Recommended Posts

Nom: Îlot Overdale

Hauteur en étages: 40 pour la phase 1

Hauteur en mètres: 120 pour la phase 1

Coût du projet: 80 000 000,00$ pour la phase 1

 

Promoteur:

Architecte: Menkès Shooner Dagenais LeTourneux et Stefano Domenici, architecte

Entrepreneur général:

Emplacement: 1400 René-Lévesque Ouest

 

Début de construction:

Fin de construction:

 

Site internet:

 

Lien webcam:

 

Autres informations:

 

* projet résidentiel et commercial

* projet en deux phases (phase 1 : 40 étages)

* la Maison Lafontaine sera intégrée au projet en phase 2

 

Rumeurs:

 

Images (cliquez pour agrandir) :

 

over2.jpg

 

Vidéo promotionnelle:

over1 (2).jpg

Edited by monctezuma

Share this post


Link to post
Share on other sites

On avait déjà parlé de la vente du terrain, mais je ne crois pas qu'il y ait un fil officiel pour le projet.

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Vente de l'îlot Overdale : sort incertain pour la Maison LafontaineHugo Joncas . les affaires.com . 25-08-2011 (modifié le 25-08-2011 à 15:53)

 

806bd2ca66f0a031545b42e45f92c9a0.jpg

 

 

Difficile de dire ce qui adviendra de la Maison Lafontaine, une maison patrimoniale protégée par la Ville de Montréal. La demeure de Louis-Hippolyte Lafontaine - premier Canadien à devenir premier ministre du Canada, en 1842 – vient de changer de main, et le nouveau propriétaire est avare de détails sur le sort qu’il réserve à l’immeuble.

 

La Maison Lafontaine occupe une petite partie de l’îlot Overdale, un énorme terrain de 140 000 pieds carrés entre le boulevard René-Lévesque Ouest, les rues Lucien-L’Allier et Mackay et l’avenue Overdale. Tel que le rapporte Les Affaires dans son édition du 27 août 2011, un homme d’affaires d’origine chinoise, pratiquement inconnu du milieu montréalais de l’immobilier commercial, vient d’acheter le terrain pour 28 millions de dollars.

 

La Maison Lafontaine est depuis 25 ans au centre d’une bataille pour assurer sa préservation. Il se trouve aujourd’hui dans un état lamentable, même si la structure a été refaite par les anciens propriétaires il y a une vingtaine d’années.

 

Niveau propriétaire de la maison et du terrain qui l’entoure -l’équivalent de deux terrains de soccer -, Kheng Ly assure qu’il est trop tôt pour dire ce qu’il fera de l’immeuble. « Nous devons parler avec les architectes pour voir comment nous pouvons l’intégrer à notre projet », dit-il. L’homme d’affaires évoque toutefois la possibilité de déplacer la maison sur l’îlot Overdale.

 

« Il n’y a eu aucune demande pour modifier le statut de la Maison Lafontaine », dit Jacques-Alain Lavallée, porte-parole de l’arrondissement Ville-Marie.

 

Le zonage municipal permet la construction de neuf fois la superficie du terrain acheté sur René-Lévesque. Sur Overdale, la densité permise est de seulement trois fois la superficie des lots. Mais la Ville voudrait la faire passer à six, « pour avoir moins de contraste avec René-Lévesque », explique Anne-Sophie Harrois, chargée de communication à l’arrondissement.

 

Si la construction d’immeubles mixtes, commerciaux et résidentiels est favorisée sur René-Lévesque, le zonage de l’avenue Overdale prévoit la construction d’immeubles uniquement résidentiels.

 

 

 

Statut patrimonial

 

Depuis 1988, la Ville de Montréal considère que la Maison Lafontaine recèle une valeur patrimoniale. Mais le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine refuse de la classifier comme monument historique.

 

À la Ville, le statut patrimonial de la maison implique que le propriétaire doit demander l’autorisation du conseil municipal pour la démolir ou la transformer. Avant de donner leur aval, les élus doivent consulter le Conseil du patrimoine, ainsi que les citoyens, par le biais d’une consultation publique.

 

Le sénateur Serge Joyal est aux premières loges du combat pour protéger cette maison et la mettre en valeur. Il a hâte d’en savoir plus sur les intentions de Kheng Ly. Avant la transaction, il avait des discussions avec l’ancien propriétaire, le marchand d’art Robert Landau. « Il était prêt à discuter avec Parcs Canada pour intégrer la maison à son réseau de sites historiques », dit-il.

 

Il veut maintenant s’assurer que la Ville ne lèvera pas le statut patrimonial de la maison.

