Jump to content

Emplois perdus... et trouvés


mtlurb
 Share

Recommended Posts

  • Administrator

Emplois perdus... et trouvés

6 février 2007 - 06h40

La Presse

Claude Picher

bilde?Site=CP&Date=20070206&Category=LAINFORMER0202&ArtNo=702060553&Ref=AR&Profile=5930&MaxW=158&Q=85&border=0

 

 

Des pneus Goodyear à l'imprimerie L'Éclaireur, des chantiers maritimes Verreault aux restructurations administratives chez Loblaw, les tuiles ne cessent de s'abattre sur le marché québécois de l'emploi, la dernière tragédie étant le naufrage imminent de l'abattoir Olymel en Beauce.

 

Les médias parlent déjà d'une crise du porc; après la crise de la forêt, la crise du secteur manufacturier, la crise du textile, c'est bien la dernière chose dont on avait besoin.

 

Que se passe-t-il donc? Cette avalanche de mauvaises nouvelles finira-t-elle un jour?

 

Spontanément, on peut être porté à rejeter le blâme sur la force du dollar canadien. À son plus faible, en 2002, le huard valait moins de 62 cents américains. En mai 2006, il frisait les 89 cents US.

 

Il perdu quelques cents depuis, mais n'empêche : une appréciation aussi rapide en une aussi courte période constitue un record.

 

 

En clair, cela signifie que le prix des exportations canadiennes aux États-Unis a augmenté de 44 % en quatre ans. Pour le Québec, qui exporte le tiers de sa production aux États-Unis, le choc peut effectivement paraître terrible.

 

Pourtant, il est beaucoup trop simplet d'attribuer les misères de l'économie québécoise à la force du dollar.

 

Au contraire : c'est précisément la faiblesse du huard, entre 1997 et 2004, qui est la grande coupable.

 

Pendant sept ans, les exportateurs canadiens ont littéralement surfé sur cette faiblesse pour voir monter leurs ventes (et leurs profits) au sud de la frontière. Ils n'ont pas vu venir la fin de l'accord multi-fibres. Ils ont largement sous-estimé la concurrence internationale, en particulier celle de la Chine, Surtout, la plupart d'entre eux, contents d'avoir un accès facile et illimité au marché le plus riche de la planète, ont négligé d'investir dans l'équipement, la machinerie et l'outillage, compromettant d'autant leur productivité. C'était d'ailleurs beaucoup leur demander. Le Canada ne produit pas beaucoup d'équipements spécialisés. Il faut donc l'importer, surtout des États-Unis. Or, justement, avec une monnaie faible, le coût des importations devient prohibitif. Tout cela montre, on ne le répétera jamais assez, qu'on ne construit pas une économie solide sur une monnaie fragile.

 

D'autre part, la remontée du dollar canadien a pu heurter certains exportateurs, mais il est hautement imprudent d'en conclure que c'est toute l'économie qui pâtit. En dépit des variations des taux de change, le commerce entre le Canada et les États-Unis se poursuit dans toute son ampleur. Entre 2002 et 2005 (les chiffres de 2006 ne sont pas encore connus), les exportations canadiennes aux États-Unis sont passées de 347 à 369 milliards, malgré la forte appréciation du huard, qui a décidément le dos bien large...

 

Il est également de bon ton, en certains milieux, d'accuser la mondialisation pour les pertes d'emplois survenues au Québec.

 

Ce raisonnement ne tient pas la route.

 

Oui, la Chine fait mal, mais c'est parce qu'elle peut offrir des produits à bien meilleur marché. Alors, qu'est-ce qu'on fait ? On ferme nos portes aux produits chinois et on protège nos entreprises qui sont moins compétitives ? De un, les premières victimes seront les consommateurs canadiens. De deux, une économie aussi massivement axée sur l'exportation que celle du Québec (la même remarque vaut pour l'ensemble du Canada) ne peut pas fermer ses frontières sans s'exposer à des représailles. Dans tous les cas, on se dirige vers de joyeux problèmes.

 

Il serait peut-être utile de rappeler que le Canada a largement profité de la libéralisation des échanges. En 1988, année précédant l'entrée en vigueur du traité de libre-échange, les exportations canadiennes aux États-Unis atteignaient 105 milliards. Comme on vient de le voir, ce chiffre a atteint 369 milliards en 2005. Même en tenant compte de l'inflation, la progression est prodigieuse, et cela s'est traduit par le maintien ou la création de centaines de milliers d'emplois. Le Québec a largement profité de la manne.

 

Parlons-en, justement, de l'emploi. À en croire certains commentaires, l'économie du Québec commence et finit à Vallée-Jonction! À force de compter les emplois perdus chez Olymel, ou dans le textile, la forêt, le secteur manufacturier, on en vient à penser que le Québec n'est plus qu'un vaste cimetière d'emplois.

