Jump to content

Permis de bâtir: Montréal frôle le milliard


steve_36
 Share

Recommended Posts

Et pourquoi pas des bonnes nouvelles.

 

Permis de bâtir: Montréal frôle le milliard

 

Publié le 08 août 2011

Maxime Bergeron

La Presse

 

La valeur des permis de bâtir a frôlé la barre du milliard de dollars pour le deuxième mois d'affilée à Montréal en juin, devançant toutes les autres grandes villes du pays.

 

Les permis accordés ont totalisé 973 millions, après avoir atteint 993 millions en mai, indiquent les données publiées hier par Statistique Canada. Sur un an, la hausse atteint 63% dans la métropole, contre 8,5% en moyenne dans les grandes villes du pays. Le Québec dans son ensemble a affiché une progression de 27%.

 

Pourquoi de tels gains à Montréal et dans la province? Statistique Canada pointe vers les nombreux projets industriels et institutionnels. Trois entrepôts de plus de 50 000 pieds carrés ont notamment été mis en branle dans l'arrondissement de Saint-Laurent, à Montréal, et à Laval, indique Jean-François Rioux, évaluateur agréé et directeur du groupe immobilier Altus.

 

«Ce sont des projets qui vont se faire incessamment et qui ont sans doute obtenu leur permis en juin», a souligné M. Rioux, qui a agi à titre de conseiller dans le cadre de ces transactions.

 

Comme il s'écoule en général deux mois entre l'attribution d'un permis et le début des travaux, ces trois chantiers démarreront au cours des prochaines semaines. L'érection de trois entrepôts majeurs ne témoigne toutefois pas d'une pénurie de locaux dans ce segment de marché, bien au contraire.

 

Selon les calculs de la firme Altus, le taux de vacance des bâtiments industriels à locataires multiples s'élève à 14% dans le Grand Montréal. De nombreux édifices sont désuets et possèdent des plafonds de moins de 18 pieds, alors que les utilisateurs réclament de plus en plus une hauteur minimale de 24 pieds.

 

«S'il y a de la construction, c'est parce que ces bâtiments ne répondent plus aux besoins des locataires, a précisé Jean-François Rioux. Le gars qui a besoin de 28 pieds ne pourra pas se contenter de 18 pieds.»

 

La petitesse des terrains de plusieurs vieux entrepôts - en particulier dans l'Ouest-de-l'Île - décourage aussi les locataires de s'y installer, a indiqué l'expert. Les camions-remorques de 53 pieds ont besoin d'un vaste stationnement pour faire leurs manoeuvres, une composante présente dans les nouvelles constructions.

 

Autres secteurs

Le secteur institutionnel a aussi enregistré de forts gains au Québec en juin. Selon Statistique Canada, l'attribution de permis pour des établissements de services sociaux a contribué à la progression de 71% du segment non résidentiel.

 

La construction domiciliaire, pour sa part, a ralenti en juin par rapport à mai au Québec. La valeur des permis délivrés s'est élevée à 789 millions de dollars, en baisse de 7% sur un mois, mais en légère progression de 2,2% sur un an.

 

Ailleurs au Canada, les permis de bâtir ont totalisé 943 millions à Toronto en juin (-5% sur un an), 527 millions à Vancouver ("7%), 441 millions à Calgary ("21%) et 181 millions à Québec ("14%). La valeur totale s'élève à 6,6 milliards au pays.

 

Cela fait deux mois consécutifs que Montréal enregistre de forts gains de ses permis de bâtir (la hausse a atteint 126% en mai). La construction résidentielle demeure vigoureuse dans la métropole, surtout dans la copropriété.

 

Le secteur des infrastructures - comme les ponts et les tunnels - fournit aussi du boulot à bien des travailleurs de la construction, mais ces données ne sont pas compilées dans l'étude de Statistique Canada.[/Quote]

 

http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/immobilier/201108/08/01-4424336-permis-de-batir-montreal-frole-le-milliard.php

 

Pourquoi on s'acharne constamment sur les mauvaises nouvelles et on ne parle pas des bonnes nouvelles ?

Link to comment
Share on other sites

Oui, c'est très facile de voir les usines et entrepôts qui n'ont pas de preneurs ici dans l'Ouest-de-l'île. Une ancienne usine de Spar aérospatiale qui avit été rénovée il y a peut-être 4 ans a finalement trouvé un locataire (Sika) mais après une longue attente des promoteurs. Les plafonds trop bas en sont la raison principale. Plusieurs bâtiments avaient des enseignes (à vendre/à louer) qui sont disparues par manque d'inérêt sur le boulevard Hymus. En même temps on a vu des agrandissements sur des bâtiments plus récents ou des constructions sur commande qui fonctionnent bien. Pas mal d'usines sont vétustes et ne trouvent pas de preneurs, même pas les start-ups qui exigent aussi des locaux performants.

Link to comment
Share on other sites

Oui, c'est très facile de voir les usines et entrepôts qui n'ont pas de preneurs ici dans l'Ouest-de-l'île. Une ancienne usine de Spar aérospatiale qui avit été rénovée il y a peut-être 4 ans a finalement trouvé un locataire (Sika) mais après une longue attente des promoteurs. Les plafonds trop bas en sont la raison principale. Plusieurs bâtiments avaient des enseignes (à vendre/à louer) qui sont disparues par manque d'inérêt sur le boulevard Hymus. En même temps on a vu des agrandissements sur des bâtiments plus récents ou des constructions sur commande qui fonctionnent bien. Pas mal d'usines sont vétustes et ne trouvent pas de preneurs, même pas les start-ups qui exigent aussi des locaux performants.

 

Au moins, (si ce ne sont pas des bâtiements patrimoniaux...) on peut s'attendre à ce qu'éventuellement quelqu'un décide de racheter ces terrains et ces bâtiments pour démolir et reconstruire a neuf.

Link to comment
Share on other sites

C'est le "fast food" de l'immobilier. On construit pour détruire quelques années après lol

 

 

Oui et non. Les besoins industriels évoluent très rapidement. Il devient souvent plus rentable de construire à neuf pour avoir un bâtiment plus efficace (pensons au bâtiments éco-énergétiques) que de rafistoler un bâtiment plus ancien. C'est plux comme un bâtiment qui est passé sa date de péremption plutôt que du fast food immobilier.

Link to comment
Share on other sites

Oui et non. Les besoins industriels évoluent très rapidement. Il devient souvent plus rentable de construire à neuf pour avoir un bâtiment plus efficace (pensons au bâtiments éco-énergétiques) que de rafistoler un bâtiment plus ancien. C'est plux comme un bâtiment qui est passé sa date de péremption plutôt que du fast food immobilier.

 

Sans compter que pour un usage industriel, le building a été construit selon les spécificité de celui qui l`as commandé, et lorsque celui-ci quitte, le layout n'est possiblement pas optimal pour un nouveau locataire, et comme tu l'as mentionné, ca coute moins cher de démolir et bâtir un nouveau bâtiment qui répond complètement au besoins du nouveau locataire plutot que de devoir composer avec une situation de compromis et de devoir faire des investissements assez importants

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value