Recommended Posts

Sometimes we just get used to it. Our collective rage over the street chaos in Montreal, however, has finally pulled the plug on our submissive silence. There is not one among us who hasn't said: "This has gone too far." The closing of roads has put the lifeblood of our city, its businesses, out of business! It has robbed every individual in the city of valuable time. It has made every effort at public transportation and its benefits a joke, as buses also sit at intersections and crawl at a tortoise's pace, leaving a carbon footprint far greater than normal traffic would emit.

 

Which leads me to ask: "So how is it done elsewhere?"

 

I feel quite at home talking about the "New York Experience," having spent nearly two decades there. First and foremost comes attitude. New York is a city built on commerce. Commerce is what gives the city its tax base. It attracts companies and provides jobs to every New Yorker, and every New Yorker knows it.

 

Streets are closed during normal business hours in New York for one of four reasons: 1) the president is in town, 2) there is a fire, 3) there is a crime scene, or 4) there is a parade. Otherwise, New York's streets DO NOT close. Notwithstanding the fact that its sewer system is in constant need of repair (it's at least the same age as Montreal's sewer system), and the fact that its infrastructure is far older than Montreal's (under every New York street there are not only sewers, but gas lines, electric lines, water pipes, fibre optic lines, telephone lines, and even steam lines that transport steam from a central plant to heat New York's buildings), somehow, someway, the streets DO NOT close.

 

New York City's government wouldn't dare close these streets during the day. When was the last time any reader of this article visited New York and saw 5th Ave. relegated to one lane for street repair, or completely closed for that matter? (Sound familiar?) At this minute, New York is building a new subway line called the 2nd Ave. subway line. It runs on the Upper East Side, and they are open-pit digging along 2nd Ave. Guess what? The street is not closed! Even with a subway tunnel being built right under it, two lanes are open on 2nd Ave. That's right, the open pit digging of a subway tunnel wide enough to accommodate two trains going in opposite directions, which is hun-dreds of times larger than a mere sewer pipe. New York cannot afford to close the street, and New Yorkers would not tolerate such a closing.

 

Let's turn to bridges. The Queensborough Bridge, aka the 59th St. Bridge, was under substantial repair during the past five years. In fact, most lanes were closed . at night, that is. Again, New Yorkers would not accept that any lane of any bridge be closed during hours of heavy usage.

 

Instead, the construction crews bring their lights every night, starting at around midnight, and work until five or six in the morning. When it comes to repaving any avenue or street, the street is closed, big machines come in and chew up the existing asphalt, and then the streets are paved . but NEVER during the daytime.

 

(Courtesy of The Montreal Gazette)

 

I'll post my comment soon, stuck doing some paper work right now :mad:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le travail de nuit pour ça, c'est essentiel. D'autre part, Je suis parfois flabbergasté de voir le gars arrêter tous en même temps à midi pour la pause. Ils pourraient se relayer sans arrêter le chantier au complet, non?:(

Share this post


Link to post
Share on other sites

It is always amusing the "New York State of Mind" and the rest, because I'm intimitely familiar with the state and know a bit of NYC - New York is almost like two different things, NYC (very fast paced) and not NYC (laid back) :rotfl:

 

It is particularly marked in the driving, like when you go down I-87, everyone has cruise control at exactly 65 mph, and 55 mph through Albany and police are everywhere. Get near the NYC metro area and boom everyone starts driving 90 or 95 mph in BMW's and Escalades. As a Montrealer I feel more at home nearer NYC :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

I have to admit that it is strange to see a city like NYC (which much denser thanMontreal and just as old) be ale to do road construction at night without disturbing traffic during the day yet we are unable to do so over here!!

Share this post


Link to post
Share on other sites

They do it without disturbing the traffic because already the traffic is so disturbed to start with :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Similar Content

    • By mtlurb
      Prolongement de la ligne bleue vers l'est

      Prolongement de la ligne bleue vers l'est. La mise en chantier est prévue en 2022, pour une livraison en 2026. Connexion avec le SRB Pie-IX, stationnement de 1200 places aux Galeries d'Anjou. Coût évalué à 3.9 milliards de dollars.
      Le projet en chiffres 
      5 nouvelles stations de métro accessibles, pour une longueur de tunnel de 5,8 km 2 terminus d’autobus et 1 stationnement incitatif de 1 200 places 1 tunnel piétonnier souterrain assurant le lien avec le futur SRB Pie-IX Plusieurs infrastructures opérationnelles : 6 structures auxiliaires renfermant des équipements nécessaires à l’exploitation, 1 poste de district, 1 garage de métro, 1 centre d’attachement hébergeant des véhicules d’entretien des voies et 1 centre de service pour l’entretien des infrastructures Budget estimé de 3,9 G$ Échéancier préliminaire
      Début 2019 : début de la conception des plans et devis.  Printemps 2019 : approbation du mode de réalisation, du plan budgétaire et de l’envergure du projet. Fin 2019 : début de travaux préparatoires sur certains sites. Début 2020 : démarrage des processus de changement de zonage et de consultations publiques.   2021 : dépôt du dossier d’affaires, lancement de la construction des nouvelles infrastructures. 2026 : inauguration du nouveau tronçon. Information : http://www.stm.info/fr/a-propos/grands-projets/grands-projets-metro/prolongement-ligne-bleue
      Consultations publiques : http://www.stm.info/fr/consultations/prolongement-de-la-ligne-bleue
       
    • By ScarletCoral
      Discussion générale sur l'illumination des édifices et infrastructures de Montréal 
      En passant, Montréal n'a pas de plan lumière à l'exception du Quartier des spectacles et du Vieux-Montréal

      Voir ici un reportage au Téléjournal 18h  de Nabi-Alexandre Chartier (Ça fait toujours drôle de voir à Radio-Canada depuis ses débuts à Musique Plus!!)
       
