Jump to content

ville-marie Parc Jean-Drapeau : rénovations


jesseps

Recommended Posts

Pinned posts
  • Administrator

Parc Jean-Drapeau

 

Nouveau Plan Directeur 2020-2030

https://www.parcjeandrapeau.com/fr/plan-directeur-de-conservation-amenagement-developpement-2020-2030-parc-jean-drapeau-montreal/

image.png.b2df49f9c03e4d0b66d94030a0f82edf.png

 

 

"Réalisation d'un nouvel aménagement contemporain de la portion sud de l'île Sainte‑Hélène en y introduisant un amphithéâtre naturel ayant une capacité de 65 000 personnes.

L'allée centrale devant l'édicule du métro sera agrandie permettant de la relier à la sculpture Trois disques (L'Homme) d'Alexander Calder, à la Biosphère et jusqu'au pont du Cosmos. L'aménagement de cette allée permettra d'optimiser les services d'accueil, de restauration, de sécurité et de transport actif et collectif."

http://www.parcjeandrapeau.com/fr/projet-amenagement-mise-en-valeur-ile-sainte-helene-pamv/

Lien vers la webcam du projet: https://www.devisubox.com/dv/dv.php5?pgl=Project/interface&sRef=1T0Q6ZFYK

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...

Entendu à la radio que la plage sera officiellement nommée plage Jean-Doré

 

Communiqué de presse :

 

[h=1]La plage Jean-Doré nommée en l'honneur de l'ancien maire[/h]

MONTRÉAL, le 15 avril 2015 /CNW Telbec/ - Le maire de Montréal, M. Denis Coderre, et le responsable du développement durable, de l'environnement, des grands parcs et des espaces verts au comité exécutif, M. Réal Ménard, ont annoncé aujourd'hui que la plage publique du parc Jean-Drapeau portera désormais le nom de plage Jean-Doré.

 

 

Cette décision fait suite au souhait émis par le maire Denis Coderre, lors de la séance du comité exécutif du 15 octobre 2014, à l'effet de rendre un hommage toponymique à monsieur Jean Doré, maire de Montréal de 1986 à 1994. Localisée sur l'Île Notre-Dame, dans l'arrondissement de Ville-Marie, la plage portait déjà le nom usuel de « plage Doré » depuis son ouverture en 1990.

 

 

« Cette plage tant aimée des Montréalais a enfin un nom bien à elle! C'est un hommage bien mérité pour l'ancien maire de Montréal à qui l'on doit l'initiative de cette plage d'un kilomètre qui borde le lac des Régates. En officialisant le nom de ce lieu emblématique, nous reconnaissons ainsi l'apport de Jean Doré, un grand homme qui, grâce à des projets porteurs comme le Biodôme et le Jardin chinois, a insufflé un vent de dynamisme à Montréal », a déclaré le maire.

 

 

L'identification officielle et distincte de cet espace public municipal permettra un repérage rapide et sécuritaire. La plage Jean-Doré fait partie du cadre de vie des Montréalais qui se sont rapidement approprié cette bande riveraine au fleuve.

 

 

« Les citoyens et les visiteurs auront la chance d'apprécier encore davantage cet endroit cet été en participant aux activités organisées par la Société du parc Jean-Drapeau pour souligner les 25 ans d'existence de la plage et l'officialisation de son nom », a ajouté M. Ménard.

 

À propos de Jean Doré

Au cours de ses deux mandats à la mairie de Montréal, Jean Doré s'est employé à la démocratisation des institutions politiques et à la décentralisation de l'administration municipale. En plus de l'implantation des bureaux d'Accès Montréal, on lui doit la mise en place d'une politique-cadre en matière de consultation publique et l'adoption du premier plan d'urbanisme de Montréal. La dénomination de la plage Jean-Doré à ce moment-ci prend tout son sens alors que l'ancien maire lutte courageusement contre le cancer.

 

 

 

SOURCE Ville de Montréal - Cabinet du maire et du comité exécutif

 

rt.gif?NewsItemId=C2733&Transmission_Id=201504151033CANADANWCANADAPF_C2733&DateId=20150415 Renseignements : Source : Catherine Maurice, Attachée de presse, Cabinet du maire et du comité exécutif, 514 346-7598; Renseignements : Renée Pageau, Division des affaires publiques, Ville de Montréal, 514 868-4580

Edited by ScarletCoral
Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

http://montrealgazette.com/news/local-news/opinion-the-future-of-ile-ste-helene

 

uploadfromtaptalk1434745270698.jpg

 

Opinion: The future of Île Ste-Hélène

 

MARK LONDON, SPECIAL TO MONTREAL GAZETTE

More from Mark London, Special to Montreal Gazette

Published on: June 18, 2015

Last Updated: June 19, 2015 9:17 AM EDT

 

An aerial view Île Ste-Hélène, part of Parc Jean-Drapeau in Montreal, Sunday, April 26, 2015.