 

C'est oublier une chose importante. Oui, il se perd des emplois, mais il s'en crée ailleurs. L'économie continue de rouler. Les entreprises qui ne s'adaptent pas aux changements ferment leurs portes. D'autres, mieux équipées pour répondre aux besoins des clients et du marché, prennent la relève. Des emplois perdus dans le porc ou le textile sont remplacés par d'autres dans les services de santé ou les nouvelles technologies. Il en a toujours été ainsi depuis que le monde est monde.

 

Ce qu'il est important de regarder, c'est la création nette d'emplois. La grande question est de savoir si l'économie canadienne, dans un environnement libre-échangiste, est capable de créer assez d'emplois pour tous les nouveaux arrivants sur le marché du travail. La réponse est oui. Depuis 1988, l'économie canadienne a créé 3,8 millions d'emplois, dont 3,1 millions à temps plein. Le taux de chômage se situe actuellement à 6,1 %, son plus bas niveau en 30 ans. Pendant la même période, l'économie québécoise a créé 674000 emplois, et son taux de chômage, à 8 %, frôle un plancher historique.

 

Certes, ces chiffres, extraits de l'enquête sur la population active de Statistique Canada, sont moins spectaculaires que les fermetures d'usine ou les déclarations dramatiques. Mais ils reflètent la réalité toute crue et toute simple: on aura beau pester tant qu'on voudra contre la hausse du dollar ou la mondialisation, mais dans la vraie vie, au total, il continue de se créer des milliers d'emplois.

Link to comment
Share on other sites

WOW, quel article rafraîchissant! Dire la verité comme ça...ça ne fera pas plaisir au osties de syndicats, les socialistes et Québec Solidaire!

 

Nous sommes tellement préoccupé à bitcher contre Lucien Bouchard et sa gang de Lucides, qu'on n'a même pas pris la peine d'écouter ce qu'ils ont à dire!

Link to comment
Share on other sites

  • Administrator

ah oui habsfan, quand je te disais que montréal a créé plus d'emplois que toronto, un bon indice c'est le taux de chomage qui a baissé à montréal et resté presque le même a Toronto.

Link to comment
Share on other sites

on a toujours l'impression que ça va super mal parce que les mauvaises font les premières pages, pas les bonnes.

 

les bonnes nouvelles sont dans l'avant dernier cahier, pas sur la première page du journal.

 

pour ce qui est d'Olymel, je sais pas comment j'aurais réagit à la place des travailleurs parce que j'ai jamais eu à revoir mon salair à la baisse, mais je trouve ça bizarre qu'ils préfères perdre leurs emplois plutôt que réduire le salaire....la compagnie en sort gagnante, ils vont juste aller s'installer ailleur en offrant des salaires plus bas....les employés eux se retrouvent sans rien..Bonne chance pour trouver des emplois à près de 30$ de l'heure quand ta au dessus d'un certain âge et que tu as à peine un diplôme secondaire...

en fin de compte ce sont tout les citoyens du Québec qui payent pour les Syndicats entêtés, parce que l'argent mis dans l'assurance emplois et le Bien être social de ses employés aurait pu être mis ailleur....

 

mais bon encore une fois je parle à travers mon chapeau...je jamais vécu cette situation là....donc ce n'est qu'une opinion externe.

Link to comment
Share on other sites

ca baissé de 30 a 22$ l'heure.

 

C'est pas la fin du monde, mais disons que c'est mieux que 0$

 

J'ai entendu dire que leurs salaires passait de 28$/heure à 22-24$/heure. Il me semble que ce n'est quand même pas si mal. Surtout pour des gens qui n'ont même pas leurs secondaire 5! 24$ de l'heure ça fait 48,000$ par année...

 

Ces gens se sont fait fourré par leur syndicat. Maintenant ils sont sans job, et c'est la population du québec qui devra les faire vivre!

Link to comment
Share on other sites

BOUYA ! ! !

Dans ta face Toronto.

 

ah, ça fait du bien de voir des bonnes nouvelles comme ça.

 

Montréal va bien, la diversification ça aide, quand un secteur va mal l'autre nous maintient...pas comme Toronto qui est surtout centrée sur l'automobile et les banques.

 

il faudrait juste que le gouvernement fédéral aille suffisamment de pression pour nous donner le monopole de l'aéronautique ...comme ils l'ont fait avec l'automobile en Ontario.

 

Montréal renaît de ses cendre tel le phénix..

 

pour ce qui est de la population qui quitte Montréal pour aller en banlieu, c'est correct, je pense qu'au Québec on a encore le rêve américain d'avoir une petite maison en banlieu avec le gazon bien vert et son auto dans l'entrée. contrairement à d'autres villes comme Toronto ou Vancouver ou les gens préfèrent vivre en hauteur au centre-ville. Montréal va devenir peut être d'ici une vingtaine d'année, une ville avec plus d'habitants dans sa banlieu...un peu comme Boston....

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value