monctezuma

Nouveau plan d'urbanisme de la ville de Montréal : révision des hauteurs et densités

Recommended Posts

http://www.journalmetro.com/linfo/article/1112548--pour-une-vision-d-ensemble-du-centre-ville--page0

 

L’édifice le plus haut à Montréal est le 1000, rue de la Gauchetière Ouest avec 205 m.

En comparaison, l’édifice le plus haut du monde est le Burj Khalifa à Dubaï, avec 828 m.

 

Règlement

Selon le Règlement d'urbanisme de l'arrondissement de Ville-Marie, la hauteur de construction maximale est limitée à approximativement 210 m, soit la hauteur du sommet du mont Royal.

 

 

ANNABELLE BLAIS

MÉTRO

Publié: 29 février 2012 16:02

Mis à jour: 29 février 2012 16:20

 

 

L'Office de consultation publique de Montréal (OCPM) juge utile, bien qu’insuffisant, le projet de révision des hauteurs des immeubles du centre-ville. L’arrondissement de Ville-Marie souhaite modifier les hauteurs et les densités de 37 zones du centre-ville afin d’accélérer le développement sur les terrains vacants.

 

L'OCPM s’est donc penché sur la question et a rendu son rapport mercredi. Par exemple, il appuie le rehaussement de 25 à 120 mètres des futures constructions à l’intersection du boulevard René-Lévesque et de la rue Mackay.

 

L’OCPM s’oppose toutefois à l’augmentation de la hauteur à 210 m dans le secteur du square Victoria au lieu des 120 m actuels, puisque cela aurait un impact négatif sur l’ensoleillement du square.

 

Dans certaines zones, la hauteur permise serait réduite. Ainsi, les hauteurs maximales sur le flanc sud du mont Royal passeraient de 25 à 16 m, ce qu’approuve l’OCPM.

 

L’office insiste toutefois sur l’urgence pour la Ville de se doter d’une «vision stratégique de l'aménagement et du développement du centre-ville».

 

L’OCPM se demande s’il n’aurait pas été plus sage d’attendre la mise à jour du Plan d'urbanisme, prévu en 2013. «Pourquoi ne pas avoir situé [les modifications] dans le contexte plus large des orientations à définir et des autres paramètres à réviser dans le cadre de cet exercice qui devrait débuter en 2013? », peut-on lire dans le rapport.

 

Au cours des consultations, l’arrondissement s’était justifié par le fait que le Plan d’urbanisme s’étalera sur plusieurs années, ce qui ne nuirait pas à la réalisation imminente de projets immobiliers.

 

L’Office maintient que les révisions des hauteurs et densités ne remplacent pas une réflexion sur l’aménagement. Elle recommande la formulation de grandes orientations du développement du centre-ville en plus d’un débat public.

 

L’arrondissement de Ville-Marie devait mettre en branle un tel chantier en 2010, ce qui n’a pas été fait, déplore l’OCPM.

 

Habiter Ville-Marie accueille de façon mitigée le rapport. Selon l’organisme, l’OCPM et l’arrondissement n'insistent pas assez sur la question des logements sociaux. Il craint que la densification du centre-ville consacre «l'exclusion sociale comme mode de développement».

 

L'arrondissement de Ville-Marie a accueilli « avec intérêt » le rapport qu’elle juge en grande partie «favorable» aux modifications proposées. L'arrondissement a fait savoir que le projet de révision des hauteurs et densités sera bonifié avant d’être proposé pour adoption au conseil municipal d'avril.

 

 

Exemples de modifications qui pourraient être apportées

Sud de la rue Sherbrooke (de la rue Peel à la rue City Councillors) : réduction de la hauteur de 210 m à 120 m, approuvée par l’OCPM qui confirme un état de fait.

 

Sud du boulevard René-Lévesque, entre les rues Jeanne-Mance et Bleury : faire passer la hauteur permise de 60 à 210 m, l’OCPM est d’accord.