 

Dans les années 1980, alors que l’îlot Overdale appartenait à la famille Cohen, de Westmount, l’immeuble fut la seule maison du dix-huitième siècle à échapper au pic des démolisseurs dans l’avenue Overdale. Par le biais d’une société en commandite, les Cohen ont ensuite vendu la majorité des parts à Robert Landau.

 

Ensemble, ils voulaient au départ intégrer la Maison Lafontaine à un ensemble ambitieux de copropriétés d’un total de 1,5 million de pieds carrés, baptisé Les Vergers Lafontaine.

 

Un conflit avec la Ville quant à la rénovation de la maison a cependant empêché les promoteurs de mener leur projet à bien. Au début des années 2000, Robert Landau et Douglas Cohen sont entrés en conflit quant à la poursuite à donner à leur association. Une entente à l’amiable est intervenue en juin 2009, puis les associés ont enclenché le processus de vente.

 

 

http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/immobilier/vente-de-l-ilot-overdale--sort-incertain-pour-la-maison-lafontaine/534111

Share this post


Link to post
Share on other sites

La maison -ou plutôt ce qu'il en reste- pourrait très bien être déplacée. Ce n'est pas impossible : tout ça n'est qu'une question de volonté politique. Le collège Saint-Laurent dans les années 1920 a bien reconstruit une église qui autrefois était sur le site de l'actuelle Place Ville-Marie.

Share this post


Link to post
Share on other sites

On dirait que ça va bouger possiblement pas mal dans l'axe Windsor/Centre Bell/Overdale/RL.Il est temps...le nouveau axe résidentiel de MTL

pour la période 2012/2025 à mon avis.Ca va densifier enfin pas mal de ce coté la.

Share this post


Link to post
Share on other sites

The main issue is the existing building. Every time someone wants to demo the thing, some grassroots organization raises a stink and then fails to actually DO anything with it.

Share this post


Link to post
Share on other sites
The main issue is the existing building. Every time someone wants to demo the thing, some grassroots organization raises a stink and then fails to actually DO anything with it.

well in this case i wouldn't disagree with the activists, this is an important part of Montreal's heritage, its just the incompetence of the city to actually do something. They couldve transformed this lot into a beautiful park and this house being some sort of museum...it just takes imagination which seems to be lacking in lots of people

Share this post


Link to post
Share on other sites

in other cities that shall remain nameless, that would be the entrance to a concert hall or a boutique hotel. a glass hallway would lead you from it to an elegant tower, or even just a 9-10 storey glass city block in the berlin style.

 

we have a problem here.

Share this post


Link to post
Share on other sites

The casino wouldn't be out of place there either instead of hiding it in the middle of a river, or maybe they should plant some crops make that wasteland useful

Share this post


Link to post
Share on other sites
in other cities that shall remain nameless, that would be the entrance to a concert hall or a boutique hotel. a glass hallway would lead you from it to an elegant tower, or even just a 9-10 storey glass city block in the berlin style.

 

we have a problem here.

 

This house would make a great centerpiece for some complex. The rest of the site is vacant, I believe.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By paulmtl
      Désolé je sais pas où  mettre cette discussion.  Test de sol cette après midi dans le même secteur Viger coin Saint-Dominique .

    • By mattrga
      Actualités, samedi 16 février 2013, p. 8
       
      Immobilier
       
      PRIMEUR
      YUL, le projet monstre de Kheng Ly au centre-ville de Montréal
       
      PAR HUGO JONCAS
       
      En plein ralentissement immobilier, l'homme d'affaires Kheng Ly et ses partenaires s'apprêtent à lancer YUL, le plus grand complexe de copropriétés au centre-ville de Montréal. Deux gratte-ciel, près de 900 unités, des vendeurs à Pékin et à Hô Chi Minh-Ville, un projet de revitalisation de la maison historique de Louis-Hippolyte La Fontaine... Le projet du promoteur au passé rocambolesque est d'une ampleur sans précédent dans la métropole.
       
      Si tout va comme l'espère Kheng Ly, le bureau de vente ouvrira dès juin, et l'excavation pour la première tour commencera en novembre, à l'angle du boulevard René-Lévesque et de la rue de la Montagne. Les Affaires a pris connaissance du projet en primeur dans les bureaux du principal cabinet d'architectes en charge, Menkès Shooner Dagenais LeTourneux (MSDL).
       
      La présentation est bilingue : anglaise et chinoise. Voilà qui en dit long sur la clientèle visée pour réaliser les quelque «600 millions de dollars» en ventes que prévoient Kheng Ly et ses partenaires, le constructeur Jack Arduini et l'épicier Yip Chee Sing, des Aliments Kim Phat. «Nous avons beaucoup de concurrence en ville, dit le promoteur. J'espère que les acheteurs asiatiques contribueront à écouler les unités !»
       
