Recommended Posts

il y a 8 minutes, jerry a dit :

Selon l'article, le stade modèle sur lequel devrait se baser le futur stade des Expos est le Minute Maid Park à Houston qui a un toit rétractable. Voici quelques photos de ce stade:spacer.png

image.jpeg

image.jpeg

image.jpeg

Et même fermé, il est mentionné qu'on garde l'esprit du baseball extérieur grâce à la lumière naturelle qui est abondante et à la vue sur la ville qui est maintenue

minute_topv3.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 2019-05-09 à 20:39, Habsfan a dit :

Entièrement en accord avec eux. Le Minute Maid Park est l'exemple à suivre pour Montréal!

Le nôtre pourrait se nommer Oasis Parc ?:rotfl:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, eastender85 a dit :

Bronfman Sr est aussi d'accord!

Charles Bronfman est convaincu du bien fondé du projet de son fils, tout en rappelant que le bon stade est nécessaire.

«La ville est assez forte pour appuyer une équipe, comme elle l’a toujours été, a-t-il précisé. C’est malheureux que nous ayons joué toute ces années au Stade olympique, même si nous avons eu quelques bonnes saisons là-bas. Le baseball est un sport intimiste, qui doit être joué dans des stades comme le Wrigley Field, Fenway Park ou Nationals Park. C’est le genre de stades où les gens, même au-delà de la 20e rangée, sont dans le match quand même. Au Stade olympique, dans la 10e rangée, de la façon dont il a été conçu, vous êtes trop loin. Il n’était pas bon pour le baseball, pas plus qu’il ne l’est pour le soccer.

«Est-ce que ça va revenir, je ne sais pas. Mais est-ce qu’ils (le Baseball majeur) en doivent une à Montréal? Je crois bien oui

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.cbc.ca/news/canada/montreal/montreal-baseball-1.5128053

OPINION | Expos 2.0: Is this franchise worth rebooting?

Don't believe the hype — baseball's benefit to city's economy negligible at best

Taylor C. Noakes · for CBC News · Posted: May 11, 2019 8:00 AM ET | Last Updated: May 13

I have a question for all Montrealers: Do professional sports and large sporting events provide an economic benefit to the host city: yes or no?

This is the question Montrealers need to keep in the forefront of their minds when considering the extent to which municipal and provincial levels of government will be implicated in any project to resurrect professional baseball in the city.

Montrealers should know it is the general consensus of academic economists, and sports economists in particular, that pro sports and large sporting events do not provide significant economic benefit. They provide a debatable degree of prestige and little else.

Michael Leeds, a prominent American sports economist and professor at Temple University, estimates that if a city like Chicago were to lose all five of its pro sports teams, the total impact on the city's economy would be but a fraction of a per cent.

He compares the economic impact of a professional baseball team on a given city as roughly equivalent to that of a mid-sized department store.

Yet unlike department stores, the average cost of a new baseball stadium — to say nothing of the cost of a franchise to play in it — is somewhere in the billion-dollar range.

Montreal Mayor Valérie Plante has already said that "not a penny" of public money will be spent on a new baseball stadium — unless Montrealers agree to it in a referendum.

Meanwhile, the CAQ government has said it's open to contributing funds to pay for the building of a new stadium, as long as a private consortium foots most of the bill.

Major League Baseball (MLB) expects public involvement in one way or another, according to noted sports economist and author of Circus Maximus: The Economic Gamble Behind Hosting the Olympics and the World Cup, Andrew Zimbalist — though he cautions public involvement could take many forms.

"It might be the city turning over land, granting long-term tax-exemptions, or providing indirect subsidies, without actually putting up money to do the construction."

Economic stimulus?

MLB justifies its argument by stating that the public contribution pales in comparison to the economic stimulus the league claims to provide.

Concordia University professor of economics Moshe Lander doubts the claims of guaranteed economic benefit made by the league and the promoters of Expos 2.0.

"At the end of the day, our disposable income is finite. It doesn't matter whether there's professional baseball in Montreal or not, as I only have x dollars to spend per year on entertainment," says Lander.

"So if I spend $75 on a baseball game, that's $75 I'm not spending at a restaurant, or going to the movies. If I get season tickets, then that's money I'm not spending at a summer festival. All I'm doing is relocating my disposable income dollars from here to there."