 

Corridor Bonaventure : la hauteur passerait de 60 à 80 m. L’OCPM propose de maintenir le statu quo

 

Quartier de la santé : augmentation de 44 ou 60 m à 80 m. L’OCPM s’y oppose afin de protéger le panorama sur le centre-ville à partir de la place Vauquelin

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui à plus de hauteur

 

Source: La PResse

 

Autoriser des immeubles plus hauts dans certains secteurs du centre-ville qui ont besoin d'être densifiés, limiter les hauteurs ailleurs pour protéger la vue sur la ville et sa montagne.

 

C'est essentiellement ce qui ressort des 37 mémoires et avis reçus en novembre dernier, dont l'Office de consultation publique de Montréal (OCPM) a fait la synthèse dans son rapport rendu public hier. L'organisme s'est penché sur une importante refonte proposée par l'arrondissement de Ville-Marie, le Cadre de révision des hauteurs et densités du centre-ville. Le but de l'opération est d'accélérer le lotissement de terrains vacants, notamment aux abords des autoroutes Bonaventure et Ville-Marie, dont on évalue la capacité à 13 500 logements et 750 000 mètres carrés de bureaux.

 

La révision est nécessaire, explique-t-on, puisque les règles entourant les hauteurs et les densités dans le centre-ville n'ont pas été modifiées depuis 1992. Alors que le coeur de Montréal connaît une conjoncture favorable au lotissement, «la concentration de terrains vacants aux abords du centre des affaires» nuit au dynamisme du centre, à son paysage et à l'animation des espaces publics, estime l'arrondissement. Ces terrains sont vacants depuis des décennies et se situent souvent dans des espaces stratégiques.

 

L'OCPM se dit d'accord avec la plupart des propositions d'augmentation des limites de hauteur. Très technique, le rapport aborde chaque zone du centre-ville, en recommande parfois la modification des limites et suggère dans d'autres cas, comme dans celui de l'îlot Brennan, de ne rien changer.

 

Deux réserves sont émises

 

Toutefois, deux propositions de l'arrondissement «présentent des difficultés particulières», note le rapport. D'abord, le fait d'augmenter les hauteurs sur le seul côté est de l'autoroute Bonaventure créerait un déséquilibre avec le côté ouest, qui relève de l'arrondissement du Sud-Ouest. De plus, dans le futur Quartier de la santé, de la rue Saint-Urbain jusqu'à l'est de la rue Sainte-Élisabeth, on souhaitait augmenter à 80 mètres la limite qui est actuellement de 60 mètres.

 

Or, ce changement risque «d'entraîner la perte irrémédiable d'un paysage urbain remarquable et la disparition du panorama sur le centre-ville que l'on peut admirer à partir de la place Vauquelin», mettant en danger «un lien visuel important entre le centre-ville et le Vieux-Montréal», estime l'OCPM.

 

L'organisme recommande à l'arrondissement de Ville-Marie, dirigé par le maire de Montréal Gérald Tremblay, de produire d'ici un an «un énoncé d'aménagement du centre-ville» qui pourrait être soumis au débat public. Pour aider les promoteurs à naviguer dans la réglementation, on propose de regrouper tous les critères d'évaluation des projets en un «guide d'approbation», dont Ville-Marie a déjà annoncé la préparation. À l'arrondissement, on affirme accueillir «avec intérêt» ce rapport. Le Cadre de révision sera présenté au conseil municipal en avril prochain.

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://ocpm.qc.ca/node/3365

 

 

Mercredi 29 février 2012

 

Bonjour,

 

L’Office rend public aujourd’hui le rapport de la consultation sur un projet de Cadre de révision des hauteurs et densités du centre-ville, préparé par l’arrondissement de Ville-Marie. L’objectif principal annoncé dans le Cadre de révision est de soutenir et d’accélérer le développement des terrains vacants dans des secteurs stratégiques situés en bonne partie sur le pourtour du centre des affaires, en misant notamment sur le marché de l’habitation et en renforçant la protection des principales qualités spatiales et paysagères du centre.