 

The recent proposal by Cirque du Soleil creator Guy Laliberté to build a cemetery on Île Ste-Hélène is only a little more questionable than the proposal to pave the parkland at the southwestern part of that island to create a giant amphitheatre for rock shows. Both are attempts to privatize an important public park.

 

Laliberté’s idea might be wonderful: to create an interactive, high-tech place for funerals for people and pets, along with a restaurant, memorial walkway and museum. But it doesn’t have to be here. This historic site, a public park since 1874, was beautifully landscaped by Frederick Todd, Canada’s first home-grown landscape architect, in 1936 and is great just as it is.

 

Similarly, Montrealers and the new heads of the Société Parc Jean-Drapeau should take another look at their predecessors’ proposal to spend $55 million to replace the 31-hectare green space at the southwest end of the island, used every day of the year, with a largely paved amphitheatre/stadium designed mainly for a limited number of paid events.

 

Reporting on that proposal has echoed press releases from the Société, saying it would “create” a large natural amphitheatre, a walkway from the métro to the Calder lookout and a riverside walkway. Having been involved in the 1992 transformation of the southwestern part of Île Ste-Hélène, I assure you that all these features already exist.

 

The transformation of the Expo site and landscaping of the southwestern part of the island are the result of a collaboration between then-mayor Jean Doré and future mayor Pierre Bourque, later to become political rivals.

 

In 1988, Doré decided to revive the fragmented and partly abandoned Expo site. He mandated a steering committee to come up with a plan. Bourque, then head of the Parks Department, was a member, and for a while head, of that committee. Bourque succeeded in getting the committee to propose making the site a park, albeit one with several major public facilities (La Ronde, Casino) and able to host major public events (Grand Prix, Fête des neiges).

 

A key part of the proposal was to landscape the southwestern part of Île Ste-Hélène — then a grim wasteland of concrete slabs, vestiges of the Expo pavilions demolished after Man and His World closed — into a welcoming blue and green space, an extension of the historic park in the central part of the island.

 

At the heart of this new park space was a large oval lawn and newly created hill, designed for quiet leisure and also able to host summer music festivals and the Fête des neiges, offering magnificent views of the Montreal skyline. A curved tree-lined walkway linked Île Notre-Dame, the Biosphere, the métro station, a playful fountain, two visitor-services pavilions and a long pond, and ended at Alexander Calder’s relocated majestic sculpture Man astride a lookout with a panoramic view of the river and downtown. The project included the partial restoration of Place des Nations, the creation of riverfront walkways, and a variety of other natural spaces.

 

Doré loved the plan. He convinced Prime Minister Brian Mulroney to finance both the greening of the southern end of Île Ste-Hélène and the transformation of the Biosphere into an environmental museum, as the government of Canada’s $40 million “gift” for the city’s 350th birthday. So in 1992, the whole site became Parc des Îles, now Parc Jean-Drapeau, Montreal’s largest park. Thanks to the métro, this waterfront green space is highly accessible from central neighbourhoods, a natural oasis in the city.

 

Since then, the trees have grown and, for many years, the southwestern end of the island was maintained as a natural green space for the people of the city and visitors, while also successfully hosting a range of music festivals and the Fête des neiges.

 

But in the past few years, the Société Parc Jean-Drapeau covered the great lawn with gravel and cluttered up the main walkway with tacky trailers. They let the vegetation get overgrown or die, allowed the pond to fill with weeds and fenced off Place des Nations, using it for parking and storage.

 

These problems could easily be fixed. However, last year, the Société Parc Jean-Drapeau used the fact that the site was a bit of a mess to seek a mandate to scrap everything and start over. The Société proposed to bulldoze this entire public green space and turn it into a largely paved “architectural” amphitheatre, a giant Place des Festivals. The trees would be chopped down, the pond filled and the hill levelled. The curved walkways would be replaced with straight ones and paved plazas. The project probably would include permanent fencing and structures to house concessions, to make it easier for private promoters to run their ticketed events.

 

Some people just see parks as empty space waiting to be filled up with something, but others appreciate their intrinsic value. Years ago, Boston stopped hosting shows in the Commons because the impacts were too great and, just this week, organizers of Boston’s Olympic bid withdrew a proposal to put a temporary volleyball stadium there after howls of protest. Many cities hold their large, noisy, music festivals in sports stadiums and race tracks, rather than in parks. If a paramunicipal organization is going to manage Parc Jean-Drapeau, it should not be expected to maximize revenues from every hectare.