The argument pro sports are good for a city's economy have been overblown to the point of absurdity. The major North American sports leagues have co-opted (and mis-remembered) the slogan of a 30-year-old Kevin Costner flick as sound economic and urban planning theory: they proselytize, 'If you build it, they will come.'

Whereas most cities have to consider the above statement in the abstract, Montrealers have the unique advantage of being able to walk the distance between Pie-IX and Viau boulevards along Pierre-de-Coubertin Avenue, where they can soak in the grandeur of one of the greatest monuments to wasteful government spending ever conceived.

The people of Montreal and Quebec paid a $1.5-billion bill over three decades for the construction of Olympic Stadium and, after the next round of renovations, will have contributed a billion dollars more.

And all this public money will be spent on an outdated stadium that will never be used by a professional league for regular season play ever again.

Déjà vu

Montreal has been down this road before, and clearly neither the Olympic Stadium nor the first iteration of the Expos provided any consequential long-term economic stimulus. Pro sports is entertainment, full stop.

Building a new stadium in a different part of town isn't going to change the basic economics of pro sports either: the league holds all the cards, cities are played against one another to see who contributes the most to a given expansion or relocation project, and the economic stimulus provided — particularly when weighed against the public investment — is typically neutral or negligible.

Groupe Montréal, a group of affluent Montrealers pushing to bring baseball back, entered negotiations to acquire land in the Peel Basin area for a massive mixed-use development to centre on a new 'downtown' ballpark. That alone would involve indirect public involvement: the land they're looking at is federally owned. Shouldn't the public have the first say in what to do with undeveloped land in a city lacking in affordable downtown urban housing, public schools and/or green space?

The public contribution to the baseball project could also come in the form of renovations, upgrades and improvements to roadway and utility infrastructure around the proposed site — think of the water, power and sewage treatment requirements of 30,000 spectators. Without even having secured a team, the public contribution could easily reach into the hundreds of millions of dollars.

"If all you're doing is building a stadium, and nothing else is happening, and it's being done overwhelmingly with public money, then I think the notion that it would be an economic boon is fanciful," says Zimbalist.

No guarantees

Though the prospect of resurrecting a defunct, albeit beloved, sports franchise is doubtless exciting, it is by no means a sensible economic policy, nor is building a new stadium any kind of guarantee — Quebec City is still waiting for the return of the Nordiques.

Whether Montreal will repeat Quebec City's mistake is worth considering. After all, the promoters of Expos 2.0 have millions of dollars to spend campaigning for their cause — their opponents do not.

Citizens elect mayors and municipal governments to plan for the public good, and this occasionally requires making some very tough, unpopular decisions. While most mayors and mayoral candidates wouldn't want to be known as responsible for "costing" their city a professional sports franchise, it remains to be seen whether a Montreal mayor has the courage and common sense to stand up to the predatory leagues with a polite, "Non, merci."

Montreal's menagerie is already filled with white elephants.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
17 minutes ago, ScarletCoral said:

Do professional sports and large sporting events provide an economic benefit to the host city: yes or no?

Poser la question, c'est aussi y répondre. Merci pour l'article !

Share this post


Link to post
Share on other sites
40 minutes ago, averhaegen said:

Poser la question, c'est aussi y répondre. Merci pour l'article !

En partant, juste les impôts sur les 150 millions+  versés en salaires aux joueurs et dirigeants qui ne travailleraient pas ici sinon et les milliers de touristes quand les Jays, Red Sox, Yankees et autres viendraient maintenant à MTL seraient de la pure croissance pour la ville et les gouvernements. L'affaire c'est de ne pas leur signer de chèque pour un stade. 

Edited by JayDee

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, averhaegen a dit :

Poser la question, c'est aussi y répondre. Merci pour l'article !

Et la réponse est oui, le sport professionnel et les événements sportifs produisent des retombées économiques pour la ville hôtesse.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By amos404
      Construction d'un nouveau chalet par l'arrondissement dans le Parc Clémentine de la Rousselière (coin Notre-Dame et De la Rousselière à Pointe-aux-tremble). Il remplace l'ancien chalet (une sorte de maison mobile pleine de moisisure et en ruine qui a été démolie). Les deux principaux locataires seront l’Association du baseball amateur de Pointe-aux-Trembles (ABAPAT) et un groupe scout (155e). 