 

Trente-sept zones ont été ciblées. Des modifications sont proposées aux hauteurs actuellement autorisées dans 28 d’entre elles et aux densités dans 9. Au total, le potentiel constructible créé par le Cadre de révision est de 13 500 logements et de 750 000 m2 de bureaux.

 

La commission a reçu 35 mémoires et deux opinions verbales de la part d’acteurs des milieux économique et immobilier, de citoyens et de propriétaires directement touchés, de groupes intéressés à la protection du patrimoine, à l’aménagement urbain ou au logement. La majorité des interventions souligne la qualité du travail accompli. Toutefois, les prises de position des participants sur les modifications elles-mêmes se sont avérées assez souvent divergentes et varient selon leurs missions respectives.

 

Bien qu’elle ait reconnu l’utilité de l’exercice de révision des hauteurs et des densités au centre-ville, la commission, à l’instar de l’arrondissement lui-même, considère qu’il est urgent de mettre à jour la vision stratégique de l’aménagement et du développement du centre-ville de Montréal. Sa première recommandation porte donc sur l’importance de produire d’ici un an, un énoncé d’aménagement du centre-ville et de le soumettre au débat public, comme cela avait d’ailleurs été initialement prévu par l’arrondissement et endossé par le comité exécutif de la Ville en juillet 2010. L’ampleur des enjeux d’aménagement et de développement portés par le centre-ville de Montréal, pour la Ville elle-même, mais également pour tout le Québec, justifie que l’on réfléchisse spécifiquement à l’ensemble des attributs qui confèrent au centre-ville sa vitalité et qui lui donnent son caractère attrayant et dynamique. Les enjeux soulevés vont, sans aucun doute, au-delà des questions de hauteur et de densité du bâti.

 

Par ailleurs, après les deux journées d’information sur le développement du secteur Griffintown, les 20 et 21 janvier la commission qui a charge de ce dossier a tenu des séances d’auditions de mémoires les 13, 15 et 16 février. Une quarantaine de mémoires ont été transmis à la commission qui entreprend maintenant son travail d’analyse et de rédaction de son rapport.

 

La commission qui examine le projet Le Nordelec a aussi terminé ses audiences publiques et entreprend son analyse et sa rédaction. Rappelons que ce projet est situé dans l’arrondissement du Sud-Ouest. Il est localisé au sud du canal de Lachine, au 1751, rue Richardson. Ce projet a déjà été soumis à une consultation publique par l’Office en 2006 et des modifications à l’aménagement initial étaient soumises à la consultation.

 

Dans un autre ordre d’idées, la commission responsable de l’examen des quatre projets d’équipement de biométhanisation et de compostage termine ses travaux et son rapport devrait être rendu public dans les prochaines semaines.

 

Finalement, nous avons ouvert un dossier sur la consultation à venir sur l’état de l’agriculture urbaine. Comme vous le savez peut-être, ce mandat de consultation venu du comité exécutif fait suite à une première utilisation du droit d’initiative par les citoyens. En effet, 29 000 de ceux-ci ont signé une pétition demandant que la Ville tienne une consultation sur ce thème. C’est dans ce contexte que le mandat a été donné à l’Office. Plus de détails suivront dans les prochaines semaines, mais nous pouvons déjà annoncer que les consultations publiques se tiendront pendant les mois de mai et juin.

 

Toute la documentation relative à ces projets ainsi que le calendrier des audiences se trouvent sur ce site Internet ou en version papier à nos bureaux et à la Direction du Greffe. Sachez que le réseau des bibliothèques de la Ville donne un accès Internet aux citoyens pour permettre la consultation de ces documents.

 

Je vous invite à visiter régulièrement notre site pour être informés de nos activités.

