Jump to content

Recommended Posts

Pinned posts

Deuxième phase du Technopôle Angus

image.png

Près de la rue Molson et de l’Avenue du Mont-Royal
265 millions de dollars
400 logements
Trois places publiques, une école, deux garderies, une grande rue piétonne.
La moitié du projet sera occupée par des commerces ou des institutions.
Projet de Rayside Labossière .

https://mtlurb.com/index.php?/topic/15817-cite-angus-technopôle-angus-etages/

Liens vers les phases:

AUTRE PHASE DANS LE MESSAGE DE @UrbMtl ICI:


 

Citation

Autres images

Technopole Angus.jpg

 

 

 

 

 

Link to post
Share on other sites
  • 11 months later...
  • Replies 144
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Voici une mise à jour photo de l'avancement des travaux de l'écoquartier du Technopôle Angus. Actuellement les travaux se concentre sur l'excavation. »Beaucoup de machinerie sur le terrain. Ma pr

C bien plus sexy le métro Mont-Royal du Plateau et de la ligne orange que le métro Préfontaine sur la pauvre ligne verte d'Hochelaga-Maisonneuve.

Finalement ça bouge avec ce projet d'Écoquartier Angus. Depuis quelques semaines de la machinerie est apparue sur le site. Tout le site a été clôturé avec des panneaux de bois sur lesquels seront appl

Posted Images

SDA est une société qui se spécialise dans l'économie sociale http://www.sda-angus.com/ elle définit d'ailleurs sa propre mission qui est de réaliser des projets de revitalisation urbaine, en misant sur les principes du développement durable, tout en générant des retombées significatives pour la communauté locale. Elle représente donc de mon point de vue une sorte d'idéal en développement urbain et un exemple à suivre pour tous les autres constructeurs montréalais.

 

Cela dit, comme toute entreprise dirigée par des personnes, elle n'est pas à l'abri de certaines erreurs de parcours (comme nos gouvernements et autres institutions), mais elle a au moins le mérite de s'amender et d'apprendre de ses moins bonnes expériences. On serait alors en droit de s'attendre qu'elle ait un préjugé favorable pour l'inclusion sociale, dont le logement est une des bases de son action. On sait aussi que la Ville a des exigences vis à vis des promoteurs en ce qui a trait à un pourcentage minimum de logements sociaux prévus dans les plans. Non seulement SDA veut répondre à cette demande, mais ici ironiquement elle devra couper un certain nombre de logements sociaux pour obtenir l'indispensable acceptabilité sociale de la part du milieu.

 

Elle ne proposait pourtant pas de faire un ghetto, mais de répartir stratégiquement ces logements sur l'ensemble du développement, en créant un quartier mixte avec services, emplois et commerces. Malheureusement la fibre sociale est bien mince et parfois trouée dans la société moderne actuelle. Ainsi tout le monde est pour le logement social, mais le plus loin possible de sa cour. Pourtant il y a autant de gens honorables parmi les moins nantis que dans toutes les autres couches sociales. Et parmi eux grandissent peut-être certains de nos futurs leaders et entrepreneurs de demain.

 

Mais l'individualisme est fort et est encouragé à grande échelle par une subtile mouvance de droite, réfractaire au partage et bien campée dans le chacun pour soi. Ce qui conduit à des résistances et fermetures à ce qui est étranger ou qui pourrait le paraitre. Vu sous cet angle nous nageons en pleine contradiction. D'un côté on veut plus d'immigrants pour compenser la dénatalité, mais on ne veut pas les côtoyer parce qu'ils sont différents et souvent démunis.

 

C'est ce qui rend le cas de la Technopole Angus intéressant, parce qu'il révèle clairement les préjugés bien ancrés dans les esprits, en mettant en avant-scène nos travers pas toujours avouables. Je souhaite donc que la Ville et l'Arrondissement Rosemont/ La Petite-Patrie mettent enfin leurs culottes, en défendant ouvertement l'esprit de ce projet, en remettant les pendules à l'heure. Comme dans toute situation controversée il y aura des compromis à faire et des améliorations à apporter.