    • By jerry
      Publié le 29 octobre 2015 à 19h33 | Mis à jour le 29 octobre 2015 à 19h33
       
       
      Retour des Expos: une lettre envoyée aux équipes de la ligue
       
       
       
      Frédéric Daigle
      La Presse Canadienne
       
       
      Le maire de Montréal, Denis Coderre, et l'ex-actionnaire des Expos de Montréal Stephen Bronfman ont fait parvenir une missive aux 30 équipes du Baseball majeur afin de mousser la candidature de la ville auprès de ses gouverneurs, a appris La Presse Canadienne.
       
      La lettre, envoyée il y a quelques semaines, présentait également l'option la plus probable pour le site d'un éventuel stade - le bassin Peel.
       
       
      Mise à jour
       
      Avec la venue probable d'une station du REM sous le bassin Peel, il semble de plus en plus probable que le futur stade éventuel des Expos serait construit au sud du bassin Peel entre les rues Wellington, Bridge et Mill :
       

       

    • By ProposMontréal
      Des plans déposés pour un stade de baseball à Montréal
       
      Source
       
      Après des années de tergiversations dans le choix d’un site, les dirigeants de Baseball Québec ont déposé, vendredi dernier, auprès du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, les plans d’un projet de construction d’un stade de baseball jumelé à un centre national d’entraînement.
      Les terrains ciblés pour l’érection de cette infrastructure sont situés aux angles des rues Bridge et Mill, aux abords du canal Lachine.
       
      Les lots sont propriétés de la Société immobilière du Canada et du port de Montréal, un secteur visé par de vastes travaux de rénovations immobilières.
       
      Les coûts préliminaires de ce projet admissible au Fonds de développement du sport et de l’activité physique frôlent les 50 millions $.
       
      La date limite pour soumettre une demande de subvention dans la phase II du programme était le 30 septembre.
       
      Environ le tiers du montant serait dépensé pour l’aménagement d’infrastructures, telles des routes d’accès, égoûts et autres. La Ville de Montréal pourrait être appelée à se présenter dans le rectangle des frappeurs!
       
      «Nous en discutons depuis cinq ou six ans, mais c’est la première fois qu’une demande concrète est déposée au gouvernement du Québec», a mentionné Maxime Lamarche, le directeur du marketing et des événements à Baseball-Québec.
       
      «Nous ne songeons pas à construire uniquement un stade de baseball mais un complexe multifonctionnel utilisable pendant douze mois par année.
       
      «En ventilant les prévisions de coûts, seulement la moitié des subventions nécessaires seraient consacrées à l’érection du stade.»
       
      Lamarche souligne que le baseball mineur connaît une croissance dans son membership depuis quelques années.
       
      «Nous avons noté une hausse des inscriptions de 7%, la saison dernière, et de 20% depuis quatre ans.
       
      «Nos programmes sport-études sont à l’étroit! On manque d’espace, que ce soit l’Académie de baseball du Canada (active au centre Claude-Robillard) ou tous les programmes d’écoles secondaires qui regroupent quelque 500 joueurs dans la province. »
       
      Baseball professionnel
       
      Selon les plans préparés par la firme d’architectes Tremblay, l’Écuyer et Associés et le groupe SM Ingénierie, le stade compterait entre 5000 et 6000 sièges. Le sport y cohabiterait avec le volet de spectacles en plein air et des aires communautaires seraient aménagées pour les activités de loisirs de ce secteur.
       
      Un club de baseball professionnel mineur serait donc le locataire principal du stade.
       
      Des intervenants et hommes d'affaires oeuvrent depuis plusieurs années pour implanter un club de la ligue CanAm dans la Métropole.
       
      Des sites à Longueuil, dans l’arrondissement de Verdun et deux sur la couronne nord avaient été scrutés.
       
      «Aucun stade pour le baseball professionnel n’a été érigé à Montréal depuis DeLorimier en 1928! Le baseball n’était pas la vocation première du parc Jarry ni du Stade olympique.
       