 

 

La présidente

Louise Roy

Share this post


Link to post
Share on other sites

Lien pour voir le rapport:

http://ocpm.qc.ca/sites/default/files/rapports/rapport_hauteurs_densites.pdf

 

Cadre de revision des hauteurs et densites du centre-ville

 

Reglement modifiant le Plan dfurbanisme de la Ville de Montreal

Projet de reglement P]04]047]106

 

TABLE DES MATIERES

 

Introduction................................................................................................................................1

1. Cadre de revision des hauteurs et densites du centre]ville .

Le projet de reglement modifiant le Plan dfurbanismede la Ville de Montreal......................................................................................3

1.1 Contexte......................................................................................................3

1.2 Justification du projet .................................................................................3

1.3 Strategie dfintervention..............................................................................4

1.3.1 Principes fondateurs.......................................................................4

1.3.2 Approche retenue...........................................................................5

1.4 Description des interventions proposees...................................................6

1.4.1 Modifications des classes de hauteur.............................................6

1.4.2 Modifications apportees aux zones de hauteur et de densite.......6

1.5 Elements dforientation...............................................................................9

1.6 Le cadre reglementaire.............................................................................10

1.7 Lfavis des instances consultatives.............................................................11

 

2. Les preoccupations, les opinions et les attentes des participants......13

2.1 Accueil general du projet..........................................................................13

2.2 Opinions sur les modifications par zone...................................................15

2.2.1 Modifications proposees par le Cadre de revision.......................15

2.2.2 Autres modifications proposees par les participants...................22

2.3 Design urbain ...........................................................................................23

2.3.1 Vues...............................................................................................23

2.3.2 Insertion des nouvelles constructions dans le paysage urbain....25

2.4 Strategie reglementaire............................................................................27

2.4.1 Lfapproche par projets particuliers...............................................27

2.4.2 Propositions des participants.......................................................28

2 Office de consultation publique de Montreal

2.5 Mecanismes de consultation publique et dfapprobation des projets......28

2.6 Mixite sociale et inclusion de logements abordables...............................30

2.7 Conditions complementaires a la densification.......................................31

2.7.1 Mixite des fonctions......................................................................32

2.7.2 Equipements et espaces verts......................................................33

2.7.3 Terrains vacants et stationnements.............................................33

2.8 Autres elements dforientation..................................................................34

2.9 Droit de rectification de lfarrondissement...............................................35

 

3. Les constats et lfanalyse de la commission...............................................37

Introduction..........................................................................................................37

3.1 Le mandat de la commission....................................................................37

3.2 La necessite dfun enonce dfamenagement du centre]ville......................38

3.3 Analyse des modifications proposees......................................................41

3.3.1 Les principes sur lesquels repose lfanalyse de la commission.....41

3.3.2 Modifications proposees aux classes de hauteur.........................42

3.3.3 Modifications proposees aux cartes de hauteurs et de densites.43

3.3.3.1 Modifications proposees a la carte des

hauteurs dans les secteurs nord et ouest du

centre]ville (zones 1 a 11).................................................43

3.3.3.2 Modifications proposees a la carte des hauteurs

dans la partie sud du centre]ville (zones 12 a 16)............49

3.3.3.3 Modifications proposees a la carte des hauteurs

dans la partie est du centre]ville (zones 17 a 28).............54

3.3.3.4 Modifications proposees a la carte des densites..............62

3.3.3.5 Autres propositions...........................................................65

3.4 Lfapproche par projets particuliers...........................................................66

3.5 Commentaires sur le bilan et sur certains des elements dforientation...68

3.5.1 Un plan dfaction economique pour le centre]ville.......................68

3.5.2 Le centre]ville au coeur de lfidentite montrealaise......................69

3.5.3 Une strategie visant le developpement des terrains vacants......71

3.5.4 Un centre]ville accessible a tous...................................................72

3.6 Autres considerations...............................................................................73

3.6.1 La carte des densites et le document complementaire...............74

3.6.2 Les processus dfapprobation et de consultation..........................75

 