 

It makes no sense to pave over this great waterfront park at huge expense to become essentially a venue for occasional commercial use by private event promoters. Here is a more balanced approach. First, restore the walkway between the métro and lookout, the adjacent pond, the riverside walkways, and other natural areas such as the hill and the areas around Lac des Cygnes. Then, make improvements to the large natural amphitheatre in its current configuration to facilitate holding a limited number of shows and other activities in a natural environment. Third, restore Place des Nations to commemorate Expo 67 and hold events. Finally, extend the riverside walkway from the Calder lookout to the fort and La Ronde, a highly desirable project that had to be postponed in 1992.

 

This, along with leaving the central part of the island free of the proposed memorial project, would create a world-class destination featuring a spectacular place to hold events and an even larger waterfront park, accessible to Montrealers year round.

 

Mark London is a planner and architect who, from 1988 to 1993, coordinated the city of Montreal’s planning effort for redeveloping the Expo 67 site and was part of the team that designed the southwestern end of Île Ste-Hélène. He lives in Massachusetts, where he is executive director of the Martha’s Vineyard Commission

 

sent via Tapatalk

Link to comment
Share on other sites

Les anglos on plus de respect pour la nature c'est aussi simple que ca.

 

Qu'on laisse le parc jean-drapeau comme il est presentement, plutot que de depenser 55 millions$ en béton et pavé-uni.

 

55 millions $ Parc Jean Drapeau

+ 23 millions$ square viger

+ 56 millions$ esplanade place des arts

78 millions$ gare maritime alexandria (utilisé 3 mois par année)

 

212 millions de $

 

212 millions de $ qu'on pourrait utiliser pour ameliorer le reseau de pistes cyclables , contruire des passerelles par dessus les voies ferrée et autouroutes.

Planter des arbres , mettre des poubelles a tout les coins de rues.

Link to comment
Share on other sites

Les anglos on plus de respect pour la nature c'est aussi simple que ca.

 

Qu'on laisse le parc jean-drapeau comme il est presentement, plutot que de depenser 55 millions$ en béton et pavé-uni.

 

55 millions $ Parc Jean Drapeau

+ 23 millions$ square viger

+ 56 millions$ esplanade place des arts

78 millions$ gare maritime alexandria (utilisé 3 mois par année)

 

212 millions de $

 

212 millions de $ qu'on pourrait utiliser pour ameliorer le reseau de pistes cyclables , contruire des passerelles par dessus les voies ferrée et autouroutes.

Planter des arbres , mettre des poubelles a tout les coins de rues.

 

 

La gare maritime Alexandra est un bon projet. Les croisières sur le St-Laurent sont en croissance et nous sommes en très bonne position pour aller chercher un très grand nombre de touristes. Le site actuel et en très mauvais état et donne une très mauvaise première impression aux touristes.

Link to comment
Share on other sites

Les anglos on plus de respect pour la nature c'est aussi simple que ca.

 

Qu'on laisse le parc jean-drapeau comme il est presentement, plutot que de depenser 55 millions$ en béton et pavé-uni.

 

55 millions $ Parc Jean Drapeau

+ 23 millions$ square viger

+ 56 millions$ esplanade place des arts

78 millions$ gare maritime alexandria (utilisé 3 mois par année)

 

212 millions de $

 

212 millions de $ qu'on pourrait utiliser pour ameliorer le reseau de pistes cyclables , contruire des passerelles par dessus les voies ferrée et autouroutes.

Planter des arbres , mettre des poubelles a tout les coins de rues.

 

Tu as oublie le site de la carrierre St-Michel, le cout d'entretien de la montagne et du Jardin botanique, par contre tu as aussi oublie de considerer que ces endroits sont la campagne pour ceux qui n'ont pas d'auto, des endroits pour garder les les familles en ville, et que meme les touristes ( qui eux dépensent de l'argent ici ) apprécient.

Link to comment
Share on other sites

Les anglos on plus de respect pour la nature c'est aussi simple que ca.

 

Qu'on laisse le parc jean-drapeau comme il est presentement, plutot que de depenser 55 millions$ en béton et pavé-uni.

 

55 millions $ Parc Jean Drapeau

+ 23 millions$ square viger

+ 56 millions$ esplanade place des arts

78 millions$ gare maritime alexandria (utilisé 3 mois par année)

 

212 millions de $

 

212 millions de $ qu'on pourrait utiliser pour ameliorer le reseau de pistes cyclables , contruire des passerelles par dessus les voies ferrée et autouroutes.