 

Mais il faut reconnaitre les qualités indéniables du projet Angus et faire le maximum pour qu'il se réalise dans ses grandes lignes. Parce qu'ici on propose un quartier intégré, bien planifié et en équilibre avec son milieu. Il a en plus l'avantage d'être soigné avec l'intention d'offrir une véritable qualité de vie à ses futurs résidents. SDA peut notamment s'appuyer sur la série de phases précédentes pour démontrer son savoir-faire, qui est selon moi une véritable réussite urbaine.

 

C'est un thème récurrent dans plusieurs de tes messages fleuves: gauche = gentils, droite = méchants...

Link to post
Share on other sites
C'est un thème récurrent dans plusieurs de tes messages fleuves: gauche = gentils, droite = méchants...

 

Je dirais que c'est rendu un constat qu'il y a la privatisation des profits et la socialisation des pertes. Je suis d'accord pour le capitalisme, tant que les gens paient pour leur conséquences. Vous ne voulez pas de hauteur? Parfait, on monte vos taxes foncières de 200%.

Link to post
Share on other sites
C'est un thème récurrent dans plusieurs de tes messages fleuves: gauche = gentils, droite = méchants...

 

Tu présentes une équation assez simpliste et sans nuance de mes propos. C'est pourtant facile à comprendre: quand un projet public ou privé va dans le sens du bien commun et qu'il profite à la société en général, je suis pour. Dans le cas contraire quand il ne profite majoritairement qu'à des intérêts privés, ne favorise qu'une classe de gens (actionnaires notamment) au détriment des autres ou s'inscrit à l'encontre du développement durable, je suis contre. Je suis aussi pour un juste équilibre entre les droits individuels et ceux collectifs, par une meilleure compréhension de chacun. Particulièrement en milieu urbain où on doit faire davantage de compromis pour un mieux-vivre ensemble.

 

Dit en d'autres mots: le partage est le ciment d'une société humaine évoluée, où chacun fait sa part par solidarité, tout en protégeant les droits des plus faibles d'entre nous. Vu de ce point de vue, je suis de toute évidence en opposition avec l'esprit américain du chacun pour soi, dont les Républicains sont les plus grands défenseurs. J'appuie pourtant l'entreprise privée et son rôle essentiel dans une économie libre et ouverte. Ce sont les abus que je dénonce de part et d'autres et ils sont nombreux, parce que les gouvernements ne réagissent seulement que quand il y a crise.

Edited by acpnc
Link to post
Share on other sites
Je dirais que c'est rendu un constat qu'il y a la privatisation des profits et la socialisation des pertes. Je suis d'accord pour le capitalisme, tant que les gens paient pour leur conséquences. Vous ne voulez pas de hauteur? Parfait, on monte vos taxes foncières de 200%.

 

Peut être pas à 200%, mais si une population locale refuse un projet qu'elle juge trop gros, elle devrait en payer le prix elle-même. Pas en faire payer le reste de la population en revenus de taxes perdus et en emplois qui ne seront jamais créés. Évidement, je ne parle pas ici de créer des usines dans des quartiers résidentiels ou des trucs comme ça, mais (par exemple) il est raisonnable de vouloir construire plus haut et avec plus de densité près d'une station de métro.

Link to post
Share on other sites

Une belle porte ouverte aux dérapages. Comment juge t on ensuite de ce qui est "raisonnable"?

Comment on légalise ça? Comment le défendre devant un juge?

 

C'est le promoteur qui a fait marche arrière avant même le refus de son projet par l'arrondissement. A t on une idée de l'ampleur de l'opposition? L'article n'en fait pas mention. A ce stade ci, inutile de s'indigner et réformer le système comme vous le demandez.

 

Les outils existent. Peuvent-ils être améliorés? Peut être, mais il n'y a rien de scandaleux ici sauf les propos tenus à la séance d'information et l'article qui fait état uniquement de ce qui peut vendre le plus ou susciter le plus d'interaction sur les réseaux sociaux.

Link to post
Share on other sites
Tu présentes une équation assez simpliste et sans nuance de mes propos. C'est pourtant facile à comprendre: quand un projet public ou privé va dans le sens du bien commun et qu'il profite à la société en général, je suis pour. Dans le cas contraire quand il ne profite majoritairement qu'à des intérêts privés, ne favorise qu'une classe de gens (actionnaires notamment) au détriment des autres ou s'inscrit à l'encontre du développement durable, je suis contre. Je suis aussi pour un juste équilibre entre les droits individuels et ceux collectifs, par une meilleure compréhension de chacun. Particulièrement en milieu urbain où on doit faire davantage de compromis pour un mieux-vivre ensemble.