Conclusion....................................................................................................79

 

Annexe 1. Les renseignements relatifs au mandat.........................................81

Annexe 2 La documentation....................................................................83

Annexe 3 Le projet de reglement P]04]047]106............................................87

Annexe 4 Synthese des interventions (tableau)......................................91

 

 

Rapport de consultation publique

Le 14 fevrier 2012

Edited by IluvMTL

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.cyberpresse.ca/actualites/regional/montreal/201203/01/01-4501246-oui-a-plus-de-hauteur-dans-le-centre-ville.php

 

Publié le 01 mars 2012 à 07h59 | Mis à jour le 01 mars 2012 à 07h59

 

Karim Benessaieh

La Presse

 

Autoriser des immeubles plus hauts dans certains secteurs du centre-ville qui ont besoin d'être densifiés, limiter les hauteurs ailleurs pour protéger la vue sur la ville et sa montagne.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La plupart des arguments de l'OCPM sont sans fondements réellement pertinents, et ne font que bloquer le développement de Montréal. S'ils veulent vraiment rehausser la vue du Mont Royal, il faudrait limiter les hauteurs à... 2 ou 3 étages?... pffffff... Quand je suis dans le centre-ville, un édifice de 5 étages me cache déjà le Mont Royal... quand je suis sur la rive sud, je vois très bien le Mont Royal.... même s'il y aurait un gratte-ciel de 300m... ils sont pathétiques. Heille! C'est pas la vue sur le Mont Royal qui va amener du capital dans la ville!! Allo?? :mad:

 

C'est mon avis, et je le partages.

Share this post


Link to post
Share on other sites
La plupart des arguments de l'OCPM sont sans fondements réellement pertinents, et ne font que bloquer le développement de Montréal. S'ils veulent vraiment rehausser la vue du Mont Royal, il faudrait limiter les hauteurs à... 2 ou 3 étages?... pffffff... Quand je suis dans le centre-ville, un édifice de 5 étages me cache déjà le Mont Royal... quand je suis sur la rive sud, je vois très bien le Mont Royal.... même s'il y aurait un gratte-ciel de 300m... ils sont pathétiques. Heille! C'est pas la vue sur le Mont Royal qui va amener du capital dans la ville!! Allo?? :mad:

 

C'est mon avis, et je le partages.

 

Tu exagères grandement les recommandations de l'OCPM.

Il n'y a que deux secteurs où l'organisme émet des réserves: le long de l'autoroute Bonaventure et le Quartier de la Santé. Pour le Mont-Royal, il est à peine mentionné, en dehors des constructions à flanc de montagne, ce qui n'a rien à voir avec les projets d'envergures.

 

Je respecte ton opinion comme quoi l'identité visuelle d'une ville n'a aucune importance, mais, personnellement, je trouve que c'est reléguer Montréal au statut de "petit Toronto", à tenter de la copier sans jamais égaler. S'il y a bien un point où Montréal se démarque et offre de la personnalité, c'est pour son histoire et le bâti qui l'accompagne, son emplacement, et ses repères visuels forts.

 

Je ne suis pas d'accord que l'apparence et l’aménagement de la ville n'apporte aucun capital. C'est primordial à l'industrie touristique de la ville et à son attrait en tant que destination. C'est ce qui permet de remplir les brochures et les sites Internet touristiques de Montréal. C'est ce qui rend la ville intéressante à explorer, et lui donne une identité. Ce sont les photos que les gens peuvent prendre lorsqu'ils s'y promènent, et qui seront diffusées par la suite.

 

Montréal offre de véritables panoramas, des repères visuels forts, à l'échelle de la rue, et ce n'est vraiment pas toutes les villes qui peuvent se vanter de cela. Plutôt que de perdre cet avantage, je préfère voir l'administration miser dessus. Nous ne pourrons jamais rivaliser sur la densité et le nombre de tours, alors autant se baser sur nos autres forces.