       
    • By ScarletCoral
      Valérie Mahaut et son équipe de l'Université de Montréal ont recensé tous les anciens cours d'eau et plans d 'eau de l'île de Montréal. 
      On peut consulter les cartes ici : https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/16311 

      Très intéressant pour expliquer pourquoi les fondations de certains projets prennent du temps à construire.
    • By IluvMTL
      https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1136958/parc-automobile-agglomeration-voitures-vehicules?fbclid=IwAR1o1mYJdYbsfGoomVM14xorfEMiTzviEr1O11iNk3Oa5hTX4A43c05_w98
      En route vers le million de véhicules immatriculés sur l'île de Montréal
      Publié aujourd'hui à 11 h 53Mis à jour à 12 h 24 Congestion routière sur le pont Jacques-Cartier, à l'heure de pointe matinale à Montréal. Photo : Radio-Canada/Simon-Marc Charron
        L'île de Montréal comptera bientôt plus d'un million de voitures, à en croire les plus récentes statistiques de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ).
      Un texte de Jérôme Labbé
      Les chiffres relayés lundi par le bulletin Montréal en statistiques indiquent que le parc automobile de la métropole continue de croître, et non l'inverse.
      Ainsi, l'île de Montréal comptait 968 466 véhicules immatriculés en 2017, en hausse de 1,64 % par rapport à 2016. C'est la plus forte augmentation enregistrée depuis 2004, alors que le même territoire comptait 115 000 véhicules en moins.
      Depuis 13 ans, près de 9000 véhicules s'ajoutent au parc automobile montréalais chaque année, calcule la SAAQ.
      Cette hausse provient surtout des véhicules de promenade. Car si le nombre d'automobiles décroît un peu chaque année depuis le début des années 2010, celui des camions légers – une catégorie qui englobe notamment les véhicules utilitaires sport (VUS) – a plus que doublé depuis 2004.
      En fait, il y a maintenant un camion léger pour deux automobiles à Montréal.
      Quant aux véhicules institutionnels, professionnels ou commerciaux, ils connaissent sensiblement le même phénomène – réduction des automobiles et augmentation des camions légers – avec comme résultat un nombre total relativement stable, autour de 150 000.
      À noter que le nombre de taxis, lui, a légèrement diminué au fil des ans, passant de 3489 en 2004 à 3190 l'an dernier.
      La faute à la croissance
      La SAAQ remarque que la fluctuation du prix de l'essence influence généralement le nombre de véhicules immatriculés à Montréal : plus les prix à la pompe augmentent, plus la croissance du parc automobile ralentit.
      « Par contre, après 2016, la conjoncture économique favorable à Montréal fait en sorte que même avec une hausse des prix de l'essence, peu d'impacts sont ressentis sur l'achat de véhicules », observe-t-elle.
      Et la croissance démographique n'explique pas à elle seule la croissance du parc automobile, puisque le nombre de véhicules de promenade par habitant a augmenté, passant de 0,365 à 0,392 entre 2004 et 2017.
      Enfin, la Société affirme que 5323 véhicules électriques étaient enregistrés sur l'île de Montréal en septembre dernier, alors qu'elle n'en comptait que 652 en août 2004.
      Ces nouvelles données sont publiées alors que le conseil municipal de Montréal, à l'instar de la Communauté métropolitaine, a adopté lundi une « déclaration citoyenne universelle d'urgence climatique » sur la nécessité de réduire rapidement les émissions de gaz à effet de serre.
      Avec la collaboration de Benoît Chapdelaine
    • By Nameless_1
      Les juristes de la Ville de Montréal votent pour la grève
      AGENCE QMI
      Lundi, 2 décembre 2019 08:41MISE À JOUR Lundi, 2 décembre 2019 08:41
      MONTRÉAL | Déplorant que les négociations avec leur employeur piétinent, les juristes de la Ville de Montréal ont donné un mandat de grève à leur exécutif et prévoient une première journée de débrayage le 11 décembre.
      Le vote a eu lieu jeudi dernier. Les quelque 120 juristes, des procureurs pour la plupart, ont voté pour la grève comme moyen de pression à hauteur de 99 %.
      «Les négociations achoppent depuis plusieurs mois notamment sur les salaires», a expliqué leur syndicat – le Syndicat des employés et employées professionnels et de bureau (SEPB-571), affiliés à la FTQ -, lundi par communiqué, ajoutant qu’un rattrapage salarial de 3,6 % avec les procureurs provinciaux et une indexation des salaires raisonnable est demandé.
      «Nos demandes sont raisonnables puisque notre travail est équivalent à celui des procureurs et juristes provinciaux, notre expertise est la même, je ne vois pas pourquoi nous devrions accepter un salaire moindre», a déclaré Jean-Nicolas Loiselle, le président du syndicat des juristes de Montréal.
      Une médiatrice a été nommée par le Tribunal administratif du travail dans ce dossier la semaine dernière à la demande de l’employeur, a souligné le syndicat, lundi, déplorant que ce développement ait eu lieu après que la Ville eut annulé trois jours de négociations prévus par les parties.
      «Nous allons nous asseoir avec la médiatrice pour discuter de bonne foi comme nous le faisons depuis le début du processus de négociation, a affirmé M. Loiselle. Toutefois, force est d'admettre que l'employeur ne semble pas vouloir bouger.»
      https://www.journaldemontreal.com/2019/12/02/les-juristes-de-la-ville-de-montreal-votent-pour-la-greve