 

Dit en d'autres mots: le partage est le ciment d'une société humaine évoluée, où chacun fait sa part par solidarité, tout en protégeant les droits des plus faibles d'entre nous. Vu de ce point de vue, je suis de toute évidence en opposition avec l'esprit américain du chacun pour soi, dont les Républicains sont les plus grands défenseurs. J'appuie pourtant l'entreprise privée et son rôle essentiel dans une économie libre et ouverte. Ce sont les abus que je dénonce de part et d'autres et ils sont nombreux, parce que les gouvernements ne réagissent seulement que quand il y a crise.

 

Quand un projet se fait, les bénéfices ne sont pas répartis également. Ce n'est pas possible que tout le monde bénéficie également d'un projet. Quand une entreprise privée met son argent dans un projet, je trouve normal qu'elle empoche plus de bénéfices qu'une population qui bénéficierait passivement de ce même projet (et à moindre échelle, évidement). Cependant, il faut qu'il y ait quand même des bénéfices pour la population environnante. Par exemple, des nouveaux revenus de taxes pour la ville qui seront réinvestit dans des infrastructures ou des services à la communauté, ou des diminutions de taxes pour la population. Ça pourrait aussi être par l'ajout de services commerciaux découlant d'une population plus grande, ou de plus de services de transport en commun. Ou bien si on permet des édifices plus hauts, un certain pourcentage du terrain à développer pourrait devenir un parc. Tout peut s'arranger même si les méchants actionnaires (qui sont souvent des petits épargnants ou des fonds de retraite) font de gros profits.

 

Ce que je reproche à certains de tes messages n'est pas tes préférences pour les politiques de gauche. Tu as parfaitement le droit à tes opinions (et si j'étais baveux, j'ajouterais que personne n'est parfait....). Ce que je n'aime pas, ce sont les petites piques que tu lances ici et là dans tes messages. J'aime beaucoup mieux un message dans le genre: "je n'aime pas telle politique ou tel projet parce que..." qu'un petit commentaire inséré de façon plus ou moins latente dans un texte plus long et de nature non politique.

 

Je n'aime pas qu'on insinue qu'un promoteur essaye d'en passer une petite vite à la population parce qu'il fait des profits dans un projet alors qu'un autre avec une vision officiellement plus communautaire est nécessairement meilleur. Dans les deux cas, le projet va causer des problèmes à la population environnante, et il n'est pas dit que le projet du promoteur privé "capitaliste" sera celui qui dérangera le plus et qui rapportera le moins au final à la population. Parfois, des profits sont simplement une récompense pour de la bonne gestion, pas un vol on une appropriation d'un bien public.

Link to post
Share on other sites
Une belle porte ouverte aux dérapages. Comment juge t on ensuite de ce qui est "raisonnable"?

Comment on légalise ça? Comment le défendre devant un juge?

 

Si c'était facile, nous n'aurions pas besoin d'en discuter, ce serait évident! Le monde n'est ni noir, ni blanc, mais bien dans plusieurs tons de gris. Tout ce que je dis, c'est que tout le monde doit participer à l'amélioration de la société. Tout le monde à des sacrifices à faire, mais il faut qu'à la fin tout le monde en bénéficie. Si une population locale préfère avoir moins de densité sur un territoire donné, ok! Mais il faut qu'elle en paye le prix, pas le faire payer à l'ensemble de la population. Ce serait un peu comme privatiser (du moins localement) les bénéfices d'un refus de projet et socialiser (au niveau de toute le ville) les coûts de ce refus.

 

Un exemple (très boiteux mais quand même représentatif): une partie de la population de l'est se plaignait d'être ignorée par le projet du REM qui rejoint (entre autres) l'aéroport. Cependant, cette même population refuserait catégoriquement qu'on ouvre un aéroport dans leur coin. Dans ce cas-ci (un exemple boiteux, comme je l'ai déjà mentionné), l'achalandage de l'aéroport justifie le reste du projet. La population paye déjà un coût important mais pourra dorénavant bénéficier d'un meilleur service de transport en commun et du futur développement économique qui en découlera.