 

Et cela n'empêche en rien le développement de grands projets. Les secteurs du centre-ville où la densité est souhaitée, et béni par l'OCPM, sont légions. D'ailleurs, tous les projets intéressants en cours sont dans ces secteurs. Les capitaux sont là quand même. Il faut simplement faire attention aux endroits où l'on veut garder une certaine identité visuelle.

Share this post


Link to post
Share on other sites

D'accord avec toi, Vincethewipet!

 

Il y a en masse des terrains vagues ainsi que des endroits pour le développement, alors le problème n'est pas une manque d'espace. Par fois, sur certains terrains, nous devrions construire un peu moins haut, mais beaucoup plus beau. Montréal est une veille ville et le lots et les emprises ne sont pas larges, alors il faut composer avec cette contrainte aussi.

 

Nous devons protéger et promouvoir nos vues naturelles et bâtis (le Mont-Royal, le Pont Jacques-Cartier, le fleuve, île Sainte-Hélène avec la statue Calder, le biosphère de Fuller et le Vieux-Fort, les d'églises sur René-Lévesque et sur Sainte-Catherine, la PVM, le Sun Life, et les tours IBM et CIBC, nos monuments, les courbes et les hauteurs des rues St-Paul et de la Commune, la vue du centre-ville à partir de Champ-de-mars, ...). Ce sont nos atouts! Préservons-les belles vues! C'est juste le gros bons sens.

 

Construisons plutôt plus intelligemment avec respect pour notre environnement et notre patrimoine Ça va prendre un peu plus d'effort, mais nous allons créer d'autres bâtisses et des vues qui mériteront d'être protéger à leur tour et ajouteront à la beauté et à la fierté de notre ville et à la qualité de vie des residents et visiteurs. En plus, pour augmenter le nombre de projets intéressants (et pas moche), la ville devra envoyer le message aux développeurs qu'elle va exiger des projets de très haute qualité architectural lorsque des dérogations sont demandés.

 

Et pour leur part, la ville devra construire plus d'espaces verts, avec de l'art public monumental et des fontaines (sur l'autoroute Ville-Marie par exemple). Montréal est une de rares villes en Amérique du nord qui possèdent tant de patrimoine bâti. C'est une des choses qui nous différencie des autres villes sur le continent. Vive la différence!

Edited by IluvMTL

Share this post


Link to post
Share on other sites

While the OPCM spins its web of limitations and restrictions and rules and regulations and bureaucracy, others cooperate and attract and change and encourage development. We plan heights for buildings that will never be built in our life time and we tell people with the money how to spend it and where they can and cannot ,do this or do that. We spend millions spinning our wheels and we are concerned about the squeaky wheels and the Bumbarus and Heritage Montreal and Frappru. We are les maitres chez nous and don't you forget it!! We bitch and we whine when others just go about their daily business and attract investors and welcome the Trumps and the Canderels and the Shangri-la's.

 

Enjoy!!

 

DAILY NEWS Mar 1, 2012 4:39 PM - 0 comments

Canada's tallest condo tower just got taller

TEXT SIZE bigger text smaller text

TORONTO 2012-03-01

 

Canada’s tallest condominium got taller recently thanks to a decision by the City’s Committee of Adjustment. In its decision, the Committee awarded Canderel (the developer) three additional storeys at Aura, allowing the skyscraper to stand 78 storeys (273m) above Toronto’s historic College Park, at the northwest corner of Yonge and Gerrard.

 

“The decision by the Committee of Adjustment, like the development itself, is massive,” says Canderel’s vice president of Sales and Marketing, Riz Dhanji. “With it, the contest for the bragging rights to Canada’s tallest condominium among condominium developers and marketers is effectively over. At 78 storeys and 273 metres, Aura is clearly the tallest residential tower in Canada!”

 

The three additional floors will mean approximately 50 new condominium suites will become available for sale, taking the total unit count in the tower to 985. The developers are confident that despite boasting Toronto’s highest number of suites in a single tower, there remains a strong appetite among condo buyers for units at Aura.