      Afin de promouvoir son projet, le promoteur d'origine cambodgienne s'est rendu «sept ou huit fois» en Chine, à Singapour, au Cambodge et au Vietnam. «Nous avons des courtiers à Pékin et Hô Chi Minh-Ville», dit Kheng Ly, en anglais.
       
      Terrain difficile
       
      Pour le centre-ville, le terrain du projet est immense. Ses 140 000 pieds carrés équivalent à deux terrains de soccer. Le quadrilatère a un potentiel de construction de 1,2 million de pi2.
       
      Mais il a donné du fil à retordre aux architectes. «Ça a pris du temps avant de trouver les bonnes solutions à toutes les difficultés que posait le terrain», indique Stefano Domenici, un architecte qui travaille sur YUL en partenariat avec MSDL. Ses dimensions, son emplacement en marge du quartier des affaires et la présence de la maison historique de l'ancien premier ministre Louis-Hippolyte La Fontaine n'ont rien pour faciliter le projet.
       
      «Nous avons mis neuf mois pour refaire tous les plans», raconte Jack Arduini, responsable des questions de construction au sein du consortium.
       
      Les architectes ont dessiné les trois premières phases du projet, résidentielles, qui totaliseront 800 000 pi2. Elles prévoient la construction de deux tours de 38 étages et 404 unités chacune, 47 condos lofts dans le basilaire et 18 maisons en rangée de trois étages, avenue Overdale, au sud du quadrilatère. Total : pas moins de 873 habitations.
       
      Les promoteurs érigeront d'abord la tour ouest, à l'angle du boulevard René-Lévesque et de la rue de la Montagne. Coût de la construction de ce premier gratte-ciel : environ 100 M$. Les trois phases résidentielles du projet totalisent un investissement de 215 M$.
       
      À l'angle nord-est du quadrilatère, Kheng Ly et ses partenaires veulent construire un immeuble abritant des commerces et des locaux pour bureaux, mais les architectes n'avaient encore aucun dessin à montrer. «Nous avons des discussions avancées avec un locataire potentiel», assure cependant le promoteur. Le rez-de-chaussée pourrait accueillir une épicerie.
       
      En marge de l'encombrement
       
      Kheng Ly, Jack Arduini et leurs architectes se soucient peu des quatre tours de copropriétés en vente devant le Centre Bell, à un jet de pierre à l'est. «Ces gens-là ne le savent pas encore, mais ils vont se regarder d'un air interloqué tantôt», assure Jean-Pierre LeTourneux, chez MSDL.
       
      Pour eux, le projet YUL - selon le code de l'aéroport Montréal-Trudeau - peut miser sur une série d'avantages. Ils insistent sur l'atout que représente le vaste espace disponible au centre du quadrilatère, où les promoteurs aménageront de grands espaces verts et une piscine, enclavés entre les immeubles.
       
      «Nous sommes les seuls à avoir des vues ouvertes tant sur le fleuve Saint-Laurent que sur le mont Royal», ajoute Kheng Ly. Pendant ce temps, les tours des Canadiens de Montréal, L'Avenue, Roccabella et Icône se bousculent autour du même quadrilatère.
       
      Ça peut effectivement être un avantage, dit Mathieu Collette, évaluateur chez Altus. Les unités, qui feront de 335 à 1 500 pi2, s'écouleront en moyenne à 550 $ le pi2. «C'est un peu la norme dans le secteur», dit-il.
       
      À sa connaissance, c'est la première fois qu'un projet de condos montréalais mise autant sur la clientèle asiatique. Il pense que l'approche peut donner de bons résultats. Mais pour porter un jugement définitif sur la qualité du projet et la pertinence du prix fixé pour les unités, il attend de voir la qualité des matériaux utilisés.
       
      LA MAISON DE LA FONTAINE SERA SAUVÉE
       
      À l'angle sud-est de l'Îlot Overdale, le quadrilatère où Kheng Ly et ses partenaires érigeront le projet YUL, s'élève la maison du premier chef d'un gouvernement responsable du Bas-Canada, Louis-Hippolyte La Fontaine, au pouvoir de 1842 à 1843 et de 1848 à 1851.
       
      Les défenseurs du patrimoine luttent depuis des décennies pour la sauvegarde de l'édifice, construit dans les années 1830 et aujourd'hui en piteux état. Le propriétaire précédent, le collectionneur d'art Robert Landau, a rasé toutes les autres demeures anciennes de l'avenue Overdale, mais la Ville de Montréal l'a empêché in extremis de faire tomber celle de La Fontaine sous le pic des démolisseurs.
       
      Kheng Ly assure que le prestige associé à l'ancien chef de gouvernement attirera les acheteurs asiatiques. «C'est un très bon argument marketing», dit-il.
       