Link to post
Share on other sites

Oublions un instant le cas précis d'Angus.

 

On a déjà établi la densité idéale du quartier (et plusieurs autres aspects) selon des critères qui vont au delà du simple revenu potentiel provenant de cette densité.

 

Jutiliserai également un exemple boiteux : 10 tours de 50 étages dans un quartier de Lachenaie rapporteraient plus en taxe foncière que 10x 5 étages, mais on comprend que que la première option n'est peut être pas souhaitable et meme possible pour plusieurs raisons. Planifier le développement d'une ville selon les taxes foncières, comme c'est d'ailleurs malheureusement le cas pour plusieurs villes du Québec (en voilà un vrai problème sur lequel se pencher) serait complètement absurde. Une ville est beaucoup plus que des gros sous.

 

Bref, si le promoteur respecte ces règles, il peut construire son projet en toute quiétude. La Ville ne peut rien contre lui et ne fera rien contre lui, parce qu'elle a elle même établi ses balises. Mais si le promoteur décide qu'il veut faire plus de profits avec son projet (parce que c'est de ça qu'on parle, puisque le promoteur n'en n'a généralement rien à faire du "bien commun" ou du bon fonctionnement de la ville), et bien il doit se soumettre à un processus qui permet de s'assurer que le bien de la collectivité soit pris en compte, que le privé comme le public soient gagnants de cette dérogation. La Ville n'est pas parfaite, elle peut revoir ses critères. C'est régulièrement le cas. Les outils mis à la disposition du promoteur sont simples et connus.

 

Les citoyens ont eux aussi leurs outils au cas où la Ville dérape un peu et ne défend plus leurs intérêts. Fiou, parce que l'histoire récente à Montréal et ailleurs nous montre bien que ça peut arriver...

 

Revenons à Angus :

Les règles sont établies. Le promoteur propose un projet dérogatoire sur certains aspects, mais juge qu'il fait des efforts suffisamment importants sur d'autres aspects pour quon lui accorde sa dérogation. Une belle monnaie d'échange à mon avis. Son projet est exemplaire à mes yeux.

 

C'est ce que l'arrondissement a jugé aussi, puisque le projet de la SDA a obtenu un avis favorable en première lecture.

 

La suite est flou et on peut se fier à un seul article de journal. Pour moi, je ne me fais pas d'opinion. C'est trop faible et trop sensationnaliste.

 

Ceci dit, le promoteur, qui aurait très bien pu "gagner" et obtenir sa dérogation par le Conseil, a préféré retourner à sa table à dessin en moins d'une semaine.

 

C'est rapide.

Bref, j'attend de voir ce que la SDA a en tête.

Edited by UrbMtl
Link to post
Share on other sites

Il va falloir quand même qu'on m'explique pourquoi la densité et les hauteurs sont refusées et les constructions banlieusardes style rond point sont encore proposées. Je trouve que ce genre de référendums populaires (pour ne pas dire populistes) sont de la même mode que les parents qui demandent ce que leurs enfants veulent pour souper et leur offrent un plateau de bonbons.

Link to post
Share on other sites
Il va falloir quand même qu'on m'explique pourquoi la densité et les hauteurs sont refusées et les constructions banlieusardes style rond point sont encore proposées. Je trouve que ce genre de référendums populaires (pour ne pas dire populistes) sont de la même mode que les parents qui demandent ce que leurs enfants veulent pour souper et leur offrent un plateau de bonbons.

Tu mélanges bien des choses.

C'est rare qu'on organise des référendums. Ce n'est d'ailleurs pas ce qui s'est produit ici à Angus.

 

Un problème majeur à mon avis (et c'est une revendication qu'on entend souvent) est que les taxes foncières reprensentent une trop grande proportion des revenus d'une municipalité au Québec. Voilà la principale raison pour laquelle plusieurs petites municipalités acceptent encore les développements style-rond-point, comme tu le dis, ou n'importe quels autres développements douteux.