 

Aura was designed by Toronto-based architect Barry Graziani, of Graziani + Corazza Architects, and was launched in 2008. Construction on the development, which now stands at more than 1.3 million square feet, was started in the spring of 2010, while the site includes more than 180,000 square feet of prime retail space at the podium levels, plus additional recreational spaces. The retail is expected to open later this fall, with the initial residential occupancies at Aura commencing thereafter. Beyond the creation of a new, dynamic retail strip along Yonge Street, the development will also provide direct connections below ground to the TTC Yonge Subway line, as well as future connection to an expanded PATH system.

 

The Committee of Adjustment decision follows a lengthy period of consultation between Canderel, Ward 27 Councillor Kristyn Wong-Tam and City of Toronto planning staff, local residents and business associations and individual neighbours. “These discussions with various stakeholders were always guided by Canderel’s commitment to ensure that Aura benefitted not only its purchasers and commercial tenants, but the surrounding neighbourhood,” says Dhanji.

1000930253-1000930322.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je crois que Toronto manque de cachet en comparaison avec Montréal, malgré ses belles hautes tours. L'esprit des montréalais pour la fête et les folies de toutes sortes ne se retrouve nul part ailleurs. Et ça ça ne vient pas de moi, mais de plusieurs personnes bien placées dans le milieu touristique de NY et Londres. Mais Montréal et le Québec sont sur-bureaucratisé et il y a en effet beaucoup d'effort pour "contenir" tout élan de prospérité. Enfin, c'est l'impression que bien des investisseurs ont de Montréal. Sauf bien-sûr pour certains secteurs économiques où les bureaucrates font de bien belles génuflexions pour les séduire.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Similar Content

    • By Fortier
      On parle beaucoup du Montréal souterrain ces temps-ci. J'ai donc créer un fil.
       
    • By ErickMontreal
      *VIDÉO* La transformation du Stade Saputo
       
      (CKAC Sports) – Le début de la saison de la MLS demain à Seattle m'a donné le goût de vous mettre l'eau à la bouche pour 2012.
       
      Si l'on se fie aux propos de Don Garber hier en conférence de presse et à ceux de Richard Legendre sur nos ondes la semaine dernière, la MLS et l'Impact confirmeront l'arrivée du club dans le grand circuit d'ici peu.
       
      Dans un monde idéal, Joey Saputo aurait aimé entamer la première phase d'agrandissement du Stade Saputo cet hiver, pour ensuite pouvoir compléter avec la deuxième étape l'an prochain. Mais la bureaucratie gouvernementale a fait en sorte que le projet a été décalé d'un an.
       
      Sans avoir de confirmation que les paliers de gouvernements ont accepté de se joindre au projet de l'Impact, l'enthousiasme qui se ressent dans le discours de tous et chacun nous permet de croire que ce dossier est réglé.
       
      Après les deux phases d'agrandissements, le Stade Saputo deviendra en effet un réel stade de soccer dont le terrain de jeu sera entouré à 100% d'estrades. Ça permettra à l'Impact de pouvoir accueillir plus de 20,000 spectateurs par match, un pré requis pour la MLS.
       
      Par ailleurs, vous pouvez voir sur le vidéo que l'équipe a aussi l'intention de faire ajouter un petit abri qui viendrait couvrir les quelques rangées les plus hautes des sections extérieures du stade.
      http://www.youtube.com/watch?v=UAHIOVOOcCU&feature=player_embedded#

    • By GDS
      Le jeudi 9 octobre 2014, en présence de la mairesse de la Ville de Longueuil, Madame Caroline St-Hilaire, de Madame France Dubé, conseillère à la Ville de Longueuil, de Monsieur Mathieu Duguay, président Société de gestion Cogir, de l’équipe de Jazz Longueuil, des cadres de Société de gestion Cogir et des résidents de Jazz Longueuil, se tenait la cérémonie de pelletée de terre protocolaire marquant le début de la construction de la tour II de la résidence privée pour aînés JAZZ Longueuil. Du même coup, la capsule temporelle contenant divers objets et souvenirs des résidents actuels de Jazz Longueuil a été scellée officiellement. Cette capsule sera installée dans la structure de béton de la tour II avec à son bord, à tout jamais, une petite partie de l'âme des résidents de la phase I.
       