      «Selon moi, la CanAm s’avère une meilleure option que le baseball mineur affilié. Du niveau AA à Montréal, je n’y crois pas», tranche Lamarche, un ancien employé et joueur des Capitales de Québec.
       
      Les coûts d’acquisition d’une franchise mineure du baseball affilié ne sont plus à la portée de toutes les bourses.
       
      La semaine dernière, le club-école des Yankees de New York dans la ligue New York/Penn (ligue de recrues, courte saison), cantonné à Staten Island (banlieue de New York) a été vendu pour la somme de 11 M$ US.
    • By eastender85
      Un complexe de luxe pour financer le retour du baseball à Montréal
       
      Pour financer le retour du baseball majeur à Montréal, un groupe secret d'hommes d'affaires envisage de construire un hôtel cinq étoiles, une boîte de nuit et une salle de spectacles.
      L'immense projet baptisé «le Littoral de Montréal» serait situé dans l'arrondissement du Sud-Ouest entre les ponts Champlain et Victoria. Destinées à «une clientèle ciblée», ses installations de luxe viseraient à financer le sport amateur ainsi que la construction d'un stade de baseball.
       
      Le projet est porté par l'avocat de Québec Guy Bertrand. Son désir de doter Montréal d'infrastructures sportives est connu depuis des années. Mais l'aventure est entourée de mystère. On ignore qui sont les bailleurs de fonds, même si l'avocat parle «d'investisseurs orientaux et internationaux».
       
      Guy Bertrand vient toutefois de mettre à jour son inscription au registre des lobbyistes, et de nouveaux éléments ont émergé, dont l'idée de financer un stade de baseball par un complexe de luxe. «Avant de se lancer dans la construction d'un stade et d'installations pour le sport amateur, il faut un projet rentable», a expliqué Guy Bertrand en entrevue.
       
       
      Selon l'inscription au registre, le complexe serait érigé en bordure du fleuve en cinq temps. Il comprendrait en plus du complexe de luxe, un stade de baseball, un centre sportif, un anneau de glace et peut-être un vélodrome.
       
      Le centre sportif serait doté de plateaux pour «par exemple le taekwondo, le judo, le ping-pong, note Me Bertrand. On a déjà été en contact avec des fédérations sportives et le but n'est pas de dédoubler ce qui se fait au Parc olympique, mais d'offrir des infrastructures qui n'existent pas ou qui doivent être améliorées.»
       
      La consultation du registre permet par ailleurs de découvrir l'identité d'au moins un des partenaires de Me Bertrand, la firme Scéno Plus. Cette entreprise de design montréalaise a notamment mené plusieurs projets d'envergure dans des casinos américains, comme la conception de salles de spectacles.
       
      Encore bien du travail à faire
       
      Mais le Littoral de Montréal est encore loin d'une réalisation. Et le retour du baseball à Montréal n'est pas pour demain la veille. Guy Bertrand précise ne pas avoir contacté le «Projet baseball Montréal» de Warren Cromartie.
       
      Le site envisagé est par ailleurs lourdement contaminé. Sa décontamination coûterait 100 millions de dollars. Me Bertrand entend d'ailleurs faire des démarches auprès du gouvernement fédéral pour obtenir des fonds publics, précisant que le reste du projet sera porté par des investisseurs privés.
       
      «La décontamination de ce secteur sera un enjeu important», reconnaît le maire de l'arrondissement du Sud-Ouest, Benoit Dorais, qui dit avoir vaguement entendu parler du projet de Guy Bertrand, même si aucune démarche formelle n'a été entreprise, selon lui.
       
      «Je suis maire de l'arrondissement depuis 2009 et j'ai vu passer trois projets de stade de baseball sur ce site», note-t-il.
       
      Guy Bertrand n'est pas pressé. "Ça fait cinq ans qu'on travaille sur ce projet et c'est du sérieux. On va y aller tranquillement, assure-t-il. Que ceux qui veulent se complaire dans la morosité s'y complaisent. Moi, je pense qu'il faut ramener le baseball à Montréal et peut-être même les Jeux olympiques. C'est possible.»
       
      http://www.lapresse.ca/sports/baseball/201308/23/01-4682468-un-complexe-de-luxe-pour-financer-le-retour-du-baseball-a-montreal.php