Planter des arbres , mettre des poubelles a tout les coins de rues.

 

C'est si facile de critiquer, certains en font une spécialité et entretiennent au passage une foule de préjugés, qu'ils essaient de promouvoir en les élevant au niveau de vérités. Je sais c'est toujours mieux ailleurs. L'administration montréalaise est inapte à gérer et gaspille les fonds publics avec la volonté d'entretenir ou renouveler le patrimoine public.

 

Sauf que les projets mentionnés plus haut ne relèvent pas tous de la Ville et ne sont pas reliés entre eux, donc les 212 millions sont purement arbitraires. Chacun représente cependant un investissement qui sera bénéfique à l'économie, à la qualité de vie et créera même de précieux emplois.

 

On est toujours libre de voir des problèmes partout, mais ça se soigne. Cependant avant de prendre le moindre médicament ou voir un toubib, il faut essayer d'éviter le journal The Gazette, probablement que les plus importants symptômes disparaitront naturellement.

Link to comment
Share on other sites

Tu es sérieux? Facile de chialer ou blâmer les journalistes de la Gazette quand on n'est pas d'accord. Je vous suggère de vérifier l'expertise des journalistes avant de les critiquer. Ceci est vrai tant pour le Devoir, le JdM, ou La Presse.

 

Dans ce cas

 

Mark London is a planner and architect who, from 1988 to 1993, coordinated the city of Montreal’s planning effort for redeveloping the Expo 67 site and was part of the team that designed the southwestern end of Île Ste-Hélène. He lives in Massachusetts, where he is executive director of the Martha’s Vineyard Commission

 

sent via Tapatalk

Link to comment
Share on other sites

Toxik le retour sur investissment pour le quai alexandra n'est pas vraiment la. Les touristes de croisieres ne vont pas doubler parceque le quai est plus acceuillant d'ailleurs en posant la question a un touriste il l'a dit que dans beaucoup d'endroit ou les navires acoste c'est dans des zone industrielle. P

 

Combien de touriste qui vient en croisiere 60 000 + ou - ? Ca peut monter beaucoup plus????

 

Quebec me semble plus approprié que montreal dans ce secteur.

 

Si on a de l'argent en surplus d'accord pour investir sinon pour moi il ya beacoup d'autre choses prioritaire.

Le plus important l'acces a l'aeroport presque 15 millions de passagers par année et ca fonctionne a l'année pas 3 mois comme les bateaux de croisieres.

Link to comment
Share on other sites

Walker tu a raison .Le Mont-Royal je l'ai peut etre pris pour acquis mais c'est notre central park a nous. Tres attirant pour tout le monde de la ville comme pour les touristes.J'avais oublier la carriere Miron d'ailleurs elle est presque rempli au complet on pourrait meme remplir plus le trou avec les excavation que l'on voit partout a montreal. Je verrai bien un chemin qui traverserai la carriere Miron de part et d'autre pour désenclaver le quartier St-Michel. Je sais que c'est un terrain contaminé mais surement qu'on pourrait en faire un parc et je rajouterai des arbres un peu partout. D'ailleurs si je ne me trompe c'était un projet de Jean Doré d'en faire un parc. Je ferai meme d'une pierre deux coups et le nommer Parc Jean Doré.

Tu as oublie le site de la carrierre St-Michel, le cout d'entretien de la montagne et du Jardin botanique, par contre tu as aussi oublie de considerer que ces endroits sont la campagne pour ceux qui n'ont pas d'auto, des endroits pour garder les les familles en ville, et que meme les touristes ( qui eux dépensent de l'argent ici ) apprécient.
Edited by andre md
Link to comment
Share on other sites

Une chance qu'on a eu Blanche Lemco van Ginkel et son mari deux anglos qui ont milité contre la construction d'un autoroute en plein vieux montreal a l'époque.

Tu es sérieux? Facile de chialer ou blâmer les journalistes de la Gazette quand on n'est pas d'accord. Je vous suggère de vérifier l'expertise des journalistes avant de les critiquer. Ceci est vrai tant pour le Devoir, le JdM, ou La Presse.

 

Dans ce cas

 

Mark London is a planner and architect who, from 1988 to 1993, coordinated the city of Montreal’s planning effort for redeveloping the Expo 67 site and was part of the team that designed the southwestern end of Île Ste-Hélène. He lives in Massachusetts, where he is executive director of the Martha’s Vineyard Commission

 

sent via Tapatalk

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value