      Résidence importante située au cœur de Longueuil, Jazz Longueuil s’agrandit pour accueillir une clientèle d’aînés autonomes de l’agglomération et ses environs. En plus d’offrir plus de 180 nouveaux logements au look contemporain, cette nouvelle résidence offrira des services à valeurs ajoutées à sa clientèle existante et future. Ce projet d’agrandissement, nécessitant un investissement de près de 30 millions de dollars, créera jusqu’à 26 nouveaux emplois. Située face à l’Hôpital Pierre-Boucher et à proximité de tous les services, la résidence Jazz Longueuil était louée à pleine capacité depuis quelques années. L’ajout de la tour II permettra d’offrir des opportunités de location à plusieurs aînés de la grande région qui désirent goûter à l’expérience Jazz. La construction de cette nouvelle tour sera réalisée entièrement par Société de gestion Cogir, l’un des plus importants gestionnaires d’immeubles au Québec.
       
      http://www.jazzlongueuil.ca
      ----
       


    • By loulou123
      La ville devient immobilier promoteur immobilier Pour la première fois de son histoire, la Ville de Montréal se lance dans un mégaprojet de développement domiciliaire évalué à 300 M$, dans l'est de la ville.
       
      L'administration Tremblay a confié à la paramunicipale SHDM le mandat de construire environ 1800 maisons, condos et appartements sur un vaste terrain, le site Contrecoeur, qui appartient à la Ville. Le projet doit être réalisé sur une période d'au moins cinq ans et le constructeur principal retenu à la suite d'un appel d'offres est la firme F. Catania.
       
      Le site est impressionnant avec ses 380 000 mètres carrés. Il est délimité au sud par la rue Sherbrooke, à l'ouest par la rue Pierre-Bernard, au nord par Anjou et à l'est par la carrière Lafarge, à Montréal-Est.
       
      Logements sociaux
       
      Les clientèles visées sont les familles, les revenus moyens, les retraités. Une place importante sera faite aux logements sociaux et, à ce chapitre, il a déjà été déterminé par l'administration de Montréal que plus de la moitié des logements seront de type «abordable» (39 %) et à caractère «social» (21 %).
       
      Une zone de maisons unifamiliales sera réservée au nord. Elle sera voisine de l'arrondissement d'Anjou.
       
      Cet important développement qui amènera près de 5000 personnes dans le quartier Maisonneuve est évalué à 300 M$.
       
      «Nous sommes excités, commente la mairesse de l'arrondissement, Lyne Thériault, mais le projet soulève quelques questions auxquelles l'hôtel de ville devra apporter des réponses.»
       
      Elle mentionne entre autres «les dépenses accrues auxquelles devra faire face l'arrondissement pour fournir les services publics à cette nouvelle population».
       
      Des parcs
       
      L'entreprise est colossale. La SHDM doit prévoir plusieurs zones de développement avec ses rues, ses parcs, ses infrastructures et ses unités d'habitation.
       
      À l'extrémité est, les nouveaux quartiers seront voisins de la carrière Lafarge.
       
      «Je n'ai pas d'inquiétude quant à cette proximité. Le projet prévoit une large bande verte avec des arbres pour atténuer le bruit et la poussière et autres nuisances liées à l'exploitation de la carrière», soutient la mairesse. Une zone de commerces est aussi aménagée le long de la carrière, dans la partie sud du nouveau quartier.
       
      Le projet domiciliaire rapportera 5 M$ et plus de taxes municipales annuellement dans les coffres de la Ville.