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By acpnc
      L’Illusion, Théâtre de marionnettes sera reconstruit au même endroit
      PHOTO FOURNIE PAR L’ILLUSION, THÉÂTRE DE MARIONNETTES
      L’Illusion, Théâtre de marionnettes, sera complètement reconstruit au coin des rues Saint-Denis et Beaubien.
      L’Illusion, Théâtre de marionnettes, a annoncé mercredi le début des travaux de reconstruction de son nouvel espace de création. Un projet évalué à 8,1 millions, dont le montage financier vient d’être confirmé.
      Publié le 9 septembre 2020 à 17h36
      https://www.lapresse.ca/arts/theatre/2020-09-09/l-illusion-theatre-de-marionnettes-sera-reconstruit-au-meme-endroit.php
      Jean Siag
      La Presse
      Le bâtiment actuel de l’Illusion Théâtre, situé au coin des rues Saint-Denis et Beaubien sera démoli, puis reconstruit à neuf, a annoncé la compagnie mercredi. Les travaux seront réalisés par la firme d’architectes Saia Barbarese Topouzanov (SBT).
      Le nouveau théâtre abritera une salle de spectacle pouvant accueillir 120 spectateurs, une salle multifonctionnelle permettant la création et la tenue d’activités de médiation culturelle, un foyer plus spacieux ainsi que des espaces de travail pour l’administration et les artistes en résidence. Le nouvel espace culturel sera inauguré à l’automne 2021.
      Le coût total des travaux est estimé à 8,1 millions de dollars. Patrimoine canadien a confirmé mercredi une aide de 3,44 millions pour la réalisation de ce projet. Le ministère de la Culture et des Communications du Québec, le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation et l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie ont également soutenu le projet financièrement. Une campagne de sociofinancement complétera le montage financier.
      PHOTO FOURNIE PAR L’ILLUSION THÉÂTRE DE MARIONNETTES
      Sabrina Baran prend la relève de sa mère, Claire Voisard à la direction générale de l’Illusion, théâtre qu’elle a cofondé en 1979 avec le regretté marionnettiste d’origine tchèque, Petr Baran.
      L’Illusion Théâtre de marionnettes, qui a été fondé il y a 40 ans par Claire Voisard et Petr Baran, a longtemps eu pignon sur rue, au coin des rues Bienville et Saint-Hubert, sur le Plateau Mont-Royal. L’unique théâtre montréalais consacré aux arts de la marionnette avait déménagé rue Saint-Denis, coin Beaubien, en 2013, dans ce qui fut tour à tour un Dunkin Donuts et un Couche-Tard.
      L’annonce des travaux du nouvel espace créatif de l’Illusion a été suivie par la nomination de Sabrina Baran à la direction du théâtre. La fille de Claire Voisard, qui a créé les trois dernières pièces de la compagnie (Littoral, Tommelise et Ondin), devient ainsi la nouvelle directrice générale et cordirectrice artistique du théâtre. Sa sœur Stéphanie Baran travaille également dans la compagnie, aux communications.
    • By UrbMtl
      Je viens de réaliser que le projet n'avait pas de fil. 
      Il sera situé tout juste au nord de Rosemont-les-Quartiers et de la composante sociale du redéveloppement des terrains de Norampac. 
      Avec l'épicerie, c'est assez majeur pour le coin. 
      D'autres articles :
      http://ruemasson.com/2016/03/07/nouveau-projet-residentiel-commerces-molson-masson/
      http://journalmetro.com/local/rosemont-la-petite-patrie/actualites/931530/un-immeuble-de-sept-etages-en-projet-dans-le-vieux-rosemont/


    • By UrbMtl
      Queen Alix

      J'ai créé le fil dans "Propositions" parce que si le projet est situé au Nord-Ouest, il est fort possible qu'on dépasse les 4 étages. On parle de plusieurs types d'occupation : lofts, condos d’une à trois chambres, maisons de villes dotées d’une cour arrière et somptueux penthouses avec jardin à ciel ouvert. Il accueillera également un petit commerce au rez-de-chaussée, qui aura pignon sur rue à même cette intersection atypique.
    • By slanctot
      Réalisation Chambord Inc. 
      1295, de Carrières  (entre de Normanville et Chambord)
      https://www.google.ca/maps/@45.5360678,-73.5914923,3a,75y,275.53h,81.95t/data=!3m6!1e1!3m4!1sTU7SC_ZzGGVm7OTRRqbrjw!2e0!7i13312!8i6656
       







×
×
  • Create New...