro dans leur ville. Ils s’entassent donc dans les bus, d’utilisation beaucoup plus problématique. Prenons Elena, par exemple. Cette femme de ménage colombienne travaille pour 6,08 livres [7,09 euros] l’heure. Elle cumule deux emplois à temps partiel. Comme elle n’a pas accès au métro ni au train, elle doit quitter sa maison du nord de Londres à 5 heures du matin. Avec une foule d’autres travailleurs au salaire minimum, elle prend une longue série de bus avant même le lever du jour. Comme elle doit se rendre d’un emploi à l’autre, elle passe près de cinq heures par jour dans les transports pour six heures de travail. Elena paie sa carte mensuelle de bus 68,40 livres [80 euros]. Si elle devait prendre une carte bus-métro, cela lui coûterait 106 livres [123 euros], soit environ le cinquième de son salaire mensuel net. Le maire de Londres, Boris Johnson, ne semble pas voir où est le problème. Depuis son élection [en 2008], le prix d’une carte bus-métro hebdomadaire 4 zones a augmenté de 23 %.

 

Enquête suspendue

 

Le fait d’être obligé de prendre le bus cause également de gros problèmes aux familles. Alberto, lui aussi agent de nettoyage, nous raconte que sa fille et sa femme doivent partir de la maison à 5 heures du matin. Sa fille attend que l’école ouvre en lisant sur le lieu de travail de sa mère et y arrive toujours fatiguée. Pendant ce temps, Alberto effectue son angoissant trajet dans Londres. S’il rate l’un de ses bus ou s’endort, il risque d’être licencié. “Le prix des transports s’envole, mais le salaire n’augmente jamais, constate-t-il. Il faut se battre pour avoir une augmentation. La situation empire toujours davantage.”

 

Les conséquences sont également économiques. Si les transports sont le poumon de l’économie londonienne, on sait aussi que certains travailleurs comme Elena refusent des emplois parce que le trajet leur coûterait trop cher.

 

Ce métro sélectif était déjà visible à l’époque où Ken Livingstone était maire [2000-2008], mais ce n’est que maintenant que celui-ci réfléchit à des mesures pour endiguer la tendance. S’il est à nouveau élu en 2012, il promet d’abaisser les tarifs de 5 % et de les geler jusqu’en 2013. Quant à l’actuel maire de Londres, Boris Johnson, on ignore les conséquences que sa réélection pourrait avoir. Sous son mandat, TfL a suspendu l’enquête sur les usagers du métro jusqu’à nouvel ordre : une mesure qui permet de faire des économies… et d’étouffer les mauvaises nouvelles.

 

 

http://www.courrierinternational.com/article/2011/12/15/a-londres-prendre-le-metro-est-devenu-un-luxe

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 37
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

La prochaine fois que vous prendrez le métro à Londres, regardez autour de vous. Si vous trouvez qu’il y a de plus en plus de cadres supérieurs blancs, vous ne vous trompez pas.

 

Umm, not true according to her:

 

<iframe width="420" height="315" src="http://www.youtube.com/embed/cWHMCOX7Nzc" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Link to comment
Share on other sites

Quelle stratégie? On fais payer les gens le vrai prix du métro.

 

Ça couterais le double ici, si ce n'étais pas subventionné par le truchement de multiples taxes et impôts.

Link to comment
Share on other sites

Comme j'ai déjà dit, retirez de mes taxes et impôts le coût total de nos infrastructures routières subventionnées en quasi-totalité par le gouvernement, et je n'aurai aucun problème à payer la part subventionnée de mon transport en commun. (Je dis ça d'un point de vue purement égoïste)

 

Déjà que je paye grosso-modo la moitié du coût avec le prix de mon titre de transport, et que 10% des taxes municipales que l'on paye va là... Avec tout l'argent économisé sur les milliards qui sont investis dans des infrastructures que je n'utilise pas, je vais être pas mal plus riche à la fin. Ceux qui utilisent des dizaines de kilomètres d'autoroutes, de ponts et d'échangeurs coûtant plusieurs milliards à la construction (aux 50 ans), et des centaines de millions en entretien annuellement (au frais de la société) auront sûrement une facture plus salée que moi.

 

Tant qu'à charger le vrai coût à tout le monde, on devrait aussi charger aux gens utilisant les axes de transport congestionnés une taxe spéciale pour compenser les pertes économiques dû à la congestion, et une taxe de santé pour les coûts occasionnés par la pollution atmosphérique.

Edited by vincethewipet
Link to comment
Share on other sites

Road: direct revenue generated: 0$

Metro: direct revenue generated: millions$

 

Road operation is subsidized 100%. If anything, we should stop subsidizing roads, highways and automobiles...

Public transit, by definition, cannot explicitly be profitable. However, transit generates positive externalities and implicit revenue through other economic means.

When you add up the costs/benefits of extensive road networks vs. extensive transit networks, the transit networks are more effective by a 10:1 margin.

Edited by Cataclaw
Link to comment
Share on other sites

Parce que la construction des routes, leur entretien et leur déneigement c'est pas subventionnés? Malek t'es plus malin que ça..

 

haha mon auto, mon essence, mes assurances, mon entretien, ma plaque, mon SAAQ, ... sont subventionnés?

 

Ce que tu réalises pas, tout le monde paie pour les routes et métro, même si une minorité de la population du Québec utilise ce dernier... t'est malin toi ;)

Link to comment
Share on other sites

Comme j'ai déjà dit, retirez de mes taxes et impôts le coût total de nos infrastructures routières subventionnées en quasi-totalité par le gouvernement, et je n'aurai aucun problème à payer la part subventionnée de mon transport en commun. (Je dis ça d'un point de vue purement égoïste)

 

Déjà que je paye grosso-modo la moitié du coût avec le prix de mon titre de transport, et que 10% des taxes municipales que l'on paye va là... Avec tout l'argent économisé sur les milliards qui sont investis dans des infrastructures que je n'utilise pas, je vais être pas mal plus riche à la fin. Ceux qui utilisent des dizaines de kilomètres d'autoroutes, de ponts et d'échangeurs coûtant plusieurs milliards à la construction (aux 50 ans), et des centaines de millions en entretien annuellement (au frais de la société) auront sûrement une facture plus salée que moi.

 

Tant qu'à charger le vrai coût à tout le monde, on devrait aussi charger aux gens utilisant les axes de transport congestionnés une taxe spéciale pour compenser les pertes économiques dû à la congestion, et une taxe de santé pour les coûts occasionnés par la pollution atmosphérique.

 

Tu n'utilises pas les routes? Laisse moi rire, ton polo et ton ordi sont fabriqués au coin de la rue? Ta bouffe pousse dans ton jardin?

 

Sois sérieux voyons.

 

Road: direct revenue generated: 0$

Metro: direct revenue generated: millions$

 

Road operation is subsidized 100%. If anything, we should stop subsidizing roads, highways and automobiles...

Public transit, by definition, cannot explicitly be profitable. However, transit generates positive externalities and implicit revenue through other economic means.

When you add up the costs/benefits of extensive road networks vs. extensive transit networks, the transit networks are more effective by a 10:1 margin.

 

Métro direct revenues Millions??! voyons, arrête, tu fabules.

 

Army is paid by everyone but no one benefits from it, just a very small minority... ooops, just like the metro.

 

 

Automobiles are subsidized? where do I apply?

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share




×
×
  • Create New...