      Après l'achat du terrain en juillet 2011, le promoteur a entamé des discussions avec Héritage Montréal et le Centre canadien d'architecture. «Parcs Canada souhaite travailler avec nous sur la restauration de l'enveloppe extérieure de la maison», dit Jack Arduini, constructeur et partenaire minoritaire de Kheng Ly dans le projet YUL.
    • By IluvMTL
      http://plus.lapresse.ca/screens/e23181dd-903c-4f4b-8467-0e46c17d0fdc__7C___0.html?utm_medium=Facebook&utm_campaign=Internal+Share&utm_content=Screen&fbclid=IwAR0SOyIOn-W5z5ZJxkSAeiDY0HLbsKmyza2u7OItxNfOnSIdDBkaYW4nw54
      PRIX DES LOGEMENTS À MONTRÉAL
      PLAIDOYER POUR LA DENSIFICATION DE MONTRÉAL
       
      Le promoteur immobilier Prével appelle à une augmentation de la densité du patrimoine bâti pour prévenir une flambée des prix des logements.
      ANDRÉ DUBUCLA PRESSE
      La société Prével, qui se spécialise dans l’offre de logements destinés aux premiers acheteurs dans les quartiers centraux de Montréal, craint de devoir abandonner son modèle d’affaires en raison des frais toujours plus élevés que la Ville impose aux promoteurs pour toutes sortes de bonnes raisons.
      « On en discute beaucoup à l’interne. C’est quelque chose qui nous préoccupe », répond la coprésidente Laurence Vincent quand on lui demande de quoi l’avenir sera fait.
      « Ça insécurise. C’est devenu de plus en plus compliqué de faire des projets à Montréal, alors qu’on est accueilli à bras ouverts en banlieue. Mais aujourd’hui, on s’entête. Est-ce que l’avenir va prouver qu’on a eu tort ? »
      On doit à Prével les lofts Imperial, dans l’ancienne manufacture de tabac de Saint-Henri, et les lofts Lowney, dans Griffintown.
      SURCHARGES À COMPENSER
      Toutes ces charges pour les parcs et les logements sociaux sont nécessaires, reconnaît Mme Vincent, mais elles devraient être accompagnées d’une augmentation de la densité du patrimoine bâti pour compenser les surcharges. Sinon, l’offre de logements ne suivra pas la demande dans les quartiers centraux et les prix des logements grimperont encore plus vite, ce qui rendra à terme Montréal aussi inabordable que Vancouver ou Toronto.
      « Il faut juste s’assurer qu’il y a un partage des frais pour ne pas que ça soit l’acheteur en fin de compte qui supporte l’entièreté du poids [des exigences en matière de logement social]. »
      — Laurence Vincent, coprésidente de Prével
      Le 10 avril, la Ville a annoncé le report au 17 juin du dépôt de son règlement sur l’inclusion des logements sociaux, lequel prévoit que tout nouveau projet résidentiel d’une certaine taille devra inclure 20 % de logements sociaux, 20 % de logements abordables et 20 % de logements familiaux. Il devait être déposé initialement en avril. Une étude indique que ce règlement, s’il est adopté sans aucune compensation, ferait grimper le coût des logements de 16 %.
      Mme Vincent s’est réjouie de ce report, elle qui siège à la table des partenaires en habitation et qui est à la tête du comité habitation de l’Institut de développement urbain, le lobby des promoteurs. « Ça va nous donner du temps pour discuter davantage. »
      CONTRE L’ÉTALEMENT URBAIN
      Aux détracteurs de la densification, Mme Vincent leur pose la question : que voulons-nous pour notre ville ? « Il va falloir faire des choix. On est pour le développement durable. Le trafic nous coûte 4 milliards. Qu’est-ce qu’on veut faire ? Où sont les universitaires pour se prononcer sur ce qui est le mieux en termes de développement ? Où veulent-ils les mettre, les 320 000 nouveaux ménages que l’on attend dans l’île d’ici 10 ans ? »
      Selon elle, la solution de rechange au refus d’une plus grande densité dans l’île est l’étalement urbain dans les couronnes.
      « En périphérie, à Vaudreuil-Dorion, on demande de faire 10 étages dans certaines zones, alors qu’à Montréal, on arrive près d’une station de métro et on a de la difficulté à obtenir 8 étages », dénonce-t-elle.
      Actuellement, les droits aériens au-dessus des édicules de métro restent inutilisés, comme au métro Radisson, dans l’Est, tandis qu’on va vouloir construire des 20, 30 et 40 étages à Brossard et à Pointe-Claire, là où il y aura des gares du Réseau express métropolitain (REM), le train électrique de la Caisse de dépôt et placement.
    • By UrbMtl
      Nobel Condominiums

      